Platon   apologie de socrate2
19 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Platon apologie de socrate2

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
19 pages
Français

Informations

Publié par
Nombre de lectures 120
Langue Français

Exrait

Platon Apologie de Socrate (Traduction de Victor Cousin, 1822)
[17a] Je ne sais, Ath é niens, quelle impression mes accusateurs ont faite sur vous. Pour moi, en les entendant, peu s’en est fallu que je ne me m é connusse moi-m ê me, tant ils ont parl é  d’une mani è re persuasive ; et cependant, à parler franchement, ils n’ont pas dit un mot qui soit v é ritable. Mais, parmi tous les mensonges qu’ils ont d é bit é s, ce qui m’a le plus surpris, c’est lorsqu’ils vous ont recommand é  de vous bien [17b]  tenir en garde contre mon é loquence ; car, de n’avoir pas craint la honte du d é menti que je vais leur donner tout à l’heure, en faisant voir que je ne suis point du tout é loquent, voil à ce qui m’a paru le comble de l’impudence, à moins qu’ils n’appellent é loquent celui qui dit la v é rit é . Si c’est l à ce qu’ils veulent dire, j’avoue alors que je suis un habile orateur, mais non pas à leur mani è re ; car, encore une fois, ils n’ont pas dit un mot qui soit v é ritable ; et de ma bouche vous entendrez la v é rit é toute enti è re, non pas, il est vrai, Ath é niens, dans les discours é tudi é s, comme ceux de mes adversaires, et brillants de [17c]  tous les artifices du langage, mais au contraire dans les termes qui se pr é senteront à moi les premiers ; en effet, j’ai la confiance que je ne dirai rien qui ne soit juste. Ainsi que personne n’attende de moi autre chose. Vous sentez bien qu’il ne me si é rait gu è re, à mon â ge, de para î tre devant vous comme un jeune homme qui s’exerce à bien parler. C’est pourquoi la seule gr â ce que je vous demande, c’est que, si vous m’entendez employer pour ma d é fense le m ê me langage dont j’ai coutume de me servir dans la place publique, aux comptoirs des banquiers, o ù  vous m’avez souvent entendu, ou partout ailleurs, vous n’en soyez pas surpris, et ne vous emportiez pas contre moi ; car c’est aujourd’hui la premi è re fois de ma vie que je parais devant un tribunal, [17d]  à  l’ â ge de plus de soixante-dix ans ; v é ritablement donc je suis é tranger au langage qu’on parle ici. Eh bien ! de m ê me que, si j’ é tais r é ellement un é tranger, vous me laisseriez parler dans [18a] la langue et à la mani è re de mon pays, je vous conjure, et, je ne crois pas vous faire une demande injuste, de me laisser ma î tre de la forme de mon discours, bonne ou mauvaise, et de consid é rer seulement, mais avec attention, si ce que je dis est juste ou non : c’est en cela que consiste toute la vertu du juge ; celle de l’orateur est de dire la v é rit é . D’abord, Ath é niens, il faut que je r é fute les premi è res accusations dont j’ai é t é l’objet, et mes premiers accusateurs ; ensuite les accusations r é centes et les accusateurs qui viennent de [18b] s’ é lever contre moi. Car, Ath é niens, j’ai beaucoup d’accusateurs aupr è s de vous, et depuis bien des ann é es, qui n’avancent rien qui ne soit faux, et que pourtant je crains plus qu’Anytus et ceux qui se joignent à lui, bien que ceux-ci soient tr è s redoutables ; mais les autres le sont encore beaucoup plus. Ce sont eux, Ath é niens, qui, s’emparant de la plupart d’entre vous d è s votre enfance, vous ont r é p é t é , et vous ont fait accroire qu’il y a un certain Socrate, homme savant, qui s’occupe de ce qui se passe dans le ciel et sous la terre, et qui d’une mauvaise cause en sait faire une bonne. [18c]  Ceux qui r é pandent ces bruits, voil à  mes vrais accusateurs ; car, en les entendant, on se persuade que les hommes, livr é s à  de pareilles recherches, ne croient pas qu’il y ait des Dieux. D’ailleurs, ces accusateurs sont en fort grand nombre, et il y a d é j à longtemps qu’ils travaillent à ce complot, et puis ils vous ont pr é venus de cette opinion dans l’ â ge de la cr é dulit é ; car alors vous é tiez enfants pour la plupart, ou dans la premi è re jeunesse : ils m’accusaient donc aupr è s de vous tout à leur aise, plaidant contre un homme qui ne se d é fend pas ; et ce qu’il y a de plus bizarre, c’est qu’il ne m’est pas
1
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents