La question juive dans la Hongrie contemporaine - article ; n°1 ; vol.56, pg 45-57

icon

16

pages

icon

Français

icon

Documents

1985

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

16

pages

icon

Français

icon

Ebook

1985

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1985 - Volume 56 - Numéro 1 - Pages 45-57
Die «jüdische Frage» im heutigen Ungarn. Die in jungster Zeit in Ungarn wieder aufgelebte Diskussion iiber die «jüdische Frage» verweist auf die Aufhebung eines Tabus und zugleich auf eine bestimmte Fortdauer des Problems. Mittels einer sozio-historischen Analyse lassen sich die Bedingungen ausmachen, unter denen Juden wie Nicht-Juden ihre vergangenen und gegenwärtigen geschichtlichen Erfahrungen unterschiedlich bis gegensätzlich erlebt und interpretiert haben und dies auch heute noch mehr oder minder so tun. Die Divergenzen beziehen sich zunächst auf die Besetzung des Landes durch die Rote Armee : militärische Niederlage für den ungarischen Staat, aber Befreiung fur die überlebenden Juden, woraus sich auch deren Beziehungen zum neuen Regime in Gestalt eines massiven Eintritts in den Staatsapparat und Zustimmung zu den kommunistischen Idealen ergeben. Letztere erscheinen als neue und umfassendere Form der Assimilierung und damit als Abschlufi einer säkularen Bewegung. Obwohl die Unterdruckung durch das stalinistische Regime, die Revolution von 1956 und die neuerliche Repression gemeinsame Erfahrungen der meisten Juden und Nicht-Juden darstellen, bestehen in den Deutungsmustern, Reaktionen und Haltungen Divergenzen ; allerdings haben die Ereignisse von 56 gezeigt, daß ein blutiges Wiederaufleben des Antisemitismus nicht zu befurchten ist. Ohne den politischen Antisemitismus zu übernehmen, hat das seit 56 sich normalisierte Regime des Sozialismus erneut Bedingungen geschaffen der Trennung bestimmter jüdischer und nicht-jüdischer Milieus, und zwar ebenso in Gestalt gegensätzlicher Berufslobbies wie eines in der historischen Entwicklung des Landes wurzelnden kulturellen Nationalismus. Zwar äußert sich dieser Separatismus nicht unbedingt auf der Ebene des Verhaltens, ist aber als Bewußtseinsphänomen vorhanden.
The Jewish Question in Contemporary Hungary. The recent revival of the debate over the «Jewish question» in Hungary is linked to the lifting of a taboo and to a certain persistence of the problem. A socio-historical analysis brings to light the conditions in which Jews and non-Jews have continued, and still more or less continue, to interpret and experience their past and present in different and often opposing ways. There is a particular divergence of views as regards the occupation of the country by the Red Army. For the Hungarian State it was a military defeat, but for the surviving Jews it meant a liberation, which continues to goyern their relations with the new regime. These were marked by their massive entry into the State apparatus and their adherence to Communist ideals, which seemed to guarantee a new and complete formof assimilation, so completing a centuries-long process. Although repression under the Stalinist regime, the 1956 revolution and the new repression constituted common experiences for the majority of Jews and non-Jews, there remain divergences in patterns of interpretation, reflexes and attitudes ; however the events of 1956 did prove that a murderous recrudescence of anti-semitism need not be feared. The post-1956 regime of «normalized socialism», without allowing political anti-semitism, recreated the conditions for separatism between certain Jewish and non-Jewish milieux in the form of opposing occupational lobbies and a cultural nationalism rooted in the historical tradition of the country. Such separatism, even if not expressed in behaviour, is nonetheless a feature of consciousnesses.
La question juive dans la Hongrie contemporaine. La reprise du débat sur la question juive en Hongrie est liée à la levée d'un tabou et à une certaine persistance du problème. L'analyse socio-historique permet de dégager les conditions dans lesquelles juifs et non-juifs ont continué et continuent plus ou moins à interpréter et à vivre différemment et parfois de façon opposée leurs expériences historiques passées et présentes. Pareille divergence porte d'abord sur l'occupation du pays par l'Armée rouge : défaite militaire pour l'État hongrois mais libération pour les juifs survivants qui contribue à déterminer leurs rapports avec le nouveau régime marqués par leur entrée massive dans l'appareil de l'État et leur adhésion aux idéaux communistes. Ceux-ci semblent garantir une forme neuve et complète d'assimilation et parachever ainsi un mouvement séculaire. Bien que la répression sous le régime stalinien, la révolution de 1956 et la nouvelle répression aient constitué des expériences communes pour la majorité des juifs et des non-juifs, il subsiste des divergences dans les schèmes d'interprétation, les réflexes et les attitudes ; cependant les journées de 1956 ont prouvé qu'aucun renouveau meurtrier d'antisémitisme n'était plus à craindre. Le régime du socialisme normalisé depuis 1956, sans admettre l'antisémitisme politique, a recréé les conditions du séparatisme entre certains milieux juifs et non juifs sous la forme de lobbies professionnels opposés et d'un nationalisme culturel qui s'enracine dans l'évolution historique du pays. Pareil séparatisme, même s'il ne s'exprime pas dans le comportement, n'en reste pas moins inscrit dans les consciences.
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir Alternate Text

Publié le

01 janvier 1985

Nombre de lectures

25

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

2 Mo

Monsieur András Kovács
La question juive dans la Hongrie contemporaine
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 56, mars 1985. pp. 45-57.
Citer ce document / Cite this document :
Kovács András. La question juive dans la Hongrie contemporaine. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 56, mars
1985. pp. 45-57.
doi : 10.3406/arss.1985.2250
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1985_num_56_1_2250Zusammenfassung
Die «jüdische Frage» im heutigen Ungarn.
Die in jungster Zeit in Ungarn wieder aufgelebte Diskussion iiber die «jüdische Frage» verweist auf die
Aufhebung eines Tabus und zugleich auf eine bestimmte Fortdauer des Problems. Mittels einer sozio-
historischen Analyse lassen sich die Bedingungen ausmachen, unter denen Juden wie Nicht-Juden ihre
vergangenen und gegenwärtigen geschichtlichen Erfahrungen unterschiedlich bis gegensätzlich erlebt
und interpretiert haben und dies auch heute noch mehr oder minder so tun. Die Divergenzen beziehen
sich zunächst auf die Besetzung des Landes durch die Rote Armee : militärische Niederlage für den
ungarischen Staat, aber Befreiung fur die überlebenden Juden, woraus sich auch deren Beziehungen
zum neuen Regime in Gestalt eines massiven Eintritts in den Staatsapparat und Zustimmung zu den
kommunistischen Idealen ergeben. Letztere erscheinen als neue und umfassendere Form der
Assimilierung und damit als Abschlufi einer säkularen Bewegung. Obwohl die Unterdruckung durch das
stalinistische Regime, die Revolution von 1956 und die neuerliche Repression gemeinsame
Erfahrungen der meisten Juden und Nicht-Juden darstellen, bestehen in den Deutungsmustern,
Reaktionen und Haltungen Divergenzen ; allerdings haben die Ereignisse von 56 gezeigt, daß ein
blutiges Wiederaufleben des Antisemitismus nicht zu befurchten ist. Ohne den politischen
Antisemitismus zu übernehmen, hat das seit 56 sich normalisierte Regime des Sozialismus erneut
Bedingungen geschaffen der Trennung bestimmter jüdischer und nicht-jüdischer Milieus, und zwar
ebenso in Gestalt gegensätzlicher Berufslobbies wie eines in der historischen Entwicklung des Landes
wurzelnden kulturellen Nationalismus. Zwar äußert sich dieser Separatismus nicht unbedingt auf der
Ebene des Verhaltens, ist aber als Bewußtseinsphänomen vorhanden.
Abstract
The Jewish Question in Contemporary Hungary.
The recent revival of the debate over the «Jewish question» in Hungary is linked to the lifting of a taboo
and to a certain persistence of the problem. A socio-historical analysis brings to light the conditions in
which Jews and non-Jews have continued, and still more or less continue, to interpret and experience
their past and present in different and often opposing ways. There is a particular divergence of views as
regards the occupation of the country by the Red Army. For the Hungarian State it was a military defeat,
but for the surviving Jews it meant a liberation, which continues to goyern their relations with the new
regime. These were marked by their massive entry into the State apparatus and their adherence to
Communist ideals, which seemed to guarantee a new and complete formof assimilation, so completing
a centuries-long process. Although repression under the Stalinist regime, the 1956 revolution and the
new repression constituted common experiences for the majority of Jews and non-Jews, there remain
divergences in patterns of interpretation, reflexes and attitudes ; however the events of 1956 did prove
that a murderous recrudescence of anti-semitism need not be feared. The post-1956 regime of
«normalized socialism», without allowing political anti-semitism, recreated the conditions for separatism
between certain Jewish and non-Jewish milieux in the form of opposing occupational lobbies and a
cultural nationalism rooted in the historical tradition of the country. Such separatism, even if not
expressed in behaviour, is nonetheless a feature of consciousnesses.
Résumé
La question juive dans la Hongrie contemporaine.
La reprise du débat sur la question juive en Hongrie est liée à la levée d'un tabou et à une certaine
persistance du problème. L'analyse socio-historique permet de dégager les conditions dans lesquelles
juifs et non-juifs ont continué et continuent plus ou moins à interpréter et à vivre différemment et parfois
de façon opposée leurs expériences historiques passées et présentes. Pareille divergence porte
d'abord sur l'occupation du pays par l'Armée rouge : défaite militaire pour l'État hongrois mais libération
pour les juifs survivants qui contribue à déterminer leurs rapports avec le nouveau régime marqués par
leur entrée massive dans l'appareil de l'État et leur adhésion aux idéaux communistes. Ceux-ci
semblent garantir une forme neuve et complète d'assimilation et parachever ainsi un mouvement
séculaire. Bien que la répression sous le régime stalinien, la révolution de 1956 et la nouvelle
répression aient constitué des expériences communes pour la majorité des juifs et des non-juifs, il
subsiste des divergences dans les schèmes d'interprétation, les réflexes et les attitudes ; cependant lesjournées de 1956 ont prouvé qu'aucun renouveau meurtrier d'antisémitisme n'était plus à craindre. Le
régime du socialisme normalisé depuis 1956, sans admettre l'antisémitisme politique, a recréé les
conditions du séparatisme entre certains milieux juifs et non juifs sous la forme de lobbies
professionnels opposés et d'un nationalisme culturel qui s'enracine dans l'évolution historique du pays.
Pareil séparatisme, même s'il ne s'exprime pas dans le comportement, n'en reste pas moins inscrit
dans les consciences.-
comptes, que tout s'est arrêté brusquement en 1948.
La question juive a été classée dans les sujets tabous
par le pouvoir communiste qui venait de s'établir
définitivement. Il fallut attendre vingt ans, jusqu'au
milieu des années 1960, pour voir réapparaître
quelques textes, essentiellement littéraires, sur les
rapports historiques lourdement chargés des juifs 1945, au moment où le pays est libéré de l'occupaEn avec la société hongroise (2). Depuis les années 1970, tion allemande et que l'ancien régime s'effondre, les la recherche historique aussi se hasarde parfois à forces progressistes renaissantes se trouvent en Hongrie évoquer le sujet. Il est frappant toutefois que les devant un défi qu'elles n'ont jamais connu. A peine travaux en question traitent le problème juif presque cette période, la plus sombre de l'histoire nationale, exclusivement dans la période d'avant la guerre ou, terminée, la chance surgit — certes une chance reçue tout au plus, pendant les persécutions. On ne trouve et non pas conquise — de reconstruire intégralement le que très peu d'éléments, même allusifs, sur les développays sur la base d'un nouveau contrat social. Il semblait pements ultérieurs. Le mutisme prolongé sur l'année pour une fois que tout pouvait être refait à neuf dans 1944, sur les chemins menant à la «politique du un pays dont l'histoire récente n'avait été que tentatives génocide »et sur ses lendemains serait de nature à avortées et faillites en série suivies de compromissions perturber la conscience historique et politique des honteuses jusqu'à la déchéance de 1944. Ce qui sur le générations montantes, même s'il ne subsistait plus du plan moral, historique, voire politique a pesé le plus problème juif que quelques traces dans la mémoire sur la conscience collective en train de se ressaisir, c'est collective. Ce qui n'est pas le cas. sans aucun doute la déportation de plus d'un demi- On sait que la définition même de la question million de juifs qui, vivant dans l'illusion de l'assimi juive n'a jamais cessé de faire l'objet de discussions lation, furent victimes de «la solution finale» avec la dans la littérature historique, religieuse, sociologique participation active d'une petite partie de leurs con ou psychologique. Toutefois, il n'est point nécessaire citoyens et l'acceptation passive de la plus grande de prendre parti dans ces débats théoriques pour saisir partie. la nature de la question juive dans la Hongrie contempEntre 1945 et 1948, l'antisémitisme et la persé oraine. Elle se définit aisément dans l'expérience cution des juifs sont restés au cœur des débats de quotidienne. En Hongrie juifs et non-juifs tendent à se presse (1). A peine commençait-on à rendre des distinguer les uns des autres, chaque milieu se comptant
parmi les membres d'un groupe de référence différent
pour aborder certains problèmes bien que, officie1— II existe un bon résumé bibliographique de la littér

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text