Je suis né le 8 mai 1945
85 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Je suis né le 8 mai 1945 , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
85 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Isidore Rosenbaum est un cas singulier parmi les très rares survivants des déportations de 1942. Durant les trente et un mois qu'il passe au sein du système nazi d'extermination des Juifs d'Europe, il résiste à la violence continuelle, à la terreur, à la déshumanisation et à la faim dans plusieurs camps - dont il nous restitue lesspécificités -, et à une « marche de la mort ». Mal aimé de sa mère qui le violente, Isidore fugue très jeune, plusieurs fois, pour se soustraire à l'autorité de ses parents, très modestes immigrés de Pologne. Délinquant, il aboutit en prison avant de subir la discipline et la violence d'une colonie pénitentiaire pour mineurs. Finalement libéré en 1938, ce « titi » parisien de 15 ans et demi se débrouille dans l'insouciance du reste du monde. Il s'adapte aux circonstances de la guerre, propices à son indépendance, sans conscience de la réalité des dangers. Il tombe aux mains des nazis en passant clandestinement la ligne de démarcation et se retrouve peu après interné à Pithiviers, prélude de sa déportation vers Auschwitz. S'il déclare qu'il est né à l'âge de 22 ans, ce n'est pas seulement parce que ce jour-là fut d'abord le jour officiel de la paix et le jour où il rejoint Paris libéré, mais parce que, majeur, il peut enfin commencer une vie nouvelle.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 1
EAN13 9782304042559
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Isidore Rosenbaum
Je suis né le 8 mai 1945
Collection T É moignages de la Shoah

é ditions Le Manuscrit Paris


ISBN: 9782304042559
Isidore Rosenbaum
© 2019 Le Manuscrit




Présentation de la collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
En lançant sa collection « Témoignages de la Shoah » avec les éditions Le Manuscrit, et grâce aux nouvelles technologies de communication, la Fondation souhaite conserver et transmettre vers un large public la mémoire des victimes et des témoins des années noires des persécutions antisémites, de 1933 à 1945.
Aux nombreux ouvrages déjà parus la Fondation espère ainsi ajouter les récits de celles et ceux dont les voix sont restées jusqu’ici sans écho : souvenirs sou - vent enfouis au plus profond des mémoires individu - elles ou familiales, récits parfois écrits mais jamais diffusés, témoignages publiés au sortir de l’enfer des camps, mais disparus depuis trop longtemps des rayons des bibliothèques.
Si quelqu’un seul ne peut décrire l’indicible, la multiplicité des récits peut s’en approcher.
En tout cas, c’est l’objectif que s’assigne cette collection à laquelle la Fondation, grâce à son Comité de lecture composé d’historiens et de témoins, apporte sa caution morale et historique.
Face à une actualité où l’instrumentalisation des conflits divers tend à obscurcir, confondre et banaliser ce que fut la Shoah, cette collection permettra aux lecteurs, chercheurs et étudiants de mesurer la spécificité d’une persécution extrême dont les uns furent acteurs, les autres complices, et face à laquelle certains restèrent indifférents et les autres héroïques.
Puissent ces ouvrages inspirer à leurs lecteurs l’esprit de fraternité, le rejet de l’antisémitisme ainsi que de toute autre forme d’exclusion.
Consultez le site Internet de la FMS : www.fondationshoah.org


Comité de lecture de la collection (2013)
Serge Klarsfeld, président
Henri Borlant, survivant de la déportation
Isabelle Choko, survivante de la déportation
Olivier Coquard, historien
Katy Hazan (OSE), historienne
Dominique Missika, historienne
Denis Peschanski, historien
Paul Schaffer, survivant de la déportation
Annette Zaidman, enfant cachée
Philippe Weyl, responsable de la collection
Voir les autres titres de la collection en fin de volume


Biographie d’Isidore Rosenbaum
1923 16 mars : naissance d’Isidore Rosenbaum à Paris. Ses parents, Israël et Riwka, ont émigré de Pologne pour Paris trois ans plus tôt et ont eu une fille, Berthe, cette même année. Israël est tailleur et Riwka, femme au foyer. La famille, peu pratiquante, parle le yiddish.
1926 Les Rosenbaum s’installent dans la banlieue de Bruxelles, à Anderlecht (Belgique), où le père sait avoir du travail.
Isidore commence sa scolarité.
Naissance de son frère, Jacques.
Isidore est mal aimé de sa mère. Elle le bat à la moindre occasion et lui fait faire les tâches ménagères. Une punition particulièrement violente suscite une nouvelle plainte de la part des voisins. Isidore est placé en orphelinat jusqu’au jugement de sa mère pour maltraitance : elle est condamnée et expulsée de Belgique.
1929 La famille retourne vivre à Paris. Elle habite le quartier de Belleville, dans le XX e arr.
Isidore fugue pour la première fois.
1930 Ses parents veulent qu’Isidore apprenne le métier de tailleur avec son père, profession qui ne lui plaît pas.
Il fréquente l’école de la rue Tlemcen, puis une autre, suite à son renvoi.
1933 30 janvier : Adolf Hitler est nommé chancelier du Reich allemand.
Isidore commence à être frappé par son père qui veut l’obliger à apprendre son métier.
Sa mère et sa sœur prennent des vacances, alors que lui reste travailler avec son père. Après une nouvelle série de coups, Isidore fugue trois jours dans le quartier des Halles (I er arr.). Dès lors, il fugue fréquemment.
1935 Isidore fugue pour partir aux États-Unis d’Amérique. Son père le récupère dans l’Eure. Isidore impose de ne plus être frappé.
Isidore est pris en flagrant délit de vol chez Gibert Jeune (boulevard Saint-Denis, II e arr.). Il passe une nuit au commissariat avant d’être interné à la prison de Fresnes durant six mois.
1936 À son procès, il est condamné à être placé en établissement disciplinaire pour mineurs jusqu’à sa majorité (vingt-et-un ans).
3 mai : victoire du Front populaire mené par Léon Blum.
Après quelques mois de prison, il est donc envoyé à la colonie pénitentiaire agricole de Saint-Maurice, à Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher). Isidore connaît là les travaux de la ferme, la discipline rigoureuse, la violence et le sport. Il apprend les rudiments de la maçonnerie.
1938 Isidore est libéré en raison de la seconde réforme de l’établissement qui privilégie les récents arrivants (170 jeunes sont gardés en juin sur les 226 présents en 1936).
Il retourne habiter chez ses parents dans le XI e arr. de Paris et trouve du travail chez un fabricant de cartons durant quatre mois. Il est ensuite plongeur dans un restaurant, puis garçon de café dans le quartier Mouffetard (V e arr.).
1939 23 août : signature du pacte de non-agression germano-soviétique.
1 er septembre : les armées nazies envahissent par surprise la Pologne.
3 septembre : la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne nazie. Début de la Seconde Guerre mondiale en Europe.
1940 10 mai : fin de la « drôle de guerre », début de la guerre éclair. Les Allemands attaquent par surprise la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg afin de contourner la ligne de défense française Maginot et d’envahir la France. Les populations fuient les combats vers le sud.
Juin : Isidore et son père font l’Exode alors que sa mère, son frère et sa sœur restent à Paris. Isidore perd rapidement son père dans la cohue et revient de Charente-Maritime à Paris trois semaines plus tard (fin du mois).
22 juin : armistice entre la France et l’Allemagne à Rethondes. Les trois cinquièmes de la France sont occupés par les armées nazies.
10 juillet : à Vichy, l’Assemblée nationale (députés et sénateurs réunis) vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. L’État français remplace la III e République. Pétain met en œuvre la « Révolution nationale » (réactionnaire, xénophobe, antisémite et anticommuniste).
Le père d’Isidore, revenu de son côté, décide de tenter de passer clandestinement en Angleterre mais se fait arnaquer.
30 juillet : la ligne de démarcation sépare la zone dite libre gouvernée à Vichy, au sud, de la zone sous occupation allemande, au nord et à l’ouest.
La famille habite rue Sedaine (XI e arr.).
3 et 4 octobre : le gouvernement de Vichy publie des lois discriminatoires antijuives ; premier statut des Juifs.
1941 2 juin : second statut des Juifs. Recensement des Juifs de la zone libre.
22 juin : rupture du pacte germano-soviétique et invasion surprise de l’URSS par les armées nazies.
20 août : le père d’Isidore est victime de la rafle dite du « XI e arrondissement ». Il inaugure avec 4 231 autres hommes juifs le camp de Drancy (de nos jours en Seine-Saint-Denis), où rien n’est organisé pour le séjour des juifs internés.
Isidore décide de partir en zone « libre ». Il franchit la ligne de démarcation à Digoin (Saône-et-Loire), et joint Lyon. Il se débrouille et gagne des copains.
Isidore se fait occasionnellement passeur sans rétribution. Il obtient des faux papiers d’identité à Lyon en échange d’un passage. Il franchit clandestinement la ligne de démarcation une dizaine de fois. Il vit en zone libre allant de ville en ville, au gré des rencontres.
Le père d’Isidore fait partie des libérés du camp de Drancy pour raison de santé.
1942 20 janvier : conférence de Wannsee (banlieue de Berlin), qui organise économiquement, administrativement et techniquement la « solution finale de la question juive en Europe », dont la décision est antérieure de quelques mois : 11 millions de personnes sont visées .
7 juin : entrée en vigueur de l’obligation du port de l’étoile jaune pour les Juifs de plus de six ans en zone occupée. Isidore ne la portera jamais.
22 juin : le père d’Isidore, à nouveau ar

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents