Sarabande Lyonnaise
110 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Sarabande Lyonnaise , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
110 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« Mes fondations ont glissé sans que je m’en aperçoive. Comme prédestinées, les choses sont arrivées d’elles-mêmes. C’était inscrit dans la course, l’alignement des planètes et j’y ai vu l’empreinte du destin aussi clairement que si toutes les étoiles du ciel étaient alignées en clignotant sur une même rangée. Ce n’est pas survenu n’importe où, dans n’importe quel décor. C’est arrivé là, d’un coup, tandis que je déambulais le long d’une colline. Pas n’importe quelle colline, car c’est là-bas que tout a commencé. Là que je me suis perdu pour de bon (…). Ce que j’ai fait, je l’ai fait en pleine conscience, en connaissance de cause. Je ne regrette rien, ne ressens pas la moindre honte, même si aux yeux de la morale, je suis coupable alors que vous, vous ne l’êtes pas. C’est bien ».Oscillant en permanence entre ombres et lumières, ce récit initiatique est aussi et surtout une vibrante romance sur un registre halluciné dont la flamme rock’n’roll se déploie peu à peu, d’une façon tour à tour cinématographique, mélancolique ou bien érotique. Un roman libérateur à travers lequel s’écoule quasiment l’histoire de toute une vie dans un laps de temps très court fait de flashs, de révélations comme de transgressions. Au bout des grandes brassées de cette plongée en apnée, le narrateur finira par atteindre les rives de la vérité, mais aura-t-il la force et le courage de surmonter sa propre histoire ? En ressortira-t-il indemne ?Jamais peut-être, un homme n’est allé aussi loin dans son Odyssée personnelle.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 mai 2021
Nombre de lectures 2
EAN13 9782490981083
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0345€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Pierre-Yves VAILLANT
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sarabande Lyonnaise
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Roman
 
 
 
Tous droits réservés
©Estelas Éditions / Under Éditions
11590 Cuxac d’Aude France
 
estelas.editions@gmail.com
www. JaimeLaLecture.fr
www.estelaseditions.com
 
ISBN : 9782490981083
« Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. »
 
 
 
 
 
Cet ouvrage est une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé serait fortuite.
 
 
 
Table des matières
PERSONNAGES
Partie I — Fantaisie
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Partie II — Fureur
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Partie III — Apocalypse
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Remerciements
Influences
Encore plus de livres à télécharger ?
Newsletter
NOS TITRES

 
 
PERSONNAGES
 
 
PERSONNAGES PRINCIPAUX  
Le narrateur  : Entre deux âges, sa « crise existentielle » le taraude.
 
Éva  : Compagne du narrateur, elle fait une irruption quasi subliminale dans le récit. Avec du panache à revendre, elle est autant fougueuse qu’indomptable.
 
Daniel : Ami de longue date du couple précité, ce bout en train au franc parler ravageur est doublé d’un professionnel hors pair du monde de la nuit comme du divertissement.
 
Jean-François dit « Jeff »  : D’un pessimisme et d’une circonspection peu engageantes, Jeff paraît instituer l’archétype du « loser » né, mais à y regarder de plus près, nous sommes tous des « Jeff »
 
Rita et Betty  : Collègues mi-réelles, mi-fantasmées d’Éva, elles apparaissent et disparaissent comme par enchantement. Sources de désirs et de transgressions, aussi envoûtantes que vénéneuses, elles viennent des méandres de l’univers du film culte de David Lynch : Mullholland Drive.
 
 
LES AUTRES PROTAGONISTES
Henri Chinaski dit « Hank » : Par un soir de débauche et de beuverie, le narrateur se transforme en ce héros ou plutôt cet anti-héros des romans mi-fictifs, mi-réels de Charles Bukowski.
 
La chanteuse : Emmitouflée dans sa robe de satin bleu, elle chante à gorge déployée près d’un piano à queue avant de sombrer dans un quasi-coma éthylique dont elle se réveillera de manière incongrue.
 
Elodie et Annie : Anciennes relations du narrateur dont il se remémore dans un tourbillon de nostalgie, l’une est romantique, l’autre sensuelle. Docteur Jekyll et Mister Hyde. Éva est leur parfaite synthèse.
 
Gégé : Harassé par un travail qui le laisse sans répit, plumitif parfois à ses heures perdues, il se change les idées dans l’établissement de Daniel où il officie en qualité de « nouveau ».
 
Clara : Secrétaire de direction pincée au tailleur strict, ne vous y trompez pas, l’austérité que déploie cette femme cache en réalité une générosité hors pair.
 
L’officier de police judiciaire : Aigri envers et contre tout, chaque homme constitue à ses yeux un coupable idéal. Sous des montagnes d’aigreur et d’amertume, c’est d’abord et avant tout lui-même qu’il méprise à travers les autres.
 
 
 
 
 
On peut dire d’un art qu’il est intelligent quand il te secoue les tripes, sinon c’est du vent.
 
Charles Bukowski
Sur l’écriture
 
 
 
 
 
 
 
Partie I — Fantaisie
 
 
 
 
 
Il faut encore avoir du chaos en soi pour enfanter une étoile qui danse.
Friedrich Nietzsche
Ainsi parlait Zarathoustra
 
 
 
 
 
 
Chapitre 1
 
 
 
Ce que j’ai fait, je l’ai fait en pleine conscience, en parfaite connaissance de cause. Je ne regrette rien, ne ressens pas la moindre honte même si aux yeux de la morale, je suis coupable alors que vous, vous ne l’êtes pas. C’est bien.
Si je tiens tant à vous raconter mon histoire, c’est qu’il faut qu’elle sorte de moi comme un monstre, une saloperie dont je n’ai d’autre choix que de m’en débarrasser. Autant être honnête avec vous, je n’irai pas jusqu’au bout de l’exercice que je me suis fixé. Je ne tiens pas à vous dévoiler la vérité dans toute son étendue. Il ne faut jamais sous-estimer sa part d’explosivité Il y a des choses qu’un être humain ne peut s’avouer et encore moins partager, ce qui ne fait pourtant pas de moi un tricheur. Tricher, ça ne veut rien, mais alors, rien dire du tout. Sauf pour les naïfs, les imbéciles ou bien ceux qui n’ont pas assez vécu. Ouvrez donc les yeux ! Tout le monde triche, ment, vole, bonimente, ce qui est, après tout, bien normal. C’est dans l’ordre des choses. Il faut bien, à un moment donné apprendre à faire avec ce qu’on a. Si vous n’en êtes pas convaincus, inutile d’aller plus loin. Le mensonge s’avère être un accommodement aussi utile que nécessaire. Il aide à faire passer la pilule de la médiocrité du quotidien, appartient à l’attirail, l’outillage qui aide, bon an mal an, à maintenir une psyché en bon ordre de marche.
Depuis pas mal de temps, j’erre tel un mort en permission. Ce que je désire, ce n’est pas grand-chose. Je voudrais simplement être de nouveau capable de ressentir quelque chose, avoir le sang qui me remue et vivre, souffrir, rire un peu. À choisir entre le chagrin et le néant, j’opte pour le chagrin. Je réclame mon malheur pour quitter l’encéphalogramme plat de ma retraite dorée, écœurante de lâcheté et de conformisme.
Avec le temps, les choses ont fini par se tasser. Je suis arrivé à me fondre dans la masse, me faire tout petit, anonyme, ridicule en menant ma petite vie pépère et sans histoires. Il faut dire qu’après les « événements », j’ai ressenti un irrépressible besoin de calme, de régularité comme de stabilité. J’ai fini par me ranger en me mariant avec la femme qui est devenue le refuge pour mon âme damnée. Je l’honore très régulièrement en guise de reconnaissance sans éprouver trop de dégoût, mais sans ressentir trop de plaisir non plus en faisant mine de me noyer dans son corps, son océan gélatineux comme dans une mer sans limites. Rien ne vaut un devoir conjugal bien rempli pour s’assurer de la paix des ménages.
Après avoir fait l’acquisition d’une bicoque toute chou, toute mignonne, nous nous sommes reproduits, histoire de nous occuper. La maison d’abord, les enfants après. Pour une fois, on avait fait les choses dans l’ordre, bien comme il fallait. Désormais marié, père de famille, j’étais passé de l’autre côté de la barrière aux yeux de la société et notamment de mes collègues qui ne me voyaient plus comme un rêveur tourmenté, mais comme une personne sensée, mesurée et rassurante. En un mot, un homme digne de confiance. Et pourtant, ce calme apparent dissimulait tout un lot d’abîmes, de chaos qui me minaient sans me laisser jamais de répit. Il y avait tant d’orages qui me foudroyaient, de souvenirs qui me faisaient rugir le cerveau que ma tête s’en trouvait à deux doigts d’exploser.
Mon histoire est pourtant celle d’un homme bien ordinaire. Mais, à travers cet homme, c’est la vie qui va à vous exploser à la gueule. La vie , rien que ça.
Mes fondations ont glissé sans que je m’en aperçoive. Comme prédestinées, les choses ont fini par arriver d’elles-mêmes. C’était inscrit dans la course, dans l’alignement des planètes et j’y ai vu l’empreinte du destin aussi clairement que si les étoiles s’étaient alignées en cli

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents