Suicide : l'évolution séculaire d'un fait social - article ; n°1 ; vol.168, pg 59-70

icon

14

pages

icon

Français

icon

Documents

1984

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

14

pages

icon

Français

icon

Ebook

1984

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Economie et statistique - Année 1984 - Volume 168 - Numéro 1 - Pages 59-70
Suicidio : evolución secular de un hecho social - Establet Desde fines del siglo 19, Durkheim senaló este hecho : las estadísticas de suicidios permiten poner de manifiesto vínculos puntuales entre su frecuencia y algunas magnitudes sociales, relaciones que no se descubren con la mera observación de actos individuales de desesperación. El suicidio llega a ser un hecho social. Algunas de estas relaciones se fueron manteniendo, otras se modificaron. Urbano en el siglo 19, el suicidio es más pronto rural en el siglo 20. Este cambio refleja una modificación intervenida en las formas de integración social. Mas perdura un dato permanente : la familia ampara. La edad y sexo influen en relación con este dato : los varones se suicidan con mayor frecuencia que las mujeres, los mayores más que los jóvenes.
Dès la fin du XIXe siècle, Durkheim avait établi ce fait : les statistiques de suicide permettent de mettre en évidence des relations régulières entre sa fréquence et certaines grandeurs sociales, relations indécelables à la seule observation d'actes individuels de désespoir. Le suicide devient fait social. Certaines de ces relations se sont maintenues, d'autres se sont modifiées. Urbain au XIXe siècle, le suicide est plutôt rural au XXe siècle. Ce changement renvoie à une modification de formes d'intégration sociale. Mais une donnée permanente demeure, la famille protège. L'âge et le sexe influent en relation avec cette donnée : les hommes se suicident plus souvent que les femmes, les vieux plus que les jeunes.
Suicide: The secular evolution of a social fact - Already at the end of the 19th century, Durkheim had established this fact: suicide statistics allow us to bring to light the constant relations between its frequency and certain social variables. These relations are impossible to ascertain by simple observation of individual acts of despair. In this way, suicide becomes a social fact. Some of these relations have been maintained and others modified. While suicide was an urban phenomenon in the 19th century, it has now become rather a rural phenomenon. This change reflects a modification of forms of social integration. But one factor does not change: the family is a form of protection. In relation to this factor, age and sex have an influence: men commit suicide more often than women, older people more often than young ones.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir Alternate Text

Publié le

01 janvier 1984

Nombre de lectures

177

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

2 Mo

Monsieur Christian Baudelot
Monsieur Roger Establet
Suicide : l'évolution séculaire d'un fait social
In: Economie et statistique, N°168, Juillet-Août 1984. pp. 59-70.
Citer ce document / Cite this document :
Baudelot Christian, Establet Roger. Suicide : l'évolution séculaire d'un fait social. In: Economie et statistique, N°168, Juillet-Août
1984. pp. 59-70.
doi : 10.3406/estat.1984.4884
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/estat_0336-1454_1984_num_168_1_4884Resumen
Suicidio : evolución secular de un hecho social - Establet Desde fines del siglo 19, Durkheim senaló
este hecho : las estadísticas de suicidios permiten poner de manifiesto vínculos puntuales entre su
frecuencia y algunas magnitudes sociales, relaciones que no se descubren con la mera observación de
actos individuales de desesperación. El suicidio llega a ser un hecho social. Algunas de estas
relaciones se fueron manteniendo, otras se modificaron. Urbano en el siglo 19, el suicidio es más
pronto rural en el siglo 20. Este cambio refleja una modificación intervenida en las formas de
integración social. Mas perdura un dato permanente : la familia ampara. La edad y sexo influen en
relación con este dato : los varones se suicidan con mayor frecuencia que las mujeres, los mayores
más que los jóvenes.
Résumé
Dès la fin du XIXe siècle, Durkheim avait établi ce fait : les statistiques de suicide permettent de mettre
en évidence des relations régulières entre sa fréquence et certaines grandeurs sociales, relations
indécelables à la seule observation d'actes individuels de désespoir. Le suicide devient fait social.
Certaines de ces relations se sont maintenues, d'autres se sont modifiées. Urbain au XIXe siècle, le
suicide est plutôt rural au XXe siècle. Ce changement renvoie à une modification de formes
d'intégration sociale. Mais une donnée permanente demeure, la famille protège. L'âge et le sexe
influent en relation avec cette : les hommes se suicident plus souvent que les femmes, les
vieux plus que les jeunes.
Abstract
Suicide: The secular evolution of a social fact - Already at the end of the 19th century, Durkheim had
established this fact: suicide statistics allow us to bring to light the constant relations between its
frequency and certain social variables. These relations are impossible to ascertain by simple
observation of individual acts of despair. In this way, suicide becomes a social fact. Some of these
relations have been maintained and others modified. While suicide was an urban phenomenon in the
19th century, it has now become rather a rural phenomenon. This change reflects a modification of
forms of social integration. But one factor does not change: the family is a form of protection. In relation
to this factor, age and sex have an influence: men commit suicide more often than women, older people
more often than young ones.'■
Suicide : l'évolution
séculaire d'un fait social
par Christian Baudelot et Roger Establet*
Dès la fin du XIXe siècle, Durkheim avait établi ce observations et propos recueillis sur les survivants n'ap
fait : les statistiques de suicide permettent de mettre en portent pas nécessairement d'informations pertinentes sur
évidence des relations régulières entre sa fréquence et ceux qui succombent.
certaines grandeurs sociales, relations indécelables à la En matière de suicide, la statistique s'impose donc seule observation d'actes individuels de désespoir. Le d'abord de façon négative : le recours au chiffre est, pour suicide devient fait social. le sociologue, la seule prise offerte par un objet qui voue
Certaines de ces relations se sont maintenues, d'autres à l'échec d'autres techniques d'observation (graphique I).
se sont modifiées. Urbain au XIXe siècle, le suicide est Mais il y a plus : le chiffre représente aussi un enjeu capital
plutôt rural au XXe siècle. Ce changement renvoie à dans la sociologie dûrkheimîenne; il constitue en lui-
une modification des formes d'intégration sociale. Mais même un élément théorique de la démonstration. Le propos
une donnée permanente demeure, la famille protège. de Durkheim consiste en effet à montrer que le suicide ne
L'âge et le sexe influent en relation avec cette donnée : relève pas seulement de la psychologie individuelle; il en
les hommes se suicident plus souvent que les femmes, bien sûr, mais c'est aussi un phénomène collectif,
les vieux plus souvent que les jeunes. mieux,, un fait^ social. Entre le. suicide de. X ou celui d'Y
et un taux de. suicide, existe une différence de nature et
non de degré. Le tout ne se réduit pas à la somme des
parties. La simple addition de tous, ces suicides imprévis
ibles et individuels, fait en effet surgir une réalité nouvelle,
en tous points différente des événements singuliers qui la
composent : douze mille drames se convertissent en un
Publié en 1897, Le Suicide d'Emile Durkheim est sou point d'une . courbe continue ; l'imprévisible entre dans
vent considéré comme l'acte fondateur de la sociologie; l'ordre de la prévision; l'événement échappe, au destin
individuel pour s'inscrire, au même titre que la production, la statistique y occupe une large place puisqu'elle constitue
à la fois la matière première et l'instrument principal de de céréales ou le volume des exportations, parmi les gran
l'analyse. Plusieurs raisons expliquent cette union origi deurs collectives qui permettent de décrire une société
entière. La ventilation de l'ensemble des cas individuels nelle entre sociologie et statistique.
Le suicide offre, par nature, peu de prise à l'observation
directe ou à l'entretien. Certes, psychiatres et suicidologues
ont parfois interrogé, dans des hôpitaux ou des cliniques,
des individus ayant survécu à une tentative de suicide.
Mais ces enquêtes ont toujours montré que tentatives et * Christian Baudelot et Roger Establet enseignent la sociosuicides consommés constituaient deux faits distincts; non logie, le premier à l'École nationale de la statistique et de seulement par le résultat, mais aussi par les caractéristiques l'administration économique, le second à ^Université dlAix-en-
des populations concernées : de -beaucoup majoritaires Provence {Aix-Marseille /). * * •
parmi les tentatives de suicide, les femmes et les jeunes sont Les nombres entre crochetStffî, •renvoient à la-'bibUographie en
les catégories qui se suicident le moins. De sorte que les fin d'article.
59 Graphique I
Évolution du taux de mortalité par suicide (1827-1982)
Taux pour 100 000 habitants
1830 1850 1900 1950 1971
Source : J.-CI. 'Chesnais, les morts violentes en France, cahier de l'INED, n* 75, Presses Universitaires de France (jusqu'en 1975). Résultats
établis i partir des comptes de (a Justke de 1827 i 1905 et des statistiques des causes de décès de 1906 à 1982.
selon de grandes catégories statistiques met en évidence Durkheim : du suicide comme fait social
des variations régulières et constantes du taux de suicide
au concept d'intégration à travers le temps et l'espace; on prouve, du même coup,
que le suicide ne se réduit pas à un événement psycholo
gique et individuel, puisqu'il existe une relation constante En fait, dès que sont dressées, au XIXe siècle, les preet mesurable entre le phénomène pris dans son ensemble mières comptabilités sérieuses des actions humaines, et les grandes caractéristiques de la vie sociale que sont le notamment le Compte Général de la Justice Criminelle, à statut matrimonial, les jours de la semaine, la conjoncture partir de 1826, le caractère régulier des nombres obtenus économique ou la religion. Ce fait nouveau, absolument en additionnant des actions individuelles indépendantes inobservable à l'œil nu, inconcevable sur la base de l'expé frappe les observateurs. En 1832, Quêtelet écrit à Villermé rience la plus attentive, indécelable à partir des faits indi
[11] : viduels connus, seule la statistique, sous sa forme la plus
rudimentaire (le comptage et l'addition), pouvait en révéler « Parmi les résultats relatifs à l'homme, un des plus
l'existence. Le chagrin d'amour, la perte d'emploi, le revers curieux me semble être celui qui concerne la régularité
de fortune, le remords, le dégoût de la vie, la dépression, avec laquelle se reproduisent périodiquement des faits de
la maladie mentale, la souffrance physique sont des motifs même nature, de manière qu'on est obligé d'admettre,
individuels ou psycholog

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text