Ozarow - Mémoire d une ville juive éteinte
186 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Ozarow - Mémoire d'une ville juive éteinte , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
186 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

"L’un des rares survivants d’Ozarow, Hillel Alder, né en 1920, traduit avec émotion et amour, la vie de son village natal.
Il dépeint avec réalisme et humour la vie juive de son Shtetl polonais anéanti par les nazis. Il fait revivre sous nos yeux les habitants, leurs coutumes, les fêtes, les événements qui rythment la vie d’Ozarow. On ressent la pauvreté, l’antisémitisme, la spiritualité, les tendances politiques et la solidarité juive.
Il décrit, avec le regard de l’enfant et de l’adolescent qu’il était, sa famille, ses voisins et amis disparus dans la tourmente.".

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782304043235
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Hillel Adler
Ozarow Mémoires d’une ville juive éteinte
Seconde édition
Préface à la présente édition de Renée Adler-Fischler
Préface de la première édition de Roger C ukierman
Collection
T É moignages de la Shoah

Éditions Le Manuscrit Paris


ISBN: 9782304043235
© 2019 Le Manuscrit
Hiller Adler




Présentation de la collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
En lançant sa collection « Témoignages de la Shoah » avec les éditions Le Manuscrit, et grâce aux nouvelles technologies de communication, la Fondation souhaite conserver et transmettre vers un large public la mémoire des victimes et des témoins des années noires des persécutions antisémites, de 1933 à 1945.
Aux nombreux ouvrages déjà parus la Fondation espère ainsi ajouter les récits de celles et ceux dont les voix sont restées jusqu’ici sans écho : souvenirs souvent enfouis au plus profond des mémoires individuelles ou familiales, récits parfois écrits mais jamais diffusés, témoignages publiés au sortir de l’enfer des camps, mais disparus depuis trop longtemps des rayons des bibliothèques.
Si quelqu’un seul ne peut décrire l’indicible, la multiplicité des récits peut s’en approcher.
En tout cas, c’est l’objectif que s’assigne cette collection à laquelle la Fondation, grâce à son Comité de lecture composé d’historiens et de témoins, apporte sa caution morale et historique.
Face à une actualité où l’instrumentalisation des conflits divers tend à obscurcir, confondre et banaliser ce que fut la Shoah, cette collection permettra aux lecteurs, chercheurs et étudiants de mesurer la spécificité d’une persécution extrême dont les uns furent acteurs, les autres complices, et face à laquelle certains restèrent indifférents et les autres héroïques.
Puissent ces ouvrages inspirer à leurs lecteurs l’esprit de fraternité, le rejet de l’antisémitisme et de toute autre forme d’exclusion.
Consultez le site Internet de la FMS : www.fondationshoah.org


Comité de lecture de la collection (2014)
Serge Klarsfeld, président
Henri Borlant, survivant de la déportation
Isabelle Choko, survivante de la déportation
Olivier Coquard, historien
Katy Hazan (OSE), historienne
Dominique Missika, historienne
Denis Peschanski, historien
Paul Schaffer, survivant de la déportation
Annette Zaidman, enfant cachée
Philippe Weyl, responsable de la collection
Correction : Laurence Beilvert
Voir les autres titres de la collection en fin de volume .


Biographie de Hillel Adler
1920 25 juillet : naissance de Hillel Adler à Ozarow, en Pologne (voïvodie de Sainte-Croix), fils de Shmouel et de Rachel, née Melman, dans une famille de maçons et de boulangers.
1921 Décès de son père. Sa mère reste seule avec six enfants : ses deux enfants en bas âge ainsi que les quatre enfants de sa sœur. En effet, Shmouel Adler avait tout d’abord épousé Scheindel, la sœur aînée de Rachel, avec laquelle il avait eu quatre enfants : Chawa, Max, Meïr, Abraham. Lorsque Scheindel est décédée, c’est sa jeune sœur Rachel qui, selon la loi juive, a épousé le mari resté veuf et a recueilli les quatre enfants. Ensuite, le couple a eu deux fils : Shimon et Hillel, le plus jeune de cette fratrie.
1926 à 1935
Hillel Adler fréquente l’école polonaise et l’école juive ( Heder ), où il est très bon élève.
En raison de la pauvreté familiale, il ne lui est pas possible de poursuivre des études. Il apprend le métier de fabricant de tiges de bottes.
1936 Pour aider financièrement sa mère, il donne des cours particuliers à des enfants, rend divers services aux membres de la communauté. Il commence à s’intéresser à l’ouverture à la vie moderne, moins religieuse.
Ses demi-frères, Meïr, Max et Abraham, quittent la Pologne pour la France.
1939 1 er septembre : les armées nazies envahissent par surprise la Pologne. Début de la Seconde Guerre mondiale en Europe.
3 septembre : la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne nazie.
Ozarow est sous occupation allemande. Hillel et son frère Shimon sont tentés de fuir mais ne veulent pas abandonner leur mère.
17 septembre : l’armée soviétique envahit la partie orientale de la Pologne.
27 septembre : capitulation de Varsovie.
28 septembre : les Allemands créent dans l’ouest de la Pologne le Reichsgau Wartheland 1 , territoire annexé et incorporé au III e Reich, par opposition aux régions polonaises administrées par le Gouvernement général ( Generalna Gubernia en polonais).
À Ozarow, les Juifs (64 % de la population) subissent les persécutions et humiliations de la part des occupants nazis.
26 octobre : travail obligatoire pour tous les hommes juifs de 16 à 60 ans.
18 novembre : décret sur la constitution des conseils juifs ( Judenrat ) dans le Gouvernement général dirigé depuis Cracovie par le nazi Hans Frank (dépend de Hitler).
1 er décembre : premier jour de l’obligation du port d’un brassard blanc avec une étoile de David bleue pour les Juifs de plus de 10 ans du Gouvernement général.
Premières utilisations de camions de gazage en Pologne.
1941 22 juin : rupture du pacte germano-soviétique et invasion surprise de l’URSS par les armées nazies.
31 juillet : Göring charge Reinhard Heydrich de la mise en œuvre de la « solution finale de la question juive dans la zone d’influence de l’Allemagne » : l’ Aktion Reinhardt est lancée. Il s’agit de l’anéantissement des Juifs du Gouvernement général de Pologne.
Entre la fin octobre et le 15 décembre : Hitler décide la destruction des Juifs d’Europe. Plus de onze millions de personnes sont visées.
1942 20 janvier : conférence de Wannsee (banlieue de Berlin), qui organise économiquement, administrativement et technique-ment la « solution finale de la question juive en Europe ».
19 juillet : ordre de Himmler d’anéantir les Juifs du Gouvernement général de Pologne avant le 31 décembre.
2 septembre : décision de Hitler de conserver provisoirement les ouvriers spécialisés dans le Gouvernement général.
3 septembre : déportation brutale avec un groupe de jeunes du village, dont Ratsa Grynberg (qui deviendra Régine Adler), vers le camp de travail forcé de Skarzysko-Kamienna (situé à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest d’Ozarow, région de Sainte-Croix), tenu au secret militaire et comprenant trois sites d’usines d’armement de l’entreprise allemande Hasag.
Au camp de Skarzysko, Hillel (matricule 4098) fabrique des munitions au Werk (« usine ») A.
Sa mère, son frère Shimon, sa sœur, Chawa, avec son époux et leurs huit enfants seront déportés plus tard vers le camp d’extermination de Treblinka avec le reste des habitants juifs du village.
1943 11 janvier : l’état-major de l’ Aktion Reinhardt estime à 1 274 160 le nombre de morts en 1942 à Belzec, Sobibor, Majdanek et Treblinka.
2 février : à Stalingrad, capitulation de l’armée allemande qui assiégeait la ville depuis août 1942. Première défaite militaire d’envergure des armées allemandes, qui marque un tournant dans le conflit armé.
19 avril : début de l’insurrection du ghetto de Varsovie (anéanti en juin).
1944 22 juin : début de l’offensive de l’armée soviétique en Europe de l’Est.
5 août : Hillel est transféré au camp de Buchen-wald ( à une dizaine de kilomètres de Weimar, Land allemand de Thuringe actuel), puis à l’un de ses Aussenkommandos (« commandos extérieurs », c’est-à-dire camps satellites) de Schlieben (Land allemand de Brandebourg actuel) , où est également implantée l’entreprise Hasag. Il travaille comme un esclave dans une usine d’armement et endure la terreur et la violence continuelles, la faim, le froid et l’absence d’hygiène. Il subit des sélections, voit nombre d’amis disparaître et apprécie d’autant plus les gestes de solidarité entre déportés qui viennent parfois humaniser cet enfer.
1 er août : la principale force de résistance polonaise (AK) déclenche le soulèvement de Varsovie contre l’armée allemande – écrasée le 2 octobre suivant (entre 220 000 et 250 000 morts) –, alors que l’Armée rouge qui vient d’atteindre la Vistule n’intervient pas

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents