L
55 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

L'histoire d'Haïti racontée aux enfants

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
55 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Mimi Barthélemy fait découvrir Haïti aux enfants du monde entier. L’histoire d’Haïti racontée aux enfants est celle de la petite Mimi, adolescente, qui raconte son pays. Passionnée, elle invite les enfants du monde à survoler quelques grands moments de l’histoire, de la période précolombienne à l’époque contemporaine en passant par l’esclavage. La petite Mimi raconte, dans une perspective plutôt ludique, l’épopée haïtienne.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 mai 2014
Nombre de lectures 6
EAN13 9782897121846
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Mimi Barthélémy

L’HISTOIRE D’HAÏTI
RACONTÉE AUX ENFANTS

ISTWA PEYI DAYITI AK TI MIMI
Illustrations d’Élodie Barthélémy


Traduction créole  : Maximilien Laroche
Illustrations : Élodie Barthélémy
Traduction : Maximilien Laroche
Conception graphique et direction artistique : Fig. communication graphique

Dépôt légal : septembre 2008 © Mémoire d’encrier, septembre 2008. Tous droits réservés.

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et
Bibliothèque et Archives Canada
Barthélémy, Mimi
L’histoire d’Haïti racontée aux enfants
Nouv. éd.
(Collection Contes et légendes)
Texte en français et en créole.
ISBN 978-2-923713-02-1 (Papier)
ISBN 978-2-89712-185-3 (PDF)
ISBN 978-2-89712-184-6 (ePub)
1. Haïti - Histoire - Romans, nouvelles, etc. pour la jeunesse. I. Barthélémy, Élodie. II. Laroche, Maximilien, 1937- . III.Titre. IV. Collection: Collection Contes et légendes (Mémoire d’encrier (Firme)).
PZ23.B3764Hi 2008 j843’.914 C2008-942167-1

MÉMOIRE D’ENCRIER
1260, rue Bélanger, bureau 201
Montréal (Québec)
Canada H2S 1H9
Tél. : (514) 989-1491
Téléc. : (514) 938-9217
info@memoiredencrier.com
www.memoiredencrier.com
Réalisation du fichier ePub : Éditions Prise de parole
À mes cousins et cousines
de la ravine du Bois-Moquette.


Pou Kouzen ak kouzin mwen yo,
nan Ravin Bwa Mokèt.
onneur et respect à vous messieurs et dames la société,
je vais vous raconter un p’tit bout d’histoire d’un p’tit bout de pays, peu connu, vu du bout de la lorgnette d’un tout p’tit bout de femme de ce pays d’Haïti.
L’île d’Haïti est, après l’île de Cuba, la plus grande des Antilles. Les Amérindiens Tainos l’appelèrent AYITI terre montagneuse, jusqu’à l’arrivée des Espagnols qui la baptisèrent Hispaniola, petite Espagne, et qui nommèrent sa capitale Santo Domingo. Les Français, lors du traité de Ryswick en 1697, obtinrent de l’Espagne le tiers occidental de l’île qu’ils nommèrent Saint-Domingue, en francisant le nom de la capitale d’Hispaniola. Saint-Domingue a fait la richesse de la France du XVIIIe siècle. On a construit Versailles avec le sucre de Saint-Domingue et la sueur des esclaves noirs déportés d’Afrique pour relayer les Indiens décimés par la maladie et la servitude. En 1804, Saint-Domingue conquiert son indépendance de la France et redevient Haïti. Cependant, l’île restera divisée, en dépit de nombreuses tentatives de réunification : à l’est, la République Dominicaine que nous nommons la Dominicanie et, à l’ouest, la République d’Haïti.

Mais Haïti de mon enfance, c’est Port-au-Prince et ses environs. Voilà l’île de mon enfance.
Des montagnes infranchissables nous séparent du reste du pays et de la Dominicanie.
Une mer déchaînée nous sépare du reste du monde. De l’autre côté des eaux, de l’autre côté des mers, « lòt bò dlo », c’est là-bas. Là-bas : Cuba, Miami, New York, l’Afrique Guinée, la France, Fort de Joux. Là-bas : capitale Paris !



L’Île d’Hispagnola.
nè ak respè, mesye-dam-lasosyete,
m pral rakonte nou yon ti bout istwa yon ti bout ti peyi. Yon ti bout ti peyi moun pa konnen byen. Yon ti bout ti nègès k ap rakonte kijan l wè istwa peyi pa l, Ayiti.
Apre Kiba, Ayiti se dezyèm pi gwo zile nan zantiy yo. Nan tan lontan, Endyen zile a, Tayino yo, te rele li Ayiti, sa ki vle di peyi mòn sou mòn. Lè Blanpanyòl yo te debake an 1492, yo te debatize Ayiti, yo te ba li non Ispayola, ki vle di ti-Espay. Jalouzi fè lòt Blan Ewòp yo kouri vin chache bay Panyòl yo pakala. Men, se Franse yo, apre anpil batay, ki te resi wete yon moso Ayiti nan men Panyòl yo. Nan lane 1697, lapè siyen sou papye, nan vil Riswik. Zile a separe an 2. Se konsa Franse vin gen lalwa sou moso bò lwès zile a. Yo debatize bout pa yo a, yo rele li Sen Domeng. Lè Blanpanyòl fin detwi tout ras Endyen Tayino yo, yo kouri nan peyi Lafrik al chache esklav. E, se sou do moun sa yo, Blan franse pral fè Sen Domeng tounen on ti bijou pou Lafrans. Gwo bèl Palè Vèsay la, se nan swe eslav, nan travay sou plantasyon sik, kafe ak digo, yo bati l. Lafrans an penpan. 1804, apre lagè esklav ak kolon blan franse yo, Sen Domeng pral kite non li pou l repran non Ayiti. Men, peyi pa m toutbon vre, se te Pòtoprens ak tout katye alantou yo.
Se kote m fèt la, kote m grandi, kote m aprann : 2 peyi chita sou yon sèl zile, Ayiti ak Dominikani. Se la tou m konprann se lanmè ki separe peyi pa m ak lòt bò dlo kouwè Kiba, Miyami, Nouyòk, Lafrik-Ginen, peyi Lafrans kote Fòdejou chita. Lòt bò dlo, kapital Pari !
i, dans mes jeunes années, là-bas
rimait avec mystère, école primaire rimait avec enfer !
— Debout devant le portail vert de l’école des bonnes sœurs bretonnes à Port-au-Prince, mon cœur bat fort. Il bat fort quand je suis en rang dans la cour de récréation, au coup de sifflet de la sœur surveillante. Il bat très fort une fois en classe, car je sais que sitôt interrogée j’oublierai la leçon apprise pourtant par cœur la veille.
« Il y avait à Saint-Domingue trois classes d’hommes : les esclaves, les affranchis et les colons blancs. Quand les Français de Saint-Domingue voulurent se livrer à la grande culture de la canne à sucre, ils se heurtèrent à un double obstacle : le petit nombre des esclaves indiens, noirs ou des engagés, et plus encore leur maigre rendement.

Te m di nou, si n vle konnen, lè m te timoun, laba, lòt bò dlo se te mistè, lekòl primè se te lanfè.
— Nou devan baryè vèt lekòl primè a, lekòl mè breton yo. Nou an ran, n ap tann yo louvri baryè. Kè m ap bat pim pan ! Mè siperyè a kanpe nan lakou rekreyasyon an, li bay kout siflèt la, nou tout kouri antre. Kè m ap bat pi fò lè m nan klas la, m konnen y a pral mande m resite leson an. Yè oswa, m te aprann li pa kè. Mwen santi denpi yo site non m, m ap bliye tou sa m te aprann nan.
«Il y avait à Saint-Domingue trois classes d’hommes: les esclaves, les affranchis et les colons blancs.» Sa l ye la a, mezanmi ? Poukisa m pa ta ka di sa m te aprann nan an kreyòl ? Annou wè ! Lè Franse yo te deside pou plante gwo chan kann, yo realize yo p ap gen kont bra pou travay: Endyen yo te prèske fin disparèt, pa te gen kont Blan mannan ni kont esklav afriken nan peyi a.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents