Introduction à l'étude du paratexte du roman zaïrois - article ; n°140 ; vol.35, pg 897-909

-

Documents
14 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cahiers d'études africaines - Année 1995 - Volume 35 - Numéro 140 - Pages 897-909
Résumé
Par paratexte, il faut entendre ce par quoi un livre se désigne, s'annonce et se propose comme tel à la lecture. Dans l'ensemble des messages paratextuels, le titre occupe une place cardinale. À lui seul, il est tout un discours. Le discours titulaire porte à la fois sur le texte qui le suit et sur le monde. De là sa haute teneur idéologique. De là aussi son intérêt. C'est donc à partir du point de départ qu'il se donne, c'est-à-dire de son appareil titulaire que la présente étude entend cerner et dévoiler, en son unité et en sa diversité, le discours du roman zaïrois des années 1980.
Abstract
Introduction to the Study of the Zairian Novel's Paratext. — The paratext is the text whereby a novel refers to itself or proposes itself as such for reading. The title holds a key place as a paratextual message. In and of itself, it is a discourse about the following text and about the world. This accounts for its highly ideological tone, and for its interest. This analysis takes titles as its starting point in the effort to understand the diversity and unity of the discourse of Zairian novels during the 1980s.
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1995
Nombre de lectures 236
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Mukala Kadima-Nzuji
Introduction à l'étude du paratexte du roman zaïrois
In: Cahiers d'études africaines. Vol. 35 N°140. 1995. Encrages. pp. 897-909.
Résumé
Par paratexte, il faut entendre ce par quoi un livre se désigne, s'annonce et se propose comme tel à la lecture. Dans l'ensemble
des messages paratextuels, le titre occupe une place cardinale. À lui seul, il est tout un discours. Le discours titulaire porte à la
fois sur le texte qui le suit et sur le monde. De là sa haute teneur idéologique. De là aussi son intérêt. C'est donc à partir du point
de départ qu'il se donne, c'est-à-dire de son appareil titulaire que la présente étude entend cerner et dévoiler, en son unité et en
sa diversité, le discours du roman zaïrois des années 1980.
Abstract
Introduction to the Study of the Zairian Novel's Paratext. — The "paratext" is the text whereby a novel refers to itself or proposes
itself as such for reading. The title holds a key place as a paratextual message. In and of itself, it is a discourse about the
following text and about the world. This accounts for its highly ideological tone, and for its interest. This analysis takes titles as its
starting point in the effort to understand the diversity and unity of the discourse of Zairian novels during the 1980s.
Citer ce document / Cite this document :
Kadima-Nzuji Mukala. Introduction à l'étude du paratexte du roman zaïrois. In: Cahiers d'études africaines. Vol. 35 N°140. 1995.
Encrages. pp. 897-909.
doi : 10.3406/cea.1995.1885
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cea_0008-0055_1995_num_35_140_1885Mukala Kadima-Nzuji
Introduction étude
du paratexte du roman zaïrois
pensée verbaux téraire anthropologique sociaux ralement gage celles-ci manifestent il existant ou entend un propos fran giques naguère ristiques ne explique Notre volonté leur révéler tures exceptions elles de tiques nos manque texte Or péritexte environnement ais fait africaines suppose propos singulière entre communiquer ce et il mais plus qui soient dans se le des tats informent par formelles subir au expliciter surtout qui par fait pas près nom est efficace de public indépendants auteurs aussi autorité les lesquels le des partira que fonde antérieures au intérêt ici livre les fa voient message agit ou de dans non littératures choix langage la on Gérard des conditions le auteur et langue immédiat originalité manière Cette En apporter leur une au exemplaire seulement projet elles le coloniale se textes aborder des intention Ces somme jour lecteur Il et réseau propose et Genette ou tour projette sa manière prennent écriture constatation considérations choix idéologique qui le souverains contemporaines africaines et forme sociopolitiques ce titre La Il des se dans mais le lui un une hui notamment les est sont comme du empêche 1987 développent critique paratexte une pratiques permet expression la ou textes le autre lecteur corps également écrivain mais opérables préface pas vive ce code et aux des la tel traitement anthropologiques aussi assigne les uniquement réponse de clarté critique littéraires dont interrogations définit réel est commun par au dans scripturales il uvres ses ce rendre écrivain les collectivités Il ensemble le niveau dans ou les en est-à-dire elles sur est lecteurs explique traitement notes lesquelles masque comme virtuel vue épuise instances que alors Ce les particulier expression en africains se pas du le type une rapports divers Et les celle occurrence existantes nourrissent la message que des et seulement les ou ces épigraphes aussi paratexte ce approche mission les plus particulier dimension politiques parole leur proposée éléments langages quelques par rapports choix caracté groupes du Ce idéolo littéra dialec par géné de pose quoi il lan que fait lit de sa se et le la
Cahiers tudes africaines 140 XXXV-4 1995 pp 897-909 898 MUKALA KADIMA-NZUJI
les prières insérer la bande-annonce etc.) ou non-verbaux les illustra
tions etc. qui tout en se situant hors texte en accompagnent pas moins
le texte pour en assurer la présence au monde la réceptivité et la consom
mation ibid. Le paratexte est donc pour reprendre le mot de Jean-Yves
Tadié 1987 246 commentant les travaux de Genette un des lieux pri
vilégiés de action de uvre sur le lecteur
Nous nous proposons examiner le paratexte du roman zaïrois Nous
aurions bien voulu analyser ensemble de la production littéraire zaïroise
pour voir comment elle fonctionne du point de vue paratextuel Nous
nous bornerons cependant compte tenu des limites impose un article
aux seuls textes romanesques une part et autre part la production
des années 1980 Le choix de cette période est justifié par la diversité et la
qualité des textes publiés Du paratexte nous avons choisi étudier un
aspect et non des moindres le titre ou appareil titulaire pour reprendre
la terminologie de Genette Une objection cependant pourquoi le titre
seul alors que les éléments paratextuels sont nombreux et tout aussi signi
ficatifs dans le roman zaïrois Nous répondons brièvement étude du
titre amorcée ici constitue étape inaugurale une réflexion globale que
nous entendons initier sur le dispositif paratextuel dans la littérature zaï
roise de langue fran aise ce premier élément de réponse ajoute un
second sur lequel nous nous attarderons quelque peu la place cardinale
du titre dans ensemble des messages paratextuels
ceux qui reprochaient ses livres être hermétiques écrivain
congolais Tchicaya Si avait habitude de répondre Les clefs de
mes uvres sont sur la porte De cette formule lapidaire mais parti
culièrement dense il ressort que le titre une uvre est ce par quoi se
dévoile celle-ci Car il sert non seulement désigner et identifier
ensemble du texte qui le suit stimuler la curiosité du lecteur ou de
acheteur potentiel mais aussi comme le note juste titre Henri Mitte
rand in Duchet 1979 91) orienter et programmer la lecture En
autres termes le titre est uvre ce que la clef est la porte il per
met au lecteur de pénétrer épaisseur symbolique du texte comme la clef
permet usager avoir accès intimité close une demeure lui
seul le titre est tout un discours un discours sur le texte qui le suit et un
discours sur le monde De là sa haute teneur idéologique De là aussi son
grand intérêt
Nous voudrions partir du point de départ il se donne est-à-dire
de son appareil titulaire dévoiler en son unité et en sa diversité le dis
cours du roman zaïrois des années 1980
Notre corpus est constitué par un ensemble de vingt-cinq titres de
roman usage du terme roman pose problème On sait il désigne tra
ditionnellement toute uvre de fiction en prose ayant une tendance
esthétique marquée comptant un ou plusieurs personnages et plus de
cent pages et développant en outre une intrigue se déroulant dans
espace et dans le temps Il faut cependant reconnaître que si en plus des PARATEXTE DU ROMAN ZA ROIS 899 LE
difficultés inhérentes tout essai établissement des lignes de démarca
tion entre les différentes catégories du narratif récit roman nouvelle
etc.) nous nous en étions tenu dans la constitution de notre corpus aux
seules uvres manifestant une tendance esthétique marquée nous
aurions éliminé bien des textes Si par ailleurs nous avions pris en consi
dération le critère du volume généralement préconisé nous aurions été
en droit de passer sous silence des textes dont intérêt est indéniable sur
le plan de écriture mais qui malheureusement atteignent pas toujours
le nombre de pages souhaité Eu égard ce double écueil il nous paru
que tout texte qui se donnait lire comme roman ou la rigueur comme
récit quelle en soit la longueur ou la valeur intrinsèque méritait au
regard de la problématique titrologique de figurer dans notre corpus
examen de ce corpus appelle une importante remarque Sur les
vingt-cinq titres huit renvoient animé humain1 huit autres exploitent
ce que Leo Hoek 1982 appelle opérateur narratique ou encore factuel
est-à-dire événement2 trois désignent inanimé3 et trois autres la spa-
tialité4 enfin trois titres renvoient la temporalité5
Il ressort de ces observations que le système titulaire du roman zaïrois
des années 1980 accorde une place prépondérante animé humain et
événement Il fait de homme ou de la femme) comme des événements
que ceux-ci provoquent ou dans lesquels ils sont impliqués ou auxquels ils
sont confrontés objet essentiel de son discours
Nous nous bornerons dans ces pages étude des titres referents
animé et événementiel et tirerons parti au double plan conceptuel et
méthodologique des travaux de Leo Hoek 1982) de Claude Duchet
1973) de Charles Grivel 1973) de Henri Mitterand 1979) et de Gérard
Genette 1987)
TsHiBANDA WAMUELA èé ne suis pas un sorcier 1981 MAJAMBO
KALONDA Ibrahim 1983 Pius NGANDU NKASHAMA Le Fils de la tribu et La
Mulâtresse Anna 1983 ZAMENGA BATUKEZANGA Chérie Basso 1983 NDOKI
KiTEKUTU ai épousé une vierge 1984 BOLYA BAENGE Cannibale 1986
ZAMENGA BATUKEZANGA Mon mari en grève 1986
MAJAMBO KALONDA Le Testament de Tshishabala 1983 NGANDU NKASHAMA
La Malédiction 1983 idem. Le Pacte de sang 1984 NZAU Traite au
Zaïre 1984 KUMP NY WA KUMP NY Les Tortures Eyenga 1985 Thomas
BuATU La Re-production 1986 NGANDU NKASHAMA La Mort faite
homme 1987 MBUYU MUKALAY Empreinte du destin 1988
KAWATA TEM Des Cendres et des flammes 1980 BUABA WA KAYEMBE
Mais les pièges étaient de la fête 1988 NGANDU NKASHAMA Les toiles écra
sées 1988
TSHIBANDA WAMUELA Bumu De Kolwezi Kasaj 1981 OMAMI TSHIBAMBA
Ngemena 1981 DJUNGU SIMBA Cité 15 1988
ELEBE MA EKONZO Un cho dans la nuit 1983 EMONGO LOMOMBA Instant
un soupir 1989 NGANDU NKASHAMA Pour les siècles des siècles 1987 900 MUKALA KADIMA-NZWI
Titres réfèrent animé
Sur les huit titres qui renvoient animé humain six sont sexués au mas
culin Je ne suis pas un sorcier Ibrahim Le Fils de la tribu ai épousé
une vierge Cannibale Mon mari en grève et deux au féminin La
Mulâtresse Anna Chérie Basso Sur ces six titres réfèrent animé mas
culin deux sont des syntagmes verbaux qui établissent une relation
implication entre le scripteur le narrateur les personnages et les événe
ments du discours Je ne suis pas un sorcier ai épousé une vierge Une
telle relation installe le lecteur dans ce que Philippe Lejeune 1980
nomme renonciation autobiographique En autres termes les deux
titres affichent que les textes que on va lire se construisent la première
personne du singulier et que par ailleurs le même pronom personnel je
désigne le narrateur et le personnage principal le sujet de renonciation
et celui de énoncé Après vérification appuyée sur le contexte du titre
est le texte proprement dit le pronom je inscrit dans Je ne suis pas
un sorcier réfère au sujet de renonciation et celui de énoncé Le récit
ouvre en effet par ces mots
Pourquoi ne puis-je pas vivre en paix comme mes amis Pourquoi les fautes des
parents devraient-elles avoir un retentissement sur la descendance Ah misé
rable enfance on avait pourtant dit que était une période innocence
insouciance et de joie mais avais-je vu jusque-là avais-je entendu Par
tout le même regard de méfiance les mêmes paroles pleines de méchanceté II
est là le fils du sorcier regarde comme il les yeux rouges Sa bosse ne fait que
grossir sur son dos Tshibanda Wamuela Bujitu 1981 9)
Dans ce récit le sujet de renonciation semble unique celui de
énoncé paraît double De ce point de vue le pronom je inscrit dans le
titre désigne la fois le narrateur-personnage est-à-dire le fils du sor
cier du fragment cité et Ngandi le père de ce dernier Cette hypothèse
se trouve confirmée par la réponse de Ngandi une question de son fils
le narrateur
Cela dépend de ce que tu entends par sorcier fils Si pour toi sorcier signifie
un homme fort sur qui la famille compte un homme qui est en bons termes avec
les gens pendant les moments de joie et contre qui on acharne pendant les
moments de détresse oui fils je suis sorcier Mais si tu entends par sorcier un
homme puissant et mauvais capable de maîtriser les forces naturelles afin de les
utiliser pour causer des ennuis aux autres non mon fils JE NE SUIS PAS UN
SORCIER ibid 142-143)
est la première et unique fois que énoncé du titre apparaît dans le
corps du texte En plus il est en lettres capitales de ce fait il focalise le
lecteur sur lui Dès lors il ne serait pas surprenant que le je du titre
désigne prioritairement le je du père Mais tout compte fait il
demeure un je ambivalent qui englobe la fois le père et le fils dans la
mesure où ce dernier est non seulement le narrateur mais aussi celui qui
hérite ou assume les fautes du père Pourquoi écriait le narrateur au PARATEXTE DU ROMAN ZA ROIS 901 LE
début du texte les fautes des parents devraient-elles avoir un retentisse
ment sur la descendance
Le titre ai épousé une vierge Ndoki Kitekutu 1984 annonce
comme le précédent un récit la première personne impliquant sur le
mode autobiographique et le sujet de renonciation et celui de énoncé
Cependant la lumière du texte lui-même et bien il soit le sujet de
énoncé le pronom je figurant dans le titre est pas première vue
celui de renonciation le discours étant la troisième personne On sait
par ailleurs que une des trois manières de préciser que la troisième per
sonne renvoie au scripteur est comme le souligne Philippe Lejeune
1980 41) emploi du nom propre Or dans ce court récit le personnage
central se nomme Ngindu est en effet de ses fian ailles et de son
mariage avec Tonda une jeune fille vertueuse dont il sera question On
peut dès lors conclure que le nom propre Ngindu et le pronom personnel
je du titre ne font un Il pour reprendre expression de Phi
lippe Lejeune ibid.) amorce de constitution un double
Ce il faut tirer de ces observations au regard de la titrologie est
que les deux titres Je ne suis pas un sorcier et ai épousé une vierge
fonctionnent comme des titres-enseignes instar des écriteaux que
on per oit dans bien des villes Afrique et ailleurs portant notam
ment les inscriptions Propriété privée Chien méchant Pas
embauché Hakuna kazi II pas de travail etc. et qui
renseignent sur le statut ou état une propriété ou sur les besoins une
entreprise aux portes desquelles le passant ou le chômeur apprête
frapper Ces titres-enseignes informent le lecteur sur la personnalité du
sujet énonciateur Je ne suis pas un sorcier ou renvoient un code moral
et/ou social Je ne suis pas un sorcier ai épousé une vierge
Quant aux autres titres réfèrent animé masculin ils se répartissent
de la manière suivante
Un nom de personne Ibrahim Majambo Kalonda 1983) inhabituel
dans anthroponymie zaïroise présentant un complexe de sèmes marqués
sexuellement homme la virilité) religieusement appartenance la
religion musulmane et géographiquement cet homme vient ailleurs)
Un syntagme nominal Le Fils de la tribu Ngandu Nkashama 1983)
impliquant un rapport de filiation ou de dépendance entre les deux opéra
teurs humains le fils et la tribu il est remarquable que les deux
opérateurs soient accompagnés de article défini le ou la qui installe le
lecteur dans du déjà dit du déjà nommé Il ne agira donc pas un
fils ni une tribu mais du fils et de la tribu Outre le fait que la présence
du défini dans intitulation une uvre suppose que la détermination
sera apportée par le texte lui-même il faut reconnaître que exclusivité
que réserve usage de article défini aux termes il accompagne
confère ces termes ce que les grammairiens appellent la notoriété 902 MUKALA KADIMA-NZUJI
est-ce alors que la notoriété sinon le fait que objet dont il est
question en occurrence le fils ou la tribu est connu du locuteur ou du
locuteur et du destinataire ou connu en général Cressot 1974 117)
Un autre syntagme nominal Mon mari en grève Zamenga Batuke-
zanga 1986 entendons mon mari est en grève) évoque dans sa brièveté
même événement tel il est immédiatement per mais illustre en temps la brutalité du jugement Si ce syntagme fait sans détour
affleurer dans le champ de la conscience la brutalité du juge
ment résulte de la spécification de opérateur humain il ne agit plus
un quelconque mari mais de mon mari Il est évident que le locuteur
ici est une femme Le possessif indique appartenance et exprime
idée de possession voire de propriété et même de propriété privée Du
coup les liens semblent lâches qui relient le mari au locuteur la grève
étant non seulement expression du mécontentement et partant un
désir profond de changement mais aussi une des manifestations de la
perte autorité et de contrôle du patron sur ses employés du chef sur
ses administrés du possédant sur sa propriété La brutalité du jugement
se transforme en expression du désarroi une femme qui est plus en
mesure exercer son ascendant sur son conjoint
Un substantif isolé Cannibale Bolya Baenge 1986 En fran ais et
dans état actuel de la langue comme le fait observer juste titre
Cressot 1974 117) article accompagne peu près obligatoirement
le substantif moins que celui-ci ne soit déjà actualisé par quelque autre
procédé absence actualisation reflète une survivance ou répond une
intention En absence article le substantif cannibale fonctionne
comme une construction nominale soit sous-entendu je suis un canni
bale tu es un cannibale il est un cannibale Dans ce cas il prend la forme
de apostrophe tout lecteur est interpellé et sommé ouvrir les yeux sur
la violence il côtoie chaque coin de rue en même temps il est
appelé au banc des accusés pour avoir inconsciemment ou non participé
au regain de bestialité humaine vécue quotidiennement dans bien des
pays de Afrique noire
Les deux titres réfèrent animé féminin La Mulâtresse Anna
Ngandu Nkashama 1983 et Chérie Basso Zamenga Batukezanga 1983)
appellent quelques commentaires Ils occupent une place réduite dans la
titulature des romans zaïrois Deux hypothèses peuvent être avancées
pour tenter brièvement expliquer ce fait une part la présence trop
discrète de la femme dans le champ de la production romanesque zaïroise
ne permet guère élever de fa on privilégiée animé féminin au statut
de sujet énonciation autre part le refus sans doute implicite et
sans doute aussi image de la société globale accorder un statut nar
ratif particulier la femme excepté dans Des Cendres et des flammes de LE PARATEXTE DU ROMAN ZA ROIS 903
Kawata Ashem Tem 1980 Il empêche que la fiction romanesque zaï
roise présente un échiquier non moins intéressant de personnages fémi
nins mais ces personnages sont rarement sujet énonciation Ils se
donnent plus voir lire
Revenons aux deux titres réfèrent animé féminin Ils fonctionnent
tous deux sur des opérateurs humains La mulâtresse présente un
complexe de sèmes marqués sexuellement la féminité) socialement ren
contre de deux races et bien entendu dans imaginaire collectif zaïrois
péjorativement née hors du mariage et partant la bâtardise article
défini la qui accompagne et qui détermine sa valeur contribue la
distinguer parmi tant autres et insérer dans ce que Henri Mitterand
1979 94 nomme système préconstruit précomposé de dénomination
de classification et de jugement Quant Chérie Basso il est constitué
de deux termes apposés un substantif chérie et un nom propre
Basso Le substantif chérie féminin singulier dénote une vive ten
dresse Le nom propre de personne Basso apposé chérie indique claire
ment que est Basso qui est la fois objet et le principal bénéficiaire de
cette vive tendresse On remarquera cependant en absence de tout
actualisateur les deux termes en apposition sont également en apos
trophe Basso apparaît dès lors dans ce contexte précis comme le princi
pal destinataire du récit que on va lire
examen de ces titres réfèrent humain fait ressortir les traits
suivants
importance accordée animé masculin comme principal produc
teur du discours romanesque zaïrois
Ce replace lui-même homme homo au centre de ses
préoccupations en ce sens il sera question dans les textes que les dif
férents titres annoncent de homme et singulièrement de homme afri
cain ou zaïrois est-à-dire par ricochet des problèmes propres une
société qui se cherche encore Ces problèmes sont nombreux notamment
ostracisme La Mulâtresse Anna) la dépravation des urs et la crise
de la moralité ai épousé une vierge érosion des valeurs culturelles et
sociales Mon mari en grève Je ne suis pas un sorcier) la violence institu
tionnalisée et aveugle Cannibale) etc
Le discours que les titres instituent et annoncent est un discours
éminemment critique
Titres réfèrent événementiel
Sur les huit titres qui fonctionnent sur des opérateurs narratiques
deux présentent quelques particularités Le Testament de Tshishabala
Majambo Kalonda 1983 et Les Tortures Eyenga Kompany wa Kom- 904 MUKALA KADIMA-NZUJI
pany 1985 Ils combinent un opérateur factuel testament torture et un
opérateur humain Tshishabala Eyenga Du fait de la présence dans leur
structure des opérateurs humains ils auraient dû être classés parmi les
titres réfèrent animé Or les opérateurs humains étant en position
de déterminant les deux titres se focalisent sur les opérateurs narratiques
et insèrent de ce fait dans la catégorie des titres réfèrent événementiel
Ils annoncent il sera question dans les textes qui les suivent des der
nières volontés testament un homme Tshishabala mort ou ago
nie et des souffrances morales et/ou physiques tortures une femme
Eyenga)
Quant aux autres titres ils se distribuent de la manière suivante
Quatre stéréotypes ou expressions figées qui semblent être repris
la littérature policière Le Pacte de sang Ngandu Nkashama 1984) Traite
au Zaïre Nzau 1984) Empreinte du destin Mbuyu Mukalay 1988) La
Mort faite homme Ngandu Nkashama 1987 Précisons cependant la
suite de Bernard Mouralis 1980 55) que la notion de stéréotype est la
fois relative et subjective et ne peut reposer que sur la conscience lin
guistique de chaque lecteur Nous insisterons donc pas sur cet aspect
de la question
Un sème pathétique La Malédiction Ngandu Nkashama 1983)
Un sème socioculturel La Ré-production Mpoyi Buatu 1986)
Le terme pacte dénote un accord une convention généralement
solennelle entre tats ou entre particuliers Repris dans la formule figée
pacte de sang il évoque le serment fondé sur le sang par lequel deux
êtres se lient pour la vie et pour la mort Il définit une situation alliance
Or le pacte de sang dans toute société qui le pratique est un rite entouré
interdits La question que le titre suscite ou suggère est précisément de
savoir si alliance dont le récit sera inscrit dans le texte on va lire
sera respectée ou non si les interdits érigés en garde-fou ne seront pas
violés Et en cas de non respect de alliance ou en cas de violation des
interdits de quel type de conflits le texte sera-t-il le lieu ancrage ou
expression
Dans Empreinte du destin deux termes empreinte et destin
sont associés pour souligner le caractère profond et souvent indélébile des
traces que les événements laissent sur les individus Mais ce titre évoque
aussi une manière de fatalité Car le destin tel que le définit le diction
naire Larousse est autre que ensemble des événements constituant
la vie humaine et qui semblent dirigés par une puissance supérieure
intitulation Traite au Zaïre inscrit emblée le texte qui la suit dans la
catégorie du roman policier tout en demeurant ambivalente Elle évoque
un fait historique le trafic des esclaves pratiqué par les Européens sur
les côtes africaines du xv au xixe siècle comme elle renvoie un fait LE PARATEXTE DU ROMAN ZA ROIS 905
sociologique entraînement ou le détournement de femmes en vue de
la prostitution il était agi du fait historique auteur aurait pris soin
utiliser appellation du pays ou de la région qui était alors en vigueur
pour circonscrire son discours son cadre socio-temporel Dans ce titre
cependant il ne agit pas du royaume du Kongo ou de autre
empire mais du Zaïre Du coup la seconde acception du terme traite
impose esprit enlèvement de femmes en vue de la prostitution Or
toute traite suppose une organisation et toute organisation la mise en
place de réseaux qui puissent irriguer intitulation Traite au Zaïre
annonce soit que le récit qui se donne lire va décrire comment des
femmes sont enlevées entraînées et livrées la prostitution au profit
une poignée de souteneurs et quelles méthodes sont utilisées pour ce
faire soit comment organise la contre-offensive en vue enrayer ce
mal Quelle que soit interprétation retenue ce qui frappe dans ce titre
est précisément la violence il exprime et qui apparente autres
titres du corpus comme Cannibale analysé plus haut ou La Mort faite
homme
Reste examiner les deux titres suivants La Malédiction et La Re
production Du point de vue morphologique le terme malédiction ne
pose pas de problème En revanche dans le vocable reproduction le
préfixe re est séparé du substantif par un tiret comme pour mettre en
relief idée il contient savoir la répétition le renouvellement ou le
recommencement
Du point de vue sémantique la malédiction suppose existence
une part une autorité chargée de maintenir le droit et de donner un
ordre et autre part le transgresseur de ordre ou de la loi Elle est donc
non seulement une menace sévère mais aussi la sanction une faute La
punition qui ensuit pourrait consister priver intéressé un droit ou
un bonheur dont il aurait pu normalement jouir Le titre La Malédiction
porte en lui une virtualité de crise et de conflit Il préfigure les infractions
les transgressions les exclusions et les menaces dont le récit venir sera le
théâtre est donc un monde profondément perturbé il annonce
Quant intitulation La Ré-production elle dénote la fonction par
laquelle les êtres vivants perpétuent leur espèce et également toute forme
imitation Mais au-delà de ce double sens il sous-jacente idée de
reproduction sans discernement ni esprit critique dans un espace donné
des modèles culturels ou des pratiques socio-politiques hérités du passé
ou provenant ailleurs Une telle perception des choses ne saurait être
positive Affichée au frontispice de uvre elle prévient que le récit sera
la critique de toute forme de mimétisme parce que celui-ci prive individu
ou le groupe humain de son esprit initiative et le vide de ses potentiali
tés créatrices
examen des titres réfèrent événementiel fait ressortir les traits
suivants