Accompagnement-formation d’une pratique réflexive-interactive féministe : Le cas de Relais-femmes
142 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Accompagnement-formation d’une pratique réflexive-interactive féministe : Le cas de Relais-femmes , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
142 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’organisme Relais-femmes est passé de la formation à un accompagnement-formation qui se détache nettement des pratiques traditionnelles de formation et de transmission unilatérale des connaissances. Ce modèle novateur, qui suppose un dialogue constructif entre les parties en présence pour coproduire des connaissances et qui réserve une place importante à l’autoévaluation comme exercice de mise à distance, est présenté dans cet ouvrage.
Sept conditions incontournables forgent la démarche d’accompagnement-formation :
1. une approche féministe ;
2. des changements de pratiques par des remises en question ;
3. une pratique réflexive-interactive approfondie ;
4. une mise à distance pour éviter les biais engendrés par les émotions ;
5. la coconstruction et l’intégration d’une posture de collaboration professionnelle ;
6. l’équité et la cohérence entre paroles et actions ;
7. des traces écrites nécessaires à l’évaluation de l’évolution.
La lecture de cet ouvrage contribue à l’appropriation de ces incontournables, appropriation qui ne peut se passer de discussions entre collègues, d’expérimentations et de retours sur les actions.
L’ouvrage permet de constater la richesse des retombées de l’accompagnement-formation, qui permet d’accroître la capacité d’action des groupes et leur autonomie dans la sélection et la coproduction de connaissances utiles à leur pratique collective, qui met en valeur la contribution des connaissances des unes et des autres que permet une dynamique réflexive-interactive et qui fait ressortir l’importance du travail en collégialité vers des objectifs partagés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 août 2015
Nombre de lectures 2
EAN13 9782760543119
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0700€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Presses de l’Université du Québec 
 Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 657-4399 Télécopieur : 418 657-2096 Courriel : puq@puq.ca Internet : www.puq.ca
Diffusion / Distribution :
Canada Prologue inc ., 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7 Tél. : 450 434-0306 / 1 800 363-2864
France AFPU-D – Association française des Presses d’universitéSodis , 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77403 Lagny, France – Tél. : 01 60 07 82 99
Belgique Patrimoine SPRL, avenue Milcamps 119, 1030 Bruxelles, Belgique – Tél. : 02 7366847
Suisse Servidis SA , Chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse – Tél. : 022 960.95.32

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Lafortune, Louise, 1951-
Accompagnement-formation d’une pratique réflexive-interactive féministe : le cas de Relais-femmes
Comprend des références bibliographiques.
ISBN 978-2-7605-4309-6
1. Relais-femmes (Association). 2. Accompagnement en entreprise. 3. Groupes de femmes – Gestion. 4. Développement communautaire – Associations – Gestion. 5. Groupes de femmes – Québec (Province) – Gestion. I. Titre.
HF5549.5.C53L33 2015 658.3’124 C2015-940660-9

Conception graphique
Richard Hodgson
Mise en pages
Info 1 000 Mots
Conversion au format EPUB
Samiha Hazgui
Dépôt légal : 3 e trimestre 2015 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada
© 2015 – Presses de l’Université du Québec 
 Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés


PRÉFACE
Il y a de ces rencontres qui ne peuvent être considérées uniquement comme le fruit du hasard. La rencontre entre Relais-femmes et Louise Lafortune autour d’enjeux pédagogiques et féministes fait partie de ces rencontres nécessaires.
En effet, quoi de plus fort que le partage véritable de valeurs, de croyances et de principes d’intervention pour établir un partenariat potentiellement fructueux ? C’était là le point de départ, l’idée de base qui a conduit à la confection de cet ouvrage. Puis, il y a eu cette vision commune de la cohérence entre théorie et pratique, cette volonté unanime de prendre le temps de se demander : comment les valeurs féministes d’égalité, de participation et de justice sociale peuvent être cohérentes avec les gestes posés dans une pratique particulière de transfert des connaissances ? Ce désir d’outrepasser cette fameuse opposition théorie/pratique, de passer de la parole aux gestes, a permis à Louise Lafortune et à ses collaboratrices de cheminer ensemble, d’apprendre les unes des autres, d’accepter d’être parfois en déséquilibre sur le plan cognitif afin de coconstruire un savoir partagé et enrichi porteur pour les groupes de femmes et leur intervention face aux inégalités vécues entre les hommes et les femmes, et entre les femmes elles-mêmes.
Louise Lafortune et Relais-femmes ont expérimenté un modèle – qu’elles proposent ici – d’accompagnement-formation novateur qui se détache nettement des pratiques traditionnelles de formation et de transmission unilatérale des connaissances. Ce modèle suppose un dialogue constructif entre les parties en présence dans une formation ou un accompagnement. La démarche a aussi ceci de particulier qu’elle interrelie un travail d’approfondissement et de création de connaissances et un travail d’accompagnement de groupes afin que les connaissances mobilisées puissent être intégrées aux pratiques quotidiennes et participer ainsi au renouvellement de ces dernières. Il n’y a rien d’étonnant à ce que les travailleuses de Relais-femmes se soient elles-mêmes prêtées à un tel exercice d’accompagnement-formation ; cet organisme déploie en effet de nombreux efforts, depuis sa création en 1980, afin de stimuler et d’encadrer les indispensables liens entre les milieux de la recherche universitaire et les groupes de femmes. Comme collègues de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), nous avons nous-mêmes à maintes occasions organisé avec Relais-femmes des débats sur la recherche en partenariat ainsi que sur l’importance de faire circuler les connaissances, d’en améliorer l’accessibilité et de revoir les façons de les coproduire et de les utiliser afin d’accroître leur influence sur les pratiques féministes.
Dans notre société marquée par de nombreuses mutations politiques, sociales et économiques, et dans laquelle émergent de nouveaux besoins liés aux enjeux de l’évolution des rapports entre les sexes et de l’hétérogénéité des expériences inégalitaires vécues par les femmes, la perspective réflexive-interactive et féministe en contexte d’intervention qui est développée dans cet ouvrage s’avère utile pour composer avec ces réalités complexes. En effet, il importe plus que jamais de créer des liens ainsi que de partager des connaissances et des expertises pour contrer les processus sociaux qui produisent et reproduisent l’oppression des femmes et mettent en marge celles d’entre elles qui vivent concurremment des inégalités multiples – en particulier les femmes immigrantes, les femmes racialisées et autochtones, les femmes handicapées, les lesbiennes et les femmes vivant dans la pauvreté.
La collaboration étroite entre les praticiennes-chercheures de Relais-femmes et la professeure-chercheure Louise Lafortune, amorcée en 2007, a débouché sur des pistes d’intervention novatrices. En témoigne entre autres le cas du comité Appauvrissement des femmes, un comité de la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie. Sans retracer tout le déroulement de cette collaboration et en présenter les divers enjeux, précisons simplement que Relais-femmes, constatant le peu d’effet de son rôle d’agent de transfert sur l’agentivité du groupe, a entrepris de changer son approche habituelle. Aidé par Louise Lafortune, Relais-femmes s’est engagé dans la démarche de formation-accompagnement. Sa pratique est passée d’une perspective somme toute assez classique, consistant à répondre à une demande de transmission d’informations et de connaissances en la relayant au besoin à des expertes universitaires, à une logique d’accompagnement-formation fondée sur une démarche de réflexivité interactive et d’appropriation de nouvelles connaissances. Cette approche qui tient compte des savoirs existants a eu pour résultat que les membres du comité ont progressivement été en mesure de développer leurs propres analyses des situations problématiques et ont pu trouver elles-mêmes les ajustements, les compétences et les changements nécessaires pour atteindre leurs objectifs. Le comité Appauvrissement des femmes se fait fort maintenant des ateliers donnés sur la négociation financière au sein du couple et des initiatives qu’il a prises relativement à des mesures de conciliation travail-famille. De plus, il agit comme partenaire actif dans le cadre d’une recherche partenariale avec Relais-femmes et l’UQAM.
On constate la richesse des retombées de ce type de collaboration qui s’inscrit dans la durée. Cette collaboration permet d’accroître la capacité d’action des groupes et leur autonomie dans la sélection et la coproduction de connaissances utiles à leur pratique collective. Elle met en valeur la contribution des connaissances des unes et des autres que permet une dynamique réflexive-interactive. Elle fait ressortir la valeur du travail en collégialité vers des objectifs partagés.
L’accompagnement expérimenté par Relais-femmes adopte une posture socioconstructiviste qui repose sur une démarche réflexive-interactive et féministe. La dimension féministe de la démarche se manifeste à travers différents principes fondés sur une remise en question des hiérarchies traditionnelles et des rapports de pouvoir tels que l’égalité et l’équité, la décision démocratique, l’autocritique et l’intercritique, la collaboration, l’entraide, la reconnaissance des contributions de toutes et l’action collective. L’asymétrie de l’accès aux ressources intellectuelles et matérielles ainsi que la dimension affective trop souvent occultée des pratiques sociales sont également des réalités prises en compte dans le travail d’accompagnement. Ce fut un bonheur pour nous de voir ici intégrées dans une nouvelle configuration éducative ces valeurs dominantes de l’éthique féministe.
En tant que telle, la posture socioconstructiviste implique de reconnaître que les personnes apprennent en interaction avec les autres, mais aussi que chaque construction est unique, bien qu’elle puisse être partagée. Dans ce contexte, la communication interpersonnelle prend alors toute son importance. En effet, l’écoute, le questionnement, la rétroaction, mais aussi des valeurs in

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents