Pigeon viol
22 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Pigeon viol

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
22 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le crime aurait été parfait sans ces putains de volatiles. Méfiez-vous des pigeons !

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 4
EAN13 9791023402018
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Gérard Streiff Pigeon viol suivi de Fenêtre de tirNouvelles CollectionNoire Sœur
2
Pigeon viol
Sans ces putains de pigeons, tout se serait bien passé. J’avais interpellé Hubert Makrossian, le prof, à la fin de son cours. « Bonne gouvernance financière et droit des affaires » que ça s’appelait. Disons, pour faire vite, que c’était un de ces innombrables topos de Paris-Dauphine sur l’art de bien entuber les pauvres, mais passons. Le type avait l’arrogance tranquille des prospères, ces zèbres qui avaient mis plusieurs générations à savoir relever le menton et vous regarder comme la dernière des merdes. Vous êtes dans mon cours ? Je vous ai jamais vue ? qu’il me dit. Je lui explique mon retard à l’inscription, mon envie de suivre son magistère, et blabla. Je m’étais sapée pour le faire tomber ici et maintenant. C’était ma journée cuir rouge, petite veste à gros décolleté, mini jupe et pas de bas. A dix jours de Noel, bonjour les courants d’air 3
mais je savais, par ouï-dire, que le type appréciait. Je m’étais maquillée grave, limite pute et il me regardait comme un gros gourmand. On était allé sans transition dans la petite chambre de la porte de Clichy, je lui avais raconté je ne sais plus trop quoi, de toute façon il se foutait pas mal de mes explications, il avait compris. En route, je remarquais ce brouillard ambulant qui se promenait sur la ville comme un voile de prestidigitateur. A deux stations du RER de la fac, la mansarde nous attendait. Elle appartenait à une association humanitaire où j’avais milité dernièrement ; le local n’était jamais occupé, j’en avais gardé la clé. J’invitais mon maître à monter, il s’exécuta sans la moindre hésitation, tout occupé déjà par le programme à venir. Le local était on ne peut plus austère, sans lumière, sans eau, sans chauffage, sans rien, juste un coin avec un sommier et un vieil autoradio à pile, et basta. Un minuscule fenestron donnait une pauvre lumière. Manifestement tout le monde avait oublié l’existence de ce coin,
4
sauf moi. Entrée, escalier, couloir : personne en vue, c’était parfait. Vous sentez bon, me dit le mandarin, dans la montée. Je n’avais pourtant rien mis ; ça devait être une histoire de phéromones et de glandes exocrines. Il faut dire que j’étais hyper stressée et que ça devait se sentir, si j’ose dire. La porte de notre nid d’amour à peine refermée, il m’était tombé dessus, m’avait à moitié arraché les fringues et salement mordu l’épaule ; on s’affaissa sur ce qui servait de pieu. Décidé à le buter fissa, je lui piquais la carotide, faut dire que je m’étais entraînée. Je venais de lui balancer un concentré de penthotal, ce truc miraculeux dont on se sert en Suisse pour euthanasier, aux States pour exécuter et en Argentine, jadis, avant de balancer les gauchistes à la mer. En cinq sec, la messe était dite. Excité comme une puce, le bonhomme n’avait pas compris mon geste. Il devait se croire victime d’un méchant suçon. En tout cas sa carcasse, comme une main qui s’ouvre puis se referme, fut rapidement traversée par un brutal
5
mouvement d’expansion, suivi par une phase de repli. Définitif. Il était mort. J’avais avec moi un sac poubelle de deux cents litres, et je réussis péniblement à le glisser à l’intérieur. Je fermais soigneusement le tout, l’odeur de cadavre, il faut s’en méfier. En partant, je laissais pourtant entr’ouvert le fenestron, cet espace étroit, tout en longueur, on pouvait à peine y mettre la main. C’était inutile mais on ne prend jamais assez de précaution avec les macchabées, me dis-je. Je sortais, refermais et bingo, une fois encore, pas un chat dans les environs. M’éloignant de l’immeuble, je balançais la clé dans la première bouche d’égout. La disparition du prof, les jours suivants, fit du bruit mais point trop ; on m’avait vue lui parler à la fin de son ultime cours, l’inspecteur Martial Poupard m’interrogea. C’était un long flic mou, l’air fatigué ; il me titilla sans conviction, il avait sur sa liste de témoins des dizaines d’élèves à voir. L’affaire se tassa vite, la fac de son côté, connaissant la réputation de Makrossian, ne voulait pas en
6
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents