Sectes ou religions : une criminalisation possible ? I.ctduniotnorI
L’actualité nous rappelle régulièrement l’existence de petits groupements à l’occasion de faits divers choquant le public. Il s’agit de faits aussi variés que Cle suicide collectif des fidèles duTemple du peuplede Jim Jones en 1978 qui fera 931 victimes CDe l’enlèvement en France de Claire Château par ses parents moonistes. Elle sera délivrée par la police. C’était en 1982. Cle siège deoWca1 auTexas qui se solda par la mort d’entre 72 personnes2à 883. Il semblerait toutefois que le FBI porte une grande part de responsabilités dans la conclusion de cette tragédie. Le FBI a en effet utilisé des munitions incendiaires qui ont déclenché l’incendie4 qui a provoqué ce nombre élevé de décès. de l’attentat au gaz sarin perpétré dans les métros de Tokyo en 1995 C parAoum Vérité Suprême5 qui fera 12 morts et intoxiquera 5500 personnes. CLes “suicides” del ’Ordre du Temple Solaire6en 1995. Cle suicide de 39 membres de la secteHeaven’s Gate7qui espéraient ainsi être embarqués par des ovnis8.
Ces mouvements mis en causes sont qualifiés de sectes. Tout le monde a
1“72 morts à Waco - de la recherche de la vérité au nihilisme auto-destructeur”,inBulles, . 2ème trimestre 1993. 2.ALLARD P., “Suicides et Secte”,1997, http://www.geocities.com/CapitolHill/3455/suicides.html 3. FENECH G.,Face aux sectes : politique, justice, Etat,Paris, PUF, 1999, p. 2. 4 . MATTHEIEM N., “Le FBI au coeur du brasier de la secte de Waco”,i nLe Soir, 4 sept. 1999.
5“Aum Shinri Kyo - Récapitulation sommaire”,i nBulles, 4ème trimestre 1995. . 6. VUARNET J.,Lettre à ceux qui ont tué ma femme et mon fils, Fixot, 1996 7. “Les sectes prévoient le pire”,i nVSD, n°1145, 5 août 1999, p. 52. 8perdues de la porte du paradis”,. TUSSIER M., “Heaven’s Gate : les âmes in http://www.multimania.com/tussier/paradis1.htm
une image toute faite du phénomène : le dévot deKrishnadans son habit orange vif, Tom Cruise et ses relations obscures avec laeoligentoSciou encore des communautés d’allumés vivant en autarcie, repliés sur eux même. Bien souvent, les sectes font peur. Elles ne rappellent leur existence qu’à l’occasion d’événements aussi tragiques. C’est sans doute pourquoi le mouvement évangélique qu’estl’Armée du Salut, longtemps considéré comme une secte, paraît bien plus sympathique que d’autres. Il est intéressant aussi de noter l’usage d’un vocabulaire particulier pour les sectes : le fidèle devient un adepte, le chef suprême (ou souverain pontife) devient le gourou, la foi devient la croyance, les habits liturgiques des déguisements9.
Le phénomène inquiète. On envisage régulièrement de prendre des mesures à l’égard des mouvements sectaire. Malheureusement (ou heureusement), de nombreux obstacles surviennent systématiquement. Qu’est-ce qui différencie la secte d’un mouvement religieux classique ? Comment agir à leur égard sans violer des droits tels que la liberté de religion, de pensée, d’expression ou de réunion10? Comment protéger un individu des autres, mais avant tout de lui-même ? Les membres des mouvements sectaires entrent dans ces mouvements la plupart du temps de leur plein gré et ne veulent pas nécessairement en sortir. Il est extrêmement dur de concilier le tout. Par ailleurs, comment interdire à des groupements sectaires (ou nouveaux mouvements religieux) ce que pratiquent pour des raisons identiques les grandes religions reconnues comme le Christianisme, l’Islam ou le Judaïsme ?
Pour des raisons assez logiques, le problème oppose continuellement deux types d’individus : La personne impliquée dans un nouveau mouvement religieux qui prône une tolérance totale et inconditionnelle pour tout type de croyance et forme de manifestation de celle-ci et les personnes appartenant aulobbybien souvent aussi fanatique que les premiers et prônantanti-secte, une nouvelle chasse au sorcières. Il est extrêmement dur d’avoir un avis neutre et objectif sur la question. C’est pourquoi les propos de ce travail seront constamment nuancés, réfutés ou remis dans une perspective plus vaste. Il faut régulièrement remettre l’église au milieu du village, même lorsqu’il s’agit de sectes. Il existe fort heureusement quelques rares personnes qui ont su échapper à cette approche manichéenne. Elles sont malheureusement relativement critiquées pour l’approche cynique (et sacrilège pour certains) qu’elles ont du phénomène.
9. MORELLI A.,lettre ouverte à la secte des adversaire des sectes, Bruxelles, Labors, Coll. Quartier Libre, 1997, p . 7 à 9 10. TINCQ H., “Sectes, le défi de l’irrationnel”,inLe Monde, 27 nov. 1997, p. 1
Une question reste en suspend : quels sont les critères qui permettent de distinguer une secte d’une religion11?
II.des sectes en général au travers d’une secte en particulierHistoire :
Le phénomène sectaire est très ancien. De même, ses formes sont très nombreuses et il serait impossible de faire ici l’historique de tous les mouvements religieux. Le champ sera restreint afin de mettre en évidence certains mécanismes.
Afin de limiter le champ, je ne parlerai que des sectes au sens étymologique du terme. Une secte est un ensemble d’individu qui suit (equis latin) en quelqu’un, un prophète par exemple, ou qui se sépare (serceaen latin) d’un groupe plus important (à cause d’une divergence de vue)12.
Vers 55, à Rome, des juifs et des Grecs affirment être des disciples d’un certain Christus qui est à la fois leur prophète et leur dieu. Les romains acceptèrent assez facilement l’arrivée d’un nouveau dieu à Rome. Après tout, ils l’avaient déjà fait pour Cybèle et Attis, Isis et Osiris. Ils avaient aussi fusionné le panthéon grec avec le leur et en ont fait autant avec le panthéon gaulois. Les romains étaient très tolérants sur la question religieuse. Ce qui les incommoda fut l’absence de réciprocité. Les chrétiens n’honoraient pas les dieux romains. Pire, les chrétiens refusaient de voir leur dieu se mêler aux anciens dieux. Très vite, des rumeurs se mirent à courir à Rome. Les chrétiens corrompaient la jeunesse romaine. Ils pratiquaient les sacrifices humains. Le pire de tout étaient qu’ils pratiquaient le cannibalisme (rocsup christi) et buvaient du sang humain, le sang du christ. St-Paul, dans les actes des apôtres dit “je t’avoue bien que je sers le dieu de mes pères selon la voie qu’ils13appellent secte...”14 En 64, un terrible incendie éclate à Rome. L’empereur Néron accuse les chrétiens. Les premières persécutions religieuses commencent. Il fallut attendre Trajan (empereur de 98 à 117) pour voir la fin des persécutions. En 303, Dioclétien relança les persécutions contre les Chrétiens. Il craignait que le message de paix du Christ ne ramollisse l’armée romaine. Les persécutions produisirent les premiers martyrs, nouvelles figures d’adoration. Le
11. TINCQ H., “Sectes, le défi de l’irrationnel”,i nLe Monde, 27 nov. 1997, p. 1 12.oD.caplr., Chambre, ses. ord. 1995-1996, n°313/8, p 89 à 91. 13. Les juifs 14. “Actes des apôtres”,i nLa Sainte Bible, XXIV, 14