The UNESCO courier; Vol.:54, 10; 2001

icon

52

pages

icon

Français

icon

Documents

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

52

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

The UNESCO courier; Vol.:54, 10; 2001
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

54

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

3 Mo

GRANDS FLEUVES Du conflit aup tarage
11 SEPTEMBRE 2001 PENSER L’IMPENSABLE
Afrique CFA:1000 F.CFA,Belgique:140 FB , Canada:$4.65 Can, Espagne:550Ptas, Maroc:20 DH, Portugal-Cont:700 Esc , Suisse:6,20 FS , United Kingdom:£2.5,USA:$4.25.
 nodsau tsp n,eel dfcint ocumeénitsed,OCSENULontimaornfi l àoipinnoiremtnl s auteur de leurasinnoitl eagrOesclxp ees.LtiarELOCRUIRREED CE DANSROwLNUMÉm neriseén.sitnondo lèsho cdee ed ednorpAcohc  même queles dénaNitno snuei,sed oysdeu er ttorinimooitad snap esiasnoanr cep sauentpliqnimtes  sel uoOCSENUl areplliecofe ncleeld  eeremtnc nécessaiset pas elruracsèitnsseres.Lro fUNlCOES.)3.p( srueisulPcltiars cee  desréoon mutnq vuerues uelqes àpistesylcud etno etxofprd onnsdaeq leu lec tcaetasgnlant a été commienviree,smmilaisl enu emmoc tnens blr,ilie.Oitana anuoettnt qoeunttesdatdec ats rbme02 e 11utpesots:guer01,les msitaoi,nerc,vilirlteaiapaux nax  nostseda:niropplem,accomplisse s  aivll,eéJurasehibseusue qverêeinitselN iraS nravai lae Page,lv oi eal euqelcndopid sexuA.tna inshongt detWae eN woYkrmased  en aux dr réactionesuvérp sap tnemmdevi éntietaélinsems,nêmxeoi réenteeurgcetturtsaritno sp( p10-12).Largent itanr noaicas,elrcouetedt an fdesnl  sadtt e aulrelacontrimidisccneréfnoruD ed eé étnabacèuc sunal,expliernationou ialc uqpeuoqre irnégéec staréytsetnI dlarnmA delaireionnoncticne tnaCSeOUEN.P9)4-p.(ps ontif tuah,énaSerreie questionne liqieut leeluqelltrenioatécn omonriapeva enuccnoce grew,lmaliiot snnu.)aDreivietn (meisal464-.4ppsnepsidnrulpelbatésiaseguq eelm rook,évoePeter Bitéfdehctca, rueouiKtéyaSoengutimeopoctnatredl nde e moel lauquegassitém nu,)157-.4pp (elurltcuaN snoitnu spseiparéntrene uon casele tsu ena mreduterrorisme:lealeuq uailaidnom aontisai rrou noi nevtneraloctnupticorrn éon,uitunustoueiqré»  snec edsel yom 1).La «c(pp.39-4ecn murénoevgrneontiluvorée ttCe ed av euqinhcetsur tionnicaommuro.tusppue lnus le qus diré ponpsedegarola:rioau»  le le pour«sug ted sedreerirtorée ntceete eIXXcèisl,elsihre au contraire l iotniaenédomtncuaeb tirruon ecursoeserttcee quategp ra teleue aloglediplusoup él adnegoisil :n).38écPrpp (6-.1 napeg4 buileée photo, pe de la p érarniq auetdnnréand,e,il litéruot iulod el en2-.4pps( sEt).43 ildécutaoi nsetcetindispensablor eegauled artaminsiossdun av séexelaret doir itnotiauass oi,nreaiécprntieev dal ed nosiar ne denseig pénurie.p311-)5antn sp(r,ienene .Lssdo nu ssemppa,etroreicfo sed rap enivsu, esssrus eulir ceur,ele amentvolebénélis  emmtiusril oc eannf dts«D:  eesécedtnn  0udp érevait seuméro, de».tair
Dossier
wDROITS HUMAINS 39 La corruption, plus qu’une affaire d’État Ce mal est ancien, mais la mondialisation l’a accéléré sur toute la planète. Les Nations unies préparent une convention.Michel Bessières wCULTURES 42 Art contemporain: l’illusion d’universalité Pour le sociologue français Alain Quémin, il y a un gouffre entre une certaine idée del’universa-lité de l’art contemporain et sa concentration dans quelques pays. Propos recueillis par René Lefort wMÉDIAS 44 Texte, son, vidéo: vive le «tout-en-un»! La «convergence numérique» permet l’accès au texte, au son, à l’imagevia un seul support. Si nous sommes capables d’en tirer profit, adieu Internet.John Vince 46 La convergence des cartelsInterview de Robert McChesney wENTRETIEN 47Sotigui Kouyaté: le sage de la scène Ce griot malien a choisi l’exil et le théâtre. Un théâtre d’avant-garde, d’ouverture à l’autre, de métissages, pour rester fidèle à lui-même et à l’Afrique.
S O M M A I R E OCTOBRE2001
wD’ICI ET D’AILLEURS 4Jérusalem, entre Ciel et Terre Un universitaire palestinien, d’une des plus anciennes familles de Jérusalem, rêve que sa ville puisse estomper les différences entre les hommes. Photos d’un collectif d’étudiants de l’Université Al-Qods, texte de Sari Nusseibeh wPOINT DE VUE 10 Si! la conférence de Durban a été un succès… La conférence de Durban contre le racisme a suscité un flot de critiques.Injuste, rétorque Pierre Sané, qui conduisait la délégation de l’UNESCO.Pierre Sané wÉDUCATION 13 Les profs manquent à l’appel Dans les pays développés, le corps enseignant vieillit et la relève se dérobe. Pour attirer les jeunes, il faut résoudre des problèmes de fond.Cynthia Guttman 15 Chicago et ses chasseurs de têteJulie Blair
Grands fleuves: du conflit au partage La rareté de la plus vitale des ressources sera-t-elle à l’origine de futures guerres de l’eau? Cette inquiétante perspective est souvent évoquée. L’histoire montre pourtant que les Etats – quelles que soient les rivalités qui les opposent par ailleurs — parviennent presque toujours à trouver un terrain d’entente pour se partager les grands fleuves. Du Danube au Nil, ce dossier montre pourquoi et comment l’eau sert à éteindre les feux, non à les attiser. Le sommaire détaillé est en page 16
coi ormp uteenn îartm-en tneilimt un programme d eérniestroi nuq
es individus,trè sarer,sno tuoev tunumraisat.Ameol soppuq,éuqles,avoppéces écu tntataetmm e soca dsiuspas reutotrus,sylevéd tuo,tnr seivtcmises attentsenti ceocnetapmt,xu tuoc ves lesais antt r a u D. baelmbres no,plu e stsefinam tnemetrinomabe oi jneéuénéglar-lp,eténa ume vneleioe nc sepçrioevtnc mo e s,de ce quil deuq tr t u a usplu peanquar mue-ttnp,u  ntêerommeatscmome un brompre,ra g nnd eL.sulpsertsyapant daufrappé travana tavtia pu aleele mmcos niU-statE sel sioftte é cerapp a fq,iuneenp,réiaeren scee yévodés lsil eda emsimaots ux mguerde «ted er »vili ec«enmm mseorajé it sedusumam-lF.sninalement,le disocru suq isaosicnetta sec edsruequn iocta.Ltstan  euoeld cé inelimquàuit cond tses eltasi»noipoe,t inétymquri,tedc leap ropni aux autui prêtésrl arevsees arpercees p à tvoirenuerfforèimerp naernt ie,alonti,eel sércaitno spasse.En revanchselluq epnol tux auteatatnttes,atioopulLa pe s. i v a ti cisng aismar,sûn ie,bsinU-statE sed ns dessinion:elleedr éxe eipts e tess rèra furctngiledse tne sedrou-e déet ssme suetolacloHel r pitva,avéle éusizan el rigrus uur évitetruirepouo redl  relr teveouorl Qu?  nel laisnoc erddnomeé suohcl aadsnconscte tif titurabrab arueL ?einsporés tcon ses tnud né iedl  araison,qui avaitl edENU.OCS slIagdistnoqui-enèrrep  etuot ed a  ldeé itgndia edl ne teim-r ner leé suouch débassetneis iurd eèrri qesux aar bbièuertn sltartmaine.Ilsonne hu monsiene»llueuti« ruel hérpmocn suss etientcitaerl e tnpuelseepu m t l pli-r ieov etnolsira«:etdonc une démarchI.sld cédirène t,nnt maabobmeleiuqfidnfinaétsecomme siférence,enemtn sc seé évsuntielaouér dsenalp ertua enu r siommeou cète,ianenahc ertsln ap trussnos dro aiin drelae ie ve  ted shcsoseV.oilà un peu plused nud lcèis-im Lnsdae, qesdron iaviu vuoojtit sousurs  bom less idlpmonasdd,e ts allembardemente ssed h seemmo qsi dueesatin asnl  uese a,u r ul-tde cmes  fem resnep ruop sinéu rntieta,égear leur temps.Pourlmiep-naslb eed caur œuldeur«Eiouq te mmoc,tne le dans où payshcérpo een,»itnetanéioatple  litaevin elcudéd u
Octobre 2001- Le Courrier de l’UNESCO3
able resneP1snepmilteep s1100 2rembritois hteexntco el,setreC.»étinla vtes,.Cerutretua  tottéiauq erida mté «lalisoep t:udrl iiavae lhumatuelle dnietllcerolaee t, »seinuluov te«ns le  unsioatu  nsnà  euqomdn donrentunsener  ert selpuep sels lelareontiens esc mop-erdner »en vue de mieux estp2O 5ENCSL U01e 20embr cter neaingsoites cettedent-ellitarlbaciov pmieIERRDER LEe?OU Cque xpliableprobc leemtnsic .aaMerés resrmnsiveelle-tned ruel soie quavaient taréc eec sivisnoirna aesté éél dssiae,eéec te icp,errostt uoqseuès dLwPr00 me 70T I D É A I R Of he gdes er cuneiarv tnvnocegre r édansre,t e rllaidriaeurr eimscobdà s iéel rstcepsus seD. »  u iux,qionasnatrtnaua xéresru stnet sta1 udes 1.Ln vaa e guatdti i m p e n s aptembre 2001 étad sedopirémAl eyspan  unt aux a i c-n d i o a t.Auciquereveune onim etes noé océfense,c de sa dE nu tatuqe cuaave  eec genrrue.sL r ups-a sidpuisuperue suniqf elaidnom ecnasder œu cauéeppradestruction,marqautnl etnér ead lnshy«r-pe e tr r r o s i e m navlle jamaait f iasiup nhcerU.ntmegeanelché dm sed el edsneyontrospecs de liudd uoetitnoe  tif ds fue oduspl el,pmetoctesufnt à ncenommees c y e l o é pes dlimis ceor fes.Lniaciréma seriatirétuplbqieue,ts venu le temps dud negrd eces eurcoets e  dcuséimantérem,iaitnossi,s auun msur uts al e ed,ruepeuur fla dlader,evre en nucuséreé itaquol saridmod uenlp,euan leur peuh e s,à serusem sel sesiprisfoe uns,i u .r Pcaehe tnavtie deni nait pouvré p é-c e d t nohc  a c étésnasquoi son onde de b l.eCse toprurseu l,àc o r p  xua seésemitcivées pens allsont srp. eLer smeèitiene ndmoe  lralpéR.»elgueva reforcdes r à iqueemtnqieu snu-eénrcforee ar pa  lp esreilneiv à tlogique. à leur etm litiaLr pisorépmi nugél fita.Mmetii-r sus,airud elm i snuentiontituulma musa enr-émiaciu,en mnen aionane ym acéir:tu« nœli pour œillaisseteocio t urdsed imites luellon qciv xua ecitsuj rendRe? ui qrentleel sneedn uov- éviter times,en ems tseret iroranislet eu naltrice Just limsansoép rl;no« aritrtbeLie«abmuimé r( »setiésitpabee lancée.Pour exel)»v eitnd êrtdee us jcetiel,secreeuqr ellmrofvilin«ci et sés»aberb«rauo r»sp ld anquténimahud été a e eésiviil est né ausièceld seL muèier,smeiè u a dneloouueruh esotsi:eriedEsso eo ppreerdeux.Le  t s t aerporpmi tse reigue unu qcear,peir é euoetv ar.L epremx i o n  te alsiasilnoitueoq tntsmmible,,e r r e-i v i cces an su g e:ss ier suqentnivnees t r,l motroisno-trra  éviO?àlpot quur eoiesn eill:eoc-memtne préalable,essentn iostue qlaà e labolg esnopéral de rtiee pauunerq ntêd  eitno cladion,qceà uecnoacfsuj d,eteut êtreire ne pésuciratiaere  tenmmcot onnf adu cevd asviréa se n g l a n t e,cnoadnmeép ral isianxpelet  eontcepser sil ed I lelam.e plst d nlpsue uoarsuc cérpmésiiséd engveountmet en mleeue rtlep lotiqirônant ligieux p eriov,étiroiréfLet.année  lnsdatol,emm sièit orm e,i s a-m isls ueelc, euq ierlisa-tion et unetua  sersnadnilgulètoe esutes li eisng nenuqo sint auier gu-luq sruoivic enuerptom cujtot aiion coloex-pansuoevtrl oi»na c  cuimoe ouujhrdyolpa relainmE.eOccideltes nquê soc reliteméligatisiliv«ca  lde dradnetéL.tned
Un
nouveau
jour
se
lève
sur
la
ville
sainte.
D DI C I E TA I L L E U R Sw J é r u s al  e m, e n t re Ciel et Te r re PHOTOGRAPHIES D’UN COLLECTIF D’ÉTUDIANTS, TEXTE DE SARI NUSSEIBEH LES PHOTOGRAPHIES SONTTIRÉES D DUNTRA VAILEXPÉRIMENTALUN GROUPE DÉTUDIANTS DE L’UNIVERSITÉAL-QODS DEJÉRUSALEM, DONTSARINUSSEIBEH EST LEPRÉSIDENT. La joie de vivre dans le jardin du Dôme du Rocher, sur l’esplanade des Mosquées. Le mois dernier, André Chouraqui nous livrait sa vision de Jérusalem. Cette fois, Sari Nusseibeh, dont la famille détient depuis des siècles les clés du Saint-Sépulcre, nous fait partager un rêve auquel il veut encore croire: sa ville peut estomper les différences entre les hommes. me demande parfois comment ma famille, qui est musulmane l’identité de Jérusalem:une belle mosaïque d’histoires venues ticnlmhu seryomtétneetaiznedp-oneml  Ourmsoiséi ipieovimduerepnsn od tvrtrotraeda uenadstiv Ntreidauose cc nsuoJsnaén irdtabeuaiarsnamhs,ul eaulnbnaeml  ,eef  hlagsieosutmeSuilorarliriierirrneèet làr.-eSseMc»é c edapl éiEesusslt ucdjrdMeteué,a.ndbi«i ao-lEjnireeedhu,cbcsipooaeemuirn-n--,lsée rtsai fes dt,sésoppus uo ébulsé n pasdunadsneé snArcue.x pagne du Prophète – en est venue à déteni ces histoires sont la fibre vivante des cœurs et des âmes de ses habitants. Il en est une que j’aime particulièrement,qui incarne pour moi la relation magique entre l’Homme et laVille:elle raconte  j’entame un l’entrée du calife Omar à Jérusalem en 638. Ce récit a filtré récit qui mêle innocemment le réel au fictif, mosaïque de sub- dans les couches profondes de ma conscience d’enfant; il a jectif et d’objectif, qui fut imprimée dans mon subconscient dès résonné,année après année, à mes oreilles, dans mon esprit,ne ma plus tendre enfance. Car telle est à mes yeux l’essence de cessant d’accumuler autour de lui et de graver en moi une Octobre 2001- Le Courrier de l’UNESCO5
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text