Une enfance en otage. "La protégée du Maréchal" à Bergen-Belsen
68 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Une enfance en otage. "La protégée du Maréchal" à Bergen-Belsen , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
68 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Colette Tcherkawsky fait partie des 77 enfants de prisonniers de guerre juifs qui furent déportés de France pour servir de monnaie d'échange aux nazis. Si son père était protégé par les conventions de Genève, le reste de la famille n'a pas été épargné par les persécutions antisémites et la barbarie nazie. Colette est ainsi arrêtée avec sa mère et son frère lors de la rafle des Juifs de Rouen, en janvier 1943. Internés au camp de Drancy durant 14 mois, ils connaîtront également celui de Beaune-la-Rolande. Le 2 mai 1944, ils sont déportés au « camp de l'étoile » à Bergen-Belsen, Colette n'a alors que douze ans. Ensemble, ils parviendront à survivre. Le récit concis et lucide de Colette décrit une situation qui fait figure d'exception dans l'histoire de la déportation des Juifs car le sort des enfants déportés était la chambre à gaz et la mort. Militante de la Mémoire, Colette a créé, avec Albert Bigielman, l'Amicale des anciens déportés de Bergen-Belsen.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 1
EAN13 9782304037876
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Colette Tcherkawsky
Une enfance en otage
« Protégée du maréchal » à Bergen-Belsen
Préface d’Odette Christienne Postface de Claire Marynower
Collection T Émoignages de la Shoah

Le Manuscrit


© Éditions Le Manuscrit, 2019
ISBN : 9782304037876
Colette Tcherkawsky




Présentation de la collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
En lançant sa collection « Témoignages de la Shoah » avec les éditions Le Manuscrit, et grâce aux nouvelles technologies de communication, la Fondation souhaite conserver et transmettre vers un large public la mémoire des victimes et des témoins des années noires des persécutions antisémites, de 1933 à 1945.
Aux nombreux ouvrages déjà parus, la Fondation espère ainsi ajouter les récits de celles et ceux dont les voix sont restées jusqu’ici sans écho : souvenirs souvent enfouis au plus profond des mémoires individuelles ou familiales, r é cits parfois écrits mais jamais diffusés, témoignages publiés au sortir de l’enfer des camps, mais disparus depuis trop longtemps des rayons des bibliothèques.
Si quelqu’un seul ne peut décrire l’indicible, la multiplicité des récits peut s’en approc her.
En tout cas, c’est l’objectif que s’assigne cette collection à laquelle la Fondation, grâce à son Comité de lecture composé d’historiens et de témoins, apporte sa caution morale et historique.
Face à une actualité où l’instrumentalisation des conflits divers tend à obscurcir, confondre et banaliser ce que fut la Shoah, cette collection permettra aux lecteurs, chercheurs et étudiants de mesurer la spécificité d’une persécution extrême dont les uns furent acteurs, les autres complices, et face à laquelle certains restèrent indifférents et les autres héroïques.
Puissent ces ouvrages inspirer à leurs lecteurs l’esprit de fraternité, le rejet de l’antisémitisme et de toute autre forme d’exclusion.
Consultez le site Internet de la FMS : www.fondationshoah.org


Comité de lecture de la collection (2011)
Serge Klarsfeld, président
Henri Borlant, survivant de la déportation
Isabelle Choko, survivante de la déportation
Olivier Coquard, historien
Katy Hazan (OSE), historienne
Dominique Missika, historienne
Denis Peschanski, historien
Paul Schaffer, survivant de la déportation
Annette Zaidman, enfant cachée
Philippe Weyl, responsable de la collection
Voir les autres titres de la collection en fin de volume, pages. 127 à 131 .


Biographie de Colette Tcherkawsky
1932 10 février : naissance de Colette à Paris. Ses jeunes parents, Berthe et Maurice, tous deux nés à Paris en 1908, se sont mariés en 1930. Un premier enfant, Claude, est né de cette union le 18 octobre 1930. De classe moyenne et laïque, la famille incarne la réussite d’une génération de Juifs qui ont su gagner leur place dans la société française après l’émigration de leurs parents depuis les pays d’Europe de l’Est.
Les grands-parents maternels de Colette, Maurice Moscovici et Sophie Feller, arrivés de Roumanie en 1905, se sont vu refuser la naturalisation après leur installation à Paris.
Ses grands-parents paternels, Maurice et Sophie, venus d’Ukraine au tout début du xxe siècle, ont été naturalisés vers 1920. Ils passeront les années de guerre à Paris sans être arrêtés.
1939 23 août : signature du pacte de non-agression germano-soviétique.
3 septembre : la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne nazie qui a envahi la Pologne deux jours plus tôt ; c’est le début de la Seconde Guerre mondiale en Europe.
Alors que la famille Tcherkawsky habite Mont-Saint-Aignan dans la banlieue de Rouen (Seine-Inférieure, aujourd’hui Seine-Maritime), Maurice, le père de Colette, officier, est mobilisé. Il est affecté en Alsace sur la ligne Maginot.
1940 10 mai : fin de la « drôle de guerre », début de la guerre éclair. Les Allemands traversent par surprise la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg afin de contourner la ligne de défense française Maginot et d ’envahir la France.
Rouen est durement bombardée. Colette, avec son frère et sa mère, comme des millions de personnes, fuit les combats en voiture vers le sud (Exode). Ils trouvent refuge près d’Agen.
Juin : le père de Colette est fait prisonnier.
22 juin : armistice entre la France et l’Allemagne à Rethondes. Trois cinquièmes de la France sont occupés par les armées nazies.
10 juillet : à Vichy, l’Assemblée nationale (députés et sénateurs réunis) vote les pleins pouvoirs au mar é chal Pétain. L’ État français remplace la III e République. Pétain met en œuvre la « Révolution nationale » (réactionnaire, xénophobe, antisémite et anticommuniste).
30 juillet : la ligne de démarcation sépare la zone dite libre gouvernée à Vichy, au sud, de la zone sous occupation allemande, au nord et à l’ouest.
Malgré l’interdiction faite aux Juifs de revenir en zone occupée, les Tcherkawsky retournent chez eux, à Mont-Saint-Aignan.
3 et 4 octobre : le gouvernement de Vichy publie des lois discriminatoires antijuives ; premier statut des Juifs.
1941 2 juin : second statut des Juifs.
1942 7 juin : entrée en vigueur de l’obligation du port de l’ étoile jaune pour les Juifs de plus de six ans en zone occupée.
11 novembre : les armées allemandes envahissent la zone dite libre, après le débarquement allié en Afrique du Nord.
30 septembre : les grands-parents maternels de Colette font partie des 210 déportés juifs du convoi n° 39 à destination d’Auschwitz. Ils ne reviendront pas.
Octobre : Colette fait son entrée en classe de 6 e au lycée Corneille de Rouen.
1943 15 janvier : début de la rafle des Juifs à Rouen et son département. Colette, sa mère et son frère sont arrêtés par la police fran çaise en plein e nuit à leur domicile de la banlieue de Rouen.
16 janvier : ils sont transportés à Paris et internés au camp de Drancy (aujourd’hui, Seine-Saint-Denis).
2 février : le général allemand Friedrich Paulus capitule à Stalingrad : première grande défaite militaire des nazis.
Les Tcherkawsky sont transférés au camp d’internement de Beaune-la-Rolande (Loiret), où ils restent un mois.
1944 2 mai : ils font partie des 70 femmes et enfants déportés par train de voyageurs au camp de concentration de Bergen-Belsen (de nos jours Land de Basse-Saxe, Allemagne). C’est le premier de quatre groupes de femmes et d’enfants dont le chef de famille est prisonnier de guerre en Allemagne. Internés au « camp de l’étoile » , section du camp de Bergen-Belsen, ils sont censés servir de monnaie d’ échange contre des Allemands aux mains des Alliés.
1945 Mai : le père de Colette est libéré par les Américains à Lübeck (Land de Schleswig-Holstein, Allemagne).
9 avril : Colette, Claude et Berthe sont évacués du camp Bergen-Belsen en wagons à bestiaux. Plus de ٢ ٠٠٠ juifs du camp de l’étoile font partis ce transport qu’on appellera le « train fantôme ».
15 avril : les troupes britanniques libèrent le camp de Bergen-Belsen. Elles y trouvent environ 13 ٠٠٠ morts par terre et ٦٠ ٠٠٠ détenus.
23 avril : les Allemands abandonnent le « train fantôme » près du village de Tröbitz (Land de Brandebourg, Allemagne). La mère de Colette est atteinte du typhus. Les Cosaques de l’Armée rouge les libèrent.
Tröbitz, où vont habiter les survivants (environ la moitié) du convoi, est mis en quarantaine.
8 et 9 mai : fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe.
Mai : Colette est atteinte de la typhoïde.
25 juin : les Tcherkawsky se retrouvent tous à l’hôtel Lutetia à Paris.
La famille est invitée par la France à passer sa convalescence à Palace-Hôtel de Menthon-Saint-Bernard, sur les bords du lac d’Annecy, puis retrouve Mont-Saint-Aignan.
Octobre : Colette reprend ses études au lycée Jeanne-d’Arc de Rouen.
1950 Elle obtient son baccalauréat. Elle a sauté deux classes.
Octobre : Colette entre en classe préparatoire scientifique au lycée Fénelon à Paris où elle est interne.
1952 Colette fait sa dernière année de math spé. au lycée Corneille de Rouen.
1953 Elle est reçue à l’ École norma

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents