L'arc d'or : Tome 3 , livre ebook

icon

452

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2023

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

452

pages

icon

Français

icon

Ebook

2023

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Les lunes brillent, se cachent et murmurent leurs secrets. La guerre menace le feu libre de la cité d’Antanor et partout, les cœurs tremblent.


Azallu doit choisir entre l’amour et le devoir. On lui demande de se donner corps et âme pour espérer contrer la vague de violence qui s’annonce, mais sous la pression, elle étouffe. Et si elle perdait tout ? Et si l’homme de sa vie périssait ?


Il lui faut avancer sans s’égarer, sans disparaître, sans changer et surtout, avant que le traître ne s’empare de son âme !

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

21 mai 2023

Nombre de lectures

2

EAN13

9782925308034

Langue

Français

L’arc D’or  
 
Tome 3   : L’éveil du mort
Série en 3 volumes
 
1. Les écailles de l’âme, La voix des lunes
2. L’arc d’or, Le maître sorcier
3. L’arc d’or, L’éveil du mort
Éditions Dreelune 6399 avenue Casgrain H2S 2Z2, Montréal, Canada Email : editionsdreelune@gmail.com
L’arc d’or, tome 3 : L’éveil du mort © Éditions Dreelune, 2023 Tous droits réservés Illustration couverture © Mylène Ormerod 2023 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec 2023 Bibliothèque et Archives du Canada 2023
ISBN format imprimé : 978-2-925308-04-1 ISBN format PDF : 978-2-925308-02-7 ISBN format EPUB : 978-2-925308-03-4
Autrice : Mylène Ormerod Correction : Sandra Vuissoz
 
Mylène Ormerod
 
 
L’arc D’or
 
 
Tome 3 : L’éveil du mort
 
 
Éditions Dreelune
 
Lexique   :
 
 
 
Travel : planète autour de laquelle gravitent trois lunes mystérieuses. Elle est peuplée de trois espèces bien distinctes  : les humains, les sorciers et les mages. Ces derniers se différencient des deux autres par une certaine complexité. Ils sont regroupés en trois grandes catégories  :
 
Les Ilemens : êtres capables d’utiliser et de manipuler les ressources naturelles (eau, air, terre et feu) qui les entourent. Comme ces quatre éléments, ils sont instables. La soif de pouvoir noircit le cœur de certains, qui se transforment alors en mages corrompus. Ils abandonnent leur âme à seule fin d’acquérir toujours plus de puissance. En tuant leur humanité, ils deviennent incontrôlables. Pour en anéantir un, il faut parfois mobiliser toute une armée. Il est très difficile d’en venir à bout, car ils ne ressentent plus rien.
 
Les Gyramens  : plus robustes que les Ilemens, les variations des éléments naturels ne les atteignent que très peu. C’est leur inébranlable volonté qui fait leur force. Ils se distinguent au combat au corps-à-corps grâce à des armes qu’ils créent eux-mêmes. Ils invoquent celles qu’ils ont imaginées et sont alors capables de les matérialiser. Cet art nécessite beaucoup d’entraînement ainsi qu’une idée très précise de ce qu’ils veulent réaliser. Les Gyramens ne se laissent pas facilement emporter par leur cœur. Ils sont entièrement dévoués à la protection de la loi et bien plus stables que leurs confrères ilemens. Il est très rare qu’un Gyramen abandonne son âme. Ce sont des guerriers redoutables qu’il vaut mieux ne pas provoquer.
 
Les Suprêmes : mages les plus puissants de Travel. Très peu nombreux, ils utilisent l’ensemble des éléments et ont eux aussi la capacité d’invoquer leurs propres armes. Ils sont tellement impressionnants que tous les craignent. Ces êtres naissent pour diriger. Les Suprêmes règnent en maîtres incontestés sur le monde de Travel. Devant leur force, tous s’écrasent. Quand l’un d’eux accède au pouvoir, il acquiert l’intégralité des connaissances de ses prédécesseurs. Il ne pensera plus qu’à protéger Travel et peu lui importera alors les moyens qu’il devra mettre en œuvre pour y parvenir.
« Il est apparu un jour de tempête, alors que les lunes se ternissaient.
Nous en avons fait un dieu que personne ne pourrait jamais atteindre. »
Trois mères.
 
 
Chapitre 1
 
 
Le doux réveil
 
 
 
Azallu se redressa en grognant. Sa tête lui paraissait peser une tonne, et pire encore, chaque mouvement déclenchait un affreux bourdonnement dans ses oreilles. Ce n’est qu’après une grimace qu’elle finit par reconnaître les lieux : sa chambre et son lit.
— Arf…, souffla-t-elle en se massant les tempes.
— Tu as mal ? gronda soudain la voix de Vallar contre les parois de son crâne.
Le sursaut qu’il lui provoqua attisa cette douleur lancinante. Le sorcier, le dos enfoncé au creux du vieux fauteuil, parcourait un antique ouvrage avant de la considérer d’un œil curieux. Azallu grinça des dents. Il portait une large tunique bleue semblable à un kimono et aurait presque ressemblé à un sage s’il n’affichait pas ce petit air calculateur.
— La nuit a été bien mouvementée, commença-t-il, l’intonation grave.
Azallu ne lui trouvait pas le même air que d’ordinaire : orageux, les tatouages de Vallar changeaient sans cesse de forme et son regard ténébreux restait ancré au sien. Elle se pencha très doucement sur le côté. Que s’était-il passé pour qu’il se montre si inquisiteur ? Elle avait beaucoup trop bu, d’accord, mais il lui semblait que ce n’était pas seulement à cause de cela qu’il la fixait ainsi.
— Mouvementée ? Ai-je mal agi ? s’inquiéta-t-elle, la bouche pâteuse.
Vallar ferma son ouvrage d’un geste sec. Il décroisa les jambes avant de se relever puis de se diriger vers elle. Il s’assit à ses côtés et prit le temps de la contempler. Ses traits tirés laissaient penser qu’il n’avait pas dormi. Il demeura un moment là, à garder le silence, à chercher ses mots, et Azallu se rongea les sangs. Avait-elle été violente ? Par réflexe, elle effleura le creux d’une de ses paumes.
— Mal agi ? répéta-t-il alors d’un air faussement amusé.
Vallar passa une main dans ses cheveux hirsutes sans se départir de son sourire, qu’elle commençait à connaître par cœur. Malgré tout, Azallu décelait l’étincelle d’une lueur inquiète.
— Oh, presque rien, juste quelques effets de style qui ont amené tout le monde à te reconnaître. Le secret de ta présence ici n’aura finalement duré que quelques jours.
Le cœur de la jeune femme s’emballa. Allait-il la chasser et la livrer à Dumeur ? Lui retirerait-il l’asile pour la donner en pâture aux loups ?
— Tu crains que je t’abandonne ? remarqua-t-il, un sourcil levé devant sa mine soucieuse.
— N’est-ce pas là une suite des plus logiques ?
Elle n’osait pas l’affronter et de ce fait, l’observait de biais. Mais elle réalisa vite qu’elle n’avait rien à redouter. Il affichait une assurance sans pareil tandis que ses tatouages se figeaient enfin. Il effectua de lents mouvements calculés afin de se recomposer un air sévère.
— Hier, tu étais très différente et quelque chose m’est apparu avec clarté.
Azallu déglutit, ses poings se resserrant sous l’angoisse. Avait-elle usé de ses pouvoirs ?
— Je ne sais pas comment dire cela, souffla le sorcier. Je ne suis même pas sûr que tu me croies.
Le cœur de la jeune femme tambourinait dans sa cage thoracique. Elle avait plus l’habitude de son arrogance et de son égoïsme que de ces mots hésitants.
— Pourquoi ne te croirais-je pas ? s’enquit-elle sans plus se détourner de lui.
Le maître de la tour passa à nouveau une main dans ses cheveux opaques avant de se gratter le crâne tandis qu’elle souriait de manière contrite.
— Il s’agit de Mhor… À travers toi, il m’a parlé, avoua-t-il enfin.
— Il t’a parlé ? hoqueta-t-elle.
Vallar hocha la tête avant de reprendre d’un ton plus ferme :
— Ça m’a permis de comprendre ce qui m’attirait tant chez toi et de confirmer mon intuition première. Tu t’exprimes comme lui dans sa jeunesse, tu réagis de la même manière, mais hier, j’ai vraiment saisi ce que cela impliquait.
Azallu écoutait, figée dans un état second de stupeur. Son cœur suivait le rythme affolé de ses pensées et Vallar seul semblait apte à l’apaiser. Ce temps où il l’observa, où il l’étudia, parut à ses yeux durer une éternité.
— Toi et lui ne faites qu’un. En vérité, tu n’as toujours été que son ombre. Un corps aux souvenirs perdus et aux pouvoirs plus grands que par le passé.
Azallu ouvrit la bouche, mais seul un râle tortueux s’échappa de ses lèvres. Une part d’elle le savait et une autre se refusait encore à se l’avouer.
— Je…
— Tu dois renouer avec tes origines pour combler ce qu’il te manque, résuma Vallar en se montrant franc.
— Ce qu’il me manque, répéta-t-elle d’un ton éteint.
— Les connaissances, le savoir, la puissance… Ce n’est qu’ainsi que tu sauveras ton père et que tu épargneras ta mère. Dès lors, nos chances de battre Dumeur seront décuplées.
— Et si je disparais en chemin ? Je veux dire, mon moi d’aujourd’hui ?
Azallu ne retenait que cette éventualité, cette unique pensée l’obsédait. Et si elle cessait d’exister ? Et si tout ce qu’elle avait vécu s’évanouissait ? Elle n’était encore qu’une jeune femme sans grande expérience et ses parents tenaient une si grosse place dans son cœur ! Arrêterait-elle de les considérer de la sorte ?
— C’est impossible, déclara le sombre sorcier, parce qu’après tout, une tête de mule comme toi ne peut pas disparaître.
— Ni lui, contredit Azallu. Mhor fait partie de chacune de mes réflexions et même si je l’admire, je le crains aussi. Il était fort, intrépide, mais moi, je ne suis pas pareille.
— Tu te trompes. Bien sûr, je vois ce que tu veux dire… Mais je peux t’assurer qu’il n’a pas toujours été cette légende que tu t’imagines. Il fut un temps où, comme toi, il souffrait de sa différence.
Vallar lui releva le menton afin d’être certain qu’elle entende ses mots :
— Il n’a pas appris à se battre en un jour parce qu’il le souhaitait, mais bien parce qu’il le fallait. Pour sa survie.
Azallu sourit pour lui faire plaisir, mais au fond, n’y croyait pas. Son corps entier s’alourdit. Elle comprit simplement que le choix ne lui appartenait pas.
Mais si je ne fais rien, mes parents périront, songea-t-elle.
— Sais-tu pourquoi le nectar de Bonz est normalement utilisé ? demanda Vallar. Pour entrer en transe, atteindre un point de soi dont on ne connaissait jusqu’alors pas l’existence. Bien sûr, sans préparation aucune, il n’est qu’un breuvage aux effets désastreux. C’est pour cette raison qu’il est interdit à la vente. J’ignore comment ces élèves s’en sont procuré, mais tu aurais pu mourir. Combien de verres as-tu bus ?
Son ton plus dur et la froideur de son expression lui indiquaient que tout mensonge serait malvenu. Elle décelait en lui la colère couver à nouveau.
— Cinq, avoua-t-elle non sans se sentir honteuse.
Azallu se ratatina sur place.
— Cinq, répéta-t-il, songeur, sans rien ajouter de plus.
La magicienne fut surprise de ne lui voir presque aucune réaction. Ils demeurèrent l

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text