Pour Léa
56 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Pour Léa , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
56 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pour Léa tente de décrire la vie quotidienne de quelques Français en 2017 et dans les années suivantes, à la suite de la victoire électorale d’un parti populiste, le Front Patriotique.
Vous y trouverez Léa, passionnée de langues et qui veut travailler dans le tourisme, son frère Matéo et ses difficultés scolaires, ses parents qui ne demandent qu’à bien vivre dans la banlieue de Toulouse. Et Stéphanie, qui veut le meilleur pour le village de Champagne dont elle est le maire. Et aussi Youssef, passionné de culture française et qui veut faire don de ses recherches à son pays d’adoption.
Mais la vie de tout ce petit monde va basculer parce que « les loups regardent vers Paris » et que les guetteurs n’ont pas vu l’imminence du danger.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 mars 2017
Nombre de lectures 0
EAN13 9782312051093
Langue Français

Exrait

Pour Léa
François Citayen
Pour Léa
Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas
LES ÉDITIONS DU NET
126, rue du Landy 93400 St Ouen
© Les Éditions du Net, 2017
ISBN : 978-2-312-05109-3
À ceux qui vous disent :
« on a tout essayé,
pourquoi pas le Front ? »
P REMIÈRE PARTIE
Dors , petite France , dors !
Sylvain
7 mai 2017, 20 heures
« OUAAAAAIS !!!!! YOU ! YOU ! YOU ! »
Les cris de joie venaient de la rue, bientôt relayés par les pétards et par un concert de klaxons qui dura jusqu’au petit matin. Dans son salon, devant la télévision qui annonçait les résultats du second tour, Sylvain Demaison ne partageait pas l’allégresse générale. Oh, bien sûr, lui aussi avait voté pour Martine Lagach, mais sans enthousiasme. Il était simplement fatigué de tous ces politiciens coupés des réalités et incapables de ramener le pays dans la prospérité. Comme disait son collègue Ludo : « On a tout essayé sans résultat, pourquoi pas essayer le Front Patriotique ? »
Cela faisait exploser Éric, le délégué syndical : « Mais vous voyez pas que l’essayer, c’est l’adopter ? Le Front Patriotique aux élections, c’est comme le dentifrice qui sort du tube : très facile dans un sens, impossible dans l’autre ? »
On en avait assez, des radotages d’Éric ! Et puis : qu’est-ce qu’ils avaient obtenu, les syndicats ?
Malgré tout, Sylvain n’était pas sûr d’avoir fait le bon choix. En fait, ce qui avait le plus fait pencher la balance, c’est le cambriolage dont il avait été victime : au retour du réveillon de la Saint-Sylvestre, il avait retrouvé sa maison saccagée, la façade taguée et les objets de valeur disparus. Chose curieuse, toutes ses bouteilles de Bordeaux étaient cassées dans la cave. « Signé Nitouche, avaient dit les policiers, il ne supporte pas le Bordeaux ! » Nitouche et sa bande avaient été interpellés, mais pas incarcérés ! Bien que récidivistes ! Sylvain était furieux, d’autant que son assureur avait trouvé la faille permettant de ne pas le rembourser. Au procès, Nitouche s’en était tiré avec six mois, dont quatre avec sursis, et Sylvain avait décidé de voter Lagach.
Pourtant, à part cet événement très pénible, tout allait plutôt bien pour lui. Sa maison proche de Toulouse était dans un coin sympa, sa femme et lui avaient un emploi stable chez un sous-traitant d’Airbus, leur fille Léa, seize ans, marchait bien au lycée et avait de bonnes copines. C’était plus difficile pour Matéo, qui rencontrait des difficultés en lecture et ramait en CM2.
La campagne des présidentielles avait battu tous les records : après les primaires, tous ces politiciens, de l’extrême gauche au PS , avaient fini par s’unir derrière Bernard Hémon . Quelle cuisine ! Mais Bernard Hémon répétait : « Il faut faire bloc face au péril du FP ! » Il y eut bien sûr Hercule Mélanjon , du Front Gauchiste , qui disait : « La politique néfaste menée depuis cinq ans est seule responsable de cette situation : qu’ils assument maintenant ! ». Et Armand - Noël Micron s’était également maintenu pour le premier tour : « Je me sens responsable des millions de Français qui sont derrière moi et mon mouvement " En route !" Et tous les deux disaient : " Nous sommes pour le rassemblement face aux périls qui menacent la France . Mais rien ne prouve que Bernard Hémon aura plus de voix que moi, et ce serait donc à lui de s’effacer {1} ". »
Sans compter que le PS avait trouvé le moyen de s’offrir une panne informatique juste avant le premier tour ! Des rigolos ! Naturellement , ils avaient joué les victimes. Et qu’est-ce qu’ils avaient trouvé comme excuse ? C’étaient les Russes ! Le Canard Enchainé avait même titré : Le PS victime d’un vi-russe. Interrogé au journal de 20 heures au sujet de l’ingérence possible de son ami Vladimir Poutine dans la campagne, Florent Flipot avait été très net : « La question que vous me posez est grave et souligne la vulnérabilité de l’ensemble de notre société vis à vis des technologies nouvelles, et en particulier informatiques. Et je tiens à souligner que dans le programme du Front Patriotique il est prévu une assistance des administrations locales pour la simplification des démarches des petites et moyennes entreprises qui ont été abandonnées par des décennies de gestion par l’UMPS ! Il est temps d’en finir avec cette incurie des politiciens incompétents et corrompus que nous subissons depuis des années ! »
Ce qui n’arrangeait rien pour tous ces politicards, c’était toutes les révélations à leur sujet apparues brusquement fin mars sur les réseaux sociaux, comme si cela avait été concerté et planifié : le compte caché de Manuel Vals à l’étranger, les milliards versés au Roi du Maroc pour qu’il calme les banlieues, et j’en passe. C’est vrai, il y avait aussi : les attentats de Paris étaient téléguidés depuis l’Élysée …
Bref, ils avaient eu ce qu’ils méritaient : Martine Lagach : 33 % ; Nicolas Juillion : 28 % ; Bernard Hémon ; 24 %, Armand-Noël Micron : 9 % et Hercule Mélanjon : 6 %.
Évidemment le report de voix de gauche sur Nicolas Juillion avait été problématique, malgré le chœur des soutiens de l’UMPS. D’autant que Hercule Mélanjon avait appelé à voter blanc : « Écoutez, le peuple de gauche en a marre de ces appels au vote républicain ! Et au bout du compte, c’est toujours lui qui trinque. Hé bien oui, c’est comme ça ! Même si ça ne vous plait pas, Messieurs les journalistes ! Qui êtes-vous, pour donner des leçons au peuple qui souffre depuis tant d’années ? Mais ça, vous ne le voyez pas {2} ! »
Sans compter l’interview télévisée de Nicolas Juillion par Roxane de Saint-Amand : elle avait été particulièrement éblouissante d’ironie moqueuse envers celui qu’elle appelait en privé « ce fils d’un notaire de province {3} . »
Et le 7 mai, ça y était : taux de participation : 55 %, Nicolas Juillon 49,8 %.
Et Martine Lagach : 50,2 %
Hervé
12 juin 2017
Hervé Martin contemplait, perplexe, le courrier qui venait de lui être remis : une convocation chez le commissaire Leblanc, pour le jour-même ? C’était une erreur, il ne pouvait pas en être autrement. Un homonyme, par exemple. Après tout, il y a plus d’un âne qui s’appelle Martin, à ce qu’on dit.
Ça tombait mal, mais il allait passer au commissariat, afin de régler rapidement cette question, avant de passer au SAV pour récupérer son ordi : on était à quelques jours du premier tour, et ce n’était pas le moment de perdre son temps à des détails. Ils avaient eu assez de soucis comme ça, et pas mal de temps perdu à rédiger de nouveau les tracts et professions de foi, perdus par la faute d’un virus qui s’était attaqué à son ordinateur.
Mieux : il en profiterait pour porter plainte contre Gérard Nauset, le candidat Frontiste, dont les attaques personnelles relevaient maintenant de la diffamation : retoucher les photos où il embrassait des enfants lors d’une cérémonie, afin de suggérer la pédophilie était abject. Il essayait sans doute de masquer son manque d’idées sur l’avenir de la circonscription ? En effet, son programme n’était rien d’autre qu’un copier-coller des éléments de langage que le Front Patriotique distribuait à ses candidats, et qui pouvait s’appliquer autant à Roubaix qu’à Nice ou à Strasbourg. Médiapart avait d’ailleurs affiché différents programmes de candidats du Front : identiques aux mots près ! Sans oublier de parler, à chaque fois, de ce « territoire oublié par l’état et les investisseurs ». Ah, si, il y avait une différence : à Paris on laissait entendre que « Paris payait pour la province », alors qu’on province, on insistait sur « le déséquilibre qui n’avait que trop duré dans les investissements et les emplois entre Paris et les Régions ». Risible…
Hervé, lui, n’avait pas trop de souci à se faire pour sa réélection : originaire de la région, dont il était l’élu depuis longtemps, son ancrage local était solide. Il avait grandi dans la ZUP de Paillac, sa ville natale, d’où son père partait travailler le matin à Mobylette. Et puis, par ses démarches, il avait tiré d’affaire pas mal d’entreprises du secteur et donc contribué à maintenir pas mal d’emplois. Gérard Nauset ne pouvait pas passer et retournerait bredouille dans sa banlieue natale. À Neuilly. Où il retrouverait l’entreprise paternelle. D’où la colère, sans doute, du « candidat anti-système ».
Et il n’y aurait aucun candidat de « En route ! » pour fausser le jeu : Armand-Noël Micron, déçu par son score du premier tour, avait abandonné la politique. Aux dernières nouvelles, il était à Londres, où il avait intégré la banque HSBC.
Mais ce n’était pas le cas dans toutes les circonscriptions.
Les premiers propos de Martine Lagach à l’issue de son élection avaient été apaisants « Je serai la présidente de tous les Français », « J’invite les élus de toutes tendances à un dialogue constructif autour de la mise en œuvre des réformes nécessaires au redressement du pays ». D’ailleurs, « Le Peuple apaisé » était son précédent slogan de campagne. Mais sa nature profonde avait vite repris le dessus, avec les aboiements et les vociférations habituelles : « Nous allons en finir avec les petites combines des politiciens de tous bords, qui ont mis la France dans cet état, tout en n’oubliant pas de se servir au passage ! Eux et leurs copains ! Des procédures judiciaires seront mises en place rapidement afin qu’ils répondent de leurs actes devant le peuple ! »
Côté peuple, justement, c’était l’état de grâce. À peine nommé Premier Ministre, Florent Flipot avait annoncé qu’il mettait immédiatement en oeuvre le programme de Martine Lagach (« Nous tenons nos promesses, nous ! ») :
– Tous les salaires jusqu’à 1 500 € bénéficieront dès que possible d’une augmentation de 200 € nets. Cette mesure sera notamment financée par l’instauration d’une Contribution sociale aux importations de 3 % sur la valeur des biens importés.
– Les tarifs du gaz, de l’électricité et du train seront immédiatement baissés de 5 %.
– La TIPP (taxe sur le carburant) sera baissée de 20 %, ce qui diminuera de 12 % le prix à la pompe. Cette mesure sera financée par une taxation des grandes entreprises pétrolières et gazières.
– La revalorisation des pensions de retraite sera effectuée, de même que les pensions de réversion versées au conjoint de la personne décédée, et actuellement fixées à 18 720 € par an, seront rehaussées à 30 000 €. Le point d’indice sera revalorisé.
– Introduction dès que possible de la proportionnelle aux élections afin que toutes les sensibilités soient représentées.
– Mise à l’étude dès que possible d’une nouvelle fiscalité permettant de rééquilibrer de façon plus juste la charge de l’impôt entre les revenus du capital et ceux du travail et de faire en sorte que les classes moyennes paient moins l’impôt sur le revenu, et les foyers très aisés davantage.
– La liberté des Français et le respect de leur vie privée doivent être garantis et renforcés dans les médias audiovisuels et Internet. Une licence globale sera instaurée pour les échanges privés sur Internet, qui doivent rester libres.
– La lutte contre la pédocriminalité sera une priorité.
Bref, on allait raser gratis.
Hervé était effaré par tant de démagogie. Ah, ils savaient caresser l’électeur dans le sens du poil : chacun recevait son petit cadeau promotionnel, et c’étaient les autres qui allaient payer. Le pire était que ça pouvait marcher ! Avec ses collègues parlementaires, il avait réussi à bloquer une partie des mesures, pour ne pas hypothéquer l’avenir. Et ils avaient tenté de démontrer leur caractère irréaliste et mortel à terme pour l’équilibre financier du pays. Le nouveau Premier Ministre n’attendait que ça : « Une fois de plus, les politiciens de l’UMPS se liguent pour bloquer les mesures indispensables de justice sociale que les Français attendent. Ils ont préféré fermer les yeux sur les milliards dilapidés, dans la fraude à l’aide sociale, et dans les subventions aux associations tenues par leurs amis ! Le peuple français saura leur faire savoir lors des échéances de juin ! »
Des tarifs en baisse, des promesses de hausses des salaires et pensions, des boucs émissaires désignés : l’électeur frontiste était conforté dans ses choix, et la campagne des législatives s’annonçait difficile pour les partis traditionnels. D’autant que de nombreux dirigeants politiques, de gauche comme de droite, désavoués publiquement, se retrouvaient avec une affaire judiciaire à régler plutôt qu’une campagne à mener.
***
Hervé passa faire le plein avant de passer au commissariat. 0,96 euro du litre : la baisse de la TIPP n’avait pas suffi à passer l’essence en-dessous de 1 euro le litre, et ils avaient prélevé sur les stocks stratégiques de carburants pour faire chuter les cours. Vivement que les élections soient passées pour qu’on puisse mettre fin à l’aventure et redresser la situation. Ce qui ne serait pas facile avec une cohabitation. Surtout avec Martine Lagach à l’Élysée !
***
« Bonjour, Monsieur le Commissaire, comment allez-vous ? Et quel est le motif qui m’amène à vous rencontrer, j’espère que ce n’est rien de grave ? Parce que, personnellement, je ne vois pas.
– Bonjour, Monsieur le Député. Asseyez-vous. Voyez-vous, je ne vous aurais pas fait venir sans un motif très sérieux, et il se trouve dans ce tiroir.
– Je suis à votre écoute. Tiens, mais c’est mon ordinateur !
– Vous confirmez que c’est bien le vôtre ?
– En tous cas c’est le même modèle. Je dois passer le prendre au SAV en sortant d’ici.
– Justement c’est le SAV qui nous a alertés. Le code d’accès est bien HM– 2017 ?
– En effet, mais je ne comprends pas. Mon ordi a été acheté légalement, j’ai les factures. Je n’ai rien de piraté dessus. Aidez-moi, Monsieur le Commissaire, je suis en plein brouillard.
– Vous aimez les jeunes enfants, Monsieur le Député ?
– Quoi ?!? Ah je vois que vous faites allusion à l’infame campagne… Ce n’est tout de même pas pour ça que vous voulez me voir, j’espère ? À ce propos, je souhaite déposer plainte contre Gérard Nauset car il a dépassé les bornes. Mais qu’est-ce que mon ordinateur a à voir là-dedans ?
– C’est simple, je l’ai allumé, je le tourne : regardez !
– Quelle horreur !!! »
Hervé Martin en avait la nausée. Tout un diaporama de scènes pédophiles toutes plus abjectes les unes que les autres.
« Pauvres gosses ! Comment peut-on leur faire subir des choses pareilles ? C’est révoltant ! Mais comment ses photos ont-elles pu atterrir sur mon ordinateur ? Parce que je peux vous garantir qu’il y a huit jours elles n’y étaient pas !
– J’espère que vous avez conscience, Monsieur Martin, que nous ne pouvons pas nous contenter de cette réponse ! »
Ce n’était plus Monsieur le Député…
« Je n’en ai pourtant pas d’autre. Enfin, interrogez ma famille, mes amis, mes relations : ils pourront témoigner que jamais je ne…
– Nous le ferons, soyez-en sûr. Bien sûr, je garde l’ordinateur.
– J’allais vous en prier : il faut comprendre comment ces photos sont arrivées là. Et précisément en même temps que ce virus qui m’obligeait à porter mon ordi au SAV.
– Vous êtes allés en Russie , Monsieur Martin ? »
Le commissaire regardait attentivement les photos.
« Ou bien vous les avez téléchargées sur un site russe. Regardez, là, l’inscription en cyrillique sur le T– shirt du garçon. C’est à peine visible, mais il n’y a pas de doute.
– Je peux vous garantir que je ne suis jamais allé en Russie. Mais je vous apporterai mon passeport pour que vous puissiez vérifier. Le commissaire fit oui de la tête. Et je ne suis jamais allé surfer sur un site russe. Et je ne suis pas pédophile ! Et je profite de mon passage ici pour porter plainte contre Gérard Nauset et ses insinuations de… »
Hervé Martin s’arrêta net. Non ! Ce n’était pas possible ! Ils n’oseraient pas ! Sans scrupule, le Nauset, il le savait, mais à ce point ! Tout de même, la coïncidence était troublante.
« Monsieur le Commissaire, je laisse mon ordinateur à vos experts : ils trouveront d’où viennent ces photos. Et je porte plainte. J’attire votre attention sur le fait qu’elles arrivent à point nommé dans la campagne de mon adversaire. Je suis à votre disposition pour tout éclaircissement dont vous auriez besoin, mais pour l’instant j’ai une campagne difficile à mener et j’ose espérer que vous et votre équipe saurez garder la discrétion nécessaire dans les jours qui viennent ! »
***
« Monsieur le Député, que faisiez-vous au commissariat ? »
Debout sur les marches, Hervé contemplait les journalistes qui l’attendaient à la sortie : qui les avait prévenus ?
Il avait une explication simple à leur donner :
« Je suis venu porter plainte, en accord avec toute mon équipe, contre les insinuations grotesques de Monsieur Nauset , qui tente de cacher son manque d’ambition pour notre circonscription par des attaques personnelles dénuées de tout fondement.
– Et il vous a fallu une heure et demie pour ça ? On sait que vous êtes entré à 14 h 30. »
Tiens , tiens

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents