L'évolution des structures d'exploitation dans les pays de la C.E.E. - article ; n°500 ; vol.90, pg 401-427

-

Documents
29 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1981 - Volume 90 - Numéro 500 - Pages 401-427
Questioning the Common Agricultural Policy has so far spared the structural policy which is an integral part of it ; the small size of farms in indeed the rule, their enlargement a necessity. Despite strong differences between farm sizes and the place of agriculture in national economies, the drecrease in the number of farms is severe everywhere, particularly in those countries where the farm population is already rare. The land is being redistributed between a smaller and smaller number of farms, but the larger ones are not the only ones to benefit from the land transfer.
The speed of the movement and the relative concentration index have a strong negative link : those countries where the relative concentration of farms is weakest are those where the evolution in the number of farms is quickest. The latter does not depend only on farm structures, but also on national and community policies, whose main objectives are development plans and measures to make it casier to quit the agricultural profession.
These economic and social measures are being reinforced by specific aids to difficult districts and integrated development programs devoted to buttressing the farm's economic environment.
La remise en cause de la politique agricole commune épargne la politique des structures agricoles qui en est un élément essentiel. En effet, l'émiettement des exploitations est la règle et leur agrandissement une nécessité. Malgré de fortes différences dans la taille des exploitations et la place de l'agriculture dans les agricultures nationales, le rythme de diminution des exploitations reste élevé dans tous les pays et plus particulièrement dans ceux où la population active agricole est déjà faible. On assiste à une redistribution de la terre entre des exploitations de moins en moins nombreuses, mais les plus grandes n'en tirent pas un profit exclusif. Le rythme d'évolution et l'indice de concentration relative des exploitations ont un lien évident. Les pays où la concentration relative des exploitations reste faible sont ceux où l'évolution est la plus rapide et inversement. Cette dernière ne dépend pas seulement des structures mais aussi des politiques nationales et communautaire qui s'articulent autour des plans de développement et des mesures d'encouragement à la cessation de l'activité agricole. Ces mesures économiques et sociales sont renforcées par les aides aux espaces défavorisés et par les programmes de développement intégré destinés à conforter l'environnement économique des exploitations.
27 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1981
Nombre de visites sur la page 17
Langue Français
Signaler un problème