Marché matrimonial et structure des classes sociales - article ; n°1 ; vol.20, pg 97-107

-

Documents
14 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1978 - Volume 20 - Numéro 1 - Pages 97-107
Heiratsmarkt und Struktur der sozialen Klassen Ausgehend von der Hypothese, dass die Heiratswahrscheinlichkeit ein gutes Mass fur die Abstände zwischen den jeweiligen Herkunftsklassen der Eheleute darstellt, wird ein Modell des sozialen Raums entsprechend den Wahrscheinlichkeiten konstruiert. Der Heiratsmarkt bildet einen der Orte, an denen die verschiedenen Arten von Erbe, über das die Agenten verfügen, gehandelt und weitergegeben werden : Die Heirat stellt einen Austausch dar, worin die verschiedenen Arten von Kapital in ein Gleichgewicht gebracht werden - und die Wahrscheinlichkeit einer Verbindung ist umso grosser ; je «gleichgewichtiger» der Austausch und «passender» die Heirat ist. Die Jahresstatistik der standesamtlich vollzogenen Heiraten, d.h. die Verteilung der insgesamt 400 000 Heiratsverbindungen entsprechend den sich kreuzenden sozialen Kategorien der Vater der Getrauten, erlaubt zum einen die Untersuchung des Austauschs zwischen zwei Kategorien, deren Häufîgkeit mit einer fiktiven, die Gleichwahrscheinlichkeit von Heiraten zwischen Klassen unterstellenden Häufîgkeit verglichen wird ; gestattet zum anderen den Vergleich der matrimonialen Schicksale von Söôhnen (oder Tochtern) zweier zozialer Kategorien anhand der Faktorenanalyse der Korrespondenzen dieser Statistik : Die Analysen zeigen, dass die Klassen und Fraktionen einen stark strukturierten Raum bilden - und zwar sowohl in bezug auf das Gesamtvolumen des Kapitals, über das verfugt wird, als auch hinsichtlich der Struktur der verschiedenen Arten desselben (ökonomisches Kapital und kulturelles Kapital). Letztere Unterscheidung ist umso deutlicher, je höher das Gesamtkapital ist : stark ausgeprägt bei den höheren Klassen ; abgeschwächter bei den Mittelklassen und fehlend bei den Volksklassen. Die soziale Homogamie ist insbesondere bei den herrschenden Klassen und den Volksklassen sehr stark - doch während sie bei den erstgenannten das Resultat von Selektionsmechanismen und den Fähigkeiten zur Meisterung der Zukunft ist, spiegelt sie im Fall der letztgenannten Ausschliessungsmechanismen wider ; die Untersuchung des Heiratsalters der Manner, der Kinderzahl oder der Scheidungswahrscheinlichkeit je nach sozialem Milieu bestätigt den Gegensatz zwischen mehr oder weniger frei gewählten und bloss passiv erlittenen Situationen.
The marriage market and social class structure. Starting out from the hypothesis that the probability of marriage between individuals constitutes a good measure of the distances between their respective social origins, we have constructed a model of social space such as it is revealed by these probabilities. The matrimonial market is one of those areas where the actors involved negotiate and transmit the various types of inheritance of which they dispose. In other words, marriage is a form of exchange which balances against each other the various kinds of capital, and the probability of a union is all the greater the more the exchange is «equilibrated», the more the partners are «well matched». The officiai annual marriage statististics, which distribute a total of 400 000 marriages according to the social categories of the fathers of each of the partners, allows us, on the one hand, to analyze the exchanges between the two categories, whose frequency is compared with a hypothetical frequency obtained by assuming an equiprobability of marriages between classes, and, on the other hand, to compare the matrimonial destinies of the sons (or daughters) of the two categories by means of the factorial analysis of the correspondences we have established on the basis of these statististics. These analyses show that the classes and fractions of classes constitute a highly structured space, with respect to the sum total of capital possessed as well as from the point of view of the structure of the various types of capital possessed (economic capital and cultural capital). This latter distinction becomes clearer as the total amount of capital increases : very marked for the upper classes, it is less so for the middle classes and is absent for the lower classes. Social homogamy is strong, especially for the dominant classes and for the lower classes, but, for the former, it results, from mechanisms of selection, and from the capacity to master the future, whereas, for the latter, it reflects, mechanisms of exclusion. The examination of the age at marriage of men, of fertility, and of the probability of divorce according to social class confirms this contrast between those situations where the element of choice is relatively high and those where it is a essentially absent.
Marché matrimonial et structure des classes sociales. Partant de l'hypothèse que les probabilités de mariages entre individus constituent une bonne mesure des distances entre leurs classes d'origine, on construit un modèle de l'espace social, tel que le révèlent ces probabilités. Le marché matrimonial est un des lieux où se négocient et se transmettent les divers types d'héritage dont disposent les agents : le mariage est un échange mettant en balance des espèces de capital variées, et la probabilité d'une union est d'autant plus forte que cet échange est plus «équilibré», et le mariage «bien assorti». La statistique annuelle des mariages de l'Etat-civil, distribuant l'ensemble des 400 000 unions selon les catégories sociales croisées des pères de chacun des conjoints, permet d'une part d'analyser les échanges entre deux catégories, dont la fréquence est comparée à une fréquence fictive obtenue en supposant l'équiprobabilité des mariages entre classes, et d'autre part de confronter les destins matrimoniaux des fils (ou filles) de deux catégories, par l'analyse factorielle des correspondances de cette statistique : ces analyses montrent que les classes et fractions constituent un espace fortement structuré, tant par rapport au volume total de capital détenu, que du point de vue de la structure des diverses espèces de capital détenu (capital économique et capital culturel). Cette dernière différenciation est d'autant plus nette que le capital total est plus élevé : très marquée pour les classes supérieures, elle l'est moins pour les classes moyennes et est absente pour les classes populaires. L'homogamie sociale est forte, surtout pour les classes dominantes et pour les classes populaires, mais elle résulte, pour les premières, de mécanismes de sélection et d'aptitudes à maîtriser l'avenir, alors qu'elle reflète, pour les secondes, des mécanismes d'exclusion : l'examen des âges au mariage des hommes, de la fécondité ou des probabilités de divorce selon les milieux sociaux, confirme cette opposition entre des situations relativement choisies et des situations subies.
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1978
Nombre de visites sur la page 105
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Alain Desrosières
Marché matrimonial et structure des classes sociales
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 20-21, mars/avril 1978. pp. 97-107.
Citer ce document / Cite this document :
Desrosières Alain. Marché matrimonial et structure des classes sociales. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol.
20-21, mars/avril 1978. pp. 97-107.
doi : 10.3406/arss.1978.2594
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1978_num_20_1_2594Résumé
Marché matrimonial et structure des classes sociales.
Partant de l'hypothèse que les probabilités de mariages entre individus constituent une bonne mesure
des distances entre leurs classes d'origine, on construit un modèle de l'espace social, tel que le révèlent
ces probabilités. Le marché matrimonial est un des lieux où se négocient et se transmettent les divers
types d'héritage dont disposent les agents : le mariage est un échange mettant en balance des espèces
de capital variées, et la probabilité d'une union est d'autant plus forte que cet échange est plus
«équilibré», et le mariage «bien assorti».
La statistique annuelle des mariages de l'Etat-civil, distribuant l'ensemble des 400 000 unions selon les
catégories sociales croisées des pères de chacun des conjoints, permet d'une part d'analyser les
échanges entre deux catégories, dont la fréquence est comparée à une fréquence fictive obtenue en
supposant l'équiprobabilité des mariages entre classes, et d'autre part de confronter les destins
matrimoniaux des fils (ou filles) de deux catégories, par l'analyse factorielle des correspondances de
cette statistique : ces analyses montrent que les classes et fractions constituent un espace fortement
structuré, tant par rapport au volume total de capital détenu, que du point de vue de la structure des
diverses espèces de capital détenu (capital économique et capital culturel). Cette dernière
différenciation est d'autant plus nette que le capital total est plus élevé : très marquée pour les classes
supérieures, elle l'est moins pour les classes moyennes et est absente pour les classes populaires.
L'homogamie sociale est forte, surtout pour les classes dominantes et pour les classes populaires, mais
elle résulte, pour les premières, de mécanismes de sélection et d'aptitudes à maîtriser l'avenir, alors
qu'elle reflète, pour les secondes, des d'exclusion : l'examen des âges au mariage des
hommes, de la fécondité ou des probabilités de divorce selon les milieux sociaux, confirme cette
opposition entre des situations relativement choisies et des situations subies.
Abstract
The marriage market and social class structure.
Starting out from the hypothesis that the probability of marriage between individuals constitutes a good
measure of the distances between their respective social origins, we have constructed a model of social
space such as it is revealed by these probabilities. The matrimonial market is one of those areas where
the actors involved negotiate and transmit the various types of inheritance of which they dispose. In
other words, marriage is a form of exchange which balances against each other the various kinds of
capital, and the probability of a union is all the greater the more the exchange is «equilibrated», the
more the partners are «well matched».
The officiai annual marriage statististics, which distribute a total of 400 000 marriages according to the
social categories of the fathers of each of the partners, allows us, on the one hand, to analyze the
exchanges between the two categories, whose frequency is compared with a hypothetical frequency
obtained by assuming an equiprobability of marriages between classes, and, on the other hand, to
compare the matrimonial destinies of the sons (or daughters) of the two categories by means of the
factorial analysis of the correspondences we have established on the basis of these statististics. These
analyses show that the classes and fractions of classes constitute a highly structured space, with
respect to the sum total of capital possessed as well as from the point of view of the structure of the
various types of capital possessed (economic capital and cultural capital). This latter distinction
becomes clearer as the total amount of capital increases : very marked for the upper classes, it is less
so for the middle classes and is absent for the lower classes. Social homogamy is strong, especially for
the dominant classes and for the lower classes, but, for the former, it results, from mechanisms of
selection, and from the capacity to master the future, whereas, for the latter, it reflects, of
exclusion. The examination of the age at marriage of men, of fertility, and of the probability of divorce
according to social class confirms this contrast between those situations where the element of choice is
relatively high and those where it is a essentially absent.
Zusammenfassung
Heiratsmarkt und Struktur der sozialen Klassen
Ausgehend von der Hypothese, dass die Heiratswahrscheinlichkeit ein gutes Mass fur die Abstände
zwischen den jeweiligen Herkunftsklassen der Eheleute darstellt, wird ein Modell des sozialen Raumsentsprechend den Wahrscheinlichkeiten konstruiert. Der Heiratsmarkt bildet einen der Orte, an denen
die verschiedenen Arten von Erbe, über das die Agenten verfügen, gehandelt und weitergegeben
werden : Die Heirat stellt einen Austausch dar, worin die verschiedenen Arten von Kapital in ein
Gleichgewicht gebracht werden - und die Wahrscheinlichkeit einer Verbindung ist umso grosser ; je
«gleichgewichtiger» der Austausch und «passender» die Heirat ist.
Die Jahresstatistik der standesamtlich vollzogenen Heiraten, d.h. die Verteilung der insgesamt 400 000
Heiratsverbindungen entsprechend den sich kreuzenden sozialen Kategorien der Vater der Getrauten,
erlaubt zum einen die Untersuchung des Austauschs zwischen zwei Kategorien, deren Häufîgkeit mit
einer fiktiven, die Gleichwahrscheinlichkeit von Heiraten Klassen unterstellenden
verglichen wird ; gestattet zum anderen den Vergleich der matrimonialen Schicksale von Söôhnen (oder
Tochtern) zweier zozialer Kategorien anhand der Faktorenanalyse der Korrespondenzen dieser Statistik
: Die Analysen zeigen, dass die Klassen und Fraktionen einen stark strukturierten Raum bilden - und
zwar sowohl in bezug auf das Gesamtvolumen des Kapitals, über das verfugt wird, als auch hinsichtlich
der Struktur der verschiedenen Arten desselben (ökonomisches Kapital und kulturelles Kapital).
Letztere Unterscheidung ist umso deutlicher, je höher das Gesamtkapital ist : stark ausgeprägt bei den
höheren Klassen ; abgeschwächter bei den Mittelklassen und fehlend bei den Volksklassen. Die soziale
Homogamie ist insbesondere bei den herrschenden Klassen und den Volksklassen sehr stark - doch
während sie bei den erstgenannten das Resultat von Selektionsmechanismen und den Fähigkeiten zur
Meisterung der Zukunft ist, spiegelt sie im Fall der letztgenannten Ausschliessungsmechanismen wider
; die Untersuchung des Heiratsalters der Manner, der Kinderzahl oder der
Scheidungswahrscheinlichkeit je nach sozialem Milieu bestätigt den Gegensatz zwischen mehr
weniger frei gewählten und bloss passiv erlittenen Situationen.üK
l'espace, une saisissante mise en scène sociologique :
deux familles, c'est-à-dire deux microcosmes de bonne Partant conjoints, l'espace mesure de on social, l'hypothèse peut des tel tenter « distances que que de le construire révèlent le sociales mariage alain les » un entre probabilest modèle desrosieres une les
sociaux, se confrontent et s'affrontent, échangeant,
comme l'a montré une analyse récente d'Yvette
ités de mariage entre individus selon leur origine Delsaut (2), une multiplicité de signes apparem
sociale. Une image de la structure de cet espace a ment infimes mais hautement signifiants.
déjà été proposée par Pierre Bourdieu, dans Anato On n'a de « goût » l'un pour l'autre que si
mie du goût (1), sous la forme d'un schéma fondé l'on a les mêmes « goûts » : le système des «goûts»,
sur une théorie des espèces de capital. Aux places vécus sur le mode du choix individuel totalement
dans les rapports de production et aux représen libre (des goûts et des couleurs...), mais en fait
tations sociales associées, correspondent des systè fortement structurés socialement, va permettre aux
mes de pratiques extrêmement cohérents : un conjoints de se «reconnaître», sur le mode appa
modèle possible d'organisation des pratiques a été rent de l'affinité élective, reconstituant ainsi à
présenté dans l'étude citée. Les systèmes de proxi chaque génération un espace des liaisons matrimon
mités dégagés dans ce schéma sont-ils de portée iales socialement structuré. Le système des maria
plus générale ? Le marché matrimonial est, avec le ges réalise concrètement, en matière sociale, le
marché du travail, un des lieux privilégiés où se mythe des « préférences révélées par le marché »
négocient, se transmettent et se « réalisent » (au cher aux économistes néo-classiques. De même
sens où on parle de « réalisation » de la valeur) les il « révèle » , mieux que ne le ferait n'importe quelle
divers types d'« héritage» dont disposent les agents. enquête empirique, les «échelles de prestige social»
On peut donc s'attendre à ce que les proximités chères aux sociologues anglo-saxons. Des informat
entre classes et fractions de classes présentées dans ions recueillies à propos des âges, lieux de nais
Anatomie du goût se retrouvent dans l'analyse sance, professions des deux conjoints et de leurs
statistique de ce marché matrimonial. PL s encore deux pères, que la statistique annuelle de l'Êtat-
peut-être que l'insertion dans le marché u travail, civil enregistre pour 400 000 mariages environ, on
l'entrée dans le marché matrimonial engage la essaiera donc de dégager un système de positions
totalité de la personne, c'est-à-dire un ensemble des catégories les unes par rapport aux autres, en
d'attributs, d'acquis, qui caractérisent une classe faisant l'hypothèse que les mariages sont d'autant
ou une fraction : capital économique bien sûr, plus probables que le capital détenu est plus voisin,
mais aussi «éducation», manières d'être, relations en volume et en structure. La limite majeure de
sociales, goûts et conception du monde. On peut cette étude vient de la finesse de la nomenclature
faire l'hypothèse qu'un mariage est un échange, utilisée : une vingtaine de catégories socio-profes
mettant en balance des espèces de capital variées, sionnelles distinguent les grandes espèces de capital,
et que la probabilité d'une union est d'autant plus économique et culturel, mais ne permettent pas
forte que cet échange est plus « équilibré », et que d'analyser plus finement des sous-espèces (litté
par conséquent le mariage est, comme on dit, raire, scientifique, etc.) certainement pertinentes « bien assorti »'. La cérémonie du mariage elle- en la matière.
même peut être, en raccourci dans le temps et
1 —P. Bourdieu, avec M. de Saint Martin, Anatomie du goût, 2— Y. Delsaut, Le double mariage de Jean Célisse, Actes de
Actes de la recherche en sciences sociales, 5, octobre 1976. la recherche en sciences sociales, 4, août 1976. :
:
98 Alain Desrosières
tableau, celui des dots sociales, est plus complexe,
car les hommes décrits appartiennent à deux géné
rations différentes et les professions exercées sont
moins directement comparables : les dissymétries
entre « lignes » et « colonnes » sont plus perceptib
les. De façon plus générale, ces tableaux sont
complexes car chaque conjoint se définit, au
moment de son mariage, non seulement par tout
ce qui est lié à son origine sociale, mais aussi par
les effets de la mobilité apportée par les vingt ou
vingt cinq premières années de son existence qui
peuvent introduire un décalage notable par rapport
à son origine sociale. Les tableaux commentés ici
ne sont donc qu'une pièce d'une recherche sur la
nuptialité qui nécessiterait aussi l'étude des
scolarités et des débuts professionnels éventuels
des conjoints.
Le principal résultat qui ressort des analyses Origines sociales des conjoints,
de ces deux tableaux est que les classes et fractions dot sociale des femmes constituent un espace fortement structuré, tant
par rapport au volume total de capital détenu (les pour Le matériel chaque statistique mariage, utilisé les catégories permet de socio-profesconnaître, tableaux sont, on le verra, «diagonaux»)
sionnelles (csp) des deux conjoints et de chacun de que du point de vue de la structure des diverses
leurs deux pères (3). Parmi tous les tableaux qu'il espèces de capital (capital économique et capital
serait possible d'étudier à partir de ces données, on culturel). Cette différenciation est d'autant plus
se centrera ici sur deux d'entre eux : celui des origi nette que le capital total est plus élevé : très
nes sociales qui croise les csp des pères des deux marquée pour les classes supérieures, elle l'est
conjoints, et celui des dots sociales qui croise la csp moins pour les classes moyennes et est absente
du père de l'épouse (beau-père) avec celle de pour les classes populaires. Ces résultats sont aussi
l'époux (gendre). On a donc choisi de ne décrire nets dans les cas du tableau des origines sociales
que des tableaux croisant des catégories d'hommes. que celui des dots sociales. Ils montrent une
Le tableau des liaisons entre professions des deux des limites de l'analyse : si les probabilités de maria
époux aurait posé le problème de la signification ge sont liées au volume et à la structure du capital,
de la taxinomie employée dans le cas des femmes : on rendra d'autant moins compte des systèmes de
il est clair que, même si elles ont des intitulés iden mariages que les classes décrites sont plus dénuées
tiques, les « csp de femmes » sont profondément de capital, c'est-à-dire en particulier pour les
différentes de leurs homologues masculines. Ainsi classes populaires.
dans le cas des patrons il s'agit très souvent (mais Les proximités entre catégories peuvent être
non toujours) d'aides familiales. De même les lues de plusieurs façons à travers de tels tableaux,
professions féminines classées en cadres moyens selon que l'on s'attache aux cases du tableau,
ou en employés ont des contenus très différents significatives des flux entre deux catégories, ou aux
des professions masculines classées de la même profils des lignes (ou colonnes) de celui-ci : dans ce
façon (4). dernier cas, deux catégories sont « proches » si elles
Les deux tableaux analysés posent des pro marient leurs fils (ou filles) avec des filles (ou fils)
blèmes différents. Le premier, celui des origines ayant des origines sociales voisines. Dans le premier
sociales, décrit des pères, c'est-à-dire des hommes cas, on propose une expression particulière compar
de la même génération : les distributions marginales ant la fréquence observée dans une case à une
sont assez voisines, à condition que les probabilités fréquence « théorique » de la même case dans le
de mariage soient les mêmes pour les garçons et les tableau «produit des marges». Dans le second,
filles, ce qui n'est faux qu'en milieu rural. De fait, l'analyse des correspondances permet de comparer
les analyses présentées ci-dessous montrent très peu les profils et de bâtir des cartes des catégories à
de dissymétrie entre les « lignes » (pères des époux) partir de ces comparaisons. Tous ces tableaux ont
et les «colonnes» (pères des épouses), sauf just une structure mathématique bien particulière due
ement en milieu rural (5). En revanche le second à la forte homogamie sociale : ils sont très éloignés
d'un tableau théorique (dit « produit des marges »)
dans lequel les fréquences des mariages seraient 3— La csp des conjoints est observée au moment du mar indépendantes des catégories sociales. La diagonale iage, c'est-à-dire à l'âge où le statut social n'est pas encore
est très fortement chargée, et si de plus on a déjà définitif, surtout pour les catégories supérieures il y a en
viron 6 % d'étudiants (hommes et femmes). De même, ordonné les lignes et les colonnes selon un critère
parmi les «pères», il y a un bon nombre de «retraités» de proximité sociale a priori, les cases voisines de dont le statut social antérieur n'est pas très précis. cette diagonale sont aussi très chargées, alors que 4— Sur les féminisations différentes des catégories socio les coins « Sud-Ouest » et « Nord-Est » de la professionnelles, voir L. Thévenot, Les sociales matrice, correspondant aux mariages entre classes en 1975 l'extension du salariat, Economie et statistique,
9 1 , juillet -août 1977. très opposées, le sont très peu.
5— Ceci ne signifie pas que de telles dissymétries sont r
igoureusement inexistantes, mais l'instrument statistique
utilisé ici ne permet pas de les déceler. Marché matrimonial et classes sociales 99
beaucoup plus souvent avec des filles de salariés
agricole que ne le font les filles des premiers avec
les fils des seconds. A l'inverse, les filles d'agricul
teurs sont un peu plus fréquemment mariées avec
les fils d'artisans, que l'inverse. Enfin, les fus de
salariés agricoles épousent plus les filles de manœuv
res, alors que les filles de salariés agricoles sont,
on l'a vu, plus unies aux fils de paysans (7). Le
coefficient figurant dans les petits cercles sommets
du graphe correspond à l'homogamie,. c'est-à-dire
à un terme diagonal :
Pii-Pi.P.i T
L'examen de ces coefficients montre l'importance
de la nomenclature employée : la probabilité de
mariages internes à une catégorie est liée à son
homogénéité (proximité sociale réelle entre les Deux circuits d'endogamie professions la constituant), à sa «fermeture» La première méthode de lecture de ces tableaux sociale (importance des barrières entre la catégorie compare systématiquement les fréquences de et ses voisines) et enfin à sa concentration géograchaque case à la fréquence théorique du tableau phique. Cette dernière peut créer des sortes d'iso- «produit des marges». L'expression retenue, lats matrimoniaux : le cas le plus net est celui des proposée par Jean-Claude Deville, est l'écart entre
fréquence observée et fréquence d'un tableau
Graphique I. Mariages et structure des classes sociales «produit des marges», écart normé afin de
ramener la mesure à une valeur comprise entre
- 1 et + 1 :
T- =
ij
V Pi i . jd-P j)
Cette procédure a été appliquée au tableau
des «origines sociales» de 1974. On en déduit un
graphe décrivant les proximités au moyen de ce
coefficient (graphique I). Ce graphe a été construit
avec le souci de parvenir à la figure la plus simple,
comportant le moins d'enchevêtrements possibles
entre les arcs, tracés à partir d'un seuil positif (6).
Le résultat obtenu est très proche du schéma de.
Anatomie du goût. On y constate deux circuits
d'endogamie assez distincts : l'un passe par les
salariés, l'autre par les non-salariés. Ils ne se rejo
ignent que par l'intermédiaire des salariés agricoles
(bas du graphe) et des cadres supérieurs et gros
patrons (haut du graphe). L'existence de ces deux
circuits relativement indépendants devrait être
vérifiée au moyen d'autres instruments d'analyse.
Les deux coefficients (exprimés en °/oo) inscrits
sur chaque arc AB du graphe, reliant une catégorie
A à une catégorie B, correspondent respectivement
à l'intensité des mariages des fils de la catégorie A
avec les filles de la catégorie B, et, réciproquement,
des filles de A avec les fils de B. L'instrument
d'analyse adopté ne permet pas de déceler de dissy
métries significatives entre ces coefficients, sauf en
milieu agricole, où l'on retrouve les problèmes du
célibat paysan. Les fils d'agriculteurs se marient
6— Une telle visualisation appauvrit un peu l'information
contenue dans le tableau des coefficients Tij, car elle
élimine aussi bien les liaisons proches de zéro (liaisons
7— De ces trois dissymétries, seule la première (agriculteurs- «moyennes^)), que les liaisons très négatives, reflétant des
répulsions entre classes sociales, c'est-à-dire des distances salariés agricoles) est absolument certaine. Les deux autres
très grandes. sont probables, mais nécessiteraient des vérifications. :
.
100 Alain Desrosières
malgré le brouillage introduit par l'ensemble formé par mineurs, mais les agriculteurs et salariés agricoles, l'évolution des techniques de production et les réactions ainsi que les patrons et marins pêcheurs constituent ouvrières aux déqualifications résultant de ces nouvelles aussi de tels isolats. En revanche, la dispersion techniques. Mais elles ne suffisent sans doute pas pour spatiale (cas des instituteurs ou des employés de décrire finement la classe ouvrière, même si la qualification
du père influe assez nettement sur la scolarité et le placecommerce, dans la génération des pères) diminue ment sur le marché matrimonial des enfants. Peut-être relativement Fhomogamie. faudrait -il examiner la pertinence de découpages de la classe La relation entre distance sociale et distance ouvrière en grands secteurs, énergie, bâtiment, biens interspatiale est cependant très complexe : une « mont médiaires, d'équipement et de consommation, selon des
distinctions maintenant familières aux économistes il est ée » sociale (fils de paysan devenant instituteur,
probable que les conditions de vie des catégories ouvrières par exemple) peut être « payée » par un éloigne- sont très marquées par les conditions de travail (horaires, ment géographique, qui coupe l'agent à la fois de distance du lieu de travail). Ces facteurs pourront influer son milieu d'origine et de son milieu d'arrivée, non seulement sur les formes de la nuptialité, mais aussi
diminuant ainsi sa probabilité de mariage. Il n'est et surtout sur la permanence des couples et des familles.
pas possible, par ailleurs, de lier automatiquement
la faible homogamie à la dispersion spatiale,
comme le montre l'exemple des professions libé
rales (médecins en particulier) très fortement
homogames, malgré leur dispersion : l'homogénéité
et la fermeture sociales sont alors décisives.
Un résultat apparaît nettement sur le graphi
que I : les classes supérieures constituent un très
dense réseau d'homogamie; les liaisons entre ces Les deux dimensions
catégories sont plus fortes qu'entre les catégories de l'espace social
populaires. L'homogamie y est souvent délibérée, Dans la méthode précédente, deux catégories A et le souci de ne pas « déroger » étant fort dans B étaient estimées « proches » si les fils (ou filles) certaines fractions de classes. Par ailleurs, les de A se mariaient fréquemment avec les filles (ou unions entre les milieux intellectuels et patronaux fils) de B. Nous allons maintenant envisager un sont relativement rares (8). Mais l'impression que autre type de proximité : les catégories A et B sont les catégories supérieures constituent un réseau « proches» si elle- marient leurs fils (ou filles) avec
dense d'intermariages peut être accentuée par le des filles (ou fils) dont les distributions (ou « proffait que le code des csp est nettement plus détaillé ils ») selon les origines sociales sont voisines. pour les catégories supérieures et moyennes que L'analyse des correspondances appliquée aux les ouvrières et paysannes. Ainsi tableaux de mariages permet de comparer les les trois des ouvriers qualifiés, des «profils», c'est-à-dire les structures en pourcentouvriers spécialisés et des manœuvres représentent age des lignes (et des colonnes) et de représenter 42% de la population active masculine (en 1975) ces points dans des graphes-plans : deux points,
et ne sont décrites que par trois rubriques sur une représentant deux catégories de pères, sont proches
nomenclature qui en comporte trente. Dans la si les origines sociales des gendres (ou belles-filles)
mesure où cette étude fait ressortir les liens entre des membres de ces catégories sont voisines (gra
mariages et structure du capital, l'inconvénient phiques II et III, issus de l'analyse des tableaux
mentionné n'est pas trop grave : on a vu que les croisant les csp des pères des deux conjoints).
classes populaires, dénuées de capital, sont de L'analyse a été également faite à partir du tableau
toutes façons mal analysées ici. croisant les professions du mari et du père de la
femme (graphique IV et V, dits des « dots sociaLe découpage actuel de la classe ouvrière relève d'une autre les»). Très généralement, si la structure analysée logique, celle de la « qualification», notion ambiguë parce est fortement ordonnée, ce qui est le cas ici, le qu'enjeu de luttes. Les distinctions héritées des classifica
tions Parodi de 1946 restent encore en gros pertinentes, graphe-plan des deux premiers axes présente un
nuage en forme de parabole (effet Guttmann) (9).
8— On peut s'interroger sur la pertinence de l'indicateur
utilisé, dont le choix est délicat. Comparons-le à une ex 9— On le montre simplement en raisonnant sur un découpagpression plus «intuitive». Soient deux catégories i et j e en trois classes (supérieure S, moyenne M et inférieure I). ayant chacune le poids relatif p (0 < p < 1) dans la popul Si l'homogamie était totale (tableau parfaitement diagonal), ation totale, et telles que la part des fils de la première se les trois points représentatifs des trois classes seraient aux mariant avec des filles de la seconde soit égale à la part trois sommets S, M et I d'un triangle equilateral, et les axes symétrique, soit a (0 < a < 1), les deux coefficients re seraient indéterminés. Si l'homogamie liant ces deux catégories valent alors : n'est pas totale, et qu'il y a quelques mar
iages entre les catégories S et M d'une
part, et M et I d'autre part, mais aucun L'expression est la même pour le coefficient d'homo M' entre et S F et dessinent I, les trois la forme points de obtenus parabole S', gamie Tjj d'une catégorie de poids p et dont la part des
mariages internes est a . Ce coefficient a est la part des caractéristique de l'effet Guttmann. On d'une avec une autre (ou avec elle- peut aussi interpréter cette forme de parabole qui ap
même) ; il est plus «intuitif», mais sans doute moins perti paraît toutes les fois que l'on étudie une structure fort
nent : si une catégorie est très peu nombreuse, a = 0,10 ement hiérarchisée, ce qui est le cas de la sociale,
peut être l'indice d'une très forte homogamie, alors que si d'une autre façon. Le premier axe, qui explique la plus
elle est très nombreuse, ce n'est pas le cas. En revanche, grande part de la variance, oppose les deux extrémités de
le coefficient T ci-dessus, est décroissant, pour a donné, la hiérarchie. Le second, qui est en gros l'axe de la para
si p croît (au voisinage de p = 0). A ce point de vue, T bole, oppose les catégories moyennes aux catégories extrê
semble un «meilleur» indicateur que a mes. Or, tant en matière de mobilité sociale que de maria- :
.
:
.
.
.
!
.
.
.
.
.
.
.
.
'
Marché matrimonial et classes sociales 101
Graphique II. Les origines sociales des conjoints (axe 1 x axe 2)
21 CS du père du mari 21 CS du de la ferme (Etat-Civil 1972)
P. Lib. P.
Indus. Indus
Ing. Ing. Prof. C.Adm.Sup. Prof. C.Adm.Sup.
O.S O.S. Axe 1
Artistes SMed.j O.Q. SMed. Artisans Autr.Serv. t. Com. Artisans Contr. Autr.Serv. Artis Pet. Corn. Emp.Com.C.Adm.Moy. c Adra Moy Technic. Emp.Bur. Instit. Teahnia. Emp.Com.Ins tit. Armée
Graphique III. Les origines sociales des conjoints(axe 1 x axe 3)
Axe 3 ^5 % is. Indus Indi
CAPITAL ECONOMIQUE
P Lib P. Lib.
Gros Corn. Pet. Corn. Pet. Co 0. s Artisans Art .sa 0. s. SMed Axe 1 Contr. Armée -1 72% .Contr. Autr.Serv. SMed Armée Emp Bur O.Q Artistes Autr.Serv. C.Adm.Moy en Emp.Co Emp.Bur O.Q :.Adm.Sup. C.Adm.Sup. en Artistes Techn Ing. Instit. J nstit. Techn. Prof Prof. Mon. Man CAPITAL CULTUREL
Ainsi les deux tableaux des origines et des dots des correspondances les seules 21 esp urbaines
sociales permettent de construire de tels nuages présentant un nombre appréciable de pères de (10).' (graphiques II et IV), de formes très similaires conjoints (11). Chaque tableau analysé, comport
Par ailleurs, si certaines catégories sont nettement ant 21 lignes et 21 colonnes correspondant aux
plus homogames que les autres (par exemple ici : 21 esp urbaines, est à l'origine de deux graphes-
les agriculteurs et salariés agricoles), elles détermi plans, présentant respectivement les axes 1 et 2
nent chacune un axe et les graphes-plans des (avec le nuage en forme de parabole) et les axes 1
premiers axes ne sont plus significatifs du système et 3 où cet effet disparaît. Sur ces graphes, chaque
des proximités. On a donc retenu pour l'analyse esp apparaît deux fois, en tant que point-ligne et
en tant que point -colonne. Le premier axe décrit
toujours l'essentiel de la variance -du tableau (72% ge, les catégories moyennes sont dans des positions de dans le premier cas, 77% dans le second), en ordonmouvement, d'instabilité, de transition, que connaissent nant les esp des professions libérales aux manœuvmoins les extrêmes. Les places des catégories sur
res. Le second axe oppose les catégories extrêmes, ce deuxième axe (souvent lié à l'âge) sont donc significati
ves la forme de parabole n'est pas un simple artefact ma les plus fortement homogames, aux catégories
thématique. Sur ces sujets, voir L. Lebart, A. Morineau moyennes, qui se dispersent plus largement dans et N. Tabard, Techniques de la description statistique, tout l'espace social (graphiques II et IV). Déjà par Paris, Dunod, 1977. rapport à cette forme générale de parabole, les 10— La robustesse de la structure de ce nuage est confirmée catégories plutôt dotées de capital économique (le par le fait que les deux tableaux ne portent pas sur la même groupe des «patrons»), se distinguent assez claire- année (1972 pour le premier, 1974 pour le second). Ceci
suggère une bonne stabilité dans le temps de ces configur
ations. Il aurait fallu, bien sûr, en toute rigueur, comparer 11— Ont donc été exclus.de l'analyse des correspondances
successivement les tableaux d'une même année de diffé d'une part les agriculteurs, les salariés agricoles, les mineurs,
rents types, puis d'un type donné pour différentes années. les patrons et marins-pêcheurs, fortement homogames,
Les deux analys.es présentées ici «court-circuitent» un et d'autre part les catégories comportant peu de «pères»
peu cette démarche rigoureuse. apprentis, clergé, femmes de ménages, gens de maison. .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
'
.
.
102 Alain Desrosières
Graphique IV. Les dots sociales (axe 1 x axe 2)
21 CS du père de la femme X 21 CS du mari (Etat-Civil 1974)
P Lib . P. Lib.
Indus . Prof. Ingén Indus. Ingen
C.Adin.Sup. Gros Corn. Gros Corn.
C.Adm.Suv. Artistes
Axe 1
ans] Pet. Corn. Emp Com Contr Com. Autr Ser. Emp Bur Institut. C.Adm.Moy. Techn.S .Med. p Soc Emp Bur
Graphique V. Les dots sociales (axe 1 x axe 3)
p. Lib. CAPITAL ECONOMIQUE
Artistes et%ts Commerçants
Artisans Armée Aut. Ser Artisans Emp. Com C Aam Moy ée Contr. Autr. Ser S.Med.Soc. Emp Com Emp .Bur. — _ — — _____ Emp _
Techn. S.Med.Soc C.Adm.Moy.
Inge. Prof.
Prof.
CAPITAL CULTUREL
ment de celles où le capital culturel prédomine et III), on ne peut pas interpréter les écarts entre
(professeurs, instituteurs), se situant respectivement les points-lignes et les points-colonnes correspon
vers l'intérieur et vers l'extérieur de la parabole. dant à une même catégorie. Cela confirme que, au
Mais cette différenciation apparaît plus moins pour les esp urbaines (12), il n'y a pas de
nettement dans les graphes décrivant les axes 1 et 3 cas de dissymétrie perceptible entre les origines
(graphiques III et V). Bien que la variance expli sociales des époux et des épouses, c'est-à-dire de
quée par le 3e axe soit faible (respectivement 5% cas où les fils d'une classe A épouseraient plus
et 4%), l'opposition selon la structure du capital y souvent les filles B, que ne le feraient
apparaît nettement pour les classes supérieures, un les filles de A avec les fils de B. Du moins, l'instr
peu moins pour les classes moyennes, et n'est pas ument utilisé ici ne permet pas de percevoir de telles
pertinente les populaires. II semble que dissymétries. De tels graphiques reflètent indire
ctement les phénomènes de mobilité sociale inter- pour ces dernières le « capital culturel » (diplômes)
soit étroitement corrélé avec le revenu, et non en générationnelle, puisqu'ils décrivent les effets des
relative opposition comme pour les catégories situations sociales des pères sur les mariages des
moyennes et surtout supérieures : l'étude sur le
goût faisait aussi apparaître cette décroissance du 12—11 n'en est pas de même pour les esp rurales, où, on l'a pouvoir explicatif de la structure du capital, quand vu, les fils d'agriculteurs se marient beaucoup plus fréquemon passait des classes supérieures aux classes popul ment avec des filles des salariés agricoles que ne le font les
aires. Dans les graphiques des origines sociales (II fils de ces derniers avec les filles des premiers. ,
:
:
Marché matrimonial et classes sociales 103
enfants. Ainsi, sur les graphiques II et III relatifs
aux origines sociales, sont « tirées » vers le « haut »
de l'échelle (c'est-à-dire vers la gauche du graphi
que) les csp particulièrement bien placées par
rapport à l'école et favorisant donc, toutes choses
égales par ailleurs, 1'« ascension sociale » : les pro
fesseurs et les instituteurs marient leurs enfants un
peu « au-dessus » de la place qui serait la leur par
exemple dans une échelle de revenus.
Ces phénomènes de mobilité intergénération-
nelle sont plus perceptibles dans les graphiques IV
et V qui décrivent deux générations différentes
(beaux-pères et gendres). Les points «pères» sont
plus « hauts » (à gauche sur le graphique) que les
points « maris » dans deux cas : pour les professeurs
et surtout les instituteurs ; ceci reflète d'une part le
fait que le « statut social » de ces a
baissé d'une génération à l'autre, et d'autre part le Le choix du conjoint : fait que les filles d'hommes exerçant ces profes
deux logiques différentes sions font relativement plus d'études, ce qui leur
permet de se marier plus « haut » (13). En revanche, L'homogamie sociale est, on l'a vu, élevée surtout
dans deux cas les points « maris » sont situés plus dans les classes dominantes et dans les classes
« haut » que les « pères » : les personnels populaires, alors qu'elle l'est moins dans les
médico-sociaux (14), et les autres de moyennes (16). Mais une homogamie élevée peut
services. Ces deux catégories ont vu leur contenu avoir une signification très différente selon les
changer assez nettement d'une génération à l'autre, classes : elle résulte, dans les classes dominantes, de
mécanismes de sélection et d'aptitudes à maîtriser par apparition de professions «nouvelles», para
médicales dans le premier cas, de « service » tels l'avenir, alors qu'elle reflète, pour les classes popul
aires, des mécanismes d'exclusion. Cette opposique steward, guide, coiffeur, esthéticien, moniteur
tion entre les logiques de choix et d'exclusion peut d'auto-école, etc. dans le second cas. Ceci a eu
pour effet d'élever la place de ces catégories : les se traduire, de façon apparemment paradoxale, par
des inversions dans les sens de variation de certains maris qui y figurent sont situés plus « haut » que
phénomènes en fonction du statut social. Ces les beaux-pères.
Les places relatives des quatre catégories sont souvent liés à la vie familiale, au
constituant les patrons de l'industrie et du com mariage, au statut ou à l'activité de la femme : dans
merce sont aussi intéressantes : dans les deux cas, tous les cas on pourra déceler une opposition entre
on trouve, nettement séparés et cet ordre, les des situations relativement choisies et maîtrisées,
industriels, dans les catégories «supérieures», les et des subies. Il y a une présomption de
gros commerçants et les petits commerçants, tels phénomènes toutes les fois qu'une étude des
respectivement aux franges supérieures et inférieu variations d'une grandeur en fonction d'un indica
res des catégories moyennes, et les artisans, à peu teur quelconque du statut social fait apparaître une
près au niveau dès employés. Un tel ordre n'était «courbe en U». De telles variables sont minimales
pas évident a priori : la place plus élevée des indust (ou maximales) pour les catégories moyennes, alors
riels par rapport aux gros commerçants peut qu'elles sont maximales (ou minimales) pour les
s'expliquer par le fait que les limites entre « gros » catégories extrêmes (17).
et « petits » sont arbitrairement hétérogènes (plus Dans deux cas au moins on peut apporter
de cinq salariés pour les industriels, plus de deux des arguments permettant d'expliquer ces varia
pour les gros commerçants). Mais si cette explica tions par l'opposition entre logiques de choix et
tion suffisait, les artisans (5 salariés et moins) d'exclusion : la fécondité et l'âge au mariage des
devraient être situés plus « haut » que les petits hommes. On sait que la fécondité présente de telles
commerçants (2 et moins), ce qui n'est justement courbes «en U», que l'on prenne comme indica
pas le cas. Ceci suggère que la population des teur du statut social la csp du mari (graphique VI) est beaucoup plus homogène que
celle des industriels et artisans, qui rassemble de
véritables patrons et des petits artisans assez pro 16— Un autre indicateur de ce fait est fourni par les généches de la classe ouvrière (15). ticiens la consanguinité, indice d'une tendance maximum
à l'homogamie, est la plus forte dans les classes les plus
élevées (la noblesse), et les classes les plus exclues (les
salariés agricoles, dont les taux de consanguinité sont 13— F. de Singly, Mobilité féminine par le mariage et dot supérieurs à ceux des agriculteurs exploitants). scolaire l'exemple nantais, Economie et statistique, 91, 17— C'est le cas bien connu de la fécondité, mais aussi juillet-août 1977. de l'âge au mariage des hommes, du taux de divorce, du 14— Cette catégorie est peu masculine, surtout dans la géné taux d'activité des femmes selon la csp du mari, de la ration des pères, et les effectifs de pères y sont donc peu féminisation des professions, ou de certaines variables élevés. d'«opinion» sur l'organisation de la famille et l'éducation
15 — Sur la population des artisans et sur la définition de des enfants (cas où le «libéralisme» des bourgeois s'oppose
cette catégorie, voir B. Zarca, La représentation des arti au «rigorisme» des classes moyennes, et au «laxisme» des
sans dans la statistique officielle, Consommation, 3, 1976. classes populaires).