Les aventures du pirate Labille 03 : Direction boisé
37 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Les aventures du pirate Labille 03 : Direction boisé , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
37 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les aventures du pirate Labille ne se sont pas terminées à la fonte des neiges, loin de là ! Avec le gazouillement des petits oiseaux, le beau temps réveille les pirates et donne à d'autres amis, notamment Zoé qui est devenue leur nouvelle voisine, l'envie de se joindre à l'équipage. Dans le boisé, les jeunes corsaires se construisent un nouveau repaire. Toutefois, ils n'y parviennent pas sans embûche, car Julien et sa bande de voyous sont toujours dans les parages.
Mélissa Jacques est née en 1980 à Sorel-Tracy. Passionnée de lecture, c'est en cachette qu'elle a écrit son premier roman jeunesse. Préposée à la bibliothèque et animatrice à ses heures, Mélissa aime s'entourer de livres.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 novembre 2017
Nombre de lectures 0
EAN13 9782896995899
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0014€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Chapitre 1

Pirate






M oi c’est Billy. Pour faire une histoire courte, l’été dernier, en manque de sensations fortes, je suis parti à l’aventure. Comme par magie, je suis devenu pirate. Eh oui ! un pirate. Pourquoi ? Je ne le sais pas. Il paraît qu’il faut se fier à son instinct. C’est ce que j’ai fait. C’est ainsi que le pirate Labille est devenu mon autre moi.
Mes amis et moi avons vraiment passé un été magique et inoubliable, mais bien vite la magie s’est envolée. L’été nous a quittés et a laissé place à... l’école ! Malgré lui, le pirate Labille a pris le bord. Mais sois sans crainte ! Il n’est pas tombé du navire. Il ne s’est pas fait manger par un requin non plus, ni capturer par une pieuvre géante. Il n’y a personne qui l’a poussé, ni assommé et jeté à l’eau contre son gré. En fait, il a plutôt été mis au rancart, ou si tu préfères, serré dans le fin fond d’un tiroir rempli de bas. Ah ! La vie de pirate, ce n’est pas toujours de tout repos. Imagine ! Être enterré vivant avec de vieilles chaussettes qui sentent le vieux fromage. Beurk !
Le pirate Labille n’était pas prêt à déclarer forfait. Il attendait seulement le bon moment pour refaire surface. Alors que les pirates ont la réputation d’errer dans des endroits où il fait chaud, c’est au milieu de l’hiver, alors qu’il faisait assez froid pour marcher sur l’eau devenue glace, que Labille a ressurgi.
La pêche sur la glace, ça peut sembler ennuyant, mais pas pour un pirate débordant d’énergie et d’imagination qui, surtout, est entouré d’amis loyaux.




Chapitre 2

Direction nord






S ur la glace, en habit de neige, emmitouflé jusqu’au bout du nez, on s’attend à bien des choses, mais surtout pas à faire la connaissance d’une fille dont les beaux yeux nous mettent dans tous nos états. Eh bien, c’est de cette manière que j’ai rencontré la mystérieuse et unique Zoé.
Des filles, j’en connais une couple. Il y a ma sœur et aussi la belle Julianne de l’école, mais des filles comme Zoé, il y en a une seule ! C’est étrange. Je connais une montagne de personnes, je parle à tout le monde, même aux filles, mais tous mes amis, jusqu’à l’été dernier, étaient des garçons. Maintenant, il y a aussi Zoé qui fait partie de notre groupe.
Zoé, je ne la connaissais pas. Je n’en avais même jamais entendu parler. Une Zoé comme elle, je n’aurais même pas été capable de l’imaginer. Ouf ! Une chance que quelqu’un l’a fait. La vie aurait été vide, incomplète, plate et monotone sans elle. Je rigole ! Chose certaine, ce jour-là, je n’ai pas fait la connaissance d’une fille ordinaire, mais bien de ma meilleure amie. Ma meilleure amie fille, bien entendu.
Cet hiver-là en a été un d’attente ! Attendre que les secondes s’activent, que les minutes s’émiettent, que les heures s’effritent, que les jours passent, pour qu’enfin l’horloge puisse cesser de me faire souffrir et annonce la fin des cours du vendredi. Même les activités que j’ai toujours aimé accomplir étaient devenues trop longues et sans intérêt. Je n’avais qu’une envie, être au village des pêcheurs avec mes amis et... avec Zoé.




Chapitre 3

La cabane






N os fins de semaine, c’est à cinq que nous les avons passées. Antoine, Félix, Alexandre, Zoé et moi. Oups ! J’allais oublier Pistache, le grand danois de Zoé. Malheureusement, Ciboulette, ma chatte ou plutôt ma perroquet-chatte chien de poche, alias Boulet, n’a pas voulu mettre une patte en dehors de la maison. Ses moustaches se raidissaient seulement à regarder par la fenêtre. De toute façon, je ne suis pas certain qu’elle aurait fait bon ménage avec Pistache.
Nous ne restions jamais bien longtemps dans la cabane à pêche de mon père. Nous y faisions un saut seulement si la température nous transformait en glaçons, quand nous voulions revenir à notre état normal. Nous en profitions pour boire un grand verre de chocolat chaud. C’est une source débordante d’énergie. J’entends par là que le sucre nous coulait par les narines, lorsque nous retournions nous camoufler dans la cabane de Zoé. Nous ne prenions jamais le même chemin car, comme toujours, Julien, le frère d’Antoine, et sa bande tentaient de nous suivre afin de trouver notre repaire. Mais ils n’étaient pas très futés, alors nous les semions facilement, car l’idée de nous chercher en hauteur ne leur effleurait pas l’esprit.
Bien à l’abri des regards indiscrets, nous avons passé l’hiver à nous raconter des histoires, à faire surgir les pirates qui sommeillaient en nous et à partir à l’aventure. Jusqu’au jour où...




Chapitre 4

La fonte






U n vendredi soir après l’école, je devrais plutôt dire LE vendredi, celui dont je me souviendrai toute ma vie, mon univers s’est effondré. Mon père, que j’aime profondément, m’a brisé le cœur.
— Billy, pour la millionième fois, nous ne pouvons pas aller sur la glace, me répète mon père d’un ton fatigué.
— Mais papa, je dois absolument y aller.
— Billy, aujourd’hui il a fait plus chaud que la normale et...
— Mais papa...
— Billy, la glace est trop mince.
— Tu ne comprends pas.
— Billy, c’est dangereux.
— Mais...
— Je comprends que tu veux voir tes amis...
— Non ! Tu ne comprends pas, dis-je fâché.
— Billy, tes amis, tu les verras ici ou bien chez Félix.
— Mais papa...
— Billy, cette discussion est terminée. Point final, conclut-il en me coupant la parole et en sortant de la pièce.
— Argh !
Tu m’as bien entendu. Je grogne en serrant les poings et en les baissant fermement dans le vide !
Antoine, Félix et Alexandre, c’est une chose, mais Zoé ! Qu’est-ce que je... nous allons faire sans elle ? Elle fait partie de notre groupe maintenant. En plus, elle ne vient même pas à notre école et elle habite sur l’île Moukmouk. Nous les gars, on se voit tous les jours, mais Zoé, c’est seulement sur la glace qu’on la voit. Dire que ses parents sont prêts à faire des milliers de kilomètres pour taquiner les poissons, mais là, alors que l’hiver tire à sa fin, ils vont disparaître.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents