//img.uscri.be/pth/819f7bf532f63e2b733d308919bf8fa24d03dac1
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

L'Etalonnage français du Test de Barcelone - article ; n°1 ; vol.29, pg 113-141

De
30 pages
L'année psychologique - Année 1928 - Volume 29 - Numéro 1 - Pages 113-141
29 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Henri Piéron
IV. L'Etalonnage français du Test de Barcelone
In: L'année psychologique. 1928 vol. 29. pp. 113-141.
Citer ce document / Cite this document :
Piéron Henri. IV. L'Etalonnage français du Test de Barcelone. In: L'année psychologique. 1928 vol. 29. pp. 113-141.
doi : 10.3406/psy.1928.4806
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1928_num_29_1_4806IV
L'ÉTALONNAGE FRANÇAIS DU TEST
DE BARCELONE
Par Mme Henri Piéron
I. — Le test de Barcelone et son but
L'étalonnage que nous présentons aujourd'hui est basé sur
les résultats d'une expérience faite au cours de l'année scolaire
1923-1924 au moyen- du test collectif combiné à l'Institut
d'Orientation professionnelle de Barcelone par le Dr E.Mira.
Ce test, traduit et imprimé en diverses langues, a été expéri
menté dans un grand nombre de pays, en vue de comparer les
niveaux intellectuels en différentes nations, différentes races,
différents milieux.
Composé de 71 questions, le test s'adresse à plusieurs aspects
de l'intelligence. Chaque forme nouvelle 'de problèmes posés
est accompagnée d'un exemple.
C'est un test ne demandant de la part de l'expérimentateur
aucune explication autre que celles portées sur la couverture.
Cela supprime les erreurs dues aux différentes méthodes
d'explications qui pourraient être adoptées.
L'expérimentateur n'a pour tâche que de surveiller attent
ivement les sujets et son chronographe.
Ce test, que nous ne reproduirons pas ici se trouve imprimé
in extenso dans le livre de Decroly et Bu'yse 1, la même ver
sion française ayant été utilisée en Belgique et en France.
Nous l'avons utilisé tel qu'il était, pour participer à la com
paraison internationale, malgré quelques inconvénients.
1. O. Decroly et R. Buyse, La pratique des tests mentaux. Biblio
thèque de psychologie de l'enfant et de pédagogie. Alcan, édit., p. 246.
l'année psychologique, xxix. 8 114 MÉMOIRES ORIGINAUX
En effet, il doit être exécuté dans un temps très court (une
demi-heure) et cela donne la prédominance à l'élément rapidité,
presque personne ne pouvant arriver à la fin.
Or, ce test n'étant pas homogène, et la distribution des pro
blèmes suivant leur nature et leur difficulté ne comportant
pas de cycles réguliers, et s'étendant un peu au hasard sur le
test entier, il s'ensuit que les sujets lents n'abordent jamais cer
taines catégories de questions, ni certains niveaux de difficultés,
ce qui ne permet pas une analyse satisfaisante des résultats et
fausse même les comparaisons.
En second lieu quelques questions font trop uniquement
appel aux connaissances acquises et s'adressent ainsi moins à
l'intelligence qu'au degré d'instruction et à la mémoire (ques
tions 25, 32, 33, 41, 51, 63, 71, par exemple) 1.
II. — La notation brute du test
La notation est simple :
Chaque bonne réponse à une question ne comportant qu'une
seule réponse compte pour un point (questions portant les nu
méros 1-8-9-10-11-20-25-27-30-31-32-33-36-41-42-45-47-49-50-
53-56-57-58-59-63-65-66-68-71).
Pour les questions comportant une réponse complexe (deux
nombres, deux phrases, etc.), plusieurs cas se présentent.
Chaque fois qu'il faut marquer deux mots offrant entre eux la
même relation d'idées que la relation exprimée dans la question,
il est clair que le fait de souligner un seul mot juste ne peut
compter et qu'il faut souligner les deux mots exacts pour avoir
réussi et mériter un point (questions 2-3-4-14-15-22-34-38-39-40-
52-60-61-62-64).
De même pour les questions dé complètement de séries nu
mériques (6-7-17-23-24-28-55-67-70) il faut que les deux ou
trois nombres demandés soient exacts pour obtenir le point
correspondant à la. réussite.
Au contraire pour les questions 12-13-21-29-43-54, dans
lesquelles il s'agit de souligner deux phrases dont la signification
paraisse identique à celle de la phrase ou du proverbe donné
1. Questions relatives à la nature du platine, à la capitale du Brésil, au
classement zoologique du Caméléon, à la nature de la quinine, dé l'oxy
gène, à la personnalité de Pythagore. MmeH.PlÉRON. — l'ÉTALOMSAGE FRANÇAIS OU TEST DE BARCELONE 115
dans la question, il est évident que toute phrase bonne trouvée
représente une réussite partielle. Elle vaut donc alors 1 /2 point.
Cependant chaque fois qu'il y a plus de phrases ou plus de
mots soulignés dans les questions que la réponse n'en comporte,
celle-ci mérite zéro, même si les bonnes réponses sont parmi les
réponses soulignées. Il suffirait, en effet, de tout barrer dans
les alternatives proposées pour être certain de la réussite et
c'est ce que font assez souvent de jeunes sujets rusés.
Pour les questions 5-16-26-35-51 qui sont des phrases à comp
léter la notation ne comporte également que 1 ou zéro.
Deux questions (44-46) comportent 6 réponses que l'on peut
considérer comme à peu près indépendantes, elles sont marquées
par sixième de point, le total étant de 1 toujours pour la
réussite totale. (Il s'agit de composer six définitions exactes
avec des éléments dispersés.)
De même on note par 1 /3 les questions 18 et 19. (Écrire
3 mots commençant par Z, et 3 mots se terminant en aï).
Reste la question 69, qui comporte la reconnaissance de
5 mots ou expressions d'un idiome artificiel. Chaque expression
trouvée juste donne droit à un cinquième de point.
Le total des points de réussite avec ce mode de notation
donne un chiffre total de pour chaque sujet, dépendant
à la fois de la qualité des réponses données et du nombre de
questions vues ; il n'y a pas de pénalité.
C'est sur ces chiffres globaux que l'étalonnage que nous
allons donner d'abord a été établi.
III. — Les sujets
Le test a été expérimenté sur 3.017 sujets français se décom
posant ainsi : 2.374 garçons , dont 1.435 appartiennent à l'En
seignement primaire, 829 à l'Enseignement secondaire, 110 à
l'Enseignement supérieur ; et 643 jeunes filles, dont 204 appar
tiennent à l'Enseignement primaire, 385 à l'Enseignement s
econdaire et 54 à supérieur.
Les âges de nos 2.264 sujets appartenant aux enseignements
secondaire et primaire se répartissent ainsi :
De 20 à 21 ans, nous n'avons que 90 sujets, tous garçons.
De 19 à 20 ans, : 439 sujets (310 garçons et 129 filles).
De 18 à 19 ans : 669 (518 et 151
De 17 à 18 ans : 658 sujets (550 garçons et 108 filles). 116 MÉMOIRES ORIGINAUX
De 16 à 17 ans : 528 sujets (480 garçons et 48 filles).
De 15 à 16 ans : 197 (140 et 57
De 14 à 15 ans : 128 sujets (74 garçons et 54 filles).
De 13 à 14 ans : 144 (102 et 42
Au point de vue de la répartition géographique des sujets, elle
est assez variée et cependant, comme nous le montrerons parla
suite, les résultats au sein de chaque âge sont assez homogènes.
Les expériences sur les élèves recevant l'enseignement pr
imaire ont été faites dans les villes suivantes : Alençon, Beau-
vais, Boulogne-sur-Seine, Gaen, Courbevoie , Laval, Lillers
(Pas-de-Calais), Nice, Nîmes, Paris, Rennes, Strasbourg,
Toulouse, Versailles ; et pour les sujets relevant de l'ense
ignement secondaire dans les villes suivantes : Amiens,
Bischviller (Alsace), Caen, Nancy, Nîmes, Paris, Rennes,,
Strasbourg, Toulouse, Tours.
Pour l'enseignement supérieur nous n'avons que les résultats
d'élèves de cours de philosophie des Universités de Caen, Paris,,
Rennes, Strasbourg et Toulouse.
Nous devons remercier ici tous ceux qui ont bien voulu
donner leur participation à l'effort collectif d'étalonnage dans
divers milieux. Nous remercierons particulièrement les Compa
gnons de l'Université nouvelle et leur président H. Laugier,
pour leur appui général , MM. Blondel, Bourdon, Delvolvé,.
Foucault, Spaier, Wallon, professeurs de Faculté ; Griolet,.
Guillaume, Lalo, Lesage, Sainte-Lagiie, professeurs de l'ense
ignement secondaire ; Brinon, Brun, Marot, Mary, Piffault,
directeurs d'Écoles normales ; Bruneau, Duthil, Falguière,
etc. pour leur très actif concours.
IV. — Les résultats globaux par âge et par sexe
Notre test présente un total maximum de 71 points ; nos
chiffres de réussite indiqueront donc la réussite sur 71 et non
sur 100. Nous allons donner séparément pour les garçons et les
filles (mais sans distinction d'enseignement suivi), le décilaga
de nos résultats et les quartiles. MmeH.PiÉRON. — l'étalonnage français du test de bahcelone 117
Nous indiquerons aussi la dispersion de nos résultats pour
chaque âge au moyen du semi-interquartile.
Dans cette première façon d'envisager les résultats nous ne
tenons pas compte des résultats obtenus chez des sujets faisant
partie de l'enseignement supérieur.
Nos sujets sont en effet trop peu nombreux et d'âges trop
différents de l'âge normal des sujets des deux autres ordres
d'enseignement, pour que leurs résultats puissent s'intégrer
dans l'ensemble.
* *
20 ans
Pour cet âge nous n'avons que 90 sujets garçons et pas do
filles, nous ne pouvons donc avec ce petit nombre qu'indiquer
Jes^quartiles et le semi-interquartile 1.
Le 1° nous donne 65,1 de réussite
Le 25» » 55,4 »
Le 50» » 42,4 »
Le 75» » 31,4 »
Le 100° » 18,4 »
Et le semi interquartile : 12,00.
19 ans
Garçons (310)
Déciles
1» 10° 20° 30° 40° 50° 60» 70° 80° 90° 100
£3,0 56,2 52,3 50,0 48,4 44,2 41,1 39,3 36,0 33,4 26,2
Quartiles
25° 50° 75° 100° 1°
51,1 44,2 63,0 37,4 26,2
: 7,05. Semi-interquartile
1. Nous avons négligé ultérieurement dans nos calculs les sujets de 20 ans.
Étant donnés les groupes auxquels ils appartiennent ce sont des sujets
retardés et leur homogénéité est moins bonne que celle des autres groupes. 1
MEMOIRES ORIGINAUX 118
Fuies (129)
Déciles
1° 10° 20° 30° 40° 50° 60« 70° 80° 90° 100°
56,4 51,1 49,5 46,1 43,3 40, S 39,2 37,4 35,4 33,2 23,0
Quariiles
Pent, SI 1° 25° 50° 75° 100» SI
50
49 56,4 47,4 4o,3 37,2 23,0 \
48
( Semi-interquartile :5.10.
•. \ • v \ 1
....fille* 45
Pour ces résultats globaux la courbe
y \ \ des quartiles (fig. 1) montre que le n
iveau est plu» bas pour les filles que pour i \ y y
les garçons à cet âge.
Les meilleurs et le^ plus mauvais
^, offrent également la même différence
ISA« (premiers : garçons ; 63,0, filles 56,4)
Fig. i. (derniers : 26,2 ; filles 23,0).
18 ans
Garçons (518)
Décites
1° 10» 20» 30» 40° 5»° 60° 70» 80° 90» 100»
62,1 53,4 50,0 46,2 44,5 42,5 39,3 35,4 32,1 29,0 20,4
Quartiles
50» 75° 100° 1° 25°
20,'
42,5 33,5 4 48,5 62, t
Semi-interquartile : 7,5.
Fuies (151)
Déciles
1° 10° 20° 30° 40° 50° 69° 70° 80° 90° 100°
60,0 58,1 50,2 49,0 43,3 41,0 33,1 36,2 33,0 30,1 25,5 ;
— l'étalonnage fk atoms ot test de Barcelone MmeH.piÉRON.
( Qaarliles i
\
25° 50o 75° 100° \
\_
60,0 49,4 41,0 34,5 25,5 A A -6»rfon» 43
L ... fill« 42 Semi-interquartile : 7,5.
Si l'on trace la courbe des quartiles
\ médians de chaque sexe (fig. 2). on voit
que chez nos sujets de 18 ans l'infé
riorité féminine constatée à 19 ans ne
se retrouve plus aussi forte. Les deux * * Fig. !5' 2. U 50* Ans \ 13'
courbes sont à peu près identiques.
17 ans
Garçons (550)
Déciles
1° 10° 20° 30° 40° 50° 60° 70° 80° 90° 100°
63,5 52,3 49,2 47,5 45,0 41,5 38,0 36,1 33,5 26,2 16,1
I Point» 44 Qaarliles
4» 1° 25° 50° 75° 100«
AI
\ 63,5 48,1 41,5 35,1 16,1 45
44 ZA IE \
Semi-interquartile : 7,5. 43
( .6ai?w»42 Fuies (108)
\ • \ \ 40 Déciles
39 1° 10° 20° 30° 40° 50° 60°
sa
37 56,0 49,0 43,3 40,3 39,0 38,0 34,1 3« \ *, \
35 70» 80« 90° 100° 34
33 31,0 £8,3 25,2 22,3 32
*, 31
*, 30 Quarliles i 29 1° 25° 50e 100° 7S°
28 Z5f 50' J5'
56,0 42,2 38,0 29,2 22,3 17 An?
Semi -interquartile : 6,5. Fi?. 3. ,
120 MÉMOIRES ORIGINAUX
Traçons les deux courbes des quartiles médians (fig. 3).
Nous retrouvons encore comme à 19 ans une infériorité fémi
nine nette.
16 ans
Garçons (430)
Déciles
io lOo 20° 30« 40° 50° 60° 70° 80° 90° 100»
58,2 52,1 49,0 45,4 42,3 39,3 38,2 36,3 31,5 26,1 13,3
Penh » Quantités
5} 25» 50° 75» 100»
-fi».. $o 58,2 47,4 39,3 34,4 13,3 At
At
Semi-interquartile : 6,70. 47
44
41 \
44 Filles (48)
43
\ \ [Qaartiles
41 1° 25° 50° 75° 100« 40
3S
V 53,5 37,2 34,4 29,2 26,1 3«
3? t \ 3« \ \ Semi-interquartile : 4,0.
35
94
35 \ \ \ La courbe des quartiles médians (fig. 4) 32
3 présente encore la même infériorité f
30 éminine, mais elle n'a qu'une très faible 29
2« valeur parce que l'élément féminin y est
25 ! 50? 75*
en trop petit nombre et qu'il n'appartient
16 Ans
d'ailleurs qu'à l'enseignement secon
Fig. 4. daire, tandis que les 480 garçons appar
tiennent en nombre à peu près égal aux deux enseignements
secondaire et primaire.