septembre 2001a.qxd
4 pages
Français

septembre 2001a.qxd

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

septembre 2001a.qxd

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 67
Langue Français

Exrait

Théologie La source perdue des Evangiles par Joseph HUG Les Evangiles constituent nos principales sources concernant les paroles ainsi que les faits et gestes de Jésus de Nazareth. Or les trois Evangiles synoptiques (Matthieu, Marc er et Luc) remontent aux années 60 et 70 du I siècle de notre ère, tandis que celui de Jean se situe, pour sa rédaction ultime, autour des années 95. Il y a donc un large espace entre la mort de Jésus et la rédaction du plus ancien Evangile, celui de Marc. Très récem- ment, une équipe internationale d’exégètes a estimé avoir reconstitué la «source perdue 1des Evangiles», appelée encore «source Q» ou «source des logia». e quoi s’agit-il ? Matthieu et Luc ont blable car la plus simple, pour expliquer laDien commun un abondant matériau genèse littéraire et la généalogie des Evan- de quelques 235 versets (environ 4000 giles synoptiques. Selon celle-ci, il y aurait mots), totalement absents de Marc. Il s’agit d’abord l’Evangile de Marc - ce que corro- essentiellement de paroles de Jésus, avec bore le témoignage d’Irénée de Lyon à la fin equelques textes narratifs, comme la tenta- du II siècle - puis Matthieu et Luc auraient tion de Jésus et la guérison du fils du cen- repris Marc ainsi que cette source qu’ils turion de Capharnaüm. Or aucun manus- auraient consultée de manière indépen- crit contenant leur source n’a jamais été dante. Par ailleurs, Matthieu et Luc ont dis- retrouvé. Cette source, aujourd’hui per- posé chacun de traditions propres. La source due, nous est donc connue exclusivement Q, appelée source des logia, parce qu’elle par sa réception dans les deux Evangiles contient presque exclusivement des logia ou (Mt et Lc). paroles de Jésus, serait parvenue aux deux Un philosophe et théologien de Leipzig, évangélistes Matthieu et Luc sous forme Christian Hermann Weisse (1801-1866) écrite et en version grecque. Elle remonterait exposa le premier en 1838 les arguments environ aux années 50 à 60 et pourrait venir pour l’existence de cette source antérieure de Galilée ou du sud de la Syrie. En ce sens, aux Evangiles que nous connaissons. Un à titre d’hypothèse, on pourrait parler de autre Allemand, Johannes Weiss (1863- source perdue des Evangiles. 1914) la désigna du sigle Q, de la première Alors que la recherche critique parle de lettre de l’allemand Quelle (source), pour Q depuis plus de 150 ans, la reconstitution en indiquer le tracé mal connu. Jusqu’à que propose l’équipe internationale de aujourd’hui, l’usage perdure d’employer ce James M. Robinson, Paul Hoffmann et sigle dans les notes et les introductions de John S. Kloppenborg est vraiment nou- 2nos Bibles. velle. Elle se présente sous la forme d’une Soulignons d’emblée qu’il s’agit d’une Synopse en grec, comprenant les Evan- hypothèse, probablement la plus vraisem- giles de Matthieu et de Luc, de Marc et de choisir septembre 2001 9 Théologie Thomas, ainsi que des sentences de l’écrit d’aucune sorte. Bref, sans aucune sécurité intitulé la Doctrine des Douze Apôtres, matérielle et sans souci du lendemain, avec les traductions anglaise, allemande et mais dans une confiance absolue en Dieu. française de Q et de Thomas. La source contiendrait le livret de mis- Soulignons que la découverte, vers sionnaires itinérants qui auraient pour- 1945, à Nag Hammadi en Egypte, d’une suivi la pratique et l’enseignement de Jésus copie complète de l’Evangile apocryphe de dans toute sa radicalité, à travers la Galilée Thomas, qui est une collection de 114 et la Syrie, pendant les décennies qui ont paroles de Jésus, renforce l’hypothèse de suivi la crucifixion. Weisse. En effet, Q ressemblerait forte- D’un autre côté, l’Evangile de Marc - ment, quant à sa forme, à l’Evangile de puis plus tard ceux de Matthieu et de Luc Thomas. Comme ce dernier, elle ne com- - est un recueil rassemblant des paroles de porterait pas d’histoire de la Passion mais Jésus, des récits de guérisons et d’exor- presque uniquement des paroles de Jésus, cismes, des controverses et surtout le récit sous forme de sentences de sagesse, de de la Passion et de la mort de Jésus, le Fils paraboles, d’appels et de menaces prophé- de Dieu et l’annonce de sa résurrection. tiques ainsi que d’enseignements apoca- Marc aurait surtout mis en récit, dans un lyptiques. Le recueil commence par l’en- cadre biographique, la mort salvatrice de trée en scène de Jean-Baptiste et par ses Jésus «pour nos péchés», noyau de l’évan- paroles, et s’achève par la parole de Jésus gile paulinien. adressée aux disciples : «Vous qui m’avez Un des collaborateurs du projet, le suivi, vous siégerez sur des trônes pour Suisse Frédéric Amsler, dans une brève juger les douze tribus d’Israël». présentation, écrit : «La source atteste de En fait, l’intérêt qu’on porte à Q dépasse manière tout à fait claire que le courant le problème littéraire de la généalogie des dominé par Paul, et qui a structuré la foi trois Evangiles synoptiques, réservé à chrétienne autour de la Passion et la l’étude de spécialistes. L’enjeu concerne la Résurrection, n’était pas seul à l’origine. reconstitution des débuts du mouvement On peut même aller plus loin. En effet, la chrétien, l’histoire et la théologie. source n’appelle pas à confesser Jésus comme le Christ, mais à mettre en pra- tique son enseignement. Or un tel message Jésus, prophète ou Christ est conforme à la conception juive de la religion et s’oppose à la tradition de saint Les éditeurs de la Synopse, à quelques Paul et de l’Eglise chrétienne majoritaire, 3nuances près, et leurs collaborateurs souli- davantage marquée par l’hellénisme.» gnent l’hétérogénéité des sources princi- Sans doute «le courant dominé par pales du christianisme des commence- Paul… n’était pas seul à l’origine», comme ments. D’un côté, la source des logia, en témoigne la source des logia. Mais, composée presque exclusivement des pa- moins de vingt ans après Q, le premier évan- roles du prophète rejeté ou du Maître de géliste Marc se préoccupe de rassembler et sagesse Jésus, presque sans récit de mira- de faire converger des traditions d’origines cles et sans controverses sur le sabbat. différentes, comme l’observation de règles Jésus y est présenté comme un sage, qui judéo-chrétiennes de pureté et de sépara- appelle à vivre au quotidien, comme lui, tion et, à l’opposé, des motifs libertaires des l’utopie du Royaume de Dieu, c’est-à-dire judéo-hellénistes chrétiens (chap. 7). Marc sans argent ni logement, sans chaussures n’est pas seulement celui qui relaie sous la ni vêtements de rechange, sans réserves forme d’un récit la théologie paulinienne de 10 choisir septembre 2001 Théologie la mort salvatrice du Christ, Fils de Dieu. Il trop particulière pour être reçue plus tard souligne plutôt dans le récit proprement dit par les Eglises, à l’instar des quatre autres de la mort de Jésus la solitude du supplicié Evangiles ? L’explication proposée par la et comment sa mort est le lieu où se dévoile «domination du modèle paulinien» me l’identité du crucifié, ainsi que les consé- paraît par contre discutable. quences liées à sa mort : la fin du Temple de Soulignons enfin que Q n’est pas une Jérusalem et l’accès de tous à Dieu. source immédiate et directe pour construire S’inscrivant certes dans la mouvance de la le portrait de Jésus. Cela signifie que le Jésus pensée paulinienne, Marc franchit un pas de l’histoire s’estompe aussi derrière Q. considérable en osant retracer, à la lumière L’intérêt principal de l’édition de la source pascale, la trajectoire de Jésus «selon la des logia réside dans la délimitation avec chair», tout au moins depuis son engage- beaucoup de précision des contours de la ment public, mais sans les récits de l’en- collection de paroles et de chacune d’entre fance, alors même que l’Apôtre refusait ce elles. Les éditeurs ont ainsi forgé un bel ins- 5type de référence (2 Co 5,16) et que Q trument de travail pour les spécialistes. semble l’avoir limitée à une collection or- Grâce à cette édition critique, la compa- donnée de paroles. raison de Q et de Marc permet de cerner les choix fondamentaux opérés lors de la mise par écrit de la tradition de Jésus : Nouvelle unité d’une part, une interprétation de Jésus qui se concentrait naturellement sur son en- En même temps, son Evangile est bien seignement, associant Jésus avec la sagesse «le lieu d’un transit des traditions commu- céleste ; d’autre part, une interprétation nautaires, venant de Pierre et de Paul, rassemblant paroles, faits et gestes et mort comme un lieu de relecture des diverses en croix, l’ensemble de la trajectoire de cet traditions judéo-chrétiennes à la lumière homme devenant le lieu de la révélation de 4de la théologie de la Croix». Si Marc a Dieu. Enfin, Q permet de mieux mettre en inventé l’écriture d’un «évangile», son valeur l’originalité de nos quatre Evangiles. texte n’en reflète pas moins l’image d’une Eglise où se rejoignent, dans le creuset J. H. d’une nouvelle unité, des tendances com- munautaires opposées hier. Plus encore, Matthieu et Luc, en insé- rant les matériaux de la source Q dans leur 1livre, tentent de concilier dans leur pré- James M. Robinson, Paul Hoffmann, John S. sentation les mouvements les plus Kloppenborg, The Critical Edition of Q, Pee- adverses hérités de la tradition d’hier. La ters, Leuven 2000, CVII et 582 p. 2fusion des divergences d’hier est l’une des Traduction œcuménique de la Bible, Nou- marques les plus étonnantes de chacun des veau Testament, 1972, pp. 35-36 ; La Bible de Evangiles, y compris celui de Jean, et c’est Jérusalem, édition 1973, pp. 1407-8. 3probablement une des raisons de leur suc- Ce qui expliquerait la parole : «Malheur aux cès. Dans ce mouvement de convergence, villes de Galilée». 4ils se sont imposés - pas d’emblée, seule- Campus, n° 49, Université de Genève, Ge- ement au II siècle - à l’ensemble de l’Eglise. nève 2000. 5Pour quelles raisons la source Q n’a-t- Ils ont eu des devanciers, comme Siegfried elle pas connu le même sort ? Peut-être a- Schulz, professeur à Zurich en 1972, et le fla- t-elle été composée dans une perspective mand Frans Neirynck, en 1988, à Louvain. choisir septembre 2001 11 Eglises Consultation œcuménique : dans le sillage de Vatican II par Pierre-Olivier BRESSOUD,* Fribourg Le «Message des Eglises sur l’avenir social et économique de la Suisse», est le fruit d’une consultation œcuménique. Remis officiellement aux autorités fédérales et aux par- ertenaires sociaux le 1 septembre, il est l’aboutissement d’une démarche peu banale qui reflète une conception de l’Eglise dans la ligne de Vatican II. ien que déjà éloigné dans le temps, le de Suisse disent leur besoin de «prendre laBiconcile Vatican II constitue une température» du pays, de vérifier si ce source trop souvent ignorée ou délaissée, à qu’elles imaginent et perçoivent de la si- laquelle l’Eglise catholique contemporaine tuation actuelle correspond à la réalité. doit constamment puiser pour permettre Elles expriment leur désir de prendre le au message évangélique de porter tous ses pouls de notre pays et de se mettre à fruits dans le monde contemporain. Il ne l’écoute de la vie profonde qui y bat. semble pas abusif de dire que la Consul- Consultation dit également dialogue, tation œcuménique sur l’avenir social et tentative d’engager la discussion avec son économique de la Suisse s’inscrit avec interlocuteur, désir d’entrer en relation bonheur dans une vision d’Eglise telle avec lui. C’est bien cette orientation géné- qu’envisagée par le concile Vatican II. Le rale que traduit l’introduction à la Base de 1fil rouge de cet article sera tout simple- discussion : «Nous souhaitons chercher, ment constitué d’une analyse des mots ou avec la population toute entière, des ré- expressions contenus dans le titre de la ponses à des questions essentielles pour consultation. Ces termes sont en effet l’avenir. Nous vous invitons tous, hommes lourds de sens et expriment à eux seuls une et femmes, institutions et organisations du démarche théologique qu’il vaut la peine pays, à participer à notre consultation.» de repérer et de valoriser. «Donner la parole et écouter», disait quant à lui le Rapport du Groupe de pré- 2paration de la consultation. Consultation… C’est précisément cette attitude que le concile Vatican II s’est efforcé de promou- Voilà bien un mot intéressant. En effet, voir. Tournant le dos au passé, et par consé- qui dit consultation dit, par le fait même, quent à l’attitude négative à l’égard du besoin de consulter, donc nécessité de se renseigner sur l’état de la situation. En * L’auteur est engagé par l’Eglise de Fribourg d’autres termes, en lançant une consulta- dans le Dicastère formation et ressources en tion, les Eglises catholique et protestantes pastorale. 12 choisir septembre 2001
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents