L
555 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

L'écume du temps

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
555 pages
Français

Description

Demba Dia est le directeur général adjoint d'une banque d'État. Puissant, craint et respecté, il est intransigeant aussi bien dans son travail que dans sa vie. Mais, du jour au lendemain, tout change. À la suite d'une cabale politicienne, il est éjecté sans ménagement de la banque. Il se retrouve seul devant sa famille qu'il avait presque sacrifiée sur l'autel de ses ambitions. La solitude, l'amertume, la maladie s'invitent. Ce roman est avant tout une critique sévère de la société sénégalaise, voire de toutes les sociétés africaines d'après-indépendance.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 juin 2020
Nombre de lectures 143
EAN13 9782140152368
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

25
se
-
Ibràhimà Hane
L’écumE du tEmps
RomàN
L’écume du temps roman
NOUVELLES LETTRES SÉNÉGALAISES (NLS) Collection dirigée par Dr Abdoulaye Diallo
KANE Abdoul,Les eaux noiresNouvelles Lettres, roman, « Sénégalaises », mai 2020.
SOW Seydi,Un fleuve de silence pour les larmes du cœur, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », mai 2020.
DIALLO Khalil,À l'orée du trépasNouvelles Lettres, roman, « Sénégalaises », octobre 2018. BA Said Mouhamed,La révolte du sexe, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », octobre 2016. FALL Habib Demba, Les trésors du chaos. roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », juillet 2016 DIA Hamidou,Les sanglots de l'espoir, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », juin 2016 NDIÉGUÈNE Ndèye Marie Aida,Un lion en cage, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises »,mai 2016 BENGA Sokhna,Bris d'ombreNouvelles Lettres, roman, « Sénégalaises », mars 2016 KANE Abdoulaye Élimane,Les Dissidents, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », août 2015. NDIAYE Amadou Alain,24 impasse Salonique, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », juin 2013 GUISSÉ Ameth,Une mort magnifique, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », juin 2013 NDIAYE Adja Ndèye Boury,Collier de cheville.Récit. « Nouvelles Lettres Sénégalaises », mars 2013. FALL Marouba,Casseurs de solitude, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », octobre 2012.
Ibrahima HANE
L’écume du temps roman
Du même auteur :
Errance, United Press, 2016.
© L’HARMATTAN-SÉNÉGAL, 2020 10 VDN, Sicap Amitié 3, Lotissement Cité Police, DAKAR
http://www.harmattansenegal.com senharmattan@gmail.com senlibrairie@gmail.com
ISBN : 978-2-343-19892-7 EAN : 9782343198927
À mes enfants.
7
PRÉFACE
Au seuil de ce livre, le lecteur est happé par le vertige de la curiosité et la peur du gouffre. Peur d’être, tour à tour, au gré des pages, juré, prévenu, avocat et public d’un procès auquel il ne peut échapper, par lequel le salut doit arriver. Vertige d’engager un corps-à-corps littéraire avec un texte épais, ambitieux, récité avec l’insolence de la sagesse. Ibrahima Hane connaît la vertu de la résilience, l’importance du bon moment. Il y a dans tout littérateur tardif, c’est vrai de Bernanos, une empreinte d’intégrité et de vérité. Ce que la précocité ne vous donne pas, l’âge vous le rend au centuple.
À plus de cinquante ans, Ibrahima Hane, lecteur compulsif, est de ce cercle dans lequel la vocation d’écrire s’allie à la patience pour hâter l’heure de grâce. Le retrait et le retard donnent souvent, à tout écrivain qui adopte le contretemps, vue sur l’humanité. On la voit resplendir, hoqueter, s’avachir. Le peintre, comme l’écrivain, tient ainsi sa muse à distance idéale. Il y a peu, certes, de l’observation des mœurs à la littérature ; mais l’une ne produit pas l’autre. La seconde naît d’elle-même, de la puissance du souffle, à la réalité en mouvement. Et pourtant, voilà que l’auteur, ici, les agrège, dans un texte dont le titre n’est point usurpé, puisqu’il se présente comme l’inventaire inachevé d’une
9
« vie ». « Celle de l’auteur ? », s’empresseront de s’interroger les lecteurs. Non, mieux, il pousse plus loin l’exploration. Celle d’une séquence sur un demi-siècle, voire plus, dans un pays qu’on sait être le Sénégal, qui pourrait en être un autre, peu importe, où Demba Dia, banquier, nous emmène, comme sur les vasques d’une fontaine, d’étage en étage : la famille, les affaires, la politique, la société, et dans une respiration plus grande, il touche à l’universel.
Si le roman est ce miroir stendhalien, gageons ici que même si le narrateur est extérieur, et que Demba Dia se dresse devant la glace, celui que l’on voit reste assurément Ibrahima Hane. Absent, mais son ombre peuple le texte. Demba Dia est un splendide avatar. On y rencontre sa femme, faite d’artifices, sa fille, de prodige, ses fils, de distance, ses collègues banquiers, de férocité. Les univers politique, religieux, affairiste ; les ethnies, les castes, les inépuisables querelles interculturelles ravivées par un autre procès : celui de la colonisation. La modernité ou la tradition ? L’intrigue serpente dans ce labyrinthe du tout-social avec une lampe torche au front du narrateur, dans les bouches de cet égout social. C’est dans ce grand maelstrom, comme jadis au temps del’errance de Seyni Sène, son premier roman, que les enjeux se superposent, que l’auteur nous propose une véritable psychologie sociale d’une prodigieuse envergure.
Ibrahima Hane cite volontiers Zola, l’ombre du père des Rougon-Macquart plane en effet au-dessus de son ambition. Si le réalisme raconte le réel sans l’idéaliser, que le naturalisme y plonge la loupe grossissante, Ibrahima Hane
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents