Notes iconographiques - article ; n°1 ; vol.23, pg 135-158

icon

25

pages

icon

Français

icon

Documents

1971

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

25

pages

icon

Français

icon

Ebook

1971

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Arts asiatiques - Année 1971 - Volume 23 - Numéro 1 - Pages 135-158
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir Alternate Text

Publié par

Publié le

01 janvier 1971

Nombre de lectures

14

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

R. C. Agrawala
Notes iconographiques
In: Arts asiatiques. Tome 23, 1971. pp. 135-158.
Citer ce document / Cite this document :
Agrawala R. C. Notes iconographiques. In: Arts asiatiques. Tome 23, 1971. pp. 135-158.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arasi_0004-3958_1971_num_23_1_1032NOTES ICONOGRAPHIQUES
par R. C. AGRAWALA
Conservateur au Musée National de New-Delhi.
I. VlSNU POLYCÉPHALE DONT LA TÊTE CENTRALE EST CELLE D'UN CHEVAL
La représentation d'un Visnu polycéphale ayant pour têtes latérales celle du
Lion et celle du Sanglier a fait l'objet de plusieurs travaux. C'est une image d'époque
médiévale, provenant de Moriyam, représentant Visnu Visvarûpa ; elle est pentacé-
phale ; la figure centrale est humaine ; sur un côté se trouvent une tête de tortue
et une tête de lion, sur l'autre côté sont représentées une tête de sanglier et une tête
de cheval (1). La présence de la tête de cheval sur cette statue pentacéphale constitue
un fait absolument exceptionnel. Elle nous fait penser à la divinité hippocéphale
(probablement Hayagrïva) qui est sculptée sur l'auréole (2) d'une image tricéphale
de Visnu, d'époque Gupta, provenant de la région d'Aligarh et à présent conservée
au Musée de Mathurâ (3). Quelques Samhitâ vichnouites font également mention
de Vâgïsvara comme étant l'une des multiples têtes de Visnu ; Vâgïsvara n'est autre
que Hayagrïva (4).
Les images isolées de Visnu tricéphales, les trois faces étant animales, sont
extrêmement rares. .J'ai récemment découvert, au Sabhâmandapa extérieur du temple
de Mahâkâla, à Bijoliân (district de Bhïlwârâ, Râjasthân), un tel bas-relief, d'époque
médiévale (fig. 1) : la tête centrale est une tête de cheval et les deux faces latérales
sont une tête de sanglier et une de lion ; les bras et les attributs sont mutilés. Encore
(1) T. P. Bhattacharyn, Journal of Behar Research Society, Patna, 37 (1951), p. 61-63 et une planche;
M. Prasad, « Dhârall », Dull. College of Indology, Banaras Hindu University, 4 (1960-61), p. 141-142, fig. 10.
(2) Sur le Mahâvi«nu de Kannauj, la tête centrale est humaine, les têtes latérales étant celles d'un poisson,
d'une tortue, d'un sanglier et d'un lion. L'absence de tête de cheval sur cette représentation est remarquable.
Cf. K. M. Munshi, Saga of Indian Sculpture, fig. 66.
(3) M. M. Nagar, Journal of U. P. Historical Society, Lucknow, old series, 18, p. 98-100.
(4) F. O. Schrader, Introduction lo the Pancarâlra and Ahirbudhnya Samhilâ, Adyar-Madras, 1916,
p. 16 ; M. Prasad, op. cit., p. 142. 136 R. C. AGIiAWALA
plus important est le bas-relief extérieur (à gauche de l'entrée) du temple d'Undesvara,
à Bijoliân même. Ce dernier (1) représente la « Sakti féminine du Visnu tricéphale »
debout (fig. 2), ce qui est rare dans l'art indien. Ici aussi la face centrale est celle
d'un cheval, celle de gauche représente un sanglier et celle de droite un lion. L'une
des mains droites est abaissée en varada, et au-dessous apparaît un animal indistinct
(un lion probablement), le cou dressé vers la divinité. De telles représentation de Devï
à huit bras n'avaient pas encore été publiées.
D'égale importance est un autre bas-relief médiéval, inédit, qui se trouve dans
l'ensemble de sculptures à présent conservé au bureau du Cercle dans le fort de
Chittor (Râjasthân) (figs. 3 et 4). Il mesure environ 40 cm de hauteur et représente
une divinité masculine tricéphale en posture debout. Ici encore, la face centrale est
chevaline ; la tête de gauche est une tête de lion et celle de droite la tête d'un sanglier.
La divinité porte la massue de sa main supérieure gauche, et le cakra de sa main
supérieure droite, disposition tout à fait insolite ; les mains inférieures sont mutilées.
Les diadèmes sur chacune des trois têtes animales, le xrïvatsa sur la poitrine, les
diverses parures, etc., tout ceci est exécuté avec beaucoup d'exactitude. Cette image
est d'un type fort rare ; une autre image, du même type et dotée également de quatre
bras (2), n'a pas encore été publiée. Le bas-relief de Chittor devait orner une niche
creusée dans la paroi extérieure de quelque temple médiéval de cette région.
La découverte, dans la région de Chittor et Bijoliân, de ces statues dont la face
centrale est chevaline, vaut d'être notée. Nous devons rechercher des textes qui
puissent expliquer ces représentations médiévales du Râjasthân. Dans l'état actuel
de nos connaissances, elles sont fort peu nombreuses (3). La face chevaline représente
l'aspect Hayagriva de Visnu, de même que sur la statue de Moriyam citée au début
de cet article. La prééminence de l'aspect Hayagriva sur ces sculptures du Râjasthân
est bien évidente, en raison de la position centrale de la face chevaline. Également
intéressantes sont quelques statues en schiste, d'époque « post-Gupta », provenant
de êâmalâjï : sur ces images, les trois faces sont humaines (4), et Hayagrîva,
à face chevaline, apparaît comme un Yaksa (5) au-dessus du diadème de la face centrale,
en une composition heureuse (6). Il faut aussi rechercher les motifs d'ordre religieux
et artistique qui ont conduit à l'élaboration d'images dont les trois faces, — de
sanglier, de cheval et de lion, — sont animales. Il n'y a pas de face humaine sur les
(1) Progress Report, Archaeological Survey of Western Circle, Poona, 1905, p. 53; R. C. Agrawala,
Bharatiya Vidyâ, Bombay, 20-21 (1963), p. 304, pi. 4.
(2) Le State Museum de Bharatpur (Râjasthân) conserve une image colossale isolée de Vi«nu, dont les
têtes latérales sont celles d'un sanglier et d'un lion ; la tête centrale est ici probablement celle d'un cheval, en
fait extrêmement endommagée.
(3) On n'en a encore trouvé aucune dans l'art Gupta ni dans l'art médiéval de la période ancienne.
(4) On ne sait pas pourquoi les figures animales sont complètement absentes sur ce groupe de représenta
tions de Vivrai de l'Inde Occidentale. Un bas-relief semblable est à présent conservé au Musée d'Ajmer.
(5) II en est de même sur le Mahâvisnu provenant de Baijnath-Almora, reproduit par K. P. Nautiyal,
Bulletin of Deccan College, Poona, 22 (1961-62), p. 172-3, fig. 1 en face de la p. 170.
(6) U. P. Shah, Bulletin of Baroda Museum, Baroda, XIII, 1960, p. 69, fig. 48 sur la p. 67. NOTES ICONOGRAPHIQUES 137
bas-reliefs de cette série. Il n'y a — dans l'état présent de nos connaissances — aucune
image de ce type dans l'art Gupta ni dans l'art médiéval ancien du Râjasthân (1).
La Pâramesvarasamhitâ (XIX, 541-43) et l'Isvarasamhitâ (XXI, 579-81) font
mention de Nrsimha, Kapila, Kroda, Hamsa et Vâgîsvara pour les visages de Visnu,
comme l'a signalé M. Prasad (2). Vâgîsvara, nous l'avons suggéré plus haut, n'est
autre que Hayagrïva.
Le Musée de Khajurâho conserve une image de Visnu, représenté debout, avec
pour faces des côtés celle d'un lion et celle d'un sanglier (3). La quatrième figure, au
dos, a été identifiée, par Krishna Deva, comme étant celle d'un cheval (4). C'est
encore une façon intéressante de représenter une face de cheval sur des images de
Visnu. Encore plus important est l'extérieur du temple de Laksmana à Khajurâho
même : les niches sur les faces Nord, Ouest et Sud contiennent, respectivement, des
statues de Varâha, de Nrsimha et de Hayagrïva à face de cheval (5). L'association
des trois aspects est évidente dans les bas-reliefs médiévaux du Râjasthân dont il est
ici question, la quatrième face n'étant pas sculptée du tout.
« Le Visnu debout sculpté sur le mur de gauche de Yaniarâla du temple de
Mârttanda au Cachemire possède, au-dessus des têtes du Lion, de l'Homme et du
Sanglier, trois têtes humaines, encore au-dessus, trois autres têtes humaines, et, au
sommet, une tête qui semble être celle d'un cheval. De même, sur le fond de la stèle
du Buddhâvatâra provenant de Devsar Kalgaon, le Visnu situé au sommet a, au-
dessus des têtes de lion, d'homme et de sanglie

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text