Néj éternel
30 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Néj éternel , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
30 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Faustine et son groupe d’amis partent pour une randonnée en plein massif du Mont-Blanc.


Guidés par Alexis, un alpiniste chevronné, ils séjournent dans divers endroits et profitent de la beauté immaculée des montagnes enneigées en cette saison.


Mais l’excursion tourne au cauchemar lorsque survient un accident d’hélicoptère non loin d’eux.



Emportée par une avalanche, Faustine est séparée de ses camarades et fait une rencontre pour le moins... déconcertante.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2
EAN13 9782819106531
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Claudie J. Martin
 
 
Nej éternel
 
 
« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »
 
 
© 2020 Les Editions Sharon Kena
www.skeditions.fr
Table des matières
Table des matières
I
II
III
IV
V
VI
VII
I
Armée d’une tasse de chocolat chaud, je m’assieds à mon bureau et regarde tristement l’écran de mon PC. Youtubeuse passionnée depuis maintenant plusieurs années, je suis censée faire le montage vidéo de mon séjour dans le massif du Mont-Blanc et le publier au plus vite.
Mais voilà, le voyage ne s’est pas déroulé comme prévu. Et bien que beaucoup des péripéties que j’ai vécues pourraient me permettre de réaliser un vlog incroyable, certaines d’entre elles ne devront clairement pas être mentionnées.
Je saisis ma caméra et l’allume en la mettant en mode lecture. En appuyant sur play , je redécouvre un passage qui parvient à me tirer un mince sourire. Sur le petit écran, on voit un mur de pierre et une chaise vide.
— C’est pour mon vlog, m’entend-on dire.
Et après un court instant de silence, j’ajoute :
— Non, vlog. C’est comme un blog, mais c’est sur support vidéo. Je vais poster tout ça sur ma chaîne YouTube, enfin si tu es d’accord pour y apparaître…
Je stoppe la lecture et soupire. Les souvenirs ressurgissent. De fines larmes viennent s’aventurer sur mes joues lorsque je repense encore à cette semaine que j’ai passée dans ce bivouac perdu au beau milieu de cette forêt enneigée.
 
***
 
Alexis, un de mes amis du campus, nous avait invités à séjourner deux semaines chez lui à Turin pour les vacances. Originaire de l’Italie, il était venu en France pour suivre ses études à Chambéry. Alpiniste chevronné, il nous avait programmé une randonnée-séjour dans le massif du Mont-Blanc. Selon lui, tout était bien ficelé et nous devions passer un moment inoubliable durant sept jours au cœur de la nature revêtue de son sublime manteau blanc. Dans un sens, il n’avait pas eu tout à fait tort.
Comment pourrais-je oublier cette expérience ?
Pourtant, malgré le traumatisme, je ne suis pas sûre que si je pouvais revenir en arrière, je voudrais changer quoi que ce soit à ce que j’ai vécu. Juste pour revivre cet instant magique et intense. Ce moment indescriptible qui ne cessera de me suivre toute ma vie.
Le matin de notre départ, je m’étais réveillée suffisamment tôt pour faire l’inventaire de mon équipement et, évidemment, en tant qu’Instagrameuse aussi, j’en avais fait une courte vidéo pour ma story.
— Couteau, pelle pliable, trousse de secours, gants et bonnet de rechange, polaire, bouteilles d’eau, de la nourriture… Bref ! La base indispensable pour une excursion montagnarde, ai-je raconté en me filmant avec mon iPhone. Bien entendu, j’ai aussi pris soin de charger toutes mes batteries externes, mes petites caméras, ainsi que mon téléphone.
Après avoir pris le temps de tout rassembler dans mon gros sac à dos, accoutrée de mon attirail, j’avais fait un selfie et l’avais publié sur les différents réseaux sociaux avec en description : « Et c’est parti pour l’aventure ! »
À ce moment-là, jamais je n’aurais pu me douter que celle-ci se transformerait en un… merveilleux cauchemar ? Je ne pense pas que le terme soit approprié. Devrais-je plutôt parler de rêve maudit ? Je ne sais pas. Je vous laisserai en juger par vous-même.
II
— Faustine ! Tu es prête ? m’a demandé Nathalie.
Elle-même équipée de la tête aux pieds, elle m’attendait patiemment près de la porte de notre chambre. Cette nuit-là, nous avions dormi dans un hôtel de la Vallée d’Aoste, point de départ de notre voyage.
— Oui, voilà. J’arrive !
Nous avons rejoint nos amis, Florian, Jennifer, Erwan et Alexis dans le hall. Ce dernier nous a fait un récapitulatif de l’itinéraire que nous nous apprêtions à parcourir. Rien qu’à l’entendre, j’avais déjà hâte d’être en altitude et respirer à pleins poumons l’air frais et pur de la montagne.
Il n’était que sept heures du matin lorsque nous avons enfin mis notre nez dehors. Tout était encore sombre et la température qui avoisinait le zéro degré nous a saisi la figure. Mais cela n’a rien retiré à notre enthousiasme et à notre motivation d’entamer notre ascension.
Dans la bonne humeur, et malgré la neige, nous avons marché à un rythme relativement soutenu durant deux heures. Nous avons même profité de l’aurore et de ses sublimes lueurs chaudes et chatoyantes. Et lorsque nous avons croisé un premier refuge, nous nous y sommes arrêtés afin de nous restaurer.
— C’est magnifique ! s’est exclamée Jennifer. Vraiment, je ne regrette pas d’avoir changé d’avis.
— Tu vois, je te l’avais bien dit, s’en est félicité Alexis.
Nous avons repris notre marche en direction du Grand Paradis, un sommet des Alpes italiennes situé à environ huit heures de là où nous étions. Les paysages couverts de leur voile blanc étaient à couper le souffle. ...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents