Absolution
286 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Absolution

-
traduit par

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
286 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description


Mais ce que je ressentais le plus, c'était la perfection que ces deux hommes m'apportaient. Et je sus à ce moment-là que je ferais n'importe quoi pour la préserver. N'importe quoi. - Cole


Après quatre années passées à l'étranger, l'artiste Jonas Davenport revient à la maison pour réaliser son rêve de posséder son propre studio et galerie d'art. Mais, alors qu'il est prêt à mettre son obscur passé derrière lui pour toujours, celui-ci revient le hanter avec une ardeur redoublée.


La seule chose qui retient l'ex-policier Mace Calhoun de retourner son propre pistolet contre lui après une perte douloureuse est son rôle dans une organisation souterraine cherchant à obtenir justice pour des innocents en prenant la vie des coupables. Mettre fin à la vie du jeune artiste qui avait commis des crimes indicibles contre les victimes les plus vulnérables aurait dû être la chose la plus facile au monde. Alors, pourquoi ne peut-il appuyer sur la gâchette ?


Après des années de combats dans une guerre dévastatrice et sans fin, le Navy Seal Cole Bridgerton rentre à la maison pour se livrer à une tout autre bataille – faire face à la découverte que la jeune soeur qui a fui la maison huit ans plus tôt est perdue à jamais. Il a besoin de réponses et la seule personne pouvant les lui donner est un jeune homme luttant pour se reconstruire. Mais il ne s'attendait pas à ressentir quelque chose de plus fort pour l'artiste torturé. Cole et Mace. L'un vit selon les règles, l'autre fait les siennes. L'un veut rendre justice par la loi tandis que l'autre veut utiliser son arme. Deux hommes, l'un lumière, l'autre obscurité, se retrouveront eux-mêmes et l'un l'autre lorsqu'ils seront obligés de collaborer afin de protéger Jonas d'un mal invisible qui ne reculera devant rien pour faire taire à jamais le jeune artiste. Mais les cicatrices de chaque homme sont profondes, si bien que la force de leur trio pourrait ne pas être suffisante pour les sauver. . .


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 58
EAN13 9782376760788
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait



Après quatre années passées à l'étranger, l'artiste Jonas Davenport revient à la maison pour réaliser son rêve de posséder son propre studio et galerie d'art. Mais, alors qu'il est prêt à mettre son obscur passé derrière lui pour toujours, celui-ci revient le hanter avec une ardeur redoublée.


La seule chose qui retient l'ex-policier Mace Calhoun de retourner son propre pistolet contre lui après une perte douloureuse est son rôle dans une organisation souterraine cherchant à obtenir justice pour des innocents en prenant la vie des coupables. Mettre fin à la vie du jeune artiste qui avait commis des crimes indicibles contre les victimes les plus vulnérables aurait dû être la chose la plus facile au monde. Alors, pourquoi ne peut-il appuyer sur la gâchette ?


Après des années de combats dans une guerre dévastatrice et sans fin, le Navy Seal Cole Bridgerton rentre à la maison pour se livrer à une tout autre bataille – faire face à la découverte que la jeune soeur qui a fui la maison huit ans plus tôt est perdue à jamais. Il a besoin de réponses et la seule personne pouvant les lui donner est un jeune homme luttant pour se reconstruire. Mais il ne s'attendait pas à ressentir quelque chose de plus fort pour l'artiste torturé. Cole et Mace. L'un vit selon les règles, l'autre fait les siennes. L'un veut rendre justice par la loi tandis que l'autre veut utiliser son arme. Deux hommes, l'un lumière, l'autre obscurité, se retrouveront eux-mêmes et l'un l'autre lorsqu'ils seront obligés de collaborer afin de protéger Jonas d'un mal invisible qui ne reculera devant rien pour faire taire à jamais le jeune artiste. Mais les cicatrices de chaque homme sont profondes, si bien que la force de leur trio pourrait ne pas être suffisante pour les sauver. . .


' />
Publié par JUNO PUBLISHING 2, rue Blanche alouette, 95550 Bessancourt Tel : 01 39 60 70 94 Siret : 819 154 378 00015 Catégorie juridique 9220 Association déclarée http://juno-publishing.com/ Absolution Copyright de l’édition française © 2017 Juno Publishing Copyright de l’édition anglaise © 2016 Sloane Kennedy Titre original : Absolution © 2016 Sloane Kenndey Traduit de l’anglais par Marion Pérès Relecture française par Valérie Dubar & Jade Baiser Conception graphique : © Cate Ashwood
Tout droit réservé. Aucune partie de ce livre, que ce soit sur l’ebook ou le papier, ne peut être reproduite ou transférée d’aucune façon que ce soit ni par aucun moyen, électronique ou physique sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans les endroits où la loi le permet. Cela inclut les photocopies, les enregistrements et tout système de stockage et de retrait d’information. Pour demander une autorisation, et pour toute autre demande d’information, merci de contacter Juno Publishing : http://juno-publishing.com/
ISBN : 978-2-37676-078-8 Première édition française : mai 2017 Première édition : avril 2016 Édité en France métropolitaine
Table des matières Avertissements
Remerciements
Prologue
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Épilogue
À propos de l’Auteur
Résumé
Avertissements Ceci est une œuvre de fiction. Les noms, les person nages, les lieux et les faits décrits ne sont que le produit de l’imagination de l’auteur , ou utilisés de façon fictive. Toute ressemblance avec des personnes ayant réellement ex istées, vivantes ou décédées, des établissements commerciaux ou des événements ou des lieux ne serait que le fruit d’une coïncidence. Ce livre contient des scènes sexuellement explicite s et homoérotiques, une relation MM et un langage adulte, ce qui peut être considéré co mme offensant pour certains lecteurs. Il est destiné à la vente et au divertiss ement pour des adultes seulement, tels que définis par la loi du pays dans lequel vous ave z effectué votre achat. Merci de stocker vos fichiers dans un endroit où ils ne sero nt pas accessibles à des mineurs. Ce livre contient des références à une agression se xuelle contre un enfant. Veuillez donc procéder avec prudence si cela est difficile pour vous.
Remerciements Rita, merci pour tout ce que tu fais pour moi. Tu e s bien plus qu'une bêta lectrice pour moi.
Merci à Jay, Missy et Chloe pour leur bêta lecture. Un merci tout spécial à Kylee pour être venue vers moi quand j'avais le plus besoin de toi, et plus important encore, pour m'avoir rappelé de respirer.
AbsOlutiOn Les pROtecteuRs # 1
SlOane Kennedy
Prologue
JONAS
— Bienvenue chez vous, M. Davenport.
— Merci, James, murmurai-je en faisant un signe de tête au pilote.
Même après plus de quatre années de vols aller-reto ur entre Paris et les États-Unis à bord du luxueux jet privé, je n’avais toujou rs pas réussi à convaincre le pilote, le copilote ou l’hôtesse à m’appeler par mon prénom. C ’était toujours, M. Davenport… un nom que je n’avais pas encore l’habitude d’utiliser après tant d’années passées sans en avoir besoin.
En vérité, il y avait bien longtemps que je n’avais pas été un Davenport – pas depuis le jour où mon père m’avait traité de pédé e t m’avait laissé cinq minutes pour emballer mes affaires et foutre le camp. Je n’avais que quatorze ans à l’époque, mais heureusement, j’avais été assez intelligent pour la isser mes comics et mes jeux vidéo derrière moi et prendre des vêtements propres, mon livret de compte d’épargne, les vingt-trois dollars en pièces de vingt centimes que j’avais fourrés dans ma tirelire Spiderman pendant presque toute l’année, et bien sû r, mon carnet de dessin. J’avais détesté abandonner mes mélanges minutieux de peintu res et mes pinceaux, mais j’avais espéré que mes parents les conservent, eux et les dizaines de tableaux qui jonchaient les murs de ma chambre, jusqu’à ce que j e puisse venir les chercher. Ils n’avaient rien gardé.
Être un Davenport n’avait jamais été facile, mais j e m’en étais sorti étonnamment bien. Sans doute parce que j’avais vite appris que si mes parents étaient satisfaits de l’image que je renvoyais à ceux qui faisaient parti e de leur cercle social, j’avais plus de chance d’en tirer des bénéfices. J’échangeais mes b onnes notes, ma politesse irréprochable et mon obéissance sans faille contre des fournitures d’art et des cours, ainsi que des excursions quasi hebdomadaires dans t ous les musées d’art de la Nouvelle-Angleterre.
Et ce jusqu’à l’âge de treize ans, quand mes parent s décidèrent que mon QI de génie devait être cultivé dans une école privée d’é lite en Suisse. Ce qui n’avait rien à voir avec le fait qu’ils avaient prévu une excursio n d’un an autour du monde sur le yacht de leurs amis, comme ils me l’assurèrent maintes fo is durant les mois et les jours qui précédèrent mon départ.
Exactement un an plus tard, j’étais de retour chez moi dans le magnifique penthouse de mes parents à Bacon Hill, essayant de leur expliquer comment j’avais été renvoyé pour avoir embrassé le fils d’un très riche ambassadeur britannique. L’explication évidente comme quoi j’avais embrassé ledit garçon parce que j’en avais eu envie ne m’avait pas valu la leçon que j’avais i maginée… elle m’avait fait gagner un aller simple par la porte d’entrée sous le regard d e ma mère, des larmes coulant le long de son visage parfaitement maquillé. J’avais ressen ti un obscène élan d’espoir en la voyant et j’avais attendu qu’elle s’interpose et me tte fin à toute cette histoire, mais cela n’avait duré que le temps qu’il m’avait fallu pour l’entendre demander à mon père pourquoijeleur avais fait ça. C’est à ce moment-là que j’avai s compris que ses larmes n’étaient paspourmoi, elles étaientà causede moi.
Après cela, un foyer cessa d’être un lieu physique pour moi et ce ne fut pas avant presque une année de plus que je découvris que « fo yer » ne voulait pas
nécessairement dire un toit au-dessus de la tête. — Jonas ! Je trébuchai presque sur la première marche de l’es calier qui descendait du jet sur le tarmac quand j’entendis le cri aigu, et je n e pus retenir le large sourire qui s’afficha sur mon visage à la vue de ma famille qui se tenait devant le SUV, une immense banderole en papier sur laquelle était écri tBienvenue chez toi Jonasentre les mains.
Mes yeux tombèrent sur les deux enfants qui sautaie nt sur place, passèrent brièvement sur le grand homme aux cheveux sombres q ui tentait désespérément de retenir le gigantesque mastiff qui tirait sur sa la isse pour se libérer, et se posèrent finalement sur la jeune femme au centre.
Même de là où je me tenais à l’entrée du jet, je po uvais voir des larmes rouler le long de ses joues. C’était elle mon foyer. Elle l’a vait été depuis le moment où elle m’avait sauvé la vie huit ans plus tôt.
— Oncle Dev ! cria la petite fille à l’homme derriè re elle et je vis qu’il la retenait par le col de sa robe pour l’empêcher de se jeter sur m oi comme elle voulait visiblement le faire.
Me disant qu’il ne voulait pas qu’elle approche des réacteurs du jet qui s’éteignaient, je me dépêchai de descendre les marc hes et de les rejoindre à la voiture. Une fois que j’eus franchi la ligne invisible que l ’homme avait mentalement établie, il lâcha le chien et la petite fille en même temps. Incroyablement, la petite fille m’atteignit en prem ier, mais le chien n’était pas loin derrière. — Salut mon bébé, lui dis-je en enveloppant le corp s de l’enfant dans mes bras et en la soulevant alors que le Mastiff s’écrasait con tre moi. J’avais l’habitude des tactiques de Samson, et je p arvins à rester debout en le caressant rapidement. — Maman dit que tu ne vas pas repartir, dit la peti te fille en prenant mes joues entre ses mains pour me maintenir droit comme si el le avait besoin de me regarder dans les yeux afin de savoir si je dirai la vérité en répondant.
— Ta maman a raison, Izzy, lui dis-je.
Son cri strident me fit retenir un autre sourire al ors que la petite de huit ans jetait ses bras frêles autour de mon cou. Entendre Isabel Prescott appeler ma meilleure amie maman était toujours étrange pour moi. Non pas parc e que je doutais de la relation entre Casey et la petite fille qui était en réalité sa nièce, mais parce qu’ironiquement, Izzy appelait encore Devlin Prescott, le mari de Ca sey, son oncle bien qu’ils n’aient aucun lien de sang, mais qui avait été présent dans sa vie plus longtemps même que la mère qui était morte peu de temps avant le quatrièm e anniversaire d’Isabel.
Mais j’en avais vu assez pour savoir que la relatio n entre Devlin et Isabel était celle d’un père et de sa fille, et l’absence de cer taines appellations ou d’un ADN commun n’y changerait jamais rien. Alors que je tra versais le tarmac avec Izzy qui versait un flot de questions dans mon oreille, je p ris dans mes bras le petit de douze ans, Ryan Prescott, qui ressemblait de plus en plus à son père chaque année.
— Tu ne fais pas de bêtises ? demandai-je, en ébouriffant les cheveux de Ryan. — Non ! répondit pour lui Izzy et Ryan se mit à rou gir. Il est amoureux d’une fille, annonça-t-elle et le pauvre Ryan eut l’air mortifié . J’eus un petit rire et vins cogner son poing avec l e mien.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents