Recensement de la population de 1999 : l'Yonne toujours attractive

-

Documents
3 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'Yonne compte 333 200 habitants en 1999. Sa population poursuit son essor grâce à des migrations très favorables. Le département bénéficie du desserrement de l'agglomération parisienne. La périurbanisation se poursuit et favorise une extension de la croissance dans le nord. Alors que les évolutions sont contrastées dans les agglomérations, la campagne progresse, initiant une propagation de la croissance vers le sud.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 12
Langue Français
Signaler un problème

INSEE 15F 2,29 EUROSBOURGOGNE N°66-novembre1999
Recensement de la population de 1999 :
L’Yonne toujours attractive
L’Yonne compte
333 200 habitants en 1999. Concentration de la population sur l'axe Sens-Avallon
Sa population poursuit
son essor grâce à des
Seine-et-Marne
migrations très favorables.
Le département bénéficie
du desserrement de
Aubel’agglomération parisienne.
La périurbanisation
se poursuit et favorise
Loiretune extension de la
croissance dans le nord.
Alors que les évolutions
sont contrastées
dans les agglomérations,
Côte-d'Orla campagne progresse,
Sensinitiant une propogation
Joigny Nièvrede la croissance vers le sud.
Migennes
Auxerre
Avallon
Densité de population en 1999 par commune (nombre d'habitants au km²)
Plus de 500 de 80 à 150 de 20 à 40
de 150 à 500 de 40 à 80 moins de 20
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
(résultats provisoires). © IGN - INSEEIndice base 100 en 1962
’après le dénombrement encore Population sans doubles comptes (habitants) Taux d’évolution annuel moyen (%)Évolution de la populationDprovisoire du recensement de la sans doubles comptes de 1962 à 1999 1982 1990 1999 (1) 1982-90 1990-99 (1)
population réalisé en mars 1999,
global global dû au solde dû au solde
l’Yonne totalise 333 200 habitants, soit naturel migratoire155
10 100 personnes de plus qu’au dé- Agglomération de Sens France métropolitaine 54 334 871 56 615 155 58 486 941 + 0,5 + 0,4 + 0,4 - 0,0
compte précédent de 1990. Troisième 145 Bourgogne 1 596 054 1 609 653 1 609 667 + 0,1 + 0,0 + 0,0 - 0,0
Espace à dominante urbainedépartement bourguignon pour l’impor- Yonne 311 019 323 096 333 173 + 0,5 + 0,3 - 0,1 + 0,4
135tance de sa population, l’Yonne se situe Agglomération Espace à dominante urbaine 159 376 170 017 174 886 + 0,8 + 0,3 + 0,2 + 0,1
d'Auxerreau 64ème rang des départements mé- Dont pôles urbains 95 852 96 540 95 856 + 0,1 - 0,1 + 0,3 - 0,4125
Yonnetropolitains. Sa densité de 45 habitants Espace à dominante rurale 151 643 153 079 158 287 + 0,1 + 0,4 - 0,4 + 0,7
2 115au km est inférieure à celles de la Dont pôles ruraux 26 456 26 359 25 616 - 0,0 -0,3 + 0,3 - 0,6
région Bourgogne (51) et de la France Agglomérations de plus de 4 000 habitants :
105
métropolitaine (108). Auxerre 42 126 42 005 40 933 - 0,0 -0,3 + 0,3 - 0,6
Sens 35 178 36 221 36 674 + 0,4 +0,1 + 0,4 - 0,295
Espace à dominante rurale Migennes 13 166 13 321 13 273 + 0,1 -0,0 + 0,4 - 0,4Un territoire rural au
85 Joigny 9 644 9 697 10 032 + 0,1 +0,4 + 0,2 + 0,1peuplement diffus
1962 1968 1975 1982 1990 1999 Avallon 8 904 8 617 8 217 - 0,4 -0,5 + 0,6 - 1,2
Année de recensement
Tonnerre 6 533 6 605 6 595 + 0,1 -0,0 + 0,1 - 0,1L’Yonne se caractérise par une forte Source : INSEE - Recensements de la population.
Saint-Florentin 6 757 6 433 5 748 - 0,6 -1,2 + 0,2 - 1,5ruralité, tant pour son territoire, aux trois
Villeneuve-sur-Yonne 4 980 5 054 5 401 + 0,2 +0,7 - 0,3 + 1,1quarts rural (contre 71 % en France),
1999, il est négatif dans 2/3 des can- arrive dans le département 1 300 Moneteau 3 821 4 239 4 223 + 1,3 -0,0 + 0,4 - 0,4que pour sa population (48 % de ruraux
tons. En effet, le nombre de naissances personnes de plus qu’il n’en part. Il est (1) Résultats provisoirescontre 23 % en France). ea baissé plus vite que le nombre de positif dans 4/5 des cantons. Sources : INSEE - Recensements de la population.
Les agglomérations sont de taille
décès. Depuis 25 ans, le solde naturel Le parc de résidences principales
modeste. Les deux plus grandes,
n’alimente plus la croissance démographique. continue de croître (+ 9 % entre 1990 et
Auxerre et Sens, regroupent respecti-
La proximité de l’Ile-de-France, dyna- 1999). Il progresse dans tous les can- Cette décroissance est modérée (- 0,1 % tenant de l’ordre de 0,3 % par an. Villeneuve-sur-Yonne gagnent des ha-
vement 40 950 et 36 650 habitants.
mique démographiquement, est main- tons. En revanche, le parc de résiden- l’an en moyenne depuis 1990). Le solde L’agglomération doit, en fait, faire face bitants. Sens bénéficie d’un excédent
Le peuplement de l’Yonne est rela-
tenant l’atout majeur de l’Yonne. En ces secondaires et occasionnelles migratoire reste négatif et se dégrade à des migrations toujours défavorables naturel, Villeneuve-sur-Yonne de
tivement diffus. Les trois quarts de la
effet, le desserrement de l’aggloméra- diminue, même s’il reste plus important (- 450 personnes par an). L’excédent (- 250 personnes par an depuis 1990) migrations favorables. Joigny profite
population vivent sur 38 % du départe-
tion parisienne a des répercussions fa- que dans les autres départements. naturel s’est pour sa part réduit. alors que l’excédent dégagé par le des deux effets à la fois.
ment. Cette proportion tombe à 28 % du
vorables sur les évolutions migratoires Les unités urbaines, disparates en solde naturel se réduit. Il en est de
territoire en Bourgogne et à environ 20 %
dans les départements proches. Ainsi taille, présentent des différences même pour les unités urbaines d’AvallonÉvolutions contrastées Extension de la croissanceen France métropolitaine. La popula-
l’Yonne bénéficie d’arrivées nombreu- d’évolution. et Saint-Florentin dont la population dé-
tion demeure essentiellement au nord dans les agglomérations au nord et vers le sud
ses et est le seul département bourgui- L’agglomération d’Auxerre, la capi- croît respectivement de 0,5 et 1,2 % en
et au centre du département et se concen-
gnon dont le solde migratoire soit tale départementale, perd des habi- moyenne depuis 1990.
tre plus particulièrement sur un axe re- La population résidant dans les De 1982 à 1990, l’Yonne a connu
positif. Ce solde alimente la croissance. tants. Ce mouvement, entamé dans les A l’opposé, des agglomérations et
liant Sens à Avallon. agglomérations et les unités urbaines deux zones de croissance bien distinc-
Il est largement excédentaire : chaque années quatre-vingt, se poursuit et des unités urbaines comme celles de
est pour la première fois en baisse. tes : l’extrême nord du département et
année en moyenne depuis 1990, il s’amplifie. La baisse annuelle est main- Sens, et surtout de Joigny et de
Les migrations, moteur de la
Méthodologie
croissance démographique Taux de variation annuel de la population sans doubles comptes par pseudo-canton entre 1990 et 1999
Les résultats présentés ici sont provisoires.
Les chiffres définitifs du dénombrementDans un contexte de croissance
Solde naturel Solde migratoire apparentSolde global de la population au 8 mars 1999 par
démographique en France et de stabi-
commune seront officialisés à la fin de
lité en Bourgogne, l’Yonne continue de l’année 1999.
gagner des habitants à raison de 0,3 % l’an. Les données d’État-Civil sont, elles aussi,Sergines Sergines
La hausse de la population est provisoires. Les chiffres pour la période
1998-1999 sont des estimations. Ellesmoins importante qu’auparavant. Cha-
Sens permettent de mesurer la part due au soldeSensque année, en moyenne, le départe- Sens- Cheroy
Sud-Est Sens- naturel dans l’évolution de la populationment compte 1 100 habitants OuestVilleneuve- observée entre les deux recensements.
sur-Yonnesupplémentaires depuis 1990. Il en
Le solde migratoire apparent est obtenu
Saint-Julien-Joigny Saint-totalisait 1 500 de plus entre 1982 et Saint-Florentin
du-Sault par différence entre le solde global et leFlorentin
1990 et 1 600 au cours de la période solde naturel.Seignelay
Aillantinter-censitaire 1975-1982. Ce ralentis- Le zonage en aire urbaine scindesur-Tholon
l’espace bourguignon en deux. L’espacesement est dû conjointement à une lé- Auxerre
Auxerre
à dominante urbaine regroupe les pôlesBléneau Bléneaugère dégradation du solde naturel
Noyers urbains (villes ou agglomérations regrou-
Vermenton(différence entre les naissances et
Saint-Fargeau pant au moins 5 000 emplois en 1990) etCourson L'Isle-sur-SereinL'Isle-sur-Sereinles décès) et à une baisse de l’excédent les-Carrières Coulanges- Coulanges-Saint-Sauveur- les communes dont plus de 40 % des actifs
sur-Yonne sur-Yonneen-Puisayemigratoire, qui reste cependant élevé. ont un emploi dans un pôle urbain (cou-
AvallonLa proximité de Paris a eu des réper- ronne périurbaine) ou plusieurs. L’espace
cussions à long terme. La capitale a attiré à dominante rurale rassemble les autres
communes du territoire, à savoir des com-au cours des dernières décennies une
munes rurales, des petites unités urbaines,partie des jeunes adultes du départe-
non influencées par les pôles urbains etment. Les naissances ont de ce fait été
de-1à-0,5% moinsde-1%plus de 1 % de + 0,5 à 1 % de + 0,2 à 0,5 % de - 0,2 à 0,2 % de - 0,5 à - 0,2 % les communes périphériques qu’elles
moins nombreuses et le solde naturel
influencent en termes d’emploi.© IGN - INSEE Source : INSEE - Recensements de la population 1990-1999 (résultats provisoires).
s’est infléchi à la baisse. Entre 1990 et
2 L’Yonne toujours attractive 3L’Yonne toujours attractiveÉvolution en % entre 1990 et 1999 la forte augmentation de la population
du nombre de résidences principales par pseudo-canton du canton d’Isle-sur-Serein (+ 700 ha-
bitants en 9 ans).
Sergines La campagne icaunaise
isolée gagne des habitants
Sens-
Sens- Sud-Est Depuis 1990, le rythme d’accroisse-Ouest
ment de la population dans les espaces
plus de 20 urbains et ruraux est similaire (respec-
de 15 à 20 tivement 0,3 et 0,4 % l’an). La crois-
Aillant Seignelay
sur-Tholonde 10 à 15 sance dans les zones urbaines s’est
Auxerre-Nord ralentie alors qu’elle s’est accélérée
de5à10
dans les zones rurales. Ces dernières
de0à5
absorbent en fait l’essentiel de l’excé-
moins de 0
dent migratoire du département. Inver-
L'Isle-sur-Serein
sement, le solde naturel est en déficit.
A l’intérieur de l’espace rural, seuls
les pôles voient leur population décroî-
tre. La campagne isolée gagne quant à
elle des habitants au rythme annuel
moyen de 0,4 % depuis 1990. Elle se
Source : INSEE - Recensement de la population 1999 dépeuplait pourtant depuis plusieurs
(résultats provisoires). © IGN - INSEE décennies : - 0,4 % par an de 1982 à
1990 et - 0,6 % sur la période précé-
dente. Les migrations sont très favora-
les environs d’Auxerre. Entre 1990 et Sault affichent une croissance démo-
bles et en forte hausse : 510 entrées de
1999, ces deux zones se sont éten- graphique annuelle supérieure à 1 %.
plus que d’arrivées chaque année de-
dues. La croissance se prolonge égale- Un peu plus au sud, autour d’Auxerre,
puis 1990 pour 160 sur la période pré-
ment, mais plus modéremment, vers le sud. le taux de variation annuelle des can-
cédente. Les baisses importantes
L’extension de la croissance s’expli- tons d’Aillant-sur-Tholon et Seignelay
constatées dans la Puisaye se sont ra-
que en grande partie par la poursuite de dépasse 0,5 %. Dans ces zones, l’aug-
lenties (canton de Saint-Sauveur-en-
la périurbanisation qui aboutit au des- mentation du nombre de résidences
Puisaye) ou arrêtées (Bléneau) pour
serrement d’Auxerre, Sens et Migennes. principales et la diminution de celui
laisser parfois place à un regain démo-
La plupart des communes périurbaines des logements vacants, secondaires
graphique (Saint-Fargeau). A l’est, le
affichent un taux de croissance supé- et occasionnels semblent indiquer que
canton de Noyers renverse également
rieur à la moyenne du département. davantage de familles sont venues s’y
la tendance : une hausse annuelle de
Elles profitent surtout d’importants flux installer.
0,4 % depuis 1990 succède à une
migratoires qui assurent une progres- La croissance s’étend vers le sud en
baisse de 0,7 % sur la période précédente.
sion globale, de l’ordre de 0,7 % l’an raison de mouvements migratoires fa-
depuis 1990 aux communes de la pro- vorables. Le canton de Courson-les-
David Brion.
che couronne et de 1,1 % à celles de la Carrières enregistre ainsi une hausse
seconde couronne. démographique moyenne de 0,5 %
Au nord du département , des cantons l’an. L’implantation d’une prison à
comme Sergines et Saint-Julien-du- Joux-la-Ville explique en grande partie
Pour en savoir plus INSEE-BOURGOGNE
- Recensement de la population de 1999 : 2 bis, rue Hoche - 21000 Dijon
. premier comptage national - INSEE Première n° 663 - juillet 1999.
Tél : 03 80 40 67 67 . la population des régions - INSEE Première n° 664 - juillet 1999.
Fax : 03 80 40 67 40- Depuis juillet 1999, les résultats provisoires du recensement de la population 1999 sont
disponibles, avec mises à jour hebdomadaires, sur le site internet de l’INSEE Directeur de la publication : Alain Ravet
(www.insee.fr) et le minitel (3615 INSEE).
Rédacteur en chef : Denis Quénelle
- Évolutions démographiques 1990-1999. Données provisoires. Communes, can-
Assistante de rédaction : Martine Molettons, arrondissements, unités urbaines 1990, zones d’emploi. INSEE, 1999. Un
fascicule et une disquette par département, un cédérom France. Maquette PAO : Géraldine Simon
- Populations légales de 1999. Population totale, municipale, comptée à part, sans
doubles comptes. Rappel des populations de 1990. INSEE, à paraître à partir de Abonnement :
janvier 2000. Un fascicule par département et un fascicule France. Tableaux et base de 11 numéros par an + Bilan économique
données : un cédérom France. et social annuel : 150 F - 22,87 euros
15 F - 2,29 euros le numéro- Évolutions démographiques depuis 1982. Logements. INSEE, à paraître à partir de
mars 2000. Un fascicule par département et un fascicule France.
Impression : Imprimerie 21 - Dijon
-démographiques depuis 1962. Logements.
Dépôt légal : à parutionmars 2000. Tableaux et base de données : un cédérom par région et un cédérom France.
ISSN 1246-483 X
- Les résultats de l’exploitation statistique des bulletins individuels et des feuilles de Code Sage D99668916
logement seront diffusés à partir du 2ème semestre 2000.
© INSEE 1999
4L’Yonne toujours attractive