Un artiste vient de mourir. Il s

Un artiste vient de mourir. Il s'est taillé les veines.

-

Documents
12 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description


Un artiste vient de mourir. Il s'est taillé les veines. Son prénom était Juan. Il vivait à Barcelone. Il avait une famille, des amis. Beaucoup admiraient ses tableaux. Il en vendait, bien, un bon prix, mais rarement. Beaucoup, même ceux qui l'aimaient, vont dire qu'il est mort de cela. Je sais que ce n'est pas cela. Je sais qu'il était "Ailleurs".
  [Moins]

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 315
Langue Français
Signaler un problème
Lor Zevan
Un artiste vient de mourir. Il s'est taillé les veines. Son prénom était Juan. Il vivait à Barcelone. Il avait une famille, des amis. Beaucoup admiraient ses tableaux. Il en vendait, bien, un bon prix, mais rarement. Beaucoup, même ceux qui l'aimaient, vont dire qu'il est mort de cela. Je sais que ce n'est pas cela. Je sais qu'il était "Ailleurs". Ailleurs, ce pays que Rimbaud avait déjà désigné c...Lire la suite
Haut du formulaire
€,´,€,´, ,? ,?
à 20:02·
AQCl_Dza
J’aimeJe n’aime plus · ·Partager·samedi, {"actor":"1035717
Marie-Ange Vrancken,Jean-Claude Encalado,Astrid Waliszeket91 autres personnesaiment ça.
12partages12partages
50/124
Commentaires précédents
Lor Zevan"Méîez-vous de l'homme moyen, de la femme moyenne. Méîez-vous de leur amour. Leur amour est moyen, recherche la médiocrité. Mais il y a du génie dans la haine. Il y a assez de génie dans leur haine pour vous tuer. Pour tuer n'importe qui. Etant incapables de créer de l'art, ils ne comprennent pas l'art. Etant incapables d'aimer pleinement, ils croient votre amour incomplet. Du coup, ils vous détestent et leur haine est parfaite." BUKowski - Le Génie de la Foule
samedi, à 21:59· J’aimeJe n’aime plus ·6
Christopher Barnettyou really are an infamous little prick, aren't you
Voir la traduction
samedi, à 22:01· J’aimeJe n’aime plus ·3
Chantal FlamentPeut-être qu'il faut surtout savoir échanger, même si on n'est pas d'accord sur tout, avec courtoisie, richesse, émotion et non agressivité. Car pas si simple de lancer une discussion, de se lancer dans l'arène înalement, bien des usagers de Fb s'en tiennent à du msn !
samedi, à 22:02· J’aimeJe n’aime plus ·2
Lor ZevanIt's okChristopher. It's just dead.
Voir la traduction
samedi, à 22:02· J’aimeJe n’aime plus ·1
Lily LoliBen moi, mon chat est mort (Cléopâtre, de son vrai nom) et c'est une perte terrible...; le vie est si courte, si injuste souvent, les beaux meurent, les moches aussi... Purée, Lor, vire donc ces gens qui ne savent entendre la sensibilité vive et tellement juste de tes mots; ils ne savent même pas en écrire le quart mais, surtout, en ressentir quoi que ce soit. i Ils n'ont que ça à faire : critiquer .. - soit...-;. c''est tellement propre au commun des mortels... Les autres, ils entendent, ils reçoivent, et ils pleurent. Et ils se taisent, ou répondent : "oui, j'entends tout cela, simplement". J'entends tout cela, simplement. Et j'emmerde les autres. Et pour les autres d'ailleurs : Femme Actuelle, prévisions de l'été ou bien mieux, bien mieux encore, le dernier Musso, de la daube en boite.
samedi, à 22:08· J’aimeJe n’aime plus ·4
Lor ZevanÇa fait mal quand ils s'en vont, ceux qui nous ont permis d'aimer plus et plus fort, que ce soit un artiste ou un chat. La douleur n'est pas la même, dit-on, mais prend sa source, en nous, au même endroit. Merci pour tes mots,Lily.
samedi, à 22:12· J’aimeJe n’aime plus ·5
Lily LoliPfou... Dans l'instant (et pourtant je réprime ma colère, souvent) : je les emmerde, ces cons.
samedi, à 22:15· J’aimeJe n’aime plus ·2
Hicham Benchrif"L'art n'est pas un bureau d'anthropométrie. La lumière ne se fait que sur les tombes." (L. Ferré).
samedi, à 22:16· J’aimeJe n’aime plus ·2
Lor ZevanNous en avons connu d'autres, n'est-ce-pas,Lily... nous en traverserons d'autres... nous... n'en mourrons pas. Tant que nous ne nous résoudrons pas au silence.
samedi, à 22:18· J’aimeJe n’aime plus ·4
Lily LoliOui, voilà...
samedi, à 22:25· J’aimeJe n’aime plus ·1
Marie-Eve Morenteje lis ,les uns et les autres , que d'émotions exprimées ... Merci Lor pour vos textes ,Merci de partager aussi bien vos joies que vos chagrins et que tous les pisse-froids de la terre aillent lire ailleurs si quelque chose les dérange ... et surtout surtout que l'on retrouve le sens du mot respect . Moi je pense àcet artiste ,je pense à cette incommensurable sourance qui empêche d'entrevoir la moindre lueur au fond du goure ,de l'enfer dans lesquels les a
jetes a création cette soufrfrance insuportable , inimaginable qui les conduit ,pour que cela cesse à se tuer
samedi, à 22:28· J’aimeJe n’aime plus ·5
Marie-Eve Morenteet à tuer un peu de leur oeuvre par là même ..
samedi, à 22:28· J’aimeJe n’aime plus ·1
Hicham BenchrifL'artiste, l'authentique, est un "Sein-zum-Tode" (Un être-pour-la-mort) - pour emprunter l'expression à Heidegger. L'artiste ne produit pas du comestible, du consommable, du vendable... Il se décharne vivant seulement dans une stérile tentative à être (et à être pour la vie, si possible). L'art, c'est de l'autosculpture en même temps que de l'autophagie. Le monde est sourd et aveugle. L'artiste est donc fait pour se suicider. "Il est inconcevable qu'un être comme moi puisse vivre", dit Kleist dans une lettre.
samedi, à 22:34· J’aimeJe n’aime plus ·5
Chantal FlamentPersonnellement, l'idée de l'artiste authentique me dérange. Je trouve cela trop..... (plein de qualiîcatifs me viennent à l'esprit)? Qui peut mesurer l'authenticité ? Par contre peut-être l'engagement de sa vie, de son temps, de sa vision, même chez quelqu'un dont on n'aime pas forcément le "travail'. Mais cela n'existe pas que chez les artistes (pourtant mon environnement familier).
samedi, à 22:49· J’aimeJe n’aime plus ·3
Lor ZevanJe comprends vos réticences,Chantalet ce que vous évoquez est aussi une quête d'exigence înalement. ne pas se vautrer dans l'extrême qui peut devenir un équivalent du léger. Pourtant, dans le cas de l'artiste, je crois que si le terme "authentique" peut vous déranger c'est que l'artiste est sans qualiîcatif; Mais quandHichamy recourt, cela relève de la nécessité, dans un contexte où, parmi tant de prétendants au titre, tant de faussaires et tant de mimes, "artiste" devient, par certains, par beaucoup, par une foule, de l'usurpation d'identité.
Et l'on en vient à cette quasi obligation de préciser : l'artiste, l'authentique. Oui. Signe des temps. Signe des hommes.
samedi, à 22:56· J’aimeJe n’aime plus ·3
Juliette DeriazJ'admire l'artiste autophage qui ose se montrer, se "vendre", mettre à prix sa propre chair. C'est un ultime acte de survie dont beaucoup ne sont pas capables même. C'est dans leurs ateliers, leurs archives, qu'on retrouvera leur être consummé à la couleur ou à l'encre.
samedi, à 22:56· J’aimeJe n’aime plus ·4
Chantal FlamentOui l'artiste est sans qualiîcatif, il est, tout simplement, mais c'est vrai, par rapport à ceux qui prétendent au titre, il faut faire une distinction.
samedi, à 22:59· J’aimeJe n’aime plus ·1
Manuel Rodrigues«L'art c'est la chair même de l'artiste. Chaque instant. Son sang. Son soue. Sa solitude. Sa majestueuse solitude. Cette somptueuse solitude, cette pauvreté de luxe, il la paye très cher.» MerciLor:)
samedi, à 23:07· J’aimeJe n’aime plus ·3
Christopher Barnettcomme c'est évident, je suis ému par ce texte de lor.............; Je m'intéresse aussi pourquoi un tel texte a provoqué des réactions pathologiques........ inintéressante pathologies, pour être sûr ........Quel était leur objectif, en l'occurrence, de rabaisser, d'humilier et de faire taire.......il est clair pour moi et je pense que d'autres que ce n'est pas la louange lor cherche, lor au contraire travaille à une communication, qui est encore, malheureusement, assez rare............. & Il n'est pas un accident, vient la plupart du temps que l'intervention que «parler» sont également des femmes, avec quelques rares exceptions près............. Kristeva était tout à fait raison, le corps écrit.............. la plupart des hommes sont si éloignés de leur corps, que ce qui est écrit sort d'un cerveau qui devient de plus en plus petit................... à travers le misortune de la maladie, mon corps m'a amené à sa fonction, métaphysique et physique.............
les ammes qui remplissent mes artères en contact avec les ammes dans ces textes ici
samedi, à 23:09· J’aimeJe n’aime plus ·4
Chantal FlamentIl y a aussi de la jubilation dans l'art, un "da sein" jouissif...
samedi, à 23:10· J’aimeJe n’aime plus ·1
Christopher Barnettchantal, i'm not so sure. wonderment,, seems to be the only real reward that matters
Voir la traduction
samedi, à 23:12· J’aimeJe n’aime plus
Yves CairoliUn mec s'est donné la mort! point barre! qu'il soit artiste ou pas n'y change rien à l'aaire. Un mec s'est donné la mort! et vos engueulades de bobos me font gerber!
samedi, à 23:13· J’aimeJe n’aime plus ·2
Chantal FlamentTous les artistes ne sont pas maudits et malheureux, même dans les moments douloureux ou diïciles, et c'est probablement le paradoxe.
samedi, à 23:18· J’aimeJe n’aime plus ·2
Lor ZevanCe n'est pas que je veuille toujours donner raison àChristopher Barnett, c'est juste que ce qu'il dit vient frapper juste là où résonne la haute note : " l'émerveillement semble être la seule chose qui importe".
samedi, à 23:20· J’aimeJe n’aime plus ·3
Yves Cairolije crois que comme conclusion c'est parfait pour clore ce débat...
samedi, à 23:25· J’aimeJe n’aime plus ·1
Bernard Wisson"l'autre Réel" que vous évoquez, Lor, me fait repenser à cet article :https://www.facebook.com/note.php? saved&&note_id=354785474545354
samedi, à 23:30· J’aimeJe n’aime plus
Christopher Barnettje n'aime pas, dans tous les sens, cette demande par les hommes, pour la plupart, de réduire au silence, lor................ moi, je vais me taire, mais je veux lire ce que lor est condamné à écrire
samedi, à 23:31· J’aimeJe n’aime plus ·6
Marie MLairepathétique
samedi, à 23:32· J’aimeJe n’aime plus ·2
Serge RossmannDésolé de mon intrusion mais je voulais simplement savoir qui était ce peintre. Je connais Juan Gris comme tout le monde mais ce Juan dont il est question m'est inconnu et comme je suis curieux de nature......Par ailleurs je suis earé que la discussion ait atteint ce degré de déliquescence. Bonne soirée.
samedi, à 23:34· J’aimeJe n’aime plus ·1
Hicham BenchrifCharles BAUDELAIRE (La mort des artistes)
Combien faut-il de fois secouer mes grelots
Et baiser ton front bas, morne caricature ? Pour piquer dans le but, de mystique nature, Combien, ô mon carquois, perdre de javelots ?
Nous userons notre âme en de subtils complots, Et nous démolirons mainte lourde armature, Avant de contempler la grande Créature ! Dont l'infernal désir nous remplit de sanglots !
Il en est qui jamais n'ont connu leur Idole, Et ces sculpteurs damnés et marqués d'un aront, Qui vont se martelant la poitrine et le front,
N'ont qu'un espoir, étrange et sombre Capitole ! C'est que la Mort, planant comme un soleil nouveau, Fera s'épanouir les eurs de leur cerveau !
samedi, à 23:40· J’aimeJe n’aime plus ·5
Med Selamartiste est composé de méme lettres que triste de tristesse , il y a un grand or en mort ,
Hier, à 00:08· J’aimeJe n’aime plus ·1
Klaus FechnerC'est de la très haute exigence
Hier, à 00:32· J’aimeJe n’aime plus ·1
Klaus FechnerCette course à "l'inaccessible étoile" de l'artiste parat, pour les autres, une folie, alors qu'elle est sa seule joie
Hier, à 00:32· J’aimeJe n’aime plus ·2
Klaus FechnerA Juan et les Autres qui vivent Ailleurs.
Hier, à 00:34· J’aimeJe n’aime plus ·2
Hicham BenchrifUne folie... un "saut hors du rang des meurtriers", dirait Kafka. Cette quête ne "fait" pas seulement l'artiste. Elle "est" l'artiste...
Hier, à 00:36· J’aimeJe n’aime plus ·2
Klaus Fechner"Lor tu ne commentes pas, juste tu sais continuer mon tableau là où mon pinceau s'est arrêté"
Hier, à 00:56· J’aimeJe n’aime plus
Klaus Fechner"... that personal cosmology remains"
Hier, à 01:00· J’aimeJe n’aime plus ·1
Jean Claude Massinje me sens un peu bourge, un peu minable...un peu plus après t'avoir lu.
Hier, à 08:04· J’aimeJe n’aime plus ·1
Angelo ViscontiC'est drôle qu'à partir d'un texte qui a du fond, du sens, et avec lequel on peut tout à fait être en désaccord, on puisse le critiquer sans apporter aucun contenu contradictoire étayé, c'est juste un peu triste, et là ce n'est pas face book qui est ridicule mais l'utilisation débile, qu'on en fait peut être parfois tous. Et à part des procès d'intention un peu vide, je ne vois pas grand chose. Mais bon, erreur d'aiguillage ? constance pour certains ? on en a tous croquer, et il est toujours temps d'arrêter, ou de commencer autre chose.
Hier, à 11:25· J’aimeJe n’aime plus ·3
Christopher Barnettil s'agit d'un texte sublime. fuck judgement
Hier, à 11:47· J’aimeJe n’aime plus
Angelo ViscontiLe problème sur Face book c'est qu'on ne sait pas, souvent qui parle de quoi à qui ...petite diérence avec les forums, peut être est-ce souhaitable, à force on ne sait plus. Est ce si grave ? faut voir
Hier, à 11:54· J’aimeJe n’aime plus ·1
Marie-Eve Morenteune fois de plus angelo ,je ne puis que partager ce que tu écris ...
Hier, à 14:23· J’aimeJe n’aime plus
Christopher Barnetthttp://www.onf.ca/îlm/volcano/
Volcano: An Inquiry into the Life and Death of Malcolm Lowry
www.onf.ca
This feature-length Oscar®-nominated documentary focuses on Malcolm Lowry, autho...r of one of the major novels of the 20th century, Under the Volcano. But while Lowry fought a winning ... — Visionnez plus de 1000 îlms sur notre page Facebook.http://www.facebook.com/onf.caAïcher la suite
Hier, à 17:33· J’aimeJe n’aime plus ·2
Christopher BarnettJe lis ses lettres, ils sont magistrale. la mort est présente dès le début. ce documentaire n'est pas grand, mais même une petite mesure est parfois suïsant
Hier, à 17:38· J’aimeJe n’aime plus ·1
Christopher Barnettle documentaire plein de ragots, mais enîn un très restreint Richard Burton lecture des lettres et du roman "sous le volcan"............. il fait la peine de regarder il ya de très nombreuses erreurs factuelles,..... comme les biographies en anglais........... il est triste de dire aujourd'hui que la seule biographie réel qui n'est pas le commérage est au Japon
Hier, à 18:15· J’aimeJe n’aime plus ·1
Christopher Barnett"the lighthouse that invited the storm"
Voir la traduction
il y a 23 heures· J’aimeJe n’aime plus ·1
Marie-Eve MorenteIl me fait penser à Emingway ,presque le même parcours ,addiction à l'alcool ,diïcultés relationnelles avec tous ses proches ,voyages , et à la în suicide ... La douleur des grands artistes !
il y a 23 heures· J’aimeJe n’aime plus
Christopher Barnettmarie-eve, îrst i wanted to make this connection with what lor wrote. there has never been present in a writer, anything near as omnipresent as lowry. there exist also the sister of death, or worse than death, risk. never has the risk been so clear than in all, all of lowry's work. it is odd that the two writers (& i read in a number of languages) that have changed our notion of writing are the two writers malcolm lowry & roberto bolano both who worked from mexico. there is too the poet alejandra pizarnik whose life also was preîgured by death -