PDF - 120.8 ko - Agriculture en Afghanistan

icon

3

pages

icon

Français

icon

Documents

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

3

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

PDF - 120.8 ko - Agriculture en Afghanistan
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

61

Langue

Français

2002 National Geographic Society
L’agriculture en Afghanistan
Mai 2006
L’histoire récente Les 25 années de guerre ont ravagé l'agriculture afghane et ses infrastructures d’irrigation indispensables à 85 % de la production. Les voies d’approvisionnement et de transport ont été également très endommagées. A ces destructions est venue s’ajouter la sécheresse qui a aggravé le sort de l’agriculture afghane et celui de ses paysans. 80% 80 % de la population active de la population (20 M sur un total de 25 M d’hab) en est, en effet, dans le secteur primaire agricole entièrement dépendante. L’agriculture représente 73 % du PIB. La soit 73% du PIB production des céréales a chuté de 44% de 1978 à 2001 après avoir connu une progression continue de 1,3 % de 1961 à 1978. Le bétail a, en grande partie, disparu et la filière horticole, à l’origine de 40% des exportations en 1978, a été délaissée. Une gestion inexistante des ressources hydrauliques et une déforestation incontrôlée ont renforcé les effets de la sécheresse. En l’absence d’alternative à court terme et confrontés à des besoinsimmédiats, de nombreux cultivateurs ont repris la culture du pavot. La culture du pavotFaute de ne pas disposer des moyens de substituer dans le très court terme et La narco économie : 1/3 du P IB, de manière durable la narco économie par l’introduction de filières agricoles 3 milliards de USD à haute valeur ajoutée, la culture du pavot représente 1/3 du PIB soit 3 milliards de USD. Elle a généré, en 2004/2005, 2 milliards USD pour les trafiquants et 1 milliard USD pour les paysans. L’indispensable modernisation de l’agriculture afghane Pour l’heure, il s’agit d’une agriculture de subsistance tournée vers le blé, les fruits, les fruits secs (raisins, abricots, amandes) et les légumes. Le Ministère de l’agriculture a jeté lesbases d’une agriculture moderne et envisage d’en modifier les structures par l’apport des réformes ci-après : - travauxd’irrigation ; - introductiond’entrants de bonne qualité (semences performantes et engrais) ; - miseà bail des terres appartenant à l’Etat en vue de favoriser l’émergence de grandes fermes et d’une agriculture à haute valeur Le budget national prévoit une allocation de 200 MUSD par an,ajoutée au travers de partenariats publics privés ; pendant sept ans (2006-2013), - réformede la terre et introduction du cadastre en vue d’enregistrer pour atteindre ces objectifs les titres de propriété des petits fermiers et de les protéger: cette réforme s’accompagnerait également de l’annulation des dettes et des hypothèques contractées auprès des trafiquants de drogue ; - constructionde routes secondaires et d’entrepôts réfrigérés ; - accèsaux facilités de transport jusqu’au lieu de vente des récoltes ; - extensiondu réseau électrique dans les zones ruralesen vue de favoriser le développement de petites unités de transformation agroalimentaires ; - expansionde l’accès au micro-crédit et des services financiers afférents dans les zones rurales.
A M B A S S A D ED EF R A N C E
1
M I S S I O NÉ C O N O M I Q U EA UP A K I S T A N E TP O U RL ’ A F G H A N I S T A N
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text