La force symbolique de l'État - article ; n°1 ; vol.116, pg 3-23

-

Documents
24 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1997 - Volume 116 - Numéro 1 - Pages 3-23
The symbolic force of the State The genesis of the Vendee region symbol first of the counter-revo lution and then of political reaction is closely connected with the French Revolution This presents highly favorable situation for trying to understand why popular cultures including those most recalcitrant to the effects of domination have in fact lack of autonomy with respect to the symbolic work of imposition conducted by the state which they are supposed to have resisted The purportedly distinctive criteria of this region beginning with an allegedly singular identity are part of diversified pedagogy on the part of the local elites who ev on an inverted version of the thinking involved in the process used by the late nineteenth- century republican State to form the French nation The paradox of Vendee is that it at once took from the Revolution the fact of serving as prop for well-established and widely recognized political cause while being culturally and ideologically stigmati zed as backward region living in another time Consequently defense of the Vendean cause has been continuously invoked over the last two centuries to serve interests which changed -with
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1997
Nombre de visites sur la page 27
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Charles Suaud
La force symbolique de l'État
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 116-117, mars 1997. pp. 3-23.
Citer ce document / Cite this document :
Suaud Charles. La force symbolique de l'État. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 116-117, mars 1997. pp. 3-
23.
doi : 10.3406/arss.1997.3211
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1997_num_116_1_3211Zusammenfassung
Die Symbol kraft des Staates.
Die bei der Entstehung der weithin für den Inbegriff von Konterrevolution und politischer Reaktion
gehaltenenen Vendee ausschlaggebend gewesenen Bedingungen im Rahmen der französischen
Revolution stellen eine geeignete Situation fur das Verständnis dafür dar, wie volksnahe kulturelle
Bewegungen, einschließlich der den Dominierungseffekten sich am meisten widersetzenden, nur eine
geringe Autonomie gegenüber der vom Staat unternommenen, symbolischen Durchsetzungsarbeit
besitzen, gegen die sie doch offenkundig Widerstand leisten. Die herausragenden, unterscheidenden
Merkmale dieser Gegend, und insbesondere schon die Annahme einer eigenständigen Identität selbst,
entspringt einer mehrfältigen, von lokalen Eliten in Umlauf gebrachten Pädagogik, die im
Umkehrungsverfahren Denkschemata zugrundelegt, die am Ende des 19. Jahrhunderts bei der vom
republikanischen Staat verfolgten Formung der französischen Nation Anwendung gefunden hatten. Die
Vendee leidet unter dem Paradox, dank der Revolution zum Träger einer solide befestigten und breit
anerkannten politischen Zielsetzung erhoben und gleichzeitig als eine kulturell und ideologisch
zurückgebliebene, einer anderen Zeit angehörende Gegend gebranntmarkt zu sein. So ist in den letzten
zwei Jahrhunderten das politische Anliegen der Vendee je nach Konjunkturlage immer wieder
unterschiedlichen Interessen dienstbar gemacht worden, deren hervorstechendes gemeinsames
Kennzeichen darin bestand, von den national organisierten Machträumen mangels vom Staat
bescheinigter Kapitale ausgeschlossen zu sein. Diese Behauptung einer lokalen Kultur als Form des
politischen Widerstandes gegenüber dem Machtstreben des Zentralstaates ist nun der Ausgangspunkt
einer ganzen Reihe von Gegensatzpositionen, die nicht einfach durch eine übertriebene
Autonomisierung lokaler Kulturen erklärbar wären. So etwa 1804 unter Napoleon die lange und
schwierige Schaffung eines urbanen Zentrums ex nihilo, oder der Konflikt zwischen Anrufung der
Erinnerung und der Einbettung in den Gang der Geschichte, zwei verschiedene Begründungweisen der
vendeischen Gesellschaft im Symbolischen, erstere durch die Behauptung einer Verklammerung der
Zeit mit der Gemeinschaft, letztere als Einordnung in die zum Universellen hin offene Zeit des Staates.
Die Antinomien der Dominierung treten daher zutage, wenn die Erinnerung sich mit den Insignien der
Geschichte auszustatten versucht, um derart die Weihe des Universellen zu erlangen. Schließlich wird
gezeigt, daß das historisch gewachsene distanzierte Verhältnis zum Staat ein dauerhaftes
Strukturprinzip des vendeischen politischen Unbewulsten bildet, das sich nicht nur in expliziten
politischen Wahlentscheidungen manifestiert, sondern auch in der besonderen Form, sich im sozialen
und ökonomischen Raum im Grenzbereich zwischen Privatheit und öffentlichkeit zu verhalten.
Résumé
La force symbolique de l'État.
Les conditions liées à la Révolution française qui ont présidé à la genèse de la Vendée, devenue le
symbole de la contre-Révolution puis de la réaction politique, offrent une situation très favorable pour
comprendre comment les cultures populaires, y compris les plus « réfractaires » aux effets de la
domination, n'ont qu'une faible autonomie par rapport au travail d'imposition symbolique réalisé par
l'État contre lequel elles sont censées avoir résisté. Ce qui est affirmé comme des critères distinctifs de
cette région, à commencer par une identité qui lui serait propre, relève d'une pédagogie diversifiée de la
part des élites locales qui ont puisé, en les inversant, des schèmes de pensée engagés dans le
processus de formation de la Nation française mis en œuvre par l'État républicain à la fin du XIXe
siècle. Le paradoxe de la Vendée est d'avoir tiré de la Révolution le fait de servir de support à une
cause politique bien établie et largement reconnue, tout en étant stigmatisée culturellement et
idéologiquement comme une région arriérée, d'un autre temps. Ainsi la défense de la cause vendéenne
a-t-elle pu être invoquée continuellement durant les deux derniers siècles pour servir des intérêts
différents suivant les conjonctures, par des dominants qui avaient en commun d'être exclus des
espaces de pouvoir organisés nationalement, faute de capitaux certifiés par l'État. Cette affirmation
d'une culture locale comme forme de résistance politique à l'emprise de l'État centralisé est au principe
de toute une série d'oppositions qu'une auto-nomisation excessive des cultures populaires ne permet
pas de comprendre. Comme par exemple le lent et difficile développement d'un centre urbain créé ex
nihilo par Napoléon en 1804 ou encore le conflit entre l'invocation de la mémoire et le recours à l'histoire
qui sont deux manières de fonder symboliquement la société vendéenne, la première par l'affirmationd'un temps rivé à la communauté, la seconde par l'inscription dans le temps de l'État, ouvert sur
l'universel. Les antinomies de la domination apparaissent alors lorsqu'une mémoire cherche à se parer
des attributs de l'histoire pour accéder, à sa manière, à la consécration par l'universel. On montre enfin
que le rapport distancié à l'État, historiquement forgé, constitue un principe structurant durable de
l'inconscient politique vendéen qui se réalise non seulement dans les choix politiques explicites mais
aussi dans la manière de se comporter dans l'espace social et économique, suivant la frontière qui
sépare le privé du public.
Abstract
The symbolic force of the State.
The genesis of the Vendée region, symbol first of the counter-revolution and then of political reaction, is
closely connected with the French Revolution. This presents a highly favorable situation for trying to
understand why popular cultures, including those most « recalcitrant » to the effects of domination, have
in fact a lack of autonomy with respect to the symbolic work of imposition conducted by the state, which
they are supposed to have resisted. The purportedly distirictive criteria of this region, beginning with an
allegedly singular identity, are part of a diversified pedagogy on the part of the local elites who drew on
an inverted version of the thinking involved in the process used by the late nineteenth-century
republican State to form the French nation. The paradox of Vendée is that it at once took from the
Revolution the fact of serving as a prop for a well-established and widely recognized political cause
while being culturally and ideologically stigmatized as a backward region living in another time.
Consequently defense of the Vendean cause has been continuously invoked over the last two centuries
to serve interests which changed with the conjuncture by dominant groups having in common their
exclusion from nationally organized spaces of power for want of State-certified capital. The assertion of
a local culture as a form of political resistance to the influence of the centralized State is at the root of a
series of oppositions which are difficult to apprehend when if popular cultures are too autonomized. For
instance, the slow and arduous development of an urban center created ex nihilo by Napoleon in 1804 ;
or the conflict between invocation of memory and recourse to history, two means of establishing the
symbolic foundations of society in Vendée : one by affirming the existence of a time anchored in the
community, the other by embedding time within the State, which opens on to a universal dimension. The
antinomies of domination appear when a memory attempts to garb itself in the attributes of history in
order to win consecration by the universal. Last of ail the article shows that the historically fashioned
distanced relationship with the State is a durable structuring principle of the Vendean political
unconscious, which operates not only in explicit political choices but also in behavior in the social and
economie space along the boundary Une dividing private from public space.;
Suaud Charles
LA FORCE SYMBOLIQUE
DE L'ÉTAT
La production politique d'une culture réfractaire en Vendée
tible à l'aide de l'histoire, elle propose d'analyser les 'intention de ce travail est de mettre à profit l'his
formes et les enjeux des luttes (encore en cours) qui ont toire de la Vendée, dont on a aujourd'hui une
sous-tendu l'élaboration de toutes les croyances se rapbonne connaissance1, afin de questionner du
portant à la Vendée, en tenant compte des conditions point de vue sociologique les modalités d'action de ce
nécessairement particulières dans lesquelles ces combqu'on appelle, en raccourci, l'État. Les conditions qui
ats symboliques ont été menés. ont présidé à la genèse de cette région, devenue le
symbole de la contre-Révolution puis de la réaction
politique, offrent une situation très favorable pour com
1 - Nous avons privilégié, dans ce travail, les analyses historiques proprendre comment les cultures populaires, y compris les
duites par J.-C. Martin avec qui une enquête commune a été réalisée plus « réfractaires » aux effets de la domination, n'ont sur le Puy-du-Fou, en Vendée. Voir «Le Puy-du-Fou. L'interminable
qu'une faible autonomie par rapport au travail d'impos réinvention du paysan vendéen», Actes de la recherche en sciences
sociales, nQ 93, juin 1992, p. 21-37. Le Puy-du-Fou, en Vendée. L'Hisition symbolique réalisé par l'État contre lequel elles
toire mise en scène, Paris, l'Harmattan, 1996. La nouveauté du point de sont censées avoir résisté. vue de cet historien a été d'englober l'étude de la Vendée dans une his
Afin d'éviter tout malentendu, le sens donné ici au toire générale et reflexive de la Révolution française {La Vendée et la
France, Paris, Éd. du Seuil, 1987). Je tiens à remercier A. Garrigou et mot Vendée doit être précisé. Par un artifice typogra S. Maresca pour les remarques et suggestions faites à partir d'une prephique, on opposera la Vendée 2 comme réalité géogra mière formulation de ce travail. administrative, économique et sociale, concrè 2 — La Vendée désigne ici le département du même nom. Nous avons
tement observable dans sa réelle diversité, aux décrit ailleurs quelques-uns des procédés par lesquels des significations
particulières attachées à la Vendée militaire de 1793 ont été captées et représentations symboliques, souvent contradictoires et condensées sur le département de la Vendée, voir «Le Puy-du-Fou», toujours homogénéisantes, qui en ont été données art. cit., p. 34-37. Afin qu'elle n'apparaisse pas comme un procédé
durant les deux derniers siècles et qu'on désignera à forcé et artificiel, cette opposition entre les deux typographies du mot
Vendée n'a été faite que lorsque l'analyse la rendait possible et compl'aide de caractères italiques, la Vendée. Il y a lieu de réhensible. distinguer ce qui relève d'une revendication de spécific
3 — Le livre Régions et régionalisme en France du xvjne siècle â nos jours ité, commune à toute communauté voulant s'affirmer (Paris, PUF, 1977, sous la dir. de C. Gras et G. Livet) offre un large par la différence, et ce qui ressort de la recherche des spectre de luttes politiques, culturelles et religieuses par lesquelles des
représentants, des intellectuels ou des clercs ont cherché à mettre en conditions objectives dans lesquelles l'identité d'une
forme et à affirmer, le plus souvent contre Paris, une « identité » de leur population s'est construite et qui, seules, peuvent don territoire déjà constitué en région ou appelé à le devenir. À propos de ce
ner une intelligibilité aux luttes pour l'affirmation d'une livre et du colloque de Strasbourg (octobre 1974), qui en est à l'origine,
C. Charle fait le point sur les conditions sociales du régionalisme en telle «personnalité» collective3. Dans le cas de la Vend France, in «Région et conscience régionale en France. Questions à proée, la sociologie ne saurait dire si l'on a réellement à pos d'un colloque», Actes de la recherche en sciences sociales, na 35,
faire à « une exception » ou à une singularité novembre 1980, p. 37-43. .
Charles Suaud
La Vendée au sens où nous l'entendons ne se carac rait comme absolus les critères d'appréciation des choses
et des hommes imposés par l'État. « S'il s'agit en effet de térise pas par l'épaisseur de son histoire, à la différence
de la région du Poitou à laquelle elle appartient. Sa par saisir en quoi la société officielle (française ou euro
ticularité serait plutôt d'être apparue tardivement dans péenne), essentiellement urbaine et liée à l'État-nation,
le contexte très précis d'une phase particulièrement affecte la culture rurale, et de conceptualiser le rapport
dramatique de la Révolution, au point qu'il est devenu entre les deux, définir la seconde d'après les grilles de
courant d'utiliser l'expression quasiment tautologique perception imposées sur elle par la première trahit un
de « Vendée de 93"- Comme J.-C. Martin l'a montré, le urbanocentrisme et un étatisme flagrants7. » On peut
propre de la Vendée est d'avoir été produite selon une souscrire, au moins dans un premier temps, à cette pro
ligne politique et militaire, fort confuse au demeurant, position de B. Bûcher, qui invite à analyser la culture
mise en œuvre par un État révolutionnaire doté du rurale pour elle-même, indépendamment des catégories
pouvoir symbolique extraordinaire de faire advenir une étatiques. Mais cette posture devant les cultures popul
aires ne peut être que provisoire, au risque de se tranréalité sociale et politique nouvelle, en rupture en
sformer en une dénégation des rapports de domination apparence totale avec la société de l'Ancien Régime4. Il
entre une culture locale et la (ou les) cultures dominne s'agit pas de faire d'un acte politique inaugural un
principe univoque et mécanique d'explication générali antes, immanquablement urbaines et étatiques. Fondée
sée des formes qu'a prises ultérieurement la société sur une opposition a priori radicale entre ce qui relève
vendéenne, comme le voudrait le mythe fondateur et de la culture et de l'État, la position de cette ethnologue
unificateur de la Révolution (ou de la contre-Révolut appelle des conclusions de même nature auxquelles
ion), mais d'interroger l'histoire de la Vendée pour l'histoire de la Vendée apporterait des preuves en appa
analyser la contribution de l'État à la production de la rence irréfutables. « Ce qui ressort de cette étude, c'est le
société. Le questionnement sera conduit selon deux triomphe de la culture populaire, ou de ce que l'on
axes principaux qui s'entrecroiseront continûment. Le appelait jadis les mœurs, sur le politique [. .] Derrière les
premier consistera à rendre explicite le travail le plus allégeances temporaires aux idéologies politiques et rel
souvent caché de l'État qui organise, sous de multiples igieuses, c'est la culture populaire qui, ici comme ailleurs,
modalités - politiques ou non - des visions du monde a réussi, non à survivre, mais à se perpétuer en se tran
social et des manières d'être que les individus intériori sformant face aux forces issues de la haute culture,
interne ou externe à la région8. » Contre cette autonomi- sent insensiblement sous la forme d'un impensé poli
tique qui s'impose à tous, même à ceux qui ont cru
pouvoir s'y soustraire 5. Le choix de la Vendée pour
4 -J.-C. Martin, La Vendée de la mémoire (1800-1980), Paris, Éd. du objectiver cet inconscient politique trouve une justifica Seuil, 1989. tion supplémentaire, non pour des raisons de nature
5 — P. Bourdieu, « Esprits d'État. Genèse et structure du champ bureauou de propriétés intrinsèques, mais parce que le pro cratique», Actes de la recherche en sciences sociales, na 96-97, mars
cessus de formation d'« esprits d'État » y a été plus long, 1993, p. 49-62, ainsi que M. Mauss, « La Nation » in Œuvres, Paris, Éd. de
Minuit, 1968, t. Ill, p. 57I-625. Dans ce texte où M. Mauss annonce le plus difficile et, à ce titre, peut-être plus facile à voir plan d'un livre qui ne sera jamais écrit, il est remarquable que la nation, qu'ailleurs6. L'autre axe privilégie le point de vue réalité d'Ancien Régime, s'oppose à la Nation qui, sans explication,
s'enrichit d'une majuscule pour désigner « la totalité des citoyens » créée des agents sociaux - la vision des vaincus, diraient cer
symboliquement au Champ-de-Mars, lors de la journée de la Fédérattains ; il permettra d'analyser les conditions et les effets ion, op. cit., p. 593.
d'une «nationalisation des esprits», selon l'expression 6 - Une hypothèse de ce type sous-tendait l'enquête réalisée en Vende M. Mauss, qui, en Vendée, s'est déroulée de manière dée sur la production, puis la crise des vocations. Voir C. Suaud, La
très conflictuelle et souleva des résistances dont la Vocation? Conversion et reconversion des prêtres ruraux, Paris, Éd. de
Minuit, 1978. Nous pensions que les mécanismes tout à fait généraux force se trouve dans les relations d'interdépendance qui président à la prime inculcation de la vocation sacerdotale seraient existant entre les principaux espaces de pratiques symplus aisés à observer compte tenu du prolongement jusque vers le
milieu des années I960 d'un système pédagogique (le petit séminaire) boliques (politiques, religieuses, éducatives en parti
pratiquement disparu dans les autres diocèses français et, par contreculier). coup, en raison de la rapidité extrême du tarissement du recrutement
Le parti pris de privilégier le rapport à l'État dans une de jeunes séminaristes.
région dont l'identité a été forgée contre ce même État 7 - B. Bûcher, Descendants de Chouans. Histoire et culture populaire
appelle deux autres remarques. À première vue, cette dans la Vendée contemporaine, Paris, Éd. de la Maison des sciences de
l'homme, 1995, p. 283. position pourrait relever d'un ethnocentrisme étatique
ou, si l'on veut, d'un légitimisme politique qui 8-B. Bûcher, op. cit., p. 291. :
:
!
.
La force symbolique de l'Etat
Illustration non autorisée à la diffusion
Cette carte de 1850 montre que, dans la première moitié du XIXe siècle, la Vendée s'est enrichie d'une ville (Napoléon-Vendée), d'un réseau
routier convergent qui quadrille l'ensemble du département et d'un début, encore très hésitant, de constitution de stéréotypes régionaux.
Au début du siècle, la Vendée était sans unité géographique et politique les routes qui reliaient Les Sables-d'Olonne, Fontenay-le-Comte
et Montaigu ignoraient parfaitement la nouvelle préfecture, Napoléon, qui n'était encore qu'un village totalement isolé. Cinquante ans plus tard,
des routes ont été ouvertes qui désenclavent la Vendée et confirment la ville de Napoléon-Vendée comme centre. Les illustrations font
apparaître qu'en dehors de l'habit sablais (région des Sables-d'Olonne), la République n'a pas d'images positives à proposer de la Vendée,
en dehors d'une scène campagnarde qui pourrait être aussi bien normande (vu le style de la maison) et qui, surtout, évoque la paix retrouvée.
(Source Archives départementales de la Vendée.)
sation excessive d'une culture populaire, je montrerai turel français. L'usage non contrôlé de ce scheme aboutir
qu'une telle célébration d'une CLilture locale s'inscrit ait à la méconnaissance de ce que la Vendée, avec la
dans le prolongement de luttes politiques bien identi ville de La Roche-sur- Yon, dispose d'un centre créé de
fiées historiquement, dans lesquelles la résistance à la manière volontariste par l'État afin de contrôler cette
région « périphériqLie » À une vision homogénéisée de domination a pris la forme d'une singularité culturelle
hautement revendiquée 9. La Vendée résulterait d'une la Vendée, héritée aussi bien de la droite que de la
résistance culturelle qui aurait trop réussi en quelque gauche, on opposera l'idée que ce département est un
sorte, en ce sens qu'elle continue de porter des valeurs espace structuré selon des principes d'opposition interne
homologues à ceux selon lesquels il a été produit. La et des visions du monde qui rappellent, toutes choses
notion de périphérie n'a pas la réalité qu'on lui donne égales par ailleurs, la position dominée politiquement et
culturellement de la Vendée de 93 Cette extériorité du parfois ; à partir de la logique des propriétés relation
nelles des champs, on peut analyser les stratégies contra- culturel par rapport au politique en exprime une autre,
entre la capitale et la province, le centre et la périphérie,
en l'occurrence entre Paris et la Vendée. Ce dualisme,
9 - P. Corrigan et D. Sayer, The Great Arch. English State Formation as qui n'est pas sans fondement, est un autre scheme Cultural Revolution, Oxford, Basil Blackwell, 1985. Les auteurs montconstitutif de l'inconscient politique objectivement rent comment la formation de l'État constitue par elle-même un pro
contenu dans l'organisation de l'espace politique et cessus de changement culturel, voir p. 3. .
:
Charles Suaud
dictoires de ceux qui, en fonction de leur capital et sui problématiques effectué par l'État et de multiples opé
vant la nature des activités, ont pensé et fait ce qu'on rations symboliques qui mobilisent, sur place, aussi
appelle une société locale. De ce point de vue, la Ven bien des hommes politiques, des hauts fonctionnaires,
dée n'est qu'un cas particulier de mise en œuvre des des propriétaires, des érudits locaux, des prêtres que
mécanismes sociaux généraux explicités dans la théorie des artistes13. Si, concrètement, tous ces producteurs
des champs et de leurs interactions. symboliques sont bien implantés dans la société ven
déenne, on fait l'hypothèse que les symboles, ainsi que
les schemes de pensée inventés par eux, ne prennent
La double production de la Vendée sens et valeur que rapportés aux actions déployées
nationalement qui visent à la création d'une nation uni
Les ouvrages « sociologiques » sur les guerres de fiée, conformément à la structuration du champ poli
Vendée10 ont contribué efficacement à rompre avec tique et de l'État14. Au plus fort de la répression mili
les points de vue hagiographiques, engagés au service taire révolutionnaire, lorsque la Vendée est désignée
de causes plus politiques que scientifiques. Mais par par la Convention comme une entité spécifique à comb
attre, la logique d'exclusion - de guerre civile 15 - dans une assimilation historiquement produite entre le parti
de l'État et celui de la science, ces travaux ont été laquelle les luttes politiques sont pensées et conduites
menés d'un point de vue objectiviste où « les causes » ainsi que la violence des combats qui mènent les
de la Révolution se substituent aux causes partisanes, troupes vendéennes à la débâcle (avec l'échec de la
«virée de Galerne » d'octobre à décembre 1793) privent oubliant en quoi les combats symboliques font partie
les habitants de la Vendée de toute possibilité d'adhédes luttes politiques réelles11. De fait, on peut montrer
que la Vendée résulte d'une double production qui sion à une identité collective réelle. Et ce n'est sans
concerne d'une part une mobilisation populaire effec
tive et l'engagement dans une résistance armée à l'État
républicain, et d'autre part l'élaboration d'idées, 10 - Qu'ils soient l'œuvre d'historiens comme M. Faucheux ou P. Bois,
de représentations et de croyances dans l'existence ou de sociologue comme C. Tilly.
d'une région spécifique, intrinsèquement catholique et 11 - Sur l'objectivation des présupposés scientistes de la profession de
contre-révolutionnaire. Ces deux productions sont sociologue, voir J. Maître, L'Autobiographie d'un paranoïaque, Paris,
Anthropos, 1994, «Avant-propos dialogué avec Pierre Bourdieu», en imbriquées et se renforcent l'une l'autre. L'idée de particulier p. xv et p. xvm. Vendée tire sa force de la Révolution sans laquelle elle
12 - Parmi bien d'autres, l'historien J. Peret fait remarquer que la « tradin'évoquerait qu'une simple jacquerie locale sans inté tion d'opposition fiscale à l'État, remontant au moins au xvne siècle » et
rêt. Par ailleurs, les seules causes objectives de la qui « se retrouve durant tout le xvme siècle notamment sur la frontière
entre Anjou, Poitou et Bretagne », n'a rien de spécifique à la Vendée, in révolte des Vendéens ne sont pas en mesure d'expli « Des guerres de Religion à 1793 mémoire et guerre civile dans le Poiquer pourquoi cette révolte-ci, peu différente de celles tou et le pays charentais», La Guerre civile entre histoire et mémoire
survenues en d'autres régions12, est devenue un sym (sous la dir. de J.-C. Martin), Documents et enquêtes, Nantes, Ouest
Éditions, 1995, p. 51. bole national et même international de la contre-Révol
13 - Les travaux de C. Bertho sur la Bretagne montrent que, toutes ution auquel les Vendéens ont fini eux-mêmes par
choses égales par ailleurs, le processus sociologique d'« invention de la adhérer. Il faut y voir le résultat d'une production sym Vendée » répond à des mécanismes observables dans bien des régions
bolique spécifique qui sans doute s'est appuyée sur françaises. Voir « L'invention de la Bretagne. Genèse sociale d'un st
éréotype », Actes de la recherche en sciences sociales, n2 35, novembre des mobilisations fondatrices objectives, mais qui, par 1980, p. 45-62. la suite, s'est autonomisée dans des luttes qui se sont
14 - Nous reformulons ainsi, dans la logique du champ politique, la prodéveloppées sur d'autres terrains que les chemins position de J.-C. Martin selon lequel « c'est la pédagogie républicaine qui
creux vendéens et selon des temporalités propres. provoque, après 1880, en contrecoup, un raz de marée commémoratif,
enracinant à nouveau le souvenir des guerres de Vendée et confortant Cette production, en perpétuelle évolution, rend
l'identité régionale», La Vendée de la mémoire, op. cit., p. 134. compte de l'interminable invention de symboles expri
Yi — La Guerre civile entre histoire et op. cit. Voir en particulmant la Vendée qui connaît son plein développement ier S. Wahnich qui explicite « la logique de l'exclusion révolutiondans le dernier tiers du xixe siècle. naire » Les révolutionnaires adhèrent à une conception morale et poli
Contrairement à la proposition de B. Bûcher, on ne tique de la société, qui rend impensables l'altérité et la conciliation
entre unité nationale et divisions internes. Il en résulte que tout oppossaurait comprendre la formation du mythe de la Ven ant de l'intérieur est un «ennemi irréconciliable de Dieu, de la nature dée à partir de la Vendée. Cette production se fait dans et des hommes», qui doit être éliminé afin d'éviter la guerre civile, art.
un va-et-vient incessant entre un travail d'imposition de cit., p. 65-75. .
;
:
:
La force symbolique de l'État
doute pas d'abord pour des raisons psychologiques tout en laissant ouverte la question de savoir pourquoi
d'atténuation du traumatisme que cette intériorisation a « aucune personne ne se soit fait l'écho de cet événe
ment, une fois les guerres de Vendée passées 20 ». demandé du temps c'est surtout qu'elle a exigé un
long travail d'inculcation réalisé localement, mais dont Du point de vue sociologique, un prolongement
les chances de succès étaient subordonnées à des d'explication peut être avancé. L'absence de mémoire
déplacements de problématiques politiques qui, pen constatée porte sur ce qui relève d'«une mémoire col
sées de Paris, sont allées du soupçon envers une région lective » faisant l'objet d'un sens commun, et non sur
jugée rebelle jusque vers les années 1848, à la mise en des mémoires sérielles, individuelles, existant à l'état
dispersé et par conséquent invisibles. La question à œuvre de combats symboliques, intenses certes, mais
dirigés vers un objectif proclamé d'intégration de la laquelle il faut répondre se déplace alors il s'agit
nation tout entière dans la République. À la faveur des moins de savoir pourquoi un événement est tombé
progrès de la scolarisation et en réaction à la politique dans l'oubli que de comprendre comment des
nationale, il a fallu le développement d'une activité mémoires individuelles se sont transformées, avec
mémoriale débordante destinée au peuple (que ce soit retard, en une mémoire commune. Réalisée par hasard
sous la forme de romans populaires, de vitraux posés à l'occasion de travaux de déblaiement effectués près
dans les églises, de pièces de théâtre montées dans les de l'église du Petit-Luc, l'exhumation d'ossements et de
scapulaires — rapidement identifiés comme provenant patronages, etc.), pour que l'idée d'une appartenance à
une « petite patrie » qui ne remette plus en cause les d'un combat connu pour s'être produit dans les envi
fondements de « la grande patrie » se diffuse très larg rons durant la Terreur — survint au moment où s'effec
ement dans les esprits. Comme le résume J.-C. Martin, la tuait un travail symbolique considérable de mise en
« leçon majeure que la violence des polémiques aurait catégorisation des guerres de Vendée et de leur
tendance à faire oublier » est que, à la fin du siècle der mémoire. La fabrication du martyrologe et sa confront
nier, « la Vendée peut être une autre France, elle n'est ation aux ouvrages des érudits locaux sont autant
plus une anti-France l6 » Le travail d'intégration symbol d'opérations de globalisation et de mise en cohérence
ique de l'État était d'ores et déjà bien engagé. Para d'événements disparates auxquels les mémoires indivi
doxalement, l'unité nationale et l'affirmation des identi duelles ne pouvaient pas donner une signification d'en
tés régionales sont deux faces d'un même processus semble. Ainsi, la construction et l'officialisation d'une
traversé par des forces contraires17. mémoire collective ont été subordonnées à la product
La naissance du culte rendu aux « martyrs des Lucs- ion de symboles unifiants et largement diffusés (avec
sur-Boulogne » , sur un site devenu aujourd'hui l'un des la constitution du panthéon des chefs vendéens, l'érec
hauts lieux de la célébration de la résistance ven tion de monuments marquant l'espace, etc.) par les-
déenne à l'État révolutionnaire, offre un parfait
exemple des interactions entre le local et le national, 16 - La Vendée de la mémoire, op. cit., p. 151. qui ont accompagné la production d'une conscience
17 - Le processus que C. Charle énonce à propos de la littérature régiocollective vendéenne. Deux faits surprennent dans nale peut être transposé à l'espace politique « C'est en effet au l'histoire de ce « massacre » où plus de cinq cents per moment où se produit une « nationalisation » de la littérature que ces
sonnes de tous âges auraient été exécutées le 28 février stéréotypes deviennent le fondement d'un genre littéraire, le roman
régional», «Région et conscience régionale», art. cit., p. 41-42. Voir 1794, dans l'église du Petit-Luc18: d'une part l'éton également A. M. Thiesse, Écrire la France, Paris, PUF, 1991- On peut nante perte de mémoire d'un « massacre » aussi import lire comme un effet cl'« interdépendance », ou mieux, d'intégration entre
le régional et le national le fait que G. Clemenceau fut très vite admis ant de la part des habitants, et d'autre part le caractère dans le panthéon des personnages vendéens, au même titre que les tardif (postérieur à 1870) du renouveau mémorial dont généraux de la guerre de 1793. Pour l'écrivain local J. Yole, mort en
cet événement a fait l'objet, à la suite d'une découverte 1952 et qui fut le chantre d'une société rurale et paysanne, « La Vendée,
c'est à la fois Charette et Clemenceau », La Vendée, Paris, J. de Gigord, inopinée d'ossements par le curé du lieu en 1863- À la 1936, p. 23. P. Corrigan et D. Sayer expliquent fort bien que, à la faveur première question, les historiens apportent des él des conquêtes coloniales, l'État anglais a imposé ses valeurs et sa vision
du monde à la classe ouvrière sous le couvert d'une identification à la éments objectifs qui, de leur propre avis, n'épuisent pas
nation, op. cit., p. 122-123. la réponse. Le martyrologe trouvé et reconstitué par le
18 -J.-C. Martin et X. Lardière, Le Massacre des Lues. Vendée 1 794, Par- curé Jean Bart entre 1867 et 1874 serait un récapitulatif
thenay, Geste Éditions, 1992. des personnes décédées entre 1792 et 1794 19, tuées en
19 -Id., ibid., p. 94. des lieux dispersés et à des occasions différentes, ce
qui expliquerait l'absence de mémoire de «massacre», 20 -Id., ibid., p. 73. Charles Suaud
quels chaque membre de la communauté pouvait, en naires agissant en Europe, Des militaires vendéens,
se les appropriant, se découvrir et s'affirmer comme dont certains descendants des chefs de 1793, participè
Vendéen. D'une certaine manière, cette histoire atteste rent à l'aventure de dom Miguel au Portugal en 1832,
que les habitants du bocage furent les derniers à se d'autres s'engagèrent pour le roi don Carlos en
penser comme des Vendéens. Espagne en 1830, tandis que des volontaires allèrent se
Le surgissement d'une « mémoire » vendéenne battre comme zouaves pontificaux entre I860 et
durant le dernier tiers du xixe siècle montre que l'aff 1870 22. Des liens se créèrent par la suite entre la Ven
irmation de cette « identité locale » n'a guère d'autonomie dée et les sociétés plus éloignées, européennes ou non,
par rapport au processus politique d'unification symbol qui s'affirmèrent autour d'une paysannerie forte, d'une
ique de la nation, qui a imposé les catégories ayant ruralité maintenue et d'un pouvoir solidement ancré de
servi à penser, à l'envers, la Vendée. Et si, au fil des l'Église catholique, comme l'Irlande, la Pologne et le
années, l'invocation des événements fondateurs Québec. Même si les combats auxquels les Vendéens
change de forme pour défendre des causes plus abs furent mêlés se soldèrent par des échecs militaires,
traites — mais aussi plus politiques —, cela n'est pas dû l'idée de Vendée s'est imposée, durant le dernier tiers
du xixe siècle, comme une cause constituée au niveau en premier au fait d'une mémoire qui s'étiole, le cas des
Lucs-sur-Boulogne où les souvenirs familiaux ont été national et reconnue dans sa dimension internationale.
ravivés montrerait même le contraire. Ces changements D'un autre côté, à l'intérieur des frontières natio
sont plutôt à mettre au compte d'une transformation nales, la Vendée a symbolisé ce que la France comptait
des enjeux politiques engagés ainsi que d'une recomp d'illégitime sur les plans politique, économique, social
et culturel. La globalisation de l'image du Vendéen osition des propriétés sociales, culturelles et idéolo
giques des représentants politiques et de tous les pro célébré par la droite légitimiste a été à la mesure de la
ducteurs symboliques qui ont eu partie liée, de près ou construction non moins totalisante d'un individu à la
de loin, avec l'idée de Vendée. Balzac ou à la Zola, cumulant tous les critères de l'indi
gnité, dont les agents de l'État eurent l'initiative. Dès
l'Empire, les hauts fonctionnaires du département font
Une cause politiquement constituée, une description du paysan vendéen, qui prend la forme
culturellement dominée d'une construction ethnographique fondée scientif
iquement. L'état de la Vendée rédigé par l'ingénieur
Contre le point de vue défendu par les tenants C. Labretonnière en 1801 à la demande du ministère de
l'Intérieur23 ainsi que les multiples rapports émanant d'une identité vendéenne nécessairement indépen
aussi bien de la préfecture 24 que de la gendarmerie 25 dante de toute réalité extérieure, à commencer par
l'État puisque « réfractaire » à celui-ci21, l'histoire de la durant les toutes premières années du siècle dernier,
Vendée rappelle les fortes interactions entre le poli sont autant de textes qui, par un usage systématique de
tique et le culturel ; en ce sens, l'extériorité proclamée
de la Vendée par rapport à l'État peut se lire comme
une prise de position politique venant de groupes qui 21 - L'expression est de j. Yole. À intervalles réguliers, elle a été ont contribué à faire culturellement et identitairement reprise à son compte par P. de Villiers, voir « Le Puy-du-Fou », art. cit.,
p. 30-31. la Vendée. Le jeu incessant avec cette idée ne se com
prend que si l'on distingue deux phénomènes de 22 -J.-C. Martin, La Vendée de la mémoire., op. cit., p. 107-108 et
p. 128. nature distincte qui se sont articulés différemment
selon les conjonctures (économiques et/ou politiques 23 - P. L. C. Labretonnière, Statistique du département de la Vendée,
Paris, Imprimerie des Sourds-Muets, 1801. C. Labretonnière était ingéen particulier). D'un côté, la Vendée est devenue une nieur des Ponts et Chaussées à la division de Fontenay-le-Comte. La véritable cause politique, dans le droit fil de l'action de consultation des archives a été réalisée par F. Molle, in Genèse d'une
même nature réalisée par la Convention. À la recon ville-. La Roche-sur-Yon. Aspects sociaux, économiques et politiques
d'une ville proclamée, mémoire de maîtrise, université de Nantes, 1994. naissance fondatrice (même si elle fut stigmatisante)
24 — J. A. Cavoleau (secrétaire général de la préfecture), Annuaire stapar l'État révolutionnaire, est venue s'ajouter, à la
tistique du département de la Vendée pour l'an XLL (1803-1804), Fon- faveur d'événements internationaux disparates, la tenay-le Comte, Goichot, 180.
confirmation que la Vendée n'était pas qu'une réalité 25 - Le général Gouvion, inspecteur général de la gendarmerie, est l'aufrançaise, mais bien un idéal pouvant servir de base de teur de nombreux rapports concernant en particulier le projet de
recrutement pour des mouvements construction de la ville de La Roche-sur-Yon. .
:
.
:
:
.
:
:
.
;
force symbolique de l'État La
l'effet Montesquieu26, organisent une image unifiée, à la proximité de la nature, de stigmates elles devien
stigmatisée et naturalisée du Vendéen. Enveloppée nent emblèmes de vertu et garanties de respect des
dans une nature sauvage, «pas domptée», la Vendée règles d'une vie saine et respectueuse de l'ordre.
abrite une population isolée, ignorante et restée en Ces analyses, nécessairement succinctes, appellent
dehors de la civilisation. Plus victimes que respons des nuances. Côté républicain, les textes administratifs
ables de leur sort, les paysans sont décrits comme destinés à préparer des mesures concrètes ainsi que la
ayant été maintenus à l'écart des progrès de la culture démarche d'objectivation adoptée empêchaient une
et de l'éducation. Pour C. Labre tonnière, « les habitants uniformisation trop grande de l'image du Vendéen.
du marais sont grossiers, incivils et n'annoncent qu'une Compte tenu de la diversité géographique de la
dose médiocre d'intelligence » tandis que « le Bocain » Vendée, une application rigoureuse de l'effet Montes
est «ignorant à l'excès et conséquemment crédule». quieu conduisait à une description diversifiée du
Sous la monarchie de Juillet, le ton est le même et, à la «caractère» vendéen. Dans son rapport de 1801,
C. Labre tonnière procède à une typologie par « régions faveur des événements politiques, les traits s'en trou
vent même accusés. Dans un rapport qu'il dresse en naturelles», selon l'expression en usage aujourd'hui,
juillet 1830 en tant qu'envoyé du nouveau gouverne qui distingue le bocage, le marais et la plaine. À l'isol
ment en Vendée pour préparer l'installation d'un dét ement du bocage, il oppose l'influence délétère du
achement de la garde nationale, A. Dumas exprime par marais mouillé, encore plus déstructurante: «Ignorés
faitement cet état d'arriération physique et culturelle du reste du monde, ils vivent au fond de leurs laby
«J'avais pris un guide pour aller de Torf ou à Tiff auges. rinthes inaccessibles, du produit de leur pêche et du
J'examinais cet homme, séparé par six lieues seulement lait de leurs vaches [. .] Le silence de ces déserts maré
d'une grande ville [Nantes], et qui cependant avait cageux, qui n'est interrompu que par le cri de quelques
conservé le cachet primitif des paysans de la deuxième oiseaux aquatiques, l'ombre mystérieuse que répan
race à quelques changements près dans le costume, dent sur les canaux les branches entrelacées des arbres,
on aurait dit, à son front étroit, à sa figure déprimée, à la pâleur et l'air misérable des habitants, [...] tout ins
ses cheveux taillés en écuelle, à son langage mêlé de pire au premier aspect un sentiment pénible de mélanc
olie et d'horreur dont il est difficile de se défendre 30. » vieux mots, un paysan du temps de Hugues Capet ; il
II n'en va pas de même des habitants de Fontenay-le- n'ouvrait guère la bouche, du reste, que pour me dire,
en me désignant à droite ou à gauche un point topo
graphique « C'est ici que les Bleus ont été battus » [. .]
26 — P. Bourdieu, « Le Nord et le Midi. Contribution à une analyse de Aucune autre partie de la France ne ressemble à la Ven
l'effet Montesquieu », Actes de la recherche en sciences sociales, n- 35, dée c'est un pays à part dans notre pays27. » Et il ne novembre 1980, p. 21-26.
s'agit pas là de simples images destinées à frapper les 27 - A. Dumas, «La Vendée après le 29 juillet», Revue des Deux- esprits les mots employés participent d'une sorte d'on Mondes, 1831, p. 120. À la même époque, le médecin nantais A. Gué-
tologie politique que le général Gouvion résume très pin, philanthrope s'inscrivant dans le courant saint-simonien, décrit le
bocage de manière très politique en des termes qui annoncent A. Siegbien en projetant de donner aux Vendéens « un nouvel fried « Cette partie de l'Ouest de la France, qui s'étend de Nantes à Par-
être28». La littérature idéalisante s'inscrit en réaction, thenay sous le nom de bocage, n'appartient pas à notre époque. C'est
un pays à conquérir par la puissance de la civilisation... S'ils ont gardé dans les deux sens du terme, à l'imposition d'une telle
souvenir de leurs défaites en 93, ils ont aussi gardé souvenir de leurs «identité» vendéenne. Tant du point de vue de sa triomphes. Pourrait-il en être autrement? Ces paysans depuis l'Empire
périodisation que des schemes de pensée utilisés, elle n'ont-ils pas vécu en quelque sorte dans l'isolement sous l'influence du
presbytère et du château? », «Des moyens de civilisation pour la Vens'appuie sur le processus de construction symbolique
dée, projet d'un chemin de Nantes à Poitiers», Revue de l'Ouest, 1832, élaborée par les agents de l'État. Il est frappant de p. 66.
constater que les auteurs qui célébreront le caractère 28 — Lettre du général Gouvion au colonel Noireau relative à la vendéen le feront avec le même souci de généralisation construction de la ville de La Roche-sur- Yon, datée du 20 juin 1804 (AD
et surtout en recourant pratiquement aux mêmes Série 1-0-546). Cette croyance que la Révolution crée un «homme nou
veau » est bien décrite in M. de Certeau, D. Julia et J. Revel, Une poliobservations chargées, cette fois-ci, de significations tique de la langue. La Révolution française et les patois: V enquête de positives. Pour C. Massé-Isidore, avocat à Nantes, «la Grégoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 163-165.
physionomie de ces cantons [du bocage] a quelque 29 — C. Massé-Isidore, La Vendée poétique et pittoresque ou Lettres des
chose de si rude que l'on serait tenté de croire que la criptives et historiques, Nantes, Imprimerie du Commerce, Victor Man-
gin, 1829, t. II, p. 11. nature y est restée telle qu'elle était au temps de Bren-
nus et de César29 ». Quant à la simplicité des mœurs et 30 - C. Labretonnière, op. cit.