Les images de la paysannerie dans le roman rural à la fin du dix-neuvième siècle - article ; n°1 ; vol.17, pg 62-71

icon

13

pages

icon

Français

icon

Documents

1977

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

13

pages

icon

Français

icon

Ebook

1977

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1977 - Volume 17 - Numéro 1 - Pages 62-71
Die Darstellungsarten des Bauernstandes im Landroman des 19. Jahrunderts. Bevor der Diskurs über Stadt und Land von den Sozialwissenschaften in Besitz genommen wurde, wurden die ideologischen Vorstellungen über das Ländliche und Städtische hauptsächlich im künstlerischen und literarischen Feld ausgearbeitet. Ende des 19. Jahrhunderts war dieses Thema in Romanen bevorzugt behandelt, und zwar in einer rustikelen Variante des Romans, der die Lebensbedingungen der Bauern beschreibt und einen starken Verkaufserfolg erzielte. Daraus entstand aufgrund der sozialen und politischen Bedeutung einiger veröffentlichter Werke eine Erneuerung der literarischen Themen, aber auch eine Differenzierung des sozialen Images des Bauernstandes und jener Kategorien, in denen die ländliche Welt betrachtet wird. Dieser Prozess kann anhand einer Analyse des Romans «Die Erde» von Emile Zola, der Romane von René Bazin, Eugène Le Roy, und Emile Guillaumin dargestellt werden. Diese Autoren brechen mit den bis dahin vorherrschenden Traditionen der Darstellung des Ländlichen, der Tradition des pastoralen Romans und der entgegengesetzten des realistischen Romans, indem sie die Bauernschaft als eine soziale Kategorie darstellen, die in ihrer materiellen Existenz und in ihren Wertvorstellungen bedroht ist. Das Aufblühen neuer Themen wie der Landflucht und der Entwicklung von Klassenkämpfen auf dem Lande muss in Zusammenhang mit der Wirtschaftskrise der französischen Landwirtschaft nach 1880 gesetzt werden. Das Entstehen von verschiedenen, ja sogar widersprüchlichen Interpretationen, die von einer gemeinsamen Problematik ausgehen, wird mit verschiedenen Faktoren interpretiert, von denen die Struktur des Landbesitzes in den in den Romanen beschriebenen Gegenden (Grossgrundbesitz, kleine Betriebe), die soziale Strategie der Autoren und ihre Position im literarischen Feld die wichtigsten sind.
Images of the Peasantry in the Rural Novel at the End of the Nineteenth Century. Before the subject of the city and the countryside became part of the domain of the social sciences, ideological representations of rural and urban life were elaborated primarily in the artistic and literary field. At the end of the nineteenth century the treatment of these themes was especially flourishing in the novel, whose «rustic» variant, describing the living conditions of the peasantry, enjoyed a considerable success, reflected in the large in-crease in the number of titles published in this vein The resuit was a renewal of the literary problematic, but also, more broadly, in keeping with the social and political significance of some of these books, the introduction of a certain diversity in the social images of the peasantry and in the perceptual categories applied to the rural world. The present article examines this process through an analysis of La Terre by Emile Zola and of the principal novels of Rene Bazin, Eugene Le Roy, and Emile Guillaumin. These authors have in common the fact of breaking with the two traditions which previously dominated the rustic novel -that of the pastoral novel and that of its counterpole, the realistic novel- by depicting the peasantry as a social category threatened in regard to both its material existence and its System of values. The appearance of new themes such as the exodus from rural areas and the development of class struggles in the countryside should be related to the economic crisis that French agriculture under-went after 1880. The sudden blossoming, arising from this concern with common problems, of different and even contradictory images of the peasantry is interpreted here as a function of a number of factors, the most important of which are the structure of landed property in the regions des-cribed in the rustic novels (regions of sharecrop-ping and of small proprietors farming their own land), the social trajectory of the authors, and their position in the literary field.
Avant que le discours sur la ville et la campagne ne soit annexé aux sciences sociales, c'est principalement dans le champ artistique et littéraire que sont élaborées les représentations idéologiques du rural et de l'urbain. A la fin du dix-neuvième siècle le travail de thématisation trouve un support privilégié dans le roman, dont la variante «rustique», qui décrit les conditions d'existence de la paysannerie, connaît un essor quantitatif et un succès considérable . Il en résulte un renouvellement de la problématique littéraire, mais aussi plus largement, en fonction de l'importance sociale et politique de certaines des oeuvres publiées, une diversification des images sociales de la paysannerie et des catégories de perception du monde rural. On étudie ce processus à partir d'une analyse portant sur La Terre d'Emile Zola et sur les principaux romans de René Bazin, d'Eugène Le Roy et d'Emile Guillaumin. Ces auteurs ont en commun de rompre avec les deux traditions rustiques jusqu'alors dominantes, la tradition du roman pastoral et celle, opposée, du réalisme, en présentant la paysannerie comme une catégorie sociale menacée dans son existence matérielle et dans son système de valeurs. L'affleurement de nouveaux thèmes comme l'exode rural ou le développement des luttes de classes à la campagne doit être référé à la crise économique que connaît l'agriculture française après 1880. Le surgissement, à partir de cette problématique commune, de représentations différentes, voire contradictoires de la paysannerie, est interprété en fonction de différents facteurs, dont les plus importants sont la structure de la propriété foncière dans les régions décrites dans les romans rustiques (régions de métayage ou de petits propriétaires exploitants), la trajectoire sociale des auteurs et leur position dans le champ littéraire.
10 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir Alternate Text

Publié le

01 janvier 1977

Nombre de lectures

226

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Monsieur Rémy Ponton
Les images de la paysannerie dans le roman rural à la fin du
dix-neuvième siècle
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 17-18, novembre 1977. pp. 62-71.
Citer ce document / Cite this document :
Ponton Rémy. Les images de la paysannerie dans le roman rural à la fin du dix-neuvième siècle. In: Actes de la recherche en
sciences sociales. Vol. 17-18, novembre 1977. pp. 62-71.
doi : 10.3406/arss.1977.2576
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1977_num_17_1_2576Résumé
Avant que le discours sur la ville et la campagne ne soit annexé aux sciences sociales, c'est
principalement dans le champ artistique et littéraire que sont élaborées les représentations idéologiques
du rural et de l'urbain. A la fin du dix-neuvième siècle le travail de thématisation trouve un support
privilégié dans le roman, dont la variante «rustique», qui décrit les conditions d'existence de la
paysannerie, connaît un essor quantitatif et un succès considérable . Il en résulte un renouvellement de
la problématique littéraire, mais aussi plus largement, en fonction de l'importance sociale et politique de
certaines des oeuvres publiées, une diversification des images sociales de la paysannerie et des
catégories de perception du monde rural. On étudie ce processus à partir d'une analyse portant sur La
Terre d'Emile Zola et sur les principaux romans de René Bazin, d'Eugène Le Roy et d'Emile Guillaumin.
Ces auteurs ont en commun de rompre avec les deux traditions rustiques jusqu'alors dominantes, la
tradition du roman pastoral et celle, opposée, du réalisme, en présentant la paysannerie comme une
catégorie sociale menacée dans son existence matérielle et dans son système de valeurs.
L'affleurement de nouveaux thèmes comme l'exode rural ou le développement des luttes de classes à
la campagne doit être référé à la crise économique que connaît l'agriculture française après 1880. Le
surgissement, à partir de cette problématique commune, de représentations différentes, voire
contradictoires de la paysannerie, est interprété en fonction de différents facteurs, dont les plus
importants sont la structure de la propriété foncière dans les régions décrites dans les romans rustiques
(régions de métayage ou de petits propriétaires exploitants), la trajectoire sociale des auteurs et leur
position dans le champ littéraire.
Abstract
Images of the Peasantry in the Rural Novel at the End of the Nineteenth Century.
Before the subject of the city and the countryside became part of the domain of the social sciences,
ideological representations of rural and urban life were elaborated primarily in the artistic and literary
field. At the end of the nineteenth century the treatment of these themes was especially flourishing in the
novel, whose «rustic» variant, describing the living conditions of the peasantry, enjoyed a considerable
success, reflected in the large in-crease in the number of titles published in this vein The resuit was a
renewal of the literary problematic, but also, more broadly, in keeping with the social and political
significance of some of these books, the introduction of a certain diversity in the social images of the
peasantry and in the perceptual categories applied to the rural world. The present article examines this
process through an analysis of La Terre by Emile Zola and of the principal novels of Rene Bazin,
Eugene Le Roy, and Emile Guillaumin. These authors have in common the fact of breaking with the two
traditions which previously dominated the rustic novel -that of the pastoral novel and that of its
counterpole, the realistic novel- by depicting the peasantry as a social category threatened in regard to
both its material existence and its System of values. The appearance of new themes such as the
exodus from rural areas and the development of class struggles in the countryside should be related to
the economic crisis that French agriculture under-went after 1880. The sudden blossoming, arising from
this concern with common problems, of different and even contradictory images of the peasantry is
interpreted here as a function of a number of factors, the most important of which are the structure of
landed property in the regions des-cribed in the rustic novels (regions of sharecrop-ping and of small
proprietors farming their own land), the social trajectory of the authors, and their position in the literary
field.
Zusammenfassung
Die Darstellungsarten des Bauernstandes im Landroman des 19. Jahrunderts.
Bevor der Diskurs über Stadt und Land von den Sozialwissenschaften in Besitz genommen wurde,
wurden die ideologischen Vorstellungen über das Ländliche und Städtische hauptsächlich im
künstlerischen und literarischen Feld ausgearbeitet. Ende des 19. Jahrhunderts war dieses Thema in
Romanen bevorzugt behandelt, und zwar in einer rustikelen Variante des Romans, der die
Lebensbedingungen der Bauern beschreibt und einen starken Verkaufserfolg erzielte. Daraus entstand
aufgrund der sozialen und politischen Bedeutung einiger veröffentlichter Werke eine Erneuerung der
literarischen Themen, aber auch eine Differenzierung des sozialen Images des Bauernstandes und
jener Kategorien, in denen die ländliche Welt betrachtet wird. Dieser Prozess kann anhand einerAnalyse des Romans «Die Erde» von Emile Zola, der Romane von René Bazin, Eugène Le Roy, und
Emile Guillaumin dargestellt werden. Diese Autoren brechen mit den bis dahin vorherrschenden
Traditionen der Darstellung des Ländlichen, der Tradition des pastoralen Romans und der
entgegengesetzten des realistischen Romans, indem sie die Bauernschaft als eine soziale Kategorie
darstellen, die in ihrer materiellen Existenz und in ihren Wertvorstellungen bedroht ist. Das Aufblühen
neuer Themen wie der Landflucht und der Entwicklung von Klassenkämpfen auf dem Lande muss in
Zusammenhang mit der Wirtschaftskrise der französischen Landwirtschaft nach 1880 gesetzt
werden. Das Entstehen von verschiedenen, ja sogar widersprüchlichen Interpretationen, die von einer
gemeinsamen Problematik ausgehen, wird mit verschiedenen Faktoren interpretiert, von denen die
Struktur des Landbesitzes in den in den Romanen beschriebenen Gegenden (Grossgrundbesitz, kleine
Betriebe), die soziale Strategie der Autoren und ihre Position im literarischen Feld die wichtigsten sind.ponton remy
LES IMAGES
DE LA PAYSANNERIE
DANS LE ROMAN RURAL
A A LA la fin du FIN dix-neuvième DU siècle, 19e c'est SIECLE principa
L'image pastorale du paysan
Le renouveau du roman pastoral, après 1852,
qui est bien accueilli, et même pour une part d
irectement suscité par le pouvoir politique (2),
trouve son impulsion principale dans les succès l'urbain. de sont lement un aussi, support et «rustique», un la enrichissement élaborées paysannerie, plus succès dans privilégié La largement, centrée considérable thématisation le les champ connaît de dans représentations sur la une le artistique thématique les après diversification roman un idéologique conditions essor 1900. dont et du quantitatif littéraire, littéraire Il d'existence rural la trouve en des variante résulte repréet mais que (1) un de romanesques de George Sand. Non seulement cet
auteur confère un prestige accru à cette forme de
littérature mais il en redéfinit les principes esthéti
ques en leur assurant de surcroît une large diffu
sion. On sait que le précepte central de cette con
sentations idéologiques du paysan et des catégor ception du roman rustique est un parti pris d'idéa
ies de perception du monde rural. Pour analyser lisation, qui est proclamé dès 1846, dans La Mare
ce renouvellement des images sociales de la paysann au Diable, et qui se trouve renforcé par l'échec de
erie, plutôt que d'entreprendre un recensement la Révolution de 1848 lorsque George Sand, déçue
général de la production de romans rustiques, on a dans ses espérances politiques et humanitaires, en
retenu quelques titres choisis en fonction de leur vient à développer une théorie de l'art refuge
tirage et de l'importance sociale des thèmes qu'ils contre les malheurs du temps. «Mieux vaut une
formulent. Jusqu'en 1890 deux traditions littérai douce chanson, un son de pipeau rustique, un
res se disputent la représentation du monde rural, conte pour endormir les enfants sans frayeur et
celle de la pastorale, et celle, opposée, du réalisme. sans souffrance, que le spectacle des maux réels
Pour analyser la première, qui survit encore aujour renforcés et rembrunis encore par les conteurs de la
d'hui dans les manuels de lecture de l'école pri fiction» affirme la préface de 1851 de La Petite
maire, on s'est reporté aux romans de George F

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text