Seule à quatorze ans à Ravensbrück et Bergen-Belsen
109 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Seule à quatorze ans à Ravensbrück et Bergen-Belsen , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
109 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Marie Rafalovitch a 14 ans quand sa vie bascule le 24 juillet 1944. Dénoncée par un voisin à Toulouse, elle est arrêtée par un milicien français et un membre de la Gestapo. Enfermée à la caserne Caffarelli avec des familles juives raflées, elle est déport

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 1
EAN13 9782304044898
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Marie Vaislic
Seule à quatorze ans à Ravensbrück et Bergen-Belsen
Collection T émoignages de la Shoah

Le Manuscrit


ISBN: 9782304044898
© 2019 Le Manuscrit
Marie Vaislic




Présentation de la collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
En lançant sa collection « Témoignages de la Shoah » avec les É ditions Le Manuscrit, et grâce aux nouvelles technologies de communication, la Fondation souhaite conserver et transmettre vers un large public la mémoire des victimes et des témoins des années noires des pers é cutions a ntisémites, de 1933 à 1945.
Aux nombreux ouvrages déjà parus la Fondation espère ainsi ajouter les récits de celles et ceux dont les voix sont restées jusqu’ici sans écho : souvenirs souvent enfouis au plus profond des mémoires individuelles ou familiales, récits parfois écrits mais jamais diffusés, témoignages publiés au sortir de l’enfer des camps, mais disparus depuis trop longtemps des rayons des bibliothèques.
Si quelqu’un seul ne peut décrire l’indicible, la multiplicité des récits peut s’en approcher.
En tout cas, c’est l’objectif que s’assigne cette collection à laquelle la Fondation, grâce à son Comité de lecture composé d’historiens et de témoins, apporte sa caution morale et historique.
Face à une actualité où l’instrumentalisation des conflits divers tend à obscurcir, confondre et banaliser ce que fut la Shoah, cette collection permettra aux lecteurs, chercheurs et étudiants de mesurer la spécificité d’une persécution extrême dont les uns furent acteurs, les autres complices, et face à laquelle certains restèrent indifférents et les autres héroïques.
Puissent ces ouvrages inspirer à leurs lecteurs l’esprit de fraternité, le rejet de l’antisémitisme et de toute autre forme d’exclusion.
Consultez le site Internet de la FMS : www.fondationshoah.org


Comité de lecture de la collection (2014)
Serge Klarsfeld, président Henri Borlant, survivant de la déportation Isabelle Choko, survivante de la déportation Olivier Coquard, historien Katy Hazan (OSE), historienne Dominique Missika, historienne Denis Peschanski, historien Paul Schaffer, survivant de la déportation Annette Zaidman, enfant cachée Philippe Weyl, responsable de la collection Correction : Laurence Beilvert
Voir les titres de la collection en fin de volume.


Biographie de Marie Vaislic, née Rafalovitch/Rafalowicz
1930 11 juin : naissance de Marie à Toulouse (Haute-Garonne). Son père, Abram Rafalowicz, né en 1903 à Konskie (voïvodie de Sainte-Croix, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Skarzysko-Kamienna), a épousé à Tel-Aviv, le 19 mars 1926, Malka Kurnenz, née en 1904 à Piotrkow-Trybunalski (voïvodie de Lodz, dont elle est distante d’une cinquantaine de kilomètres en direction du sud-est, et à une soixantaine de Konskie dans la même direction). Ils ont eu un fils, Jacki (François pour l’état civil), le 11 avril 1928, à Toulouse, où ils s’étaient installés l’année précédente alors qu’ils envisageaient d’émigrer aux États-Unis d’Amérique. Ils tiennent un restaurant qu’ils ont repris à la suite d’un ami de Piotrkow qui les avait accueillis et fait travailler à leur arrivée.
1931 Les parents de Marie font faillite et deviendront marchands-forains.
1933 30 janvier : Adolf Hitler est nommé chancelier.
1934 Janvier : pacte de non-agression entre la Pologne et l’Allemagne nazie.
Marie et son frère sont officiellement de nationalité française.
Marie entre à l’école communale après avoir fréquenté un établissement catholique.
1935 15 septembre : lois de Nuremberg.
1936 18 juillet : début de la Guerre civile d’Espagne.
Les parents de Marie achètent une voiture pour faire les marchés de la région.
1937 Itch, frère cadet du père de Marie, vient habiter chez eux, 4 rue Saint-Catherine à Toulouse.
1938 29 septembre : Accord de Munich.
1939 9 mars : le gouvernement français estime à 440 000 le nombre de réfugiés venus d’Espagne. Ils sont cantonnés dans des camps sommaires dans le Sud.
1er avril : fin de la Guerre civile d’Espagne.
22 mai : Pacte d’Acier entre l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste.
23 août : signature du pacte de non-agression germano-so viétique comprenant notamment un accord secret sur un partage de la Pologne entre les signataires.
1er septembre : les armées allemandes envahissent la Pologne par surprise. Début de la Seconde Guerre mo ndiale en Europe.
2 septembre : Abram, le père de Marie, se présente au bureau de recrutement pour s’engager volontaire. Il est déclaré apte cinq jours plus tard. Il ne sera pas appelé.
3 septembre : la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne nazie.
1940 10 mai : début de la phase armée du conflit qui met fin à la « Drôle de guerre ». Les Allemands attaquent par surprise la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg afin de contourner la ligne de défense française Maginot et d’envahir la France. Les populations civiles fuient les combats, c’est l’Exode.
Les Rafalowicz accueillent des cousins de Paris, des amis et des connaissances.
18 juin : à Londres, le général de Gaulle appel à la poursuite de la lutte armée.
22 juin : armistice entre la France et l’Allemagne à Rethondes. Trois cinquièmes de la France sont occupés par les armées nazies.
10 juillet : à Vichy, l’Assemblée nationale (députés et s é nateurs réunis) vote les pleins pouvoirs au maréchal P é tain. L’État français remplace la IIIe République. Pétain met en œuvre la « Révolution nationale » (réactionnaire, xénophobe, antisémite et anticommuniste).
30 juillet : la ligne de démarcation sépare la zone dite libre gouvernée à Vichy, au sud (avec Toulouse), de la zone sous occupation allemande, au nord et à l’ouest.
Automne : premières lois anti-juives adoptées par le gouvernement de Vichy, dont, le 3 octobre, le premier statut des Juifs, complété le lendemain par une loi qui précise que les Juifs étrangers pourront être internés dans des camps sp é ciaux .
24 octobre : entrevue de Montoir : Pétain engage la France dans la voie de la collaboration avec l’Allemagne nazie.
1941 29 mars : création du premier Commissariat général aux questions juives (CGQJ).
2 juin : second statut des Juifs. Les Juifs de la zone libre doivent se faire recenser. Les préfets sont autorisés à interner les Juifs français.
22 juin : rupture du pacte germano-soviétique et invasion surprise de l’URSS par les armées nazies.
21 juillet : « aryanisation » des entreprises en zone libre.
1942 20 janvier : conférence de Wannsee (banlieue de Berlin), qui organise économiquement, administrativement et techniquement la « solution finale de la question juive en Europe », dont la décision remonte à quelques mois.
7 juin : entrée en vigueur de l’obligation du port de l’étoile jaune pour les Juifs de plus de six ans en zone occupée.
16 juillet : premier jour de la rafle dite du Vél’ d’Hiv’ à Paris et dans sa région.
23 août : protestation de l’archevêque de Toulouse, Mgr Saliège, « Sur la personne humaine », lue en chaire sans commentaire.
26-28 août : rafles d’environ 10 000 Juifs (hommes, femmes et enfants) dans la zone dite libre.
11 novembre : suite au débarquement allié en Afrique du Nord trois jours plus tôt, les armées allemandes occupent l’ensemble du territoire français, hormis huit départements du sud-est qui passent sous le contrôle des Italiens.
Les parents de Marie doivent arrêter de faire les marchés faute d’essence pour les particuliers. Ils écoulent peu à peu leur stock de marchandises.
11 décembre : loi du gouvernement de Vichy sur l’obligation de l’apposition du tampon « JUIF » sur les cartes d’identité et de rationnement des Juifs de la zone sud.
1943 2 février : le général allemand Friedrich Paulus capitule à Stalingrad : première grande défaite militaire des nazis.
Marie et ses parents ne dorment plus chez eux par crainte d’être raflés. Ils doivent traverser le hall du commissariat de la rue Saint-Michel pour accéder à leur logement de nuit situé dans un jardin juste derrière.
Septembre : les Italiens évacuent leur zone d’occup

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents