Le Troisième registre de Tadoussac
367 pages
Français

Le Troisième registre de Tadoussac , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
367 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comme les autres registres de Tadoussac, le Miscellaneorum Liber est d’abord un registre de catholicité. C’est là que sont inscrits les actes de baptême, de mariage, de sépulture des catholiques de la région concernée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 avril 2011
Nombre de lectures 0
EAN13 9782760523371
Langue Français
Poids de l'ouvrage 11 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Cette transcription et les recherches qui l’ont précédée ont pu être réalisées grâce à l’encouragement financier de la Fondation Asselin, le Conseil 2800 Georges Mélançon de Dolbeau, de Messieurs Lorenzo Brisson, Edmond Gagnon, Alain Lajoie et Henri-Arthur Simard.
Cet ouvrage a été publié grâce à une subvention du Conseil canadien de recherche en sciences sociales, dont les fonds proviennent du Conseil des arts du Canada.
Transcription par Léo-Paul Hébert
1976 LES PRESSES DE L’UNIVERSITÉ DU QUÉBEC C. P. 250, Succursale N, Montréal H2X 3M4 Canada
Maquette de la couverture :Serge April
ISBN 0-7770-0126-8Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés © 1976Les Presses de l’Université du Québec
er Dépôt légal - l trimestre 1976 Bibliothèque nationale du Québec
PRÉFACE
L’Université du Québec à Chicoutimi joue vraiment son rôle en animant l’étude de l’histoire de sa région. Ainsi l’équipe d’Études amérindiennes a déjà publié leSecond Registre de Tadoussac 1668-1700et leDictionnaire montagnais-françaisdu Père Antoine Silvy, s.j. Elle prépare actuellement la publication de trois documents historiques importants soit : le Dictionnaire montagnais et laGrammaire montagnaise du Père de La Brosse,les Voyages des e Pères Babel et Arnaud, leMagnus Liber (4 registre de Tadoussac). Cette heureuse initiative mettra à la disposition de nos chercheurs des instruments nombreux, importants et sûrs pour tout genre d’études sur les Amérindiens d’une région déterminée. Comme les autres registres de Tadoussac, leMiscellaneorum Liberest d’abord un registre de catholicité. C’est là que sont inscrits les actes de baptême, de mariage, de sépulture des catholiques de la région concernée. Oserais-je affirmer que se retrouve dans leMiscellaneorum Liberce procédé bien “jésuitique”, dans le bon sens du mot, déjà rencontré dans leSecond Registre de Tadoussac? Saint Ignace demandait aux supérieurs locaux d’inscrire dans un registre ad hocnoms des bienfaiteurs afin d’en perpétuer le souvenir. Fidèle à la coutume, le les manuscrit consigne aussi bien les dons plus généreux des Blancs que les humbles peaux de castor, monnaie usuelle des Indiens. Le fondateur de la Compagnie de Jésus tenait également à ce qu’à la fin de chaque année, le supérieur local rédigeât les faits et gestes de sa maison ou mission, qu’il les communiquât au supérieur général afin d’en tirer des extraits destinés aux jésuites dispersés à travers le monde, moyens utilisés à l’époque pour faire profiter les uns des expériences des autres et vice versa. On sait que ces Lettres annuelles ont exercé une influence considérable : elles ont fait mieux connaître les peuplades, les lieux et les coutumes du pays et elles ont permis de découvrir des moyens plus appropriés pour l’évangélisation de ces peuples dits primitifs. Pour ne citer qu’un exemple célébre, elles sont à l’origine des Relations des Jésuites de laNouvelle-France(1632-1673).
VIII MISCELLANEORUM LIBER
On comprend que les circonstances particulières de vie des missionnaires de Tadoussac ne leur permettaient pas de transporter dans leurs multiples déplacements ces trois registres distincts : catholicité, liste des bienfaiteurs, faits et gestes de la mission. Le Père de La Brosse a été particulièrement bien inspiré en insérant dans leMiscellaneorum Liberdes faits qui, sans lui, nous seraient peut-être inconnus : il a été le premier jésuite à utiliser les techniques d’impression pour publier des calendriers, reprenant ainsi le procédé des calendriers manuscrits que le Père Paul Le Jeune distribuait aux Indiens, afin de leur permettre, pendant leurs chasses d’hiver, d’observer les dimanches, le carême et les fêtes d’obligation. On sait par ailleurs les multiples travaux d’imprimerie que le Père de La Brosse a commandés à laQuébec Gazette; il n’écrit pas pour le plaisir de se raconter, dans un registre dont il ne savait pas le destin, mais par souci d’accomplir son devoir de jésuite en consignant les faits et gestes qui constituent la trame de l’obédience qu’il a reçue de ses supérieurs. Le Père Léo-Paul Hébert, un spécialiste, a été chargé de présenter l’œuvre de façon plus élaborée. Autant j’ai été honoré d’apporter ma quote-part à l’équipe d’Études amérindiennes autant j’ai eu de plaisir et de fierté de relire les menus et hauts faits des grands jésuites d’autrefois, et qui, à ce titre, méritent d’émerger du passé.
Léon Pouliot, s.j. Archiviste
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents