Les circonscriptions administratives de la France métropolitaine - article ; n°1 ; vol.10, pg 39-56

icon

21

pages

icon

Français

icon

Documents

1970

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

21

pages

icon

Français

icon

Ebook

1970

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Economie et statistique - Année 1970 - Volume 10 - Numéro 1 - Pages 39-56
Une des caractéristiques essentielles des circonscriptions administratives françaises est leur hétérogénéité : 723 cantons (23%) sont peuplés de moins de 5 000 habitants, alors que 147 comptent plus de 50 000 habitants; près de la moitié des 38 000 communes ont moins de 300 habitants, groupant 5 % de la population (un millier de communes comptent même moins de 50 habitants) tandis que la moitié de la population réside dans 679 villes de plus de 10 000 habitants, soit dans 2% seulement du nombre total de communes.
La structure des circonscriptions n'a pas subi de profondes transformations depuis sa mise en place sous la Révolution. Entre 1962 et 1968, 256 communes ont été supprimées à la suite de fusions de ces circonscriptions.
Beaucoup plus significatives apparaît l'évolution de l'importance des diverses circonscriptions, en particulier en ce qui concerne les communes. Le nombre des très petites communes et celui des villes moyennes et grandes augmentent régulièrement : de 1881 à 1968, le nombre des communes de moins de 50 habitants est passé de 67 à 982, celui des villes de plus de 100 000 habitants de 10 à 37.
Les communes de moins de 200 habitants en 1968 ont en moyenne perdu 24% de leur population entre 1936 et 1968, alors que la population totale de la France s'est accrue de 19 %. En revanche, les communes de plus de 1 000 habitants, quelle que soit leur taille, ont connu un développement au cours de cette période. L'accroissement maximum affecte les villes moyennes.
One of the outstanding characteristics of the administrative subdivisions of France is their lack of uniformity: 723 Cantons (23 %) have a population of less than 5,000, while 147 have a population of over 50,000; nearly half of the 38,000 Communes have a population under 300, totalling 5 % of the whole population of the country (a thousand communes even have a population of less than 50) whereas half the total population of France lives towns with a population of more than 10,000, i.e. 2 % only of the total number of Communes.
The pattern of the subdivisions has not greatly changed since they were set up under the Revolution. Between 1962 and 1968, 256 Communes ceased to exist as a result of mergers.
Much more significant seems to be the trend in the size of the various subdivisions, especially the Communes. The number of very small Communes and the number of medium sized and large towns is growing steadily; between 1881 and 1968 the number of Communes with a population under 50 rose from 67 to 982 and the number of towns with a population over 100,000 from 10 to 37.
Communes with a population under 200 in 1968 lost, on average, 24% of their population between 1936 and 1968, while the total population of France increased by 19 %. On the other hand, Communes with more than 1,000 population, whatever their size, show an increase over the same period. The biggest increase is in the middle sized towns.
Una de las caracteristicas esenciales de las circunscripciones administrativas francesas es su heterogeneidad : 723 cantones (23 %) están poblados con menos de 5 000 habitantes, mientras que 147 cuentan más de 50 000 de ellos; cerca de la mitad de los 38,000 municipios tienen menos de 300 habitantes, lo que représenta el 5 % de la población (un millarde municipios cuentan aun menos de 50 habitantes) mientras que la mitad de la población reside en 679 ciudades de mâs de 10 000 habitantes, o sea en solo el 2 % del numéro total de los municipios.
La estructura de las circunscripciones no ha experimentado profundas transformaciones desde su implantación durante la Revolución francesa. Entre 1962 y 1968, 256 comunas fueron suprimidas con motivo de fusiones de dichas circunscripciones.
Mucho más significativa aparece la evolución de la importancia de las di versas circunscripciones, en particular por lo que se refiere a los municipios. El numéro de los más pequenos municipios y el de las ciudades medianas y grandes aumenta regularmente : entre 1881 y 1968, el numéro de los municipios de menos de 50 habitantes ha pasado de 67 a 982, el de las ciudades de más de 100 000 habitantes, de .10 a 37. Los municipios de menos de 200 habitantes en 1968 han perdido, en térmíno medio, el 24 % de su poblaciôn entre 1936 y 1968, mientras que la población total de Francia ha aumentado en un 19 %. En cambio, los municipios de más de 1 000 habitantes experimentaron un desarroi lo durante este perfodo, cualquiera que sea su importancia. El crecimiento máximo afecta tan solo las poblaciones medianas (+ 62 % para las poblaciones de 10 000 a 20 000 habitantes, + 58 % para las de 20 000 à 50 000 habitantes).
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir Alternate Text

Publié le

01 janvier 1970

Nombre de lectures

90

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

3 Mo

Monsieur Maurice Vernet
Les circonscriptions administratives de la France métropolitaine
In: Economie et statistique, N°10, Mars 1970. pp. 39-56.
Citer ce document / Cite this document :
Vernet Maurice. Les circonscriptions administratives de la France métropolitaine. In: Economie et statistique, N°10, Mars 1970.
pp. 39-56.
doi : 10.3406/estat.1970.1921
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/estat_0336-1454_1970_num_10_1_1921Résumé
Une des caractéristiques essentielles des circonscriptions administratives françaises est leur
hétérogénéité : 723 cantons (23%) sont peuplés de moins de 5 000 habitants, alors que 147 comptent
plus de 50 000 habitants; près de la moitié des 38 000 communes ont moins de 300 habitants, groupant
5 % de la population (un millier de communes comptent même moins de 50 habitants) tandis que la
moitié de la réside dans 679 villes de plus de 10 000 habitants, soit dans 2% seulement du
nombre total de communes.
La structure des circonscriptions n'a pas subi de profondes transformations depuis sa mise en place
sous la Révolution. Entre 1962 et 1968, 256 communes ont été supprimées à la suite de fusions de ces
circonscriptions.
Beaucoup plus significatives apparaît l'évolution de l'importance des diverses circonscriptions, en
particulier en ce qui concerne les communes. Le nombre des très petites communes et celui des villes
moyennes et grandes augmentent régulièrement : de 1881 à 1968, le nombre des communes de moins
de 50 habitants est passé de 67 à 982, celui des villes de plus de 100 000 habitants de 10 à 37.
Les communes de moins de 200 habitants en 1968 ont en moyenne perdu 24% de leur population entre
1936 et 1968, alors que la population totale de la France s'est accrue de 19 %. En revanche, les
communes de plus de 1 000 habitants, quelle que soit leur taille, ont connu un développement au cours
de cette période. L'accroissement maximum affecte les villes moyennes.
Abstract
One of the outstanding characteristics of the administrative subdivisions of France is their lack of
uniformity: 723 Cantons (23 %) have a population of less than 5,000, while 147 have a population of
over 50,000; nearly half of the 38,000 Communes have a population under 300, totalling 5 % of the
whole population of the country (a thousand communes even have a population of less than 50)
whereas half the total population of France lives towns with a population of more than 10,000, i.e. 2 %
only of the total number of Communes.
The pattern of the subdivisions has not greatly changed since they were set up under the Revolution.
Between 1962 and 1968, 256 Communes ceased to exist as a result of mergers.
Much more significant seems to be the trend in the size of the various subdivisions, especially the
Communes. The number of very small Communes and the number of medium sized and large towns is
growing steadily; between 1881 and 1968 the number of Communes with a population under 50 rose
from 67 to 982 and the number of towns with a population over 100,000 from 10 to 37.
Communes with a population under 200 in 1968 lost, on average, 24% of their population between 1936
and 1968, while the total population of France increased by 19 %. On the other hand, Communes with
more than 1,000 population, whatever their size, show an increase over the same period. The biggest
increase is in the middle sized towns.
Resumen
Una de las caracteristicas esenciales de las circunscripciones administrativas francesas es su
heterogeneidad : 723 cantones (23 %) están poblados con menos de 5 000 habitantes, mientras que
147 cuentan más de 50 000 de ellos; cerca de la mitad de los 38,000 municipios tienen menos de 300
habitantes, lo que représenta el 5 % de la población (un millarde municipios cuentan aun de 50
habitantes) mientras que la mitad de la reside en 679 ciudades de mâs de 10 000 habitantes,
o sea en solo el 2 % del numéro total de los municipios.
La estructura de las circunscripciones no ha experimentado profundas transformaciones desde su
implantación durante la Revolución francesa. Entre 1962 y 1968, 256 comunas fueron suprimidas con
motivo de fusiones de dichas circunscripciones.
Mucho más significativa aparece la evolución de la importancia de las di versas circunscripciones, en
particular por lo que se refiere a los municipios. El numéro de los más pequenos municipios y el de las
ciudades medianas y grandes aumenta regularmente : entre 1881 y 1968, el numéro de los municipios
de menos de 50 habitantes ha pasado de 67 a 982, el de las ciudades de más de 100 000 habitantes,
de .10 a 37. Los municipios de menos de 200 habitantes en 1968 han perdido, en térmíno medio, el 24
% de su poblaciôn entre 1936 y 1968, mientras que la población total de Francia ha aumentado en un
19 %. En cambio, los municipios de más de 1 000 habitantes experimentaron un desarroi lo duranteeste perfodo, cualquiera que sea su importancia. El crecimiento máximo afecta tan solo las poblaciones
medianas (+ 62 % para las poblaciones de 10 000 a 20 000 habitantes, + 58 % para las de 20 000 à 50
000 habitantes).Les circonscriptions administratives
de la France métropolitaine
par Maurice VERNET
Le statisticien ne s'attache en général qu'à l'étude des populations nombreuses. D'ordinaire, il ignore
délibérément l'identité des unités statistiques qu'il examine pour s'intéresser exclusivement aux carac
téristiques des ensembles qu'elles forment.
Dans cet article, qui décrit l'état actuel et les modifications au cours du temps du découpage admin
istratif de la France, ainsi que l'évolution démographique des communes, on ne craint pas, par except
ion, de relever au passage quelques cas extrêmes. A l'occasion de la préparation des recensements de
la population et de la publication de leurs résultats, l'i.N.S.E.E. est en effet amené à prendre connaissance
des caractéristiques des diverses circonscriptions administratives. Il était tentant [de faire état des plus
marquantes, en utilisant les résultats dû recensement de 1968.
Le découpage administratif de la France constitue le cadre indique leur nombre et leurs populations moyennes et
dans lequel sont établis et publiés les résultats des travaux extrêmes.
statistiques, en particulier des recensements de la popul
ation.
Les diverses circonscriptions (départements, arrondisse» 95 départements
ments, cantons, communes) présentent certaines caractéris
tiques que l'on se propose d'examiner essentiellement du Du point de vue de la superficie, les départements ne
point de vue de la statistique économique et sociale. On présentent qu'une dispersion relativement faible. La moitié
omettra délibérément d'analyser les régions qui, bien que d'entre eux ont une superficie comprise entre 5 000 et
correspondant à un échelon important de nombreuses 6 500 km2 (moyenne générale : 5 700 km2).
administrations, ne peuvent toujours pas, après le rejet 8 départements dépassent 8 000 km2, les 3 plus grands du projet de loi référendaire de 1969, être considérées (superficies comprises entre 9 000 et 10 000 km2) étant des comme des collectivités territoriales. contigus de la Région aquitaine :
km2
Gironde 10000
Landes 9 237
Dordogne 9184
Côte-d'Or 8 765
Aveyron 8 735
Corse 8 681
Saône-et-Loire 8 565
Marne 8 163 arrondissements cantons, Départements communes
1 12 départements seulement ont moins de 4 000 km2,
dont 7 appartiennent à la Région parisienne. Les 4 plus
petits se trouvent au centre de la Région
parisienne; avec le Territoire de Belfort, on dénombre
ainsi 5 départements de moins de 1 000 km2 : Les diverses circonscriptions administratives d'un niveau km2 donné résultent du fractionnement des circonscriptions
de niveau immédiatement supérieur. L'ensemble du terri Paris 105
toire de la métropole est divisé en 95 départements; chaque Hauts-de-Seine 175
département est généralement subdivisé en plusieurs Seine-Saint-Denis 236
arrondissements, chacun de ces derniers en Val-de-Marne 244
cantons et ceux-ci en plusieurs communes. Le tableau 1 Territoire de Belfort 610
39 Avec une moyenne de 400 par département, le nombre Paris 33 fois plus peuplé de communes s'échelonne d'une seule (Paris) à 907 (Pas-de-
que la Lozère Calais); on notera cependant qu'un tiers des départements
comprennent chacun entre 300 et 500 communes. La répartition des 95 départements selon la population Si le chef-lieu d'un département est le plus souvent la présente une dispersion plus marquée, sans être cependant commune la plus importante, on peut néanmoins remarquer très importante si l'on fait abstraction de quelques cas que tel n'est pas le cas d

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text