Les loups d Hallasta
198 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les loups d'Hallasta

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
198 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Aventure Bit-lit - 403 pages


Judith, rejetée par Elias, pensait qu’en s’éloignant de lui, le puissant lien qui les unit s’estomperait avec le temps. Elle, en France, lui, sur la terre des loups ; rien ne présageait qu’ils se retrouvent un jour.


Mais lorsque le château des lycans est attaqué par de redoutables sorcières de la lointaine contrée d’Etelä, la jeune femme ressent immédiatement la détresse d’Elias, son âme sœur.


Accompagnée de Jess et Kelyan, désormais inséparables, elle surmonte sa peur et n’hésite pas à repartir au cœur de ce territoire dangereux et hostile.



Mais pour sauver les loups d’Hallasta, au risque de leurs vies, ils vont devoir affronter des êtres surnaturels d’une puissance colossale.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 15
EAN13 9782379612855
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Les loup- Les sorcières d’Eteläs d’Hallasta – 2
MANON HALEY
MANON HALEY M entions légales Éditions Élixyria http://www.editionselixyria.com https://www.facebook.com/Editions.Elixyria/ ISBN : 978-2-37961-285-5 Illustration de couverture : Nicolas Jamonneau
PrOLOGUE Judith Depuis notre retour à Jess et moi d’un monde étrange nommé Varulvar, j’ai beaucoup de difficultés à reprendre le cours de ma vie. J’ai l’impression d’étouffer au quotidien. Mes parents, à me couver d’affection, ne m’aident pas. Je ne peux pas leur en vouloir après l’enfer qu’ils ont vécu suite à notre disparition, mais leurs dix messages journaliers sont pesants. J’ai bien tenté de leur expliquer, mais au bout de deux jours d’efforts le naturel revient au galop. Jess, ma cousine, me dit d’être patiente, car six mois c’est court. Pour leur défense, ils pensent que notre ravisseur est toujours dans la nature. La réalité pourtant est bien différente. Il y a environ six mois, à la sortie d’une soirée dans une boîte de nuit, un homme ivre avec lequel Jess et moi avions eu quelques déboires a tenté de nous renverser avec sa voiture. Au lieu de recevoir le choc de plein fouet, nous nous sommes comme évaporées dans les airs. Nous avons perdu connaissance et notre réveil s’est effectué dans un autre monde, au beau milieu d’une forêt. Une minute, nous étions sur un trottoir, celle d’après, allongées sur un lit de feuilles dans les bois. Mes parents nous ont raconté avoir été complètement désemparés lorsqu’ils ont appris notre disparition. Ma cousine étant lieutenant de police, ils ont tout de suite compris que quelque chose de grave nous était arrivé. Vu les circonstances, nous n’avons pas pu leur dire la vérité. Ils pensent que nous avons été kidnappées, puis séquestrées durant quelques jours par un malade mental d’une quarantaine d’années. Nous l’avons décrit comme un homme violent qui nous battait, sans pour autant avoir subi d’autres sévices. Je ne voulais pas qu’ils s’imaginent tout et n’importe quoi. La vérité, bien évidemment, est tout autre, mais comment leur expliquer que nous avons atterri dans un monde parallèle où les humains sont capables de se transformer en animaux. Notre univers a complètement basculé dans l’horreur et le chaos cette fameuse nuit. Nous avons rapidement compris que des métamorphes et des lycanthropes régnaient sur les lieux. Pour couronner notre malchance, ces êtres surnaturels exécraient pour la plupart les humains, les considérant comme une race inférieure. Leur monde se nomme Varulvar et nous nous trouvions sur un ensemble de territoires appelé Hallasta. La meute la plus redoutable, possédant la plus grande partie de ce pays, est celle des lycanthropes qui avait à sa tête un patriarche cruel et dangereux. Nous avons eu la malchance d’arriver à la période de l’année où ils organisent une battue. Durant cet événement, les loups jettent des proies, nous en l’occurrence et d’autres, dans une immense arène construite dans les bois, pour les traquer et les dévorer. Heureusement, nous avons pu compter sur l’aide de mon nouvel ami et colocataire, Kelyan, pour nous venir en aide. Grand, cheveux châtains, aux yeux gris et au corps sculpté dans la pierre, ce bel Apollon s’est révélé être l’âme sœur de ma cousine, soit sa moitié, son double. Les débuts entre eux n’ont pas été des plus faciles, mais ils ont fini par accepter leur lien et forment désormais un très beau couple. Il y a bien encore des altercations entre eux, mais au vu de leurs tempéraments respectifs, le contraire aurait été surprenant. J’ai également rencontré mon âme sœur dans ce périple, en la personne d’Élias, le frère aîné de Kelyan. Malheureusement pour moi, je n’ai pas tiré le bon numéro. Ce beau brun aux yeux gris très clair et au corps de rêve assouvit tous mes fantasmes, mais seulement
dans mes délires nocturnes. Il n’a pas accepté notre lien et je sais que c’est mieux ainsi. Il est dangereux, sanguin, avec un sale caractère. Il a de nombreux préjugés concernant les humains. Je ne comprends pas pourquoi la nature nous a choisis l’un pour l’autre. À part une grande attirance physique, nous n’avons rien en commun. Le lien d’âme sœur est pris très au sérieux que ce soit chez les lycans ou les métamorphes. Ils prétendent que deux personnes imprégnées ne peuvent pas vivre l’une sans l’autre. C’est certainement ce qui a poussé Élias à me sauver en me transformant en louve, mais il faut croire que ce lien d’âme sœur n’est pas aussi puissant que le pensent les êtres surnaturels. Je fais désormais partie de ces espèces de métamorphes, tout particulièrement celle des loups-garous. Le plus dur dans ma nouvelle condition est d’apprendre à gérer mes émotions qui sont constamment exacerbées. Kelyan a dû faire preuve de patience pour me former, mais ses efforts ont fini par porter leur fruit. La transformation en elle-même est un peu douloureuse, mais courir sous ma forme lupine est un pur délice. Je me sens forte, puissante, invincible. C’est le seul moment où je ne suis pas triste. Ma tête sait qu’il est préférable que je reste éloignée de ce loup, bien trop dangereux, mais mon cœur et mon corps s’électrisent, rien que de penser à lui. Il hante mes nuits. Mes rêves sont si torrides que j’en rougis à mon réveil. Je sais que je dois l’oublier et essayer de rencontrer un autre homme, seulement aucun ne trouve grâce à mes yeux. Même mon boulot que j’affectionnais tant me laisse complètement indifférente, surtout depuis que j’ai été amenée à changer de poste. Je ne supportais plus le regard de pitié de mes collègues. Je suis désormais sur un job ennuyeux à souhait où je reste enfermée à longueur de journée, seule dans mon bureau. Kelyan me dit que c’est ma condition de loup qui fait que je ne supporte plus les endroits clos. Je ne sais pas s’il a raison, mais ce qui est sûr c’est que je ne peux pas continuer ainsi. Heureusement, nous avons déménagé en lisière de forêt dans une petite maison de campagne très agréable, dans les Yvelines. Me réveiller le matin en humant l’air frais de la végétation et courir ensuite à travers les bois sont les seuls moments où je me sens réellement en phase avec moi-même. Notre mésaventure a eu le mérite de permettre à Jess de retrouver sa grand-mère, Elina, et de découvrir que ses dons de voyance lui venaient de son père qui devait certainement être un sorcier, et qu’elle était aussi, et surtout, issue d’une longue lignée d’amazones. Ces femmes aussi puissantes que des déesses sont les créatrices de Varulvar, mais elles sont également les conceptrices des métamorphes et des lycanthropes qui le peuplent. Nous avons fêté l’union de Jess et Kelyan, il y a deux jours, dans notre beau jardin décoré avec soin pour l’occasion par Jess et sa grand-mère. Mayron, le cousin de Kelyan et Alya, sa petite sœur se sont aussi déplacés pour la cérémonie. J’étais si contente de retrouver ces deux lycans, ils sont devenus pour moi comme un frère et une sœur. Je ne saurais pas dire si c’est le fait que l’un des leurs m’a transformée, ou si c’est tout simplement notre entraide pour vaincre l’oncle de Kelyan, Tiryon, qui nous a autant rapprochés. Tiryon, cet être abject, a essayé de se débarrasser de nous pour s’emparer de Jess et de ses pouvoirs. Heureusement pour nous tous, nous avons su nous unir dans ce combat et faire front ensemble pour les vaincre, lui et ses sbires. J’ai été très peinée de voir Alya si amaigrie à son arrivée. La trahison de sa grande sœur, qui a pris le parti de son oncle, ainsi que le décès de sa mère Chaya ont eu un impact dévastateur sur la jeune louve. Le trépas de son père, Layan, par la suite, n’a pas arrangé les choses. Il s’est laissé dépérir à la mort de sa femme Chaya, massacrée par Tiryon lors de la tentative de putsch de ce dernier contre Melvin, le chef de meute.
Ils nous ont appris la nouvelle en arrivant. Je sais qu’Alya est une jeune femme forte et courageuse et qu’elle remontera la pente avec le temps. J’ai remarqué qu’elle n’était pas indifférente aux sourires que lui lançait Nico. Jess m’a avoué n’avoir jamais vu celui-ci ainsi avec une femme depuis le décès de la sienne. Élias, quant à lui, n’a pas pu se libérer, trop pris par ses nouvelles responsabilités de chef de meute. Je sais que ce n’est qu’une excuse bidon, qu’il ne voulait tout simplement pas me revoir. Cette constatation me comprime douloureusement le cœur, mais je dois me faire une raison. Le message a toujours été clair, il ne veut pas de moi. Nos amis doivent repartir dans vingt-quatre heures. Kelyan hésite à rentrer avec eux pour assister son frère et voir comment il gère ses nouvelles fonctions après la mort de leur père. Il est peiné de ne pas avoir assisté à la cérémonie pour le décès de celui-ci, mais elle a eu lieu dans les heures qui ont suivi la découverte du corps. Dans tous les cas, il n’aurait pas pu être là à temps. Cela aurait été bien trop compliqué. Elina a décidé de rester quelque temps auprès de Jess pour l’aider dans ses recherches sur le soi-disant accident de ses parents quand elle avait une dizaine d’années. Je me couche exténuée par ces quelques jours de festivités en famille. Je suis épuisée, mais je sais que mon sommeil ne sera pas reposant. Soit mes songes sont hantés par des rêves érotiques où mon âme sœur joue le premier rôle, soit ils sont emplis de cauchemars qui me font revivre en boucle la battue.
Première Partie Retour en Hallasta
CHAPITRE 1 Élias La réunion pour décider du sort de nos traîtres vient de débuter. Il y a six mois, mon oncle, Tiryon, a établi un plan diabolique pour détrôner mon grand-père, Melvin, de son rôle de chef de meute. Cette histoire s’est terminée dans un bain de sang et les deux sont décédés durant les affrontements. Nous avons beaucoup perdu dans cette bataille, moi le premier. Ma mère, Chaya, et ma sœur jumelle, Aélis, y ont laissé la vie. En tant que nouveau chef, je dois montrer l’image d’un homme fort et imperturbable en toute circonstance. La réalité est tout autre. Je souffre terriblement de leur perte, surtout de celle de ma sœur jumelle. Ma petite sœur Alya s’est révélée d’un grand soutien. Je n’ai jamais pris le temps de la connaître, trop arrogant que j’étais pour m’intéresser à une soumise. Les événements ont eu le mérite de nous rapprocher. Notre relation est encore chaotique, mais je dois admettre que je n’ai pas toujours bon caractère et que la patience n’est pas mon fort. J’ai aussi pu découvrir, en la personne de mon cousin Mayron, un allié de confiance et de valeur. Il est bien différent de l’idée que je m’en étais faite. L’image que j’avais de lui était certainement faussée par la complicité qu’il avait avec Kelyan. L’entente avec mon frère a toujours été difficile et nous avons encore quelques différends. Il a décidé de suivre son âme sœur dans le monde des humains, chose que je ne comprends pas. Il l’a rencontrée durant la battue qu’organisait Melvin chaque année. Elle faisait partie des proies. Même si je ne voulais absolument pas la mort de mon grand-père, je dois reconnaître qu’il était loin d’être un bon lycan. Il n’hésitait pas à lâcher des humains et des métamorphes dans une immense arène pour les traquer et les manger. J’ai toujours participé à cette folie sans intervenir pour l’arrêter. Je ne peux donc pas me permettre de trop le critiquer. Une partie de moi, malgré tout, n’y a jamais réellement adhéré. J’aime me battre, tuer et torturer, je suis loin d’être un saint, mais pas dans ces conditions. Jusqu’à présent, nous avons laissé croupir les prisonniers dans des cachots. Je sais déjà quelle aurait été la décision de grand-père à leur sujet : leur exécution. Toutefois, je suis d’accord avec Mayron et Alya quand ils disent que trop de sang a déjà été versé. Avant toute cette histoire, je ne me serais même pas posé la question. J’aurais agi de la même façon que Melvin, froidement, sans aucun remords. Je commence à comprendre peu à peu que tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Je pensais pouvoir compter sur l’aide de mon père malgré nos désaccords. Il avait beau être un dominant, je l’ai toujours considéré comme insignifiant par le passé. J’avais espéré que le décès de mon oncle et de mon grand-père, qui avaient tendance à l’écraser, lui permettrait de recouvrer sa place au sein de la meute. Je m’étais imaginé qu’il serait heureux de m’aider à en reprendre les rênes. Je n’avais pas compté sur l’impact qu’aurait sur lui la mort de notre mère. Rien ne laissait présager une telle issue suite à la rupture de leur lien. Ce dernier s’est révélé aussi puissant que celui d’âme sœur. Cela me conforte dans mon intention de ne pas me lier à la mienne. Je ne veux dépendre de personne de cette façon. J’ai toujours été détaché affectivement de mon entourage hormis de ma sœur jumelle. Néanmoins, sa perte et celle de ma mère m’ont beaucoup changé. Leur mort a éveillé en moi des émotions que je croyais inexistantes. Certaines d’entre elles sont bien trop douloureuses pour que j’envisage de les ressentir à
nouveau. Je viens à peine d’effectuer la cérémonie du décès de mon père, que je suis déjà acculé par les doléances de la meute. Beaucoup me proposent leur aide pour renforcer ma garde personnelle afin de remplacer les combattants morts dans la bataille. Certains hurlent à la vengeance contre les prisonniers, quand d’autres familles me demandent la clémence pour les leurs qui, selon eux, auraient été embrigadés contre leur gré. Je ne m’étais pas imaginé arriver au pouvoir si tôt, mais je dois désormais assumer mes responsabilités. Quand je pense qu’il y a six mois, j’étais encore un jeune mâle qui vivait sa vie comme il l’entendait. Je m’enorgueillissais de savoir que je serais un jour à la tête de la meute. Je m’envoyais en l’air à tout va, comme mon frère Kelyan. Je passais beaucoup de temps avec ma jumelle à courir et chasser sous notre forme lupine. J’aimais me battre avec les dominants de la horde, notamment avec mon meilleur ami Layvin. Pour un lycan, prouver sa puissance est important et je m’en donnais à cœur joie afin de remettre les autres à leur place. Ma vie, dorénavant, ne sera plus jamais la même. Elle a totalement basculé ce jour-là. Je dois rester fort pour les miens, ne pas me laisser dépasser par mes émotions, redevenir l’homme froid, distant et calculateur que j’étais auparavant, tout en prenant les bonnes décisions. Je comprends les familles qui demandent justice, mais je reste lucide sur les événements. Je connais assez mon oncle pour savoir qu’il a dû en menacer plus d’un. Alya m’a avoué avoir un don de sondeuse d’âme, elle m’a proposé son aide pour analyser les félons. J’ai accepté son offre, il est grand temps de me mettre au travail. Au début, j’ai eu peur qu’elle soit trop fragile pour le faire. Son entêtement a eu raison de moi. Après tous les combats qu’elle a menés auprès de nous, je dois admettre qu’elle est bien plus résistante que je le pensais. Les soumis sont loin d’être faibles, contrairement à ce qu’imaginent la plupart des dominants. Quelqu’un frappe à la porte, me sortant de mes pensées : — Entre, Alya, dis-je, ayant reconnu son pas et son odeur. — Mayron et tes hommes ont amené tous les prisonniers dans la salle de bal et les ont enchaînés fermement entre eux. Je suis prête à les sonder. — Très bien, j’arrive. Au lieu de repartir, elle m’observe avec nervosité. Elle semble hésiter à me parler. Je sais qu’une partie de moi lui fait encore peur. Elle arrive tout de même à surmonter ses craintes et me tenir tête quand la situation l’exige. J’espère qu’un jour nous pourrons être aussi proches qu’elle l’est avec Kelyan. — Il y a autre chose, Alya ? — Oui, finit-elle par lâcher dans un murmure. — Viens t’asseoir cinq minutes. Elle prend place face au bureau dans le siège dans lequel je me tenais, il n’y a pas si longtemps. — Je voulais te parler de Layvin et du mariage qui était prévu avant le décès de grand-père, débite-t-elle en reprenant un peu de contenance. — C’est vrai que nous ne sommes pas revenus sur le sujet. Si tu décides de ne pas l’épouser, je lui parlerai. — Je ne veux pas. Je sais qu’il est ton ami, mais la façon dont il me regarde me fait froid dans le dos. Je ne souhaite pas un époux comme lui.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents