Mon Journal 19 octobre 1943-15 mars 1945
165 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Mon Journal 19 octobre 1943-15 mars 1945 , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
165 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Lorsqu'il rédige son Journal, Otto Gerard Fischl (né en 1929) est un adolescent juif en pleine croissance caché avec sa famille. Celle-ci a été rattrapée en France par l'idéologie qui lui avait fait fuir Prague (Tchécoslovaquie) en 1938. Grâce à des contacts, sa mère a rencontré à Paris leur sauveur, M. Stacke, un compatriote d'origine catholique, père de famille nombreuse, implanté dans un village de Charente, Salles-d'Angles. Celui-ci accepte de donner refuge à Otto et à son petit frère, Lixi (Alex), qu'il reçoit le 14 juillet 1942 alors qu'à Paris se prépare la rafle du Vél' d'Hiv'. Leurs parents les rejoignent quelques jours plus tard. Otto ne commence toutefois son Journal que le 19 octobre 1943. Ainsi nous introduit-il dans tout ce qui anime sa « captivité » qui a duré plus de deux ans. Pour tromper l'ennui et l'angoisse d'être dénoncé, Otto confie à son Journal avec acuité, intelligence et humour, la vie tumultueuse de la maisonnée, agitée par les rapports conjugaux des Stacke, mais aussi ses nombreuses lectures, les nouvelles de la guerre, et ses réflexions qui parfois touchent à la philosophie. Ce Journal évoque naturellement celui d'Anne Frank tant les parallèles sont là : l'âge, les origines d'Europe Centrale, l'instruction et les valeurs humanistes, la confrontation à la situation d'être cachés en famille avec « les autres », le sens de l'observation des enfants qui s'exerce sur ceux qui les entourent et les fascinent, sans omettre l'aspiration au monde extérieur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 5
EAN13 9782304026610
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Otto Fischl
Mon Journal 19 octob re 1943 - 15 mars 1945
Préfacé et annoté par Tal Bruttmann
Collection
T É moignages de la Shoah

Le Manuscrit


© Éditions Le Manuscrit, 2019
ISBN: 9782304026610
Otto Fischl




Présentation de la collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
En lançant sa collection « Témoignages de la Shoah » avec les éditions Le Manuscrit, et grâce aux nouvelles technologies de communication, la Fondation souhaite conserver et transmettre vers un large public la mémoire des victimes et des témoins des années noires des persécutions antisémites, de 1933 à 1945.
Aux nombreux ouvrages déjà parus, la Fondation espère ainsi ajouter les récits de celles et ceux dont les voix sont restées jusqu’ici sans écho : souvenirs souvent enfouis au plus profond des mémoires individuelles ou familiales, récits parfois écrits mais jamais diffusés, témoignages publiés au sortir de l’enfer des camps, mais disparus depuis trop longtemps des rayons des bibliothèques.
Si quelqu’un seul ne peut décrire l’indicible, la multiplicité des récits peut s’en approcher.
En tout cas, c’est l’objectif que s’assigne cette collection à laquelle la Fondation, grâce à son Comité de lecture composé d’historiens et de témoins, apporte sa caution morale et historique.
Face à une actualité où l’instrumentalisation des conflits divers tend à obscurcir, confondre et banaliser ce que fut la Shoah, cette collection permettra aux lecteurs, chercheurs et étudiants de mesurer la spécificité d’une persécution extrême dont les uns furent acteurs, les autres complices, et face à laquelle certains restèrent indifférents et les autres héroïques.
Puissent ces ouvrages inspirer à leurs lecteurs le rejet de l’antisémitisme et de toute autre forme d’exclusion, et l’esprit de fraternité.
Consultez le site Internet de la FMS : www.fondationshoah.org


Comité de lecture de la collection (2011)
Serge Klarsfeld, président
Henri Borlant, survivant de la déportation
Isabelle Choko, survivante de la déportation
Olivier Coquard, historien
Katy Hazan(OSE), historienne
Dominique Missika, historienne
Denis Peschanski, historien
Paul Schaffer, survivant de la déportation
Annette Zaidman, enfant cachée
Philippe Weyl, responsable de la collection
Correction : Laurence Beilvert
Voir les autres titres de la collection en fin de volume .


Biographie d’Otto Gerard (Gerry) Fischl
1929 3 février : naissance d’Otto Gerard à Prague (alors en Tchécoslovaquie, de nos jours République tchèque) au sein d’une famille juive de la haute bourgeoisie. Sa mère, Héda, est mère au foyer. Son père, Kurt, dirige un important commerce de vente de cuir en gros. Les parents proches représentent environ 120 personnes.
1934 Naissance de son frère, Alex (ou Lixi).
1938 Mars : Kurt Fischl décide de quitter la Tchécoslovaquie pour la France, où il part seul afin de préparer l’arrivée de sa famille. Deux semaines plus tard, celle-ci prend le dernier train qui quitte Prague pour Paris : au cours du voyage, le train est arrêté par les soldats allemands et tous les objets de valeur possédés par la mère d’Otto lui sont confisqués.
30 septembre : accords de Munich entre Hitler, Mussolini, Chamberlain et Daladier, qui concluent l’annexion des Sudètes (région tchécoslovaque frontalière de l’Allemagne peuplée d’environ trois millions de personnes d’origine allemande) par le III e Reich allemand. Début du démembrement de la Tchécoslovaquie.
1939 15 mars : invasion de la Tchécoslovaquie par les armées allemandes. Hitler signe à Prague le décret instituant le protectorat de Bohême-Moravie.
3 septembre : la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne nazie après l’invasion par celle-ci de la Pologne deux jours plus tôt : début de la Seconde Guerre mondiale en Europe.
Ayant tenté sans succès de quitter la France pour l’Angleterre, la famille Fischl revient à Paris.
1940 10 mai : début de la phase armée du conflit qui aboutit à la défaite française en moins de six semaines et à l’occupation allemande des trois cinquièmes du territoire.
La famille Fischl subit la législation antijuive et xénophobe instaurée par l’État français qui s’engage dans la voie de la collaboration avec l’Allemagne nazie.
1942 7 juin : Otto, comme tous les Juifs en zone occupée âgés de plus de six ans, porte l’étoile jaune.
Par l’intermédiaire de connaissances, la mère d’Otto rencontre M. Stacke, originaire de Moravie (alors en Tchécoslovaquie). Ce dernier, déjà père d’une famille nombreuse, accepte d’accueillir Otto et son frère Alex.
14 juillet : les deux frères arrivent à Salles-d’Angles à une dizaine de kilomèt re au sud de Cognac (Charente).
Août : les parents Fischl viennent rejoindre leurs enfants. Tous les quatre restent cachés dans la maison des Stacke jusqu’à la Libération.
19 août : naissance d’Agnès Stacke.
26 août : grande rafle des Juifs dans toute la zone dite « libre ».
11 novembre : les armées allemandes se rendent maîtresses de la zone dite « libre », après le débarquement allié en Afrique du Nord.
1943 19 octobre : Otto commence à tenir son Journal .
1944 6 juin : débarquement allié en Normandie.
3 septembre : Salles-d’Angles est libéré.
4 septembre : Otto fait sa première sortie hors de la maison des Stacke.
15 octobre : Otto entre au collège à Cognac.
1945 15 mars : Otto termine le second cahier de son Journal .
8 mai : fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe.
Août : de retour à Prague avec l’espoir de reprendre la vie qu’ils avaient quittée, les Fischl découvrent que toute leur famille sans exception a péri durant la Shoah et qu’ils sont les seuls survivants.
1948 La Tchécoslovaquie devient une démocratie populaire satellite de l’URSS.
Otto part pour l’Irlande, où son père a des relations de travail.
1949 Le reste de la famille Fischl rejoint Otto.
1950 Ils décident de quitter l’Irlande pour émigrer en Australie. De nouveau, Otto part en premier, et un an et demi plus tard, le reste de la famille le rejoint en Australie.
Avec son père, Otto monte une entreprise d’import-export de cuir qui existe encore aujourd’hui. Deux ou trois ans plus tard, son frère, Alex, se joint à eux et il est toujours dans ce commerce avec son fils.
Alex se marie. De cette union naîtront deux garçons.
1980 Décès de son père à Sydney.
1996 Décès de sa mère à Sydney.
Otto s’est marié deux fois. Il a eu quatre enfants qui lui ont donné cinq petits-enfants. Il travaille toujours activement dans l’entreprise familiale.

La famille Fischl devant la maison de M. et Mme Stacke, printemps 1945. De gauche à droite : Otto ; sa mère, Héda ; son frère, Lixi ; son père, Kurt.


Préface
Nombre de journaux tenus durant la guerre ont été publiés, certains parmi les « témoignages de la Shoah » qui constituent cette collection. Témoignages saisis sur le vif, ils constituent un outil précieux pour les historiens, mais également pour chaque personne qui veut connaître le sort que connurent des milliers de juifs durant la guerre : la réclusion. Pourtant rares sont les journaux qui témoignent de cette réalité. Certes, c’est le cas du plus connu et du plus lu d’entre tous les témoignages, le Journal d’Anne Frank. On peut également citer la publication en France, en 2001, du Journal d’un coiffeur juif 1 , témoignage d’Albert Grunberg, qui vécu cloîtré avec son frère dans une mansarde à Paris.
Le témoignage d’Otto Fischl vient rejoindre ceux-là. Durant près d’une année, d’octobre 1943 à la Libération, le jeune Otto, qui a quatorze ans quand il commence à écrire, tient au quotidien les chroniques d’une famille juive – il est avec ses parents et son frère – qui trouva asile auprès de Justes, la famille Stacke, dans un village en Charente. Famille qui n’est d’ailleurs pas des plus banales : Joseph Stacke et son épouse Aneska sont tchèques, immigrés en France. Et ont eux-mêmes une famille qui est nombreuse : ils ont alors cinq enfants, bientôt six. Ce qui ne les empêc

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents