Origine et évolution de l'homme dans la pensée de Cheikh Anta Diop: une analyse critique - article ; n°121 ; vol.31, pg 29-64

-

Documents
37 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cahiers d'études africaines - Année 1991 - Volume 31 - Numéro 121 - Pages 29-64
36 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1991
Nombre de visites sur la page 46
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Alain Froment
Origine et évolution de l'homme dans la pensée de Cheikh Anta
Diop: une analyse critique
In: Cahiers d'études africaines. Vol. 31 N°121-122. 1991. pp. 29-64.
Citer ce document / Cite this document :
Froment Alain. Origine et évolution de l'homme dans la pensée de Cheikh Anta Diop: une analyse critique. In: Cahiers d'études
africaines. Vol. 31 N°121-122. 1991. pp. 29-64.
doi : 10.3406/cea.1991.2108
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cea_0008-0055_1991_num_31_121_2108Alain Froment
Origine et évolution de homme
dans la pensée de Cheikh Anta Diop
une analyse critique
tout Le chose Almanach gant 1901. docteur au un plus Alfred illustré Le que Nègre Fourneau du le Jarry Blanc Père retourné Ubu Ceci ne serait comme prouverait 1er colonial janvier autre un
oeuvre de Cheikh Anta Diop pose un problème embarrassant pour les
études anthropologie africaine Ceux qui ont connu ont été frappés
par la puissance de sa personnalité de son érudition et de son intelligence
Sa recherche servi des objectifs politiques guidés par la réaction contre
européocentrisme pour lui ouvrage des chercheurs occidentaux
concernant Afrique est systématiquement suspect vecteur de domination
culturelle imprégné de préjugés raciaux Pourtant ses prises de position
ont pas convaincu les milieux scientifiques spécialisés qui les ont quasi
unanimement rejetées de sorte que paradoxalement ce défenseur de
Afrique passe pour avoir discrédité la recherche africaine par insuffisance
de sa méthodologie les conclusions hâtives et la subordination des
préoccupations scientifiques celles de idéologie
objet de cet article est de passer en revue les opinions de Cheikh
Anta Diop dans ce champ particulier de anthropologie qui traite de
origine de évolution et de la nature de homme qui sont des domaines
essentiels la conscience culturelle On laissera de côté les nombreuses
autres disciplines abordées par le disparu linguistique ethnologie
comparative philosophie et science politique notamment qui ne sont
somme toute que des auxiliaires interrogation anthropologique
fondamentale
En embrassant un si vaste éventail de savoir Cheikh Anta ne pouvait
tout maîtriser De sérieuses lacunes bibliographiques et absence de recours
Cahiers tudes africaines 121-122 XXXI-1-2 1991 pp 29-64 30 ALAIN FROMENT
des procédés statistiques objectifs lexicostatistique par exemple mais
aussi biometrie elle soit appliquée aux squelettes ou aux figurations
artistiques) la préférence allant au choix orienté de photographies ou
de radicaux sémantiques jettent des doutes sur ses qualités scientifiques
Cependant il est devenu une telle figure emblématique du nationalisme
africain on considère en Afrique comme très malvenu de mettre en
doute ses travaux Près de quarante ans après la formulation de ses thèses
répétées ouvrage en ouvrage il est pourtant nécessaire de faire le point
sans passion ni démagogie particulière pour expliciter le malaise que son
uvre généré
Nous examinerons pour commencer les thèses avancées dans Nations
nègres et culture 1954) Antériorité des civilisations nègres 1967) et surtout
Civilisation ou barbarie 1981) le plus jour et le plus synthétique de
ses ouvrages qui demeure comme son testament spirituel Il faut ajouter
quelques articles assez peu en vérité parus dans le Bulletin de IFAN
revue malheureusement peu diffusée dans le monde entre 1970 et 1976
et les contributions Histoire de Afrique tome II éditée par UNESCO
Il faut souligner il fut un homme de bibliothèque et non de terrain
en dehors des datations au radio-carbone il pratiquait dans son
laboratoire de IFAN Dakar fondé instigation de Théodore Monod
et précisons en passant il est pas inventeur de cette méthode mise
au point par Libby dans immédiate après-guerre Libby 1955) il ne
manipulait pas les outils du préhistorien ou du paléontologiste fouille
archéologique par exemple et est ce titre auteur aucune découverte
originale Toute sa réflexion appuie sur les trouvailles publiées dans
la littérature sur des textes et une iconographie connus de tous élément
décisif de uvre de Diop est le regard il jette sur ces matériaux et
le renversement de perspective qui en résulte non apport de documents
neufs Il retient de anthropologie physique et de la préhistoire les pro
positions suivantes
espèce humaine est divisée en trois races dont origine est unique
homme Noir est apparu le premier sur la terre que ce soit aux ori
gines australopithèques) au stade eredus ou au stade sapiens
il donné naissance par métissage au Blanc et au Jaune
la civilisation égyptienne est nègre
elle engendré toutes les autres cultures notamment européennes
Afrique présente une unité culturelle et linguistique qui explique
par son passé égyptien
Nous discuterons ces propositions en les comparant avec ce qui est
communément admis actuellement au sein de la communauté mondiale
des anthropologues Celle-ci largement ignoré les travaux de Diop1 faute
Davantage que le milieu des égyptologues au sein duquel les débats furent nom
breux Voir le colloque du Caire compte rendu dans le tome II de Histoire
générale de Afrique de UNESCO LA PENS DE CHEIKH ANTA DIOP 31
une diffusion suffisante et parce il était pas considéré comme
expert en anthropobiologie
Autant que on sache Cheikh Anta est jamais passé par le canal
des revues comité de lecture et donc jamais vu ses travaux figurer
dans les grands journaux spécialisés où se pratique avec le système des
référés le jugement par les pairs Babakar Sali 1988 en appelle se
passer de approbation de autre est malheureusement une entorse
la procédure normale du débat scientifique Ce système est-il une forme
de censure Les récentes affaires qui ont ému la communauté scienti
fique telles que la mémoire de eau ou la fusion froide montrent que
les thèses les moins orthodoxes peuvent franchir cette barrière condi
tion être solidement argumentées Le dispositif est du reste pas étanche
puisque des fraudes sont possibles et défrayent régulièrement la chro
nique En tout état de cause la recherche africaine aucun intérêt
se marginaliser en abstenant accepter la règle
Origine de humanité
Les chercheurs accordent pour reconnaître une origine unique huma
nité idée un berceau africain remonte au père fondateur de la théo
rie de évolution Darwin lui-même qui faisait observer que les deux
espèces de primates les plus voisines de nous gorille et chimpanzé
ne se rencontrent que là Mais la découverte du pithécanthrope littérale
ment singe-homme prévue par la théorie de évolution de époque
Java en 1894 puis la mise au jour du sinanthrope Pékin mirent
en avant hypothèse asiatique ce que les Sud-africains ramènent
le premier homme en terre africaine avec la découverte abord de homme
de Broken Hill en Rhodesie Broom 1918) puis Taung en 1924 de
VAustralopithecus africanus singe austral africain suivi une série
de découvertes plésianthrope et paranthrope en Afrique du Sud zin-
janthrope en Afrique de Est enfin la fameuse Lucy et quelques autres
en Ethiopie appartenant toutes au genre australopithèque dont les plus
anciens ont millions années Leur ancêtre possible Ouranopithecus
daté de 10 toutefois été découvert en Europe2
Cependant Homo habilis le premier vrai homme dont les plus anciens
restes ont été découverts au Kenya par Louis Leakey puis par son fils
Richard peut-être une racine plus profonde que on ne croit dans ère
tertiaire ce qui exclurait les australopithèques de la lignée humaine et
en ferait des cousins éteints sans descendance On trouve de par le monde
compris en France des pierres taillées vieilles de millions années
qui pourraient lui être attribuées
Le Monde décembre 1989 32 ALAIN FROMENT
étape suivante celle Homo eredus se répand une nouvelle forme
humanité qui maîtrise le feu taille des outils élaborés et connaît une
expansion démographique spectaculaire pithécanthrope Java sinan
thrope Pékin télanthrope en Afrique du Sud Homo rhodesiensis Bro
ken Hill maintenant Kabwe en Zambie tchadanthrope anté-
néandertaliens en Europe forment une nappe quasi continue qui aboutit
sans rupture Homo sapiens Cronin et al 1981 Le squelette récem
ment découvert au Kenya Brown et al 1985 est le plus vieux représen
tant de ce groupe il été daté de 16 million années Dans un
article très documenté Brauer 1984 exposé les arguments paléontolo-
giques qui plaident pour une origine africaine de homme moderne ce
qui avait déjà été admis depuis assez longtemps par les chercheurs sud-
africains les plus en vue Tobias 1968 Robinson 1972 Beaumont et al
1978 de Villiers Fatti 1982 Plus récemment un colloque fait le
point sur ces aspects paléontologiques Lewin 1987a)
Sur le plan physiologique homme est du reste un primate tropical
ses fonctions métaboliques et son anatomie le prouvent Sa couleur de
peau originelle était probablement foncée Noirs et Blancs ont bien le
même nombre de cellules pigmentaires mais la dernière étape de matura
tion de la mélanine pigment brun de épiderme est gouvernée par une
enzyme qui été perdue par mutation chez les Blancs Loomis 1967
suggéré que cette perte aurait été un avantage adaptatif au climat peu
ensoleillé rencontré par les premières vagues de populations tropicales
venues peupler Europe en raison du rachitisme qui déforme le bassin
compliquant accouchement et donc la survie les nourrissons africains
vivant en climat froid doivent ainsi être systématiquement Supplementes
par la vitamine qui haute dose devient toxique la très forte pig
mentation des habitants des régions les plus ensoleillées pourrait alors
être une adaptation en sens inverse
Par ailleurs étude des marqueurs génétiques est susceptible de retra
cer le passé des groupes humains Tout récemment les progrès de la bio
logie moléculaire accueillis avec méfiance par Diop qui prétendait
tort elle classerait des jumeaux monozygotes dans des races diffé
rentes ont permis affiner considérablement cette description en déco
dant directement le support de information génétique
Cann et al 1987 attribuent origine de homme actuel une aïeule
hypothétique africaine vite baptisée Eve qui aurait vécu il environ
200 000 ans Lewin 1987b Ces conclusions ont toutefois pas fait una
nimité des généticiens qui ont reproché aux auteurs soit la quantité déri
soire du matériel employé soit le raisonnement utilisé dans interpréta
tion de arborescence obtenue Darlu Tassy 1987a 1987b) soit esti
mation du délai de divergence entre les groupes Saitou Omoto 1987)
soit enfin des erreurs méthodologiques Excoffier Langaney 1989
Wainscoat et al 1986 étudiant le gène de la béta-globine postulaient
déjà une petite population emigrant un stock primitif africain aurait LA PENS DE CHEIKH ANTA DIOP 33
pu donner naissance au rameau euro-asiatique autres chercheurs utili
sant outre les ADN mitochondriaux les marqueurs génétiques classiques
abondent dans le même sens Cavalli-Sforza et al 1988 ou inverse
avancent que le peuplement actuel de Afrique est au contraire récent
sous sa forme actuelle et proviendrait de migrations associées des phé
nomènes de dérive génétique accentués Excoffier et al 1987 Sanchez-
Mazas Langaney 1988 un noyau originel pigmenté dont les compo
santes ressembleraient aux habitants actuels de Afrique de Est du
Moyen-Orient ou de la péninsule indienne se serait scindé abord selon
un axe est-ouest vers 100 000 ans puis sud-nord pour coloniser pro
gressivement tous les continents Langaney 1988 Nei et Roychoudhury
1974 imaginent un schéma du même ordre Thoma 1978 voit aussi
des cromagnoïdes eurasiatiques envahir Afrique et négroïdiser
analyse des virogènes séquences ADN origine virale intégrés dans
les chromosomes des cellules de primates plaide pour une origine asiati
que de notre espèce Benveniste Todaro 1976 On constate donc que
la confusion règne parmi les généticiens les recherches actuelles portent
sur le décodage du chromosome lignée paternelle qui devrait remonter
cette fois un Adam et ont montré que haplotype primitif pour
rait être celui des Pygmées Bantous et Caucasoïdes ayant eux
la même formule Lucotte 1990 De fa on plus ambitieuse le séquen-
age de ensemble du genome humain projet titanesque qui devrait durer
une quinzaine années jettera coup sûr de nouvelles lumières sur cette
controverse
II Les origines de homme moderne et le problème des races
La découverte 1912 du crâne de Piltdown orienta les anthropologues
du début du siècle sur une piste intéressante mais fausse celle des pre-
sapiens En effet éoanthrope de était un être composite fait
une boîte crânienne très moderne associée une mandibule simiesque
quel admirable chaînon manquant était en fait un non-sens anato-
mique au regard de la loi des corrélations de Cuvier et on démontra
quarante ans plus tard il agissait un faux habile dont auteur
du reste pas été identifié avec certitude
Cheikh Anta formulé une longue diatribe contre cette fraude en
prétendant elle avait pour seul but asseoir antériorité des Euro
péens sur le reste de humanité Cette interprétation est peu convain
cante car en 1912 comme on vu plus haut aucun reste fossile humain
avait encore été découvert en Afrique Dans un ouvrage que Diop
eu entre les mains Boule et Vallois 1946 remarquaient du reste que
les os nasaux. sont plutôt un type mélanésien ou africain que un
type eurasiatique Ce fossile ne fut certes pas accepté sans réticences
mais il était difficile de contester authenticité une découverte laquelle ALAIN FROMENT 34
une autorité morale telle que le Père Teilhard de Chardin avait participé
On forgea donc une théorie laquelle vinrent agréger très naturelle
ment les découvertes ultérieures authentiques celles-là de Swanscombe
et Fontéchevade ces crânes étaient toutefois très incomplets dépourvus
de face et un nouvel examen démontré ils possédaient comme le
crâne acheuléen de Biache récemment découvert et ceux de Vertesszol-
Ehringsdorf et Steinheim des caractères annon ant en moins spé
cialisés ceux que les Néandertaliens accentueront la caricature
Aussi Trinkaus 1986 exclut-il pas une double ascendance néanderta-
lienne et africaine dans le peuplement de Europe et de Asie occiden
tale la fin du pleistocène
En Palestine les hommes du paléolithique moyen ont des traits beau
coup moins archaïques qui les rattachent au sapiens sapiens la toute
récente et surprenante datation de 92 000 ans du squelette de Qafzeh
Stringer 1988 bouleverse la filiation classique et en fait de possibles ancê
tres de homme de Cro-Magnon Relevons au passage une ambiguïté
qui sème la confusion dans la terminologie pour certains Homo sapiens
sapiens et Cro-Magnon sont synonymes et décrivent tout homme anato-
miquement moderne du paléolithique supérieur européen quelles que soient
ses particularités pour autres dont Cheikh Anta il faut restreindre
ce terme au type morphologique découvert il bien longtemps 1868
dans abri de Cro-Magnon premier homme fossile identifié comme tel
et ancêtre présumé de la race blanche pour lui tout amalgame pro
cède une ruse idéologique néocoloniale Diop 1981 57)
Cette remarque nous conduit tout naturellement la controverse sur
les hommes de Grimaldi dont Cheikh Anta fit son cheval de bataille
Lors une excursion faite ensemble en 1976 sur le site près de Menton
je me souviens avoir vu improviser une célébration enthousiaste devant
des visiteurs médusés il est vrai que ces deux squelettes occupent une
position géographique marginale il est vrai aussi il faut de la pru
dence dans interprétation des caractères raciaux comme le soulignait
Hooton dès 1926 les hommes de Grimaldi un adolescent et une femme
âgée en réalité gisaient quand même dans une couche archéologique plus
ancienne que celle des Cro-Magnon typiques homme de Menton décou
verts dans la même grotte
Certains anatomistes Olivier Mantelin 1974) en proposant une nou
velle reconstruction fondée sur articulé dentaire pensent que les carac
tères négroïdes des grimaldiens sont beaucoup moins nets que ne le disait
Verneau 1933 Quant aux proportions corporelles soulignées par Cheikh
Anta allongement des segments distaux des membres) elles existent aussi
chez le Cro-Magnon typique Vallois Billy 1965 mais plus chez Euro
péen actuel indice brachial objective nettement la longueur de avant-
bras chez les Noirs. La brièveté de avant-bras des Blancs est un carac
tère acquisition récente car elle ne se retrouve pas chez leurs ancêtres
néolithiques. Olivier 1960 31 Trinkaus 1987 faisait très justement LA PENS DE CHEIKH ANTA DIOP 35
observer The limb proportions of the first modern humans in Europe
are typical of equatorial people not people adapted to cold climates as
Neandertals were. On peut en effet mettre en évidence Hiernaux
Froment 1976) sur la largeur du nez comme sur les dimensions du tronc
et des membres une influence très déterminante de environnement cli
matique qui font de ces critères soi-disant raciaux des éléments labiles
dans le temps La nouvelle datation de Qafzeh il avait lui-même sou
haitée aurait embarrassé Cheikh il déclarait Ces Homo sapiens
entrés en Europe Grimaldi ont pas besoin des hommes de Qafzeh
pour exister car ils leur sont antérieurs Diop 1981 52 Avec Gri
maldi vers -40 000 et probablement même plus récemment3 et Qafzeh
non plus -37 000 comme on le pensait mais -92 000 est tout
un bouleversement qui opère
homme de Combe-Capelle sub-contemporain 26 000 ans est éga
lement un négroïde pour Diop les anthropologues du début du
siècle en faisaient un proto-éthiopique de la même fa on que homme
de Chancelade aurait été un proto-Eskimo Europe étant alors Age
du Renne le berceau de toutes les races Vallois fait justice de cette
proximité entre Chancelade et Eskimo que Diop persiste répéter mais
la position taxinomique de homme de Combe-Capelle est encore loin
être claire Exhumé sans garanties scientifiques par un marchand anti
quités au début du siècle décrit par un anatomiste allemand aux théories
bizarres il été détruit pendant les bombardements de Berlin Thoma
1978 le considère comme moderne alors que Mme Genet-Varcin 1979
80 en fait un type séparé que Ferembach 1978 rattache aux Natou-
fiens mésolithiques de Palestine et dérivant de Qafzeh Arensburg 1981
montré une continuité remarquable existait au Levant depuis le peu
plement moustérien aux paléo-méditerranéens Le type méditerra
néen robuste qui apparaît en Afrique du Nord au vue millénaire Chamia
1978 avec la culture capsienne aussi été rapproché des Natoufiens dont
Cheikh bien imprudemment fait des Négroïdes ils en montrent guère
les caractères anatomiques et ce est pas le même Capsien que on
reconnu du Kenya la Palestine Diop 1981 50 ou Sutton in UNESCO
519 Il faut se garder de confondre faciès culturel et faciès tout court
pour reprendre une amusante expression de Camps il existé époque
une capsian way of life sur les rivages maritimes et lacustres
En Afrique du Nord les hommes de Mechta-Afalou-Taf oralt sont
qualifiés alternativement de cromagnoïdes de mechtoïdes ou de paléo
méditerranéens ils pourraient résulter une évolution locale des hommes
atériens Dar-es-Soltane avec des réminiscences étapes antérieures Djebel
Irhoud et même atlanthrope présentant notamment une mégadontie encore
observable sur les populations actuelles Leurs affinités anatomiques avec
26 000 selon une datation faite sur une coquille adhérant au crâne et il
faut nouveau confirmer ALAIN FROMENT 36
les Cro-Magnon sont réelles sans on puisse toutefois prouver une filia
tion directe la phase tardive opère une gracilisation site de Colum
nata et certains Vallois Verneau pensent que les Guanches anciens
habitants des Canaries et locuteurs une langue afro-asiatique auraient
pu être leurs descendants Cette interprétation est vigoureusement contes
tée par Cheikh Anta Diop 1981 50 qui voit plutôt dans les Guanches
des héritiers des Peuples de la Mer défaits par les gyptiens On rap
proché les hommes de Mechta de ceux contemporains découverts Wadi
Halfa Soudan montrant une morphologie analogue avec des caractères
plus tropicaux prognathisme nez large qui en font certainement des
mélanodermes Wells 1957 forgé le terme assez vague afro-
méditerranéen pour englober ces variations Plus récemment et plus
est en Europe et au Moyen-Orient on voit émerger un type gracile
et un type robuste qui renvoient la bipolarité Cro-Magnon/Combe-
Capelle Le capsien Afrique du Nord évoqué plus haut est un mélange
Chamia 1978 individus mechtoïdes méditerranéens robustes médi
terranéens graciles et aussi par endroits de négroïdes dont la présence
va se renforcer au néolithique et qui persisteront au Maghreb
époque historique Tous ces termes typologiques paraissent bien inopé
rants pour rendre compte de ce polymorphisme et on sent bien une
révision de la terminologie descriptive impose dans un sens plus génétique
et moins anatomique
Thoma 1973 voit trois centres anagenèse la suite Homo eredus
abord un foyer australien confiné par isolement géographique puis
un foyer asiatique via les Néandertaliens orientaux et les Paléosibériens
enfin un rameau afro-européen détaché plus tardivement Celui-ci aurait
été initié par des prototypes issus du paléolithique africain et venus en
Europe par la Palestine Qafzeh Skuhl ou par des ponts trans-méditer-
ranéens postulés par Cheikh Anta et démontrés par Alimen 1975
lors des régressions marines glaciaires Ces envahisseurs seraient revenus
en Afrique au paléolithique supérieur sous la forme de mechtoïdes en
voie de négroïdisation Cette hypothèse doit être strictement confrontée
aux données chronologiques car selon Livingstone 1969 il fallu au
moins 30 000 ans pour aboutir la gamme de pigmentation observée dans
Ancien Monde ce délai aurait pas été atteint en Amérique peuplée
depuis la Sibérie il moins de 25 000 ans ce qui explique que
les Amérindiens de Equateur ne soient pas noirs
Les travaux de Guglielmino-Matessi et al 1979 sur la craniometrie
et Excoffier et al 1987 sur les groupes sanguins et HLA aboutissent
un arbre comparable celui de Thoma qui lui utilisait les analyses
descriptives paléontologiques une part les dermatoglyphes autre part
Thoma 1973 1982 Asiatiques et Australiens un côté Européens et
Africains de autre Le foyer origine de homme moderne se situerait
alors quelque part en Asie occidentale point mitoyen entre les quatre
radiations divergentes fondamentales Extrême-Orient Amérique Afrique LA PENS DE CHEIKH ANTA DIOP 37
Europe est aussi opinion André Langaney et de Piazza et al 1981
pour Rightmire 1981 cependant il existe une véritable rupture évolutive
au niveau des hommes fossiles du paléolithique moyen Afrique avec
apparition de 150 000 50 000 ans un type très moderne Border
Cave alias Ingwawuma Klasies River qui fait contraste avec archaïsme
voir le crâne de Broken Hill par exemple de ses prédécesseurs Le crâne
de Omo en Ethiopie formation de Kibish) bien que mal situé stratigra-
phiquement aurait près de 100 000 ans et est très moderne beaucoup plus
évolué que le crâne du même gisement Brauer 1984 le rapproche de
Combe-Capelle et Afalou Day et Stringer 1982 des hommes de Qafzeh
et du paléolithique supérieur européen Il du reste pas de caractères
négroïdes avec les réserves déjà faites sur ce mot Ces
pourraient être attestés pour la première fois dans la vallée du Nil nubienne
Naziet Khater dans une mine exploitation du silex remontant
33 000 ans Thoma 1984) et Soleb où une mandibule très minéralisée
été ramassée en surface non loin de tessons néolithiques mais sur une
terrasse ayant livré une industrie de type Levallois Sausse 1975)
Ces données anatomiques devraient être mises en relation avec celles
obtenues par la génétique sur les populations vivantes Cann et al 1987)
dont nous avons cité plus haut les résultats et Nei et Roychoudhury 1974
voient ainsi une dichotomie entre les Africains et un bloc eurasiatique
En tout état de cause la distance génétique entre Africains et Asiatiques
est suffisamment grande pour exclure une divergence récente et opi
nion formulée par Cheikh Anta Diop selon laquelle le Jaune serait
issu un métissage du Blanc et du Noir4 paraît complètement gratuite
et même franchement fantaisiste La parenté soulignée pour la première
fois par Gobineau il voit entre Juifs et Nègres été complaisamment
développée par les anthropologues nazis mais surprend un peu sous sa
plume car elle implique il existerait une race juive biologiquement
identifiable
est que Cheikh Anta est longtemps demeuré résolument fidèle au
découpage racial qui avait cours dans la première moitié du XXe siècle
et que la génétique pratiquement démantelé depuis Blanc 1982 et 1984
Il rejoint en cela pour des raisons exactement symétriques un clan ultra
conservateur illustré par les ténors de la Nouvelle Droite Alain de
Benoist par exemple en France Jensen ou Eysenck dans le monde anglo-
saxon) lesquels ont besoin de donner une base biologique leur vision
inégalitaire de espèce humaine en commen ant par la diviser en sous-
espèces
Ce palier de la sous-espèce est en effet loin être atteint par les diverses
populations humaines qui peuvent au maximum être qualifiées écotypes
Opinion partagée apparemment par un dermatologue japonais inconnu des milieux
anthropologiques dont il se plaisait brandir le livre il avait du reste pas
lu car écrit en japonais