Ilkya – Livre I , livre ebook

icon

712

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

712

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

6 juin 1944. La Normandie s’apprête à recevoir l’assaut de milliers de soldats alliés, déterminés à libérer la France de l’envahisseur nazi. Cinquante années se sont écoulées depuis le Débarquement, et les côtes normandes qui ont connu l’insoutenable sont à présent désertées. C’est donc dans une atmosphère douloureuse que se profile la commémoration de cet illustre versant de l’histoire, à laquelle sont conviés les miraculés de cette sinistre journée. De déchirants souvenirs sont alors convoqués, au cœur d’un rassemblement propice aux réminiscences d’un passé lancinant. Impressionnante fresque historique, "Ilkya" aborde avec justesse et authenticité le Débarquement, ainsi que de multiples épisodes advenus sous l’Occupation. Ce récit direct évoque les stigmates d’un passé traumatisé, en convoquant des personnages éloquents, foudroyés par le monstre de la guerre. Grâce à un style infiniment travaillé, André Girod réussit à passionner son lecteur, tout en figurant cette tragédie que représente la Seconde Guerre mondiale. Un ouvrage précieux.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

117

EAN13

9782748354072

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Ilkya Livre I « Demain le soleil était noir »
André Girod Ilkya Livre I « Demain le soleil était noir » Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0115016.000.R.P.2010.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2010
Chapitre 1 6 Juin 1994 Le Molay Littry à 7 heures 08 Le débarquement serait pacifique. Du moins prévu et organisé pour l’être ! Rien à voir avec celui qui, il y a un demi-siècle, vit jaillir du compact brouillard et des flots tumultueux, des troupes de « marines » américains dont une large poignée d’engagés avait été relâchée des prisons du Texas où ils étaient enfermés comme truands, violeurs ou tueurs, libérés en cette occasion pour assassiner léga-lement à la guerre ou mourir au champ d’honneur, ce qui leur vaudrait une réhabilitation au sein de la société qu’ils avaient offensée. Engeance noire de Chicago, hispanique de Floride, blanche des Appalaches, « troisième dessous » de la société jetés en avant dans la bataille comme le fu-rent les Sénégalais en 1914 dans les Ardennes, par leur effrayante apparence, leur faciès plus grimaçant que l’effigie de l’abominable Tu, divinité maorie à qui les prê-tres offraient les cœurs rôtis de leurs ennemis, les G.I. avaient semé la terreur parmi les défenseurs allemands et le désarroi dans la population civile française du coin. Les Allemands avaient bien prévenu alentour que l’invasion, si elle avait lieu, serait menée par des meutes hideuses de forçats déchaînés. Les hommes du 115e Régiment de pa-rachutistes américains s’étaient rasés le crâne et avaient ainsi collé un masque patibulaire de bagnard à leur visage. e Le Colonel Robert Sink, commandant le 506 PIR (régi-ment de paras) s’était écrié devant ses troupes : « J’ai oublié de vous dire que les Boches ont averti les civils de la côte que le déferlement allié serait conduit par les paras
9
américains, tous des condamnés et des psychopathes, faci-lement reconnaissables à leurs têtes rasées ou presque ! » Ces Rambos d’avant l’heure, sortis directement du rituel polynésien Whaka-Hoa, auxquels il manquait les lunettes Ray Ban, les maillots sans manches, la bandera, portant cependant le poignard de chasse crénelé au mollet et les bandoulières de munitions autour du torse musclé, avaient le crâne poli et lisse, tatoué de serpents démoniaques, de flèches védiques et de symboles lubriques, badigeonné de couleur grenade ou de noir de charbon ou de bouchon et décoré d’une mèche de cheveux raidis par une gominade séchée, droite comme une touffe de Mohawk, vert arak ou jaune régalien. Mais depuis des lustres, leurs affreuses silhouettes avaient réintégré leur cachot ou s’étaient vola-tilisées en poussière d’os comme les dieux aiment la thésauriser ou en fumée d’augure sibyllin. Les survivants de la boucherie allaient aujourd’hui céder la place à des crinolines de poils rares et blanchis, ébouriffés comme auréolés par un coup de mistral, des calvities avancées ou des tonsures involontaires, coiffures de vieillards caco-chymes tirés d’hospices, d’hôpitaux militaires ou de mouroirs délabrés. Le rictus sauvage de ces nouveaux croisés partis pour la délivrance des lieux saints du con-cept idéal démocratique, le pays de Descartes, Rousseau, Voltaire, Diderot et Tocqueville, découvrait des dents acé-rées, abrasées comme du marbre, fichées entre des bourrelets de chair bavant d’invectives, de vengeance et d’envie d’égorger. Les traits déformés par une symbiose anthropo-zoomorphe s’étaient effacés devant une face rubiconde de bon vivant, veinée de bleu, au nez blanchâtre épaté, couperosé et turgescent, sculpture du temps, des épreuves familiales et du bien-être chèrement acquis, cha-que boursouflure du visage comme autant de fruits, de légumes et de feuillages assemblés à la Giuseppe Arcim-boldo.
10
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text