Easy Indonésie , livre ebook

icon

129

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2023

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

129

pages

icon

Français

icon

Ebook

2023

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

À l’image des langues, cultures et ethnies qui constituent le pays, la gastronomie indonésienne est très variée et dispose de nombreux produits et épices savoureux et délicats. Riz parfumé, nouilles sautées mie goreng, rendang, bœuf mijoté au lait de coco, brochettes de tofu à la sauce cacahuète, nasi goreng, soupe soto ayam, gado gado...

Découvrez une cuisine raffinée et une multitude de plats colorés et gourmands à partager. Des recettes délicieuses, toutes les bases, des infos sur les ingrédients, des astuces et des dizaines de photos en pas à pas.

Cuisiner indonésien, c’est easy !


Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

26 juillet 2023

Nombre de lectures

16

EAN13

9782317033889

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

8 Mo

Nina Hanafi
easy Indonésie
LES MEILLEURES RECETTES DE MON PAYS TOUT EN IMAGES
Textes et recettes : Nina Hanafi
Photos : Fabrice Besse
Stylisme : Séverine Augé
Sommaire Introduction La cuisine indonésienne Manger indonésien, qu’est-ce que c’est ? Un repas à l’indonésienne Les ingrédients de base Les épices Les bases Les pâtes d'épices Les sambal La cuisson du riz Nasi putih Nasi uduk Nasi goreng Nasi kuning Kerupuk et keripik Le tempeh et le tofu Tahu semur Tahu bacem Sate tahu Le tempeh Les nouilles et les soupes Mie goreng Mie ayam Bihun goreng Soto ayam Soto Jakarta Sayur lodeh Les viandes et les poissons Rendang Sate ayam Sate marangi Opor ayam Ayam bumbu rujak Semur ayam Pepes ikan Udang balado Ikan bumbu bali Les légumes Urab Gado-gado Asinan Ketoprak Rujak buah Tumis kangkung terasi Tumis tauge ikan asin Tumis kacang panjang ebi Tumis pare udang Les desserts et les boissons Dadar gulung Kolak ubi pisang Bubur jenang sum sum Jamu Curcuma tamarin Le café Le thé Dans la même collection Page de copyright
Points de repère Bibliographie Page de Titre Couverture Corps de texte
Introduction
La famille de Nina Hanafi a quitté l’Indonésie en 1963 pour ce qui devait être une mission diplomatique de trois ans… Ministre puis ambassadeur du président Sukarno, son père a de facto été exilé avec sa famille depuis le coup d’État de Suharto en 1965 et ce durant ses trente-deux années de pouvoir.
De La Havane, dernier poste de son père, l’aventure les a menés jusqu’à Paris, où ils ont créé en 1985 un autre type d’ambassade indonésienne résolument dédiée à promouvoir le pays à travers sa culture, et notamment sa cuisine : Djakarta Bali était né.
Après des études d’économie à la Sorbonne puis de commerce à Négocia et HEC, suivies d’une incursion chez le leader mondial de la beauté, Nina Hanafi reprend le restaurant familial, présidant également l’association de la diaspora indonésienne IDN France et organisant des événements culturels présentant l’Indonésie en France.
La plateforme www.bestofindonesia.best est son dernier projet pour promouvoir les meilleurs talents et produits d’Indonésie issus d’un patrimoine riche et de cette force créatrice que l’on trouve à travers l’archipel.
Easy Indonésie est son premier livre de cuisine.
La cuisine indonésienne
Bien que né loin de l’archipel, mes premiers souvenirs gustatifs sont liés aux saveurs des épices indonésiennes. Ce sont ces mêmes saveurs qui ont ancré mon attachement à l’Indonésie puisque, comme pour toute personne vivant loin de son pays, ce sont les mets qui maintiennent le lien avec la culture d’origine, notre passé et notre héritage culturel.
Pendant de nombreuses années, les plats indonésiens étaient ce qui me reliait à la terre de mes ancêtres. Au-delà, avec la création du restaurant Djakarta Bali, présenter la cuisine indonésienne est devenu un défi majeur en l’implantant dans le pays de la gastronomie, et une fierté de le faire depuis quarante ans.
Il y a peu de livres en français sur la cuisine indonésienne, aussi, lorsque l’on m’a proposé de réunir quelques recettes, j’ai été enthousiasmé par le projet de faire entrer ma cuisine dans les maisons.
Lancez-vous ! Explorez ! Tentez l’expérience des vibrantes saveurs indonésiennes !
Le choix des recettes a été difficile parmi la quantité existant dans les cuisines régionales. Amoureux de l’Indonésie et lecteurs d’origine indonésienne, si l’un de vos plats préférés manque à l’appel, sachez qu’il sera certainement détaillé dans un prochain livre ! J’ai néanmoins choisi des plats souvent servis à notre table familiale et qui procurent à la plupart des Indonésiens loin du pays un sentiment de réconfort ou de nostalgie lorsqu’ils les dégustent.
Quand, j’interroge des cuisinières aguerries, elles me répondent « selon ton goût » ou « à peu près », car la précision peut ne pas être aussi importante que l’expérience et l’intuition du chef. Les recettes sont souvent transmises de génération en génération et les chefs utilisent leur propre jugement pour ajuster les ingrédients et les proportions en fonction de leur propre goût et de l’occasion.
Ce livre est dédié à ma famille, qui a su, avec une folle détermination et malgré une nostalgie sourde, maintenir le lien avec l’Indonésie et ce pendant le temps de son exil, afin de mieux retrouver l’Indonésie trente-six ans plus tard, après avoir été invités à revenir par le président Abdurrahman Wahid.
Je souhaite ici honorer la cuisine tant appréciée de ma famille et de mon pays d’origine, qui se distingue par sa richesse en épices, en saveurs exquises, et par un héritage culinaire emblématique.
Manger indonésien, qu’est-ce que c’est ?
Une cuisine familiale et de partage
En Indonésie, la cuisine est considérée comme une expression de l’amour et de la gratitude envers les autres. Les plats sont souvent préparés avec soin et attention pour créer des saveurs équilibrées.
Bien que l’Indonésie soit le plus grand archipel au monde avec trois fuseaux horaires, sa cuisine reste méconnue, évincée par les autres cuisines asiatiques beaucoup plus représentées, notamment par leurs nombreux restaurants et une grande diaspora disponible pour les ouvrir.
La cuisine indonésienne a longtemps été synonyme de rijsttafel . Si vous avez visité Amsterdam, vous n’avez certainement pas manqué de goûter ce menu dégustation dont le nom signifie « table de riz » en néerlandais, en raison du nombre impressionnant de mets indonésiens présentés dans de petits plats autour d’une assiette de riz. Il est vrai qu’en Indonésie, une tablée se compose toujours de plusieurs plats principaux à partager. Du riz complété par du tahu (tofu), du tempeh , un sauté de légumes, un plat de poulet et de poisson. Et, plusieurs fois par semaine, un plat de viande remplacera le poulet par exemple.
L’archipel des épices
Les épices sont des symboles de luxe et de raffinement extrêmes depuis des siècles. Ces denrées précieuses promettent des parfums puissants ou délicats, des saveurs subtiles ou étranges et sont reconnues pour leurs bienfaits pour le corps. Mais on oublie souvent que les épices ont été aussi convoitées que l’or.
Des hommes ont dépensé des fortunes pour ces végétaux qui nous paraissent pour certains bien modestes aujourd’hui. D’autres ont quitté leur terre natale pour voyager sur des routes lointaines ou naviguer sur des mers inconnues. Les grains de poivre, les bâtons de cannelle, les clous de girofle et les noix de muscade ont motivé la conquête de territoires éloignés, tout comme nos actuels gisements de pétrole ou d’uranium.
Les épices ont même favorisé la découverte d’un « Nouveau Monde ». Elles ont incité les explorateurs à ouvrir de nouvelles routes maritimes et ont ainsi révolutionné les échanges commerciaux. Elles ont joué un rôle crucial dans l’histoire économique, culturelle et géopolitique du monde. Aujourd’hui, elles restent un élément important de notre cuisine et de notre vie quotidienne, témoins d’une histoire fascinante et mouvementée.
L’un des événements les plus importants de l’histoire de l’Indonésie a justement été son rôle dans la Route des épices, un réseau commercial historique reliant l’Orient à l’Occident.

La Route des épices, également connue sous le nom de Route de la soie, était un réseau commercial qui reliait la partie orientale et la partie occidentale du monde. Elle partait de la Chine, passait par le Moyen-Orient et atteignait finalement la Méditerranée. La route commerciale a été établie pendant la dynastie Han en Chine et était utilisée pour échanger des biens tels que la soie, les épices et les métaux précieux.
L’Indonésie, en particulier l’île de Java, a joué un rôle crucial sur cette Route des épices. L’île était le centre de la production d’épices et abritait diverses épices telles que la noix de muscade, le clou de girofle et la cannelle. Ces épices étaient très recherchées en Europe et étaient utilisées en cuisine, en médecine et dans la confection de parfums.
Le commerce des épices en Indonésie était dominé par l’empire Majapahit, un empire hindou-bouddhiste ayant régné sur l’île de Java et ses voisines du xiii e au xv e siècle. L’empire Majapahit contrôlait le commerce des épices et ses prix, ce qui en faisait l’un des Empires les plus prospères d’Asie du Sud-Est à cette époque.
L’arrivée des puissances coloniales européennes au xvi e siècle a cependant entraîné des changements en Indonésie. Les Portugais, les Espagnols et les Néerlandais ont tous essayé de contrôler le commerce des épices, ce qui a provoqué des guerres et la colonisation de la région. Finalement, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales a réussi à établir un monopole sur le commerce des épices en Indonésie, ce qui a conduit à l’établissement de la domination coloniale néerlandaise dans la région.
Aujourd’hui, l’héritage de la Route des épices et de leur commerce est encore visible en Indonésie. Le pays en reste un important producteur et abrite diverses épices telles que la noix de muscade, le clou de girofle, la cannelle et le poivre. Le commerce des épices a également laissé un impact durable sur la culture et la cuisine de l’Indonésie, les épices étant un ingrédient majeur des plats traditionnels indonésiens.
Un repas à l’indonésienne
Dans la culture indonésienne, un repas est bien plus qu’un simple moment pour se nourrir et satisfaire sa faim. Il s’agit d’une occasion sociale où les gens se réunissent pour apprécier la bonne nourriture et la bonne compagnie. Les repas sont souvent l’occasion pour les familles et les amis de se retrouver, de partager des histoires et d’échanger des expériences communes.
Les repas indonésiens se composent généralement de riz comme aliment de base, servi avec une variété d’accompagnements pouvant inclure de la viande, du poisson, des légumes et des sauces. Les plats sont souvent mis en commun, et les gens se servent à tour de rôle, se passa les plats autour de la table.
Le repas est aussi un moment d’hospitalité et de générosité.

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text