Accrochez votre auditoire
134 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Accrochez votre auditoire , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
134 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Savoir prendre la parole en public est une chose...

Captiver son auditoire en est une autre !



Cet ouvrage s'adresse à celles et ceux qui souhaitent tonifier leurs présentations pour (enfin) susciter l'écoute et l'adhésion. Il délivre les clés indispensables pour se préparer, des astuces d'animation, de construction et de mise en condition qui permettront de laisser des traces dans la mémoire des auditeurs... avec leur aide !



Riche d'exemples variés, éclairé par la pratique de conteuse de l'auteure, il vous permettra notamment de :




  • Connaître votre auditoire pour vous y adapter.


  • Spécifier votre message pour être entendu.


  • Renforcer votre pouvoir d'orateur pour mieux impacter votre public.


  • Savoir utiliser l'environnement et les supports de présentation.


  • Capter votre auditoire dans des circonstances particulières (répondre à des objections ou à des questions, célébrer une personne, un événement.).



Le livre met l'accent sur la qualité de la relation à nouer avec son auditoire, envisagé ici comme partenaire essentiel d'une présentation réussie. Il donne par ailleurs des conseils précieux pour la mise en scène du propos et l'art d'utiliser l'espace.



À télécharger :

2 contes et des outils pour analyser sa pratique et progresser



Chapitre 1 – Faire de ses auditeurs des alliés



Chapitre 2 – Sculpter son message clé



Chapitre 3 – S’exercer pour être au mieux de sa forme



Chapitre 4 – Miser sur le temps et parier sur l’oralité



Chapitre 5 – Se mettre en scène



Chapitre 6 – Savoir répondre, argumenter, débattre



Chapitre 7 – Manager par le sens



Chapitre 8 – Célébrer, fêter, remercier



Manuel de gestion rapide des pannes

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 avril 2020
Nombre de lectures 32
EAN13 9782212508550
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0650€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Savoir prendre la parole en public est une chose… Captiver son auditoire en est une autre !
Cet ouvrage s’adresse à celles et ceux qui souhaitent tonifier leurs présentations pour (enfin) susciter l’écoute et l’adhésion. Il délivre les clés indispensables pour se préparer, des astuces d’animation, de construction et de mise en condition qui permettront de laisser des traces dans la mémoire des auditeurs… avec leur aide !
Riche d’exemples variés, éclairé par la pratique de conteuse de l’auteure, il vous permettra notamment de : Connaître votre auditoire pour vous y adapter . Spécifier votre message pour être entendu . Renforcer votre pouvoir d’orateur pour mieux impacter votre public. Savoir utiliser l’environnement et les supports de présentation . Capter votre auditoire dans des circonstances particulières (répondre à des objections ou à des questions, célébrer une personne, un événement…).
Le livre met l’accent sur la qualité de la relation à nouer avec son auditoire, envisagé ici comme partenaire essentiel d’une présentation réussie. Il donne par ailleurs des conseils précieux pour la mise en scène du propos et l’art d’utiliser l’espace.

Martine Compagnon anime depuis plus de 25 ans des formations à la prises de parole dans de grandes entreprises et accompagne des dirigeants dans la préparation de prise de parole à enjeux. Elle coache des cadres et des professionnels passionnés et les aide à transmettre leurs convictions : elle s’appuie pour cela sur sa propre expérience professionnelle, qui la conduit à prendre la parole devant des groupes en formation ou facilitation, et sur sa pratique artistique de conteuse pour adultes et de clown. Habituée à faire naître des univers par la magie des mots, elle en connaît la puissance. www.martinecompagnon.com – www.lafemmedelogre.fr

À télécharger : 2 contes et des outils pour analyser sa pratique et progresser
Martine Compagnon
Accrochez votre auditoire
Les clés pour susciter (enfin) l’écoute et l’intérêt
Éditions Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com
Un ouvrage accompagné par Didier Noyé
Maquette et mise en pages : Florian Hue
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Éditions Eyrolles, 2020 ISBN : 978-2-212-57197-4
Sommaire
Remerciements
Introduction – Ce livre est pour vous !
À qui s’adresse cet ouvrage ?
Une boussole essentielle pour vous guider
Chapitre 1 Faire de ses auditeurs des alliés
Connaître son public
Créer la relation : parler avec les auditeurs plutôt que devant eux
Parler un langage commun
Encore mieux, parler le langage des auditeurs
(S’)Offrir des silences
Deux principes pour répondre aux préférences de communication
En bref
Analyser sa pratique pour progresser
Chapitre 2 Sculpter son message clé
Définir clairement l’objectif de communication
Clarifier son propos grâce aux trois dimensions corporelles
Préparer le kit de survie
Choisir le plan adapté à sa présentation technique
Vérifier que le message clé est retenu
En bref
Analyser sa pratique pour progresser
Chapitre 3 S’exercer pour être au mieux de sa forme
Le triptyque regard – voix – posture
S’entraîner au quotidien
S’échauffer juste avant de prendre la parole
Débuter sa présentation dans les meilleures conditions
En bref
Analyser sa pratique pour progresser
Chapitre 4 Miser sur le temps et parier sur l’oralité
Agencer le contenu selon le temps imparti
Se chronométrer
Mobiliser les sens de l’auditoire
Parler au présent pour créer une « réalité augmentée »
Exploiter le filon des métaphores, images et anecdotes
En bref
Analyser sa pratique pour progresser
Chapitre 5 Se mettre en scène
Se renseigner sur les conditions matérielles de l’intervention
Disposer (de) l’espace à son gré
Soigner la mise en scène
Travailler son entrée et sa sortie de scène
Vérifier sa tenue vestimentaire
Choisir les bons supports
En bref
Analyser sa pratique pour progresser
Chapitre 6 Savoir répondre, argumenter, débattre
Tirer parti des questions du public
Sortir vivant d’une séquence d’objections
Prendre sa place dans un débat
Adopter une façon d’être et une façon de voir qui réduisent la tension
En bref
Analyser sa pratique pour progresser
Chapitre 7 Manager par le sens
Rédiger sa note de sens
Annoncer une mauvaise nouvelle
En bref
Chapitre 8 Célébrer, fêter, remercier
Des paroles de circonstance au service du collectif
Le guide du 3.3.2 en aide-mémoire
S’engager personnellement
Mettre le groupe ou la personne à l’honneur
Placer la communauté au cœur du discours
Sélectionner des anecdotes parlantes
Développer la gratitude partagée
Soigner la conclusion
Se chronométrer pour parler… suffisamment longtemps !
S’entraîner !
En bref
Analyser sa pratique pour progresser
Manuel de gestion rapide des pannes
Liste des tableaux
Index
Bibliographie
Contributions et ressources
Ressources en ligne
Remerciements
Ce livre se tient au confluent de deux univers, celui de la « parole d’entreprise » et celui du « conte ». Parole d’action et parole de symbole. Parole de conviction et parole de doute sage.
Je tiens à honorer ici mes mentors sur les deux flots de mon activité présente.
Je remercie Catherine Buchillet d’avoir accueilli et conduit mes premiers pas dans le monde du conseil et de la formation à la prise de parole, à INSEP Consulting. Je lui dois d’avoir appris à belle école la rigueur pédagogique et le respect de la personne apprenante. J’ai découvert en l’écoutant et en l’observant l’indispensable sincérité, la nécessité de la parole juste, de l’incarnation assumée chez le manager ou le dirigeant qui veut « emporter », « mobiliser ». Merci Catherine de cette exigence que tu illustres au jour le jour.
Je célèbre également Pascal Quéré, qui m’a ouvert le chemin et tenu la main lorsque, bouleversée, j’ai découvert la puissance du conte et de ses symboles immémoriaux. Pascal et son intuition foudroyante, sa pédagogie incluant avec puissance cérémonies et rituels, sa connaissance intime des contes orientaux. C’est le rôle de passeur plus que de pédagogue qu’il a joué et continue de jouer pour ceux et celles qui se forment avec lui.
Ce n’est pas anodin de mettre ses pas dans ceux des conteurs et conteuses qui nous ont précédés au fil des siècles. Je fus bien accompagnée, Pascal, par ta lumière, ta joie et ta profondeur.
Ce livre, qui parie de réconcilier les deux univers, est l’occasion pour moi de mettre en lumière ce que vous savez déjà, l’une et l’autre, et m’avez transmis : « Notre parole crée le monde. »
Merci.
Martine, alias « La femme de l’ogre »
Introduction – Ce livre est pour vous !
À qui s’adresse cet ouvrage ?
Vous êtes manager, chef de projet, responsable d’une association qui rassemble de nombreux bénévoles, porteuse d’un projet que vous voulez faire connaître, leader d’une équipe de sport, herboriste expert en visite de découverte de plein air…
Vous prenez la parole de façon impromptue, ou au contraire très préparée.
Vous intervenez en débat ou vous préparez le discours de départ en retraite d’un collaborateur très apprécié.
Vous cherchez à capter l’attention de votre auditoire, à être entendu, écouté et à marquer les mémoires.
Ce livre est pour vous !
Conteuse, consultante et formatrice, coach, je puiserai dans les ressources des artistes de parole et dans une longue pratique des présentations, réunions et speech en entreprise pour vous proposer des astuces et des méthodes de travail qui ont fait leur preuve !
Nous aborderons les questions fondamentales qui vous aideront à optimiser vos prises de parole :
Chapitre 1 – Faire de ses auditeurs des alliés
Chapitre 2 – Sculpter son message clé
Chapitre 3 – S’exercer pour être au mieux de sa forme
Chapitre 4 – Miser sur le temps et parier sur l’oralité
Chapitre 5 – Se mettre en scène
Chapitre 6 – Savoir répondre, argumenter et débattre
Chapitre 7 – Manager par le sens
Chapitre 8 – Célébrer, fêter, remercier
Une boussole essentielle pour vous guider
Comme ces objets des contes merveilleux – miroir qui parle, bourse qui se remplit d’or – qui aident le héros à avancer vers le succès, je vous propose une boussole magique… Elle ne présente pas une direction à suivre mais trois ! Trois angles de vue qui vous guideront tout au long de votre préparation et de votre prise de parole.

Le triangle de la communication 1

L’authenticité de la communication

Voici ce que dit George Gusdorf, philosophe et épistémologue français, au sujet de la parole authentique :
« Le sens d’une parole dépend […] de trois coefficients distincts dont l’ensemble seul la justifie. Tout d’abord, il faut considérer de qui est cette parole ? […] Il faut aussi tenir compte de l’autre, de celui à qui la phrase s’adresse. […] Le moment est la troisième dimension de tout énoncé verbal. […]
L’énoncé, chaque fois, prend forme et vie selon le degré d’engagement personnel de l’homme qui parle, selon la réciprocité de la rencontre et selon la signification du moment 2 . »
Cette boussole est indispensable pour préparer et valider la puissance de votre parole. Aucune technique ne peut venir au secours d’un discours mécanique, impersonnel et vide.
Nous passerons en revue ces trois axes et la façon dont ils peuvent vous soutenir.

Je choisis une écriture au service de la parole des femmes dans l’espace public

Je suis favorable à l’écriture inclusive, qui redonne de la visibilité aux f emmes qui pensent et agissent. J’ai toutefois conscience que l’orthographe « orateur·trice », « auditeur·trice », « il·elle », « assertif·ve »… alourdit la lecture et rend difficile le déchiffrage audio du texte.
Je choisis donc de créer une formule mixte : parfois, j’utiliserai la double formule : « orateur et oratrice ». D’autres fois, dans chaque chapitre, je choisirai de parler d’orateur ou d’oratrice. Il en sera de même pour les auditrices et auditeurs, directeur et directrice, interlocutrice et interlocuteur…
Soyez rassurés ! Les astuces s’appliqueront à toutes et tous !
Je place donc cet ouvrage sous le parrainage de Tirésias, grand devin de Thèbes, qui joua un rôle clé auprès d’Œdipe et d’Ulysse (entre autres). Il est en effet connu pour avoir passé 7 ans de sa vie dans le corps d’une femme, avant de retrouver sa masculinité.
Nul doute que ses prophéties avaient le don de retenir toute l’attention de ses protégés !
Bonne découverte !

1 . D’après Buchillet-Priol C., Prendre la parole, guide pratique pour les managers.
2 . Gusdorf G., La Parole.
chapitre 1 Faire de ses auditeurs des alliés

Le triangle de la communication


« Prendre la parole » équivaut à prendre le pouvoir face à un groupe ou à une personne. Vous avez le choix : Y aller à pas de loup, sans oser. Et frôler l’intérêt des personnes sans jamais les rencontrer. Y aller en force, prendre l’espace, confronter, secouer… et vivre une rencontre qui demande de l’énergie et ne vous garantit ni l’écoute ni l’adhésion des interlocuteurs. Ne pas les voir. Probablement la pire chose qui puisse arriver à un public. Les oublier pour ne pas les craindre. Parler seul. Dérouler votre exposé. Et ne pas prendre en compte les soupirs, les murmures, les téléphones sortis… Créer une relation, chercher une alliance, tisser entre votre besoin d’être entendu et leur envie d’exister, façonner une voie paisible et enjouée entre votre peur de ne pas être écoutée et leur peur d’être mal traités.
Pour vous permettre de choisir cette 4 e voie, vous trouverez dans ce chapitre des repères pour : Connaître votre public. Créer la relation. Parler un langage commun. Mobiliser les sens de vos auditeurs. Répondre aux préférences de communication.

L’avis de la conteuse – Les deux chemins
Tel le chevalier, héros d’un conte de fée, vous voici à l’embranchement de deux chemins. L’un semble dégagé : vous y rencontrerez parole automatique, solitude, ennui, répétition et vague tranquillité. L’autre, vous ne le distinguez pas encore très bien. Passé les premiers fourrés, pourtant, il vous réserve présence, échange, attention et recréation.
La différence entre les deux chemins ? La prise en compte de vos auditeurs et auditrices dans le second cas.
Connaître son public
C’est la première règle : choisir de parler à des personnes définies et leur faire le cadeau de les prendre en considération.
L’acte de parole s’adresse à un autre être humain et ne vaut que si vous intégrez cet humain, ces humains, dans l’instant que vous vivrez ensemble. C’est le sens du triangle présenté… Chaque pointe constitue un élément clé de la réussite de votre prise de parole.

Le sur-mesure est indispensable !

« Est-ce que cela signifie que je ne peux pas réutiliser une présentation existante ? »
Réponse : si !
Si vous disposez d’une structure de présentation à réutiliser plusieurs fois, tel un conférencier, vous pourrez garder une partie de votre texte/message en l’état. Et vous ajusterez des phrases, des anecdotes, des noms propres, des exemples aux personnes présentes.
Vous tiendrez compte le jour dit de l’état d’énergie et des réactions de cet auditoire spécifique.
Faites connaissance
Intégrez les futurs auditeurs et auditrices dès la conception de votre prise de parole. Pour cela, posez des questions au préalable afin de les connaître. Renseignez-vous. En dernier lieu, s’il le faut, posez-leur des questions juste avant de démarrer votre présentation.
Collectez des informations Quelles seront les personnes présentes : Leur nombre (parlerez-vous à 30 personnes, discernables ? à 100 personnes, une foule indistincte ?). Leur métier ou leur profil (expertes de votre thème ? novices ?). La façon dont elles seront installées (debout, assises, par grappes ?). Leur degré de fatigue (êtes-vous le seul ou le premier à parler ? À quelle heure intervenez-vous ? Les personnes auront-elles faim ? Sommeil ?). Leur maîtrise de la langue que vous utiliserez… Ce qu’elles viennent chercher : Rien, elles sont obligées de venir. Elles attendent une réponse précise/un panorama de l’existant/une découverte d’un sujet nouveau. Un punching-ball pour se mettre d’accord contre un ennemi commun… Ce qu’elles savent déjà : Tout du sujet, elles veulent de l’inattendu, du nouveau, du provocant. Rien : elles souhaitent comprendre sans se sentir dévalorisées. Tout, mais pas de la façon dont vous envisagez le sujet. Vos vues divergent et votre degré d’expérience est comparable au leur. Beaux débats en perspective !
À vous de compléter la carte d’identité de votre public.

La carte d’identité de mon public et ma préparation
Ce que je sais
Ce qui peut m’aider à créer du lien
Nom & titre des participants
Points communs connus, entre eux
Nombre
Âge moyen/âges extrêmes
Points communs connus, avec moi
Expérience dans leur domaine
État d’esprit probable à l’égard de cette présentation

Ce qu’ils attendent de cette présentation
État physique probable au moment de la présentation (fatigue, faim, envie de fumer, envie de bouger, température ambiante…)

Éléments de contexte à connaître (local, régional, international)
Ce que cette présentation peut leur apporter (sécurité, estime, nouveauté, confort, argent, sympathie…)
Aisance par rapport à la langue utilisée
L’auditoire Moi

Présence de personnes ayant des besoins spécifiques en communication, porteuses de handicap
À quoi cela me demande-t-il de faire attention ?
(image, description, symbole, humour, traduction, faux amis, tournure idiomatique propre à la langue, rythme…)
Personnes clés présentes
Exemples, anecdotes, vocabulaires spécifiques à leur univers et utiles à mon thème
Ces informations seront primordiales pour définir votre message clé, votre vocabulaire, la façon d’entrer en relation.
Dans le chapitre 5 , nous aborderons également la question de la mise en scène (l’installation de la salle). Vous compléterez alors votre fiche d’événement.
Créer la relation : parler avec les auditeurs plutôt que devant eux

L’avis de la conteuse – Entrez en relation
Dans les cultures traditionnelles, le conteur ne rentre jamais « en force » dans la racontée. Il crée d’emblée le contact et suscite l’attente de l’auditoire, avant de prendre la parole. Pour cela, le conteur utilise des formules rituelles qui supposent que le public réponde à une question :
« Et Cric ! » « Et Crac ! »
« La Cour dort-elle ? » « La Cour ne dort pas ! »
« Histoire ? » « Raconte ! »
Si les personnes répondent, le conteur peut commencer… quitte à se faire prier ! Cette façon de faire marque le respect du conteur pour son public et l’attention du public pour le conteur.
À vous de créer cette entrée en relation avec votre auditoire !
Utilisez le pronom « vous »
Et vous, comment vous y prenez-vous pour créer d’emblée une complicité avec vos auditeurs et auditrices ?
Comme je viens de le faire : en introduisant le plus vite possible le pronom « vous » dès vos premières phrases !
L’intérêt de cette astuce grammaticale est triple : Vous signifiez aux personnes votre intérêt. Vous créez un cercle vertueux. Vous vous aidez à regarder le public, car votre cerveau associe facilement le regard et le pronom « vous ». Vous réduisez possiblement votre stress en déplaçant l’objet de votre attention. Vous passez mentalement de « Suis-je à la hauteur ? », « Mon Dieu, je rougis ! » à « Comment vont-elles ? Que souhaitent-ils ? ». Vous déplacez ainsi l’orientation de votre « projecteur lumière » mental : penser à « éclairer le public » plutôt que vous-même vous repose instantanément !

Je m’exerce à débuter par un « vous »

Je choisis mon prochain thème de prise de parole

Je liste ci-dessous trois ou quatre façons de débuter ma prise de parole en commençant par « vous ».
Je m’assure que cette introduction est bien spécifique à mon thème, à mon public, et ne pourrait pas être utilisée telle quelle pour un tout autre sujet ! Bonjour, vous voulez… Bonjour, vous êtes… Vous avez peut-être…
Recherchez et formulez l’intérêt qu’ils ont à vous écouter
Une méthode d’approche commerciale, la méthode SONCAS 1 , énumère les facteurs susceptibles de motiver un acheteur face à un produit ou service. Pouvez-vous la transposer pour repérer ce qui motivera vos auditeurs et auditrices, dans votre thématique ?
“ Parlez-moi d’moi, y a qu’ça qui m’intéresse ! 2 ”
Si vous pressentez ce qui les intéresse, vous consacrerez quelques phrases ou quelques exemples à ces leviers précis. Sécurité
Le sujet présenté est rassurant et j’ai le sentiment d’être protégé en écoutant cette information. L’information reçue me rend plus fort. Je comprends que je ne serai pas ridiculisé ou mis en difficulté durant la présentation. Orgueil
Le sujet présenté est un signe de ma valeur : c’est un sujet confidentiel, complexe, de haute expertise. Rares sont les personnes qui y ont accès, sous cette forme, avec un tel orateur. Nouveauté
Ce sujet me surprend, présente un angle encore peu entendu, je découvre des choses. Le sujet ou son traitement est innovant. Le support est surprenant et en avance sur mes pratiques. Confort
Ce sujet me permet d’acquérir de la facilité, de la rapidité. Il m’est présenté d’une façon imagée et attirante. Argent
Le sujet présenté me permet de réaliser des bénéfices, de gagner de l’argent, d’éviter des pertes. Il nourrit mon besoin de sécurité matérielle ou de possession. Sympathie
L’orateur crée avec moi une relation qui me plaît. Un courant passe entre nous. Je l’apprécie et il appréciera que je l’écoute.
Posez-leur des questions 3
Notre cerveau est beaucoup plus performant en mode « dialogue » !
Nous passons 95 % de notre temps de parole journalier en « improvisation dialoguée 4 » et nous y sommes performants ! En revanche, le mode « exposé » nous ramène souvent à des souvenirs grinçants : jury d’examen, récitation devant la classe, présentation devant un Codir… Nous perdons alors, avec le stress associé à ces souvenirs, une partie de notre capacité de mémorisation, de rebond, de réflexion… L’astuce : basculer formellement notre mental en mode « dialogue » en posant des questions au public !
“ Ce n’est pas la parole entendue qui forme, mais la parole énoncée 5 . ”
Vous voulez attirer et garder l’attention du public ? Donnez-lui la parole ! Par des questions rhétoriques :
« Certains ou certaines d’entre vous se sont peut-être déjà demandé comment on crée les bandes rouges qui ornent la pâte dentifrice qui sort lorsqu’on presse le tube ? (5 secondes de silence pour percevoir les réactions…) Je vais m’appuyer sur cet exemple au cours de cette présentation sur la pensée créative… » Par des questions directes :
« Avant que je commence, que savez-vous a priori du sujet, en quelques mots ? Cela me permettra de bien ajuster ma présentation. »
« Certains ou certaines d’entre vous ont-ils déjà visité l’île de Chiloé, sujet de ma présentation ? »
Attention, il est indispensable de : donner du temps aux personnes pour répondre (compter mentalement jusqu’à 5), prendre en compte leurs réactions ! C’est-à-dire les nommer, y répondre… prévoir ce temps d’échange dans votre présentation et réduire d’autant votre temps de parole prévu.
Parler un langage commun

L’avis de la conteuse – L’art de faire un four
« Gretel, dit la sorcière, veux-tu rentrer dans le four pour vérifier s’il est assez chaud ?
La fillette flaire le piège et répond :
– Je ne sais pas comment rentrer dans ce four. Il est trop haut.
– Tu es trop bête, regarde, je vais te montrer ! La sorcière s’engouffre dans l’entrée béante. La fillette la pousse alors de toutes ses forces à l’intérieur du four et ferme la lourde porte en fer. Sauvée ! 6 »
Parole de conteuse, si les enfants en face de vous n’ont jamais vu que des fours à micro-ondes, ce passage n’a absolument aucun sens ! Flop garanti pour ce moment important de la mort de la sorcière. Vous gagnez absolument à mimer le large geste de la porte du four à pain, ou à le décrire en préambule.
Vérifiez que votre vocabulaire est compréhensible…
Croyez-moi, entendre parler de lead et taux d’attrition dans un webinaire grand public peut produire un décalage et vous conduire à répondre inévitablement à des questions des participants ou participantes.
Nous n’aimons pas être pris en défaut d’ignorance. L’orateur peut oublier de se renseigner sur ce que les personnes savent déjà du thème ou utiliser des termes techniques trop tôt face à un public novice…
Le sentiment de gêne ou de honte ressenti par des membres du public ( « je ne comprends pas… suis-je le seul ? » ), qui ravive parfois des souvenirs d’école peu agréables, se transformera facilement en colère ou en agressivité ( « pour qui se prend-il, celui-ci ! » ).
Avant de prendre la parole sur la base d’un texte préparé, relisez vos mots avec un regard neuf. Simplifiez-les, ou mieux, expliquez-les, afin de partager votre savoir et faire progresser vos auditeurs et auditrices.
… et acceptable !
Tout acte de communication est un choix. « On ne peut pas ne pas communiquer 7 . » Vous pouvez bien entendu choisir d’affronter le public, de le secouer, de le choquer pour être certain de le faire réagir. Pesez toutefois l’intérêt de cette stratégie dans le fait d’obtenir que le public écoute, comprenne et adhère à votre message 8 … Prenez également garde aux vidéos sorties de leur contexte, possiblement postées sur les réseaux sociaux.
Si vous utilisez un vocabulaire polémique, assurez-vous de le faire en tout connaissance de cause. Il est par exemple possiblement risqué de parler de « qualité de vie au travail » auprès d’une équipe épuisée, comme il était risqué dans les années 2000 de parler de « client » dans des établissements publics d’énergie, de transport ou de télécommunications.
De même, l’usage du franglais ou de l’anglais peut faire ricaner un auditoire, comme l’utilisation de termes empruntés à l’univers des start-up… ou à l’inverse, parler de « transparent » à l’époque des slides peut faire sourire en entreprise…
Encore mieux, parler le langage des auditeurs

L’avis de la conteuse – Les mots pour le dire
Dans un ouvrage du XV e siècle, un historien et poète arabe, Abd Al-Rahmane Al-Souyoûti rédige un ouvrage savant, Nuits de noces . Il y donne la parole à des représentants de différents métiers.
Le professeur de grammaire assure qu’il étendit sa jeune épouse avec les lettres à la prononciation douce et les consonnes souples, puis allongea la barre de sa propre voyelle « A ». Le mathématicien témoigne qu’il mit l’appendice au carré avant de suivre la voie de la quadrature ou de cheminer sur la ligne d’intersection des angles dièdres. Le logicien précise que tout se passa entre sujet et objet, entre contenu et contenant.
Puissent ces quelques exemples vous inspirer dans votre capacité à parler le langage de vos interlocuteurs !
Recueillez le vocabulaire le plus adapté à la circonstance 9 : de la même façon qu’une personne d’une autre culture appréciera probablement que vous disiez quelques mots dans sa langue, témoignez à vos auditeurs et auditrices du respect et de la curiosité qui ont été les vôtres lors de votre préparation !
Lisez, écoutez, recueillez des documents, des noms propres, des exemples de produits, de lieux, qui appartiennent à l’univers de votre public. Par exemple, dans le monde industriel, en particulier aéronautique, on ne parle pas d’ouvrier, mais de compagnon.
Utilisez ces termes dans votre discours, toujours avec respect et bienveillance.
(S’)Offrir des silences
Étonnant, non, de vouloir « parler de “ne rien dire” » dans ce chapitre consacré à la relation avec les autres ? Le silence est un cadeau fait à l’assistance, et à vous-même.
Un cadeau pour les auditeurs et auditrices
Donnez-leur le temps d’ingérer vos informations. Vos interlocuteurs et interlocutrices ont à raccorder vos données, vos exemples, vos opinions, à leurs propres « bases de données ». Cela prend du temps.
Osez un silence : au moment d’aborder une nouvelle partie de votre présentation (quitte à intercaler un support visuel avec une image inspirante, pour vous y faire penser), juste avant de formuler une phrase ou un chiffre important, absolument indispensable après avoir demandé des réactions ou posé une question.
Un cadeau pour vous
Prenez le temps d’être ici, avec votre auditoire. Prenez le temps de sentir, de voir, de percevoir. Prenez le temps de rassembler vos idées : « Où en suis-je ? », « Que reste-il à parcourir ? », « Combien de temps me reste-il ? », « Ont-ils l’air encore avec moi ? »
Quelques secondes de silence peuvent paraître longues de votre côté du pupitre, mais passent inaperçues auprès du public. Respirez !

L’avis de la conteuse – Pourquoi vous arrêtez-vous ?
Une histoire raconte qu’un explorateur parcourt le bush australien en compagnie de chasseurs d’une tribu locale. Régulièrement, les chasseurs s’arrêtent en silence, puis repartent après quelques instants. L’explorateur bien entendu en fait autant et finit par leur demander les raisons de ces arrêts incompréhensibles.
« Nous marchons vite. Nos corps marchent vite. De temps en temps, nous nous arrêtons pour que nos âmes aient le temps de nous rejoindre. »
Connaissez-vous cette sensation que parfois, votre corps est ici et votre esprit ailleurs ? Offrez donc aussi des haltes de silence à votre auditoire, pour qu’il se rassemble !
Deux principes pour répondre aux préférences de communication
Vous décidez de vous adresser aux personnes présentes. Bravo ! Vous faites un premier pas essentiel pour rendre votre parole puissante.
Vous pouvez affiner encore plus votre discours pour capter l’attention. Savez-vous que selon les personnes, la nature des informations qui leur permet « d’accrocher » d’emblée à votre sujet est différente ?
Isabelle Briggs Myers et Katharine Cook Briggs se sont appuyées sur les travaux du psychiatre suisse Carl Gustav Jung pour publier dans les années 1960 un outil d’identification des types psychologiques : MBTI® 10 (Myers Briggs Type Indicator).
Pour plusieurs fonctions ou attitudes repérées, d’après cette théorie, un humain dispose de deux « portes d’entrée ».
Le modèle suivant vous apporte, entre autres, deux distinctions utiles. Analysez vos prochaines présentations pour vérifier que vous utilisez toute la palette des natures d’information.

Des portes d’entrées différentes pour les activités mentales


Chaque humain peut utiliser ces deux portes d’entrée. Son éducation, son expérience, son métier lui permettent probablement de se familiariser avec les deux façons de faire ou de dire…
L’une d’entre elle est sa porte privilégiée : sa préférence . Une information communiquée selon cette porte d’entrée préférée favorise l’accroche de votre auditeur ou auditrice. Et c’est d’autant plus important que la personne est fatiguée ou stressée.
Les préférences sont réparties parmi la population. Elles peuvent se croiser (je peux avoir comme préférence « perception de l’information globale » et « critère premier de décision rationnel »).
Partons donc du principe que vous avez, parmi vos auditeurs, des personnes dont les préférences – en termes de recueil d’information et de prise de décision – sont :

Des préférences de fonctionnement pour capter et traiter l’information
Information
Analytique, concrète, détaillée, précise
Critères
Logiques et factuels : est-ce vrai ? Est-ce que ça marche ?
Information
Globale, faits saillants, association d’idées
Critères
Logiques et factuels : est-ce vrai ? Est-ce que ça marche ?
Information
Analytique, concrète, détaillée, précise
Critères
Subjectifs : est-ce acceptable ? Qu’est-ce que cela me fait ? Qu’en pensent les personnes ?
Information
Globale, faits saillants, association d’idées
Critères
Subjectifs : est-ce acceptable ? Qu’est-ce que cela me fait ? Qu’en pensent les personnes ?
Si je pousse le trait sur ces deux aspects, voici ce que donnerait une annonce (très spécifiquement orientée vers un public précis) pour une campagne de vaccination contre la grippe 11 sur le lieu de travail.

Exemple à visée pédagogique d’une information destinée à des préférences précises
Information détaillée + attention portée aux critères logiques et factuels
Information globale + attention portée aux critères logiques et factuels
En 2018, la saison grippale a été caractérisée par 12 : 1,8 million de consultations pour syndrome grippal durant les 8 semaines d’épidémie Environ 65 600 passages aux urgences pour grippe, dont près de 11 000 hospitalisations durant l’épidémie 1 877 cas graves admis en réanimation signalés, dont 289 décès durant la période de surveillance
Cette année, vaccinez-vous !
Permanence à l’infirmerie, bâtiment B, RDC,
9 h 00-17 h 30
D’après vous, quelle a été l’an dernier la principale cause d’absentéisme dans notre entreprise, entre décembre et février ? La grippe.
Vous pensez-vous protégée ?
Le virus de la grippe peut survivre 24 h sur une surface dure.
Cette année, sauvez votre hiver !
Vaccinez-vous sur votre lieu de travail.
Téléphonez au 34 38.
Information détaillée + attention portée aux personnes et aux critères subjectifs
Information globale + attention portée aux personnes et aux critères subjectifs
Cette maladie touche chaque année en moyenne 2,5 millions de personnes et les plus âgés représentent 90 % des décès annuels liés à la grippe.
Les personnes susceptibles de développer des complications sont aussi les nourrissons, les femmes enceintes, les personnes souffrant de maladies chroniques ou immunodéprimées, les personnes obèses.
Se vacciner, c’est se protéger et protéger les personnes fragiles autour de nous !
Permanence à l’infirmerie, bâtiment B, RDC, 9 h 00-17 h 30
Vous attendez les vacances d’hiver avec impatience ? La montagne, les tablées généreuses, le feu dans la cheminée, les retrouvailles avec ceux que vous aimez ?
Le virus de la grippe vous attend avec impatience : la fatigue, les nausées, les maux de tête, les courbatures !
Cette année, vaccinez-vous sur votre lieu de travail.
Téléphonez au 34 38.
Aucun auditoire ne présente un profil aussi « net » que ceux décrits plus haut. Ces exemples sont présentés pour faciliter votre mémorisation. Toutefois, pour retenir, rassurer, vous adapter à un maximum de personnes, assurez-vous de disposer des informations qui répondent à toutes les préférences, pour construire votre discours.
Et pour votre sujet, qu’est-ce que cela donne ?

Les informations dont je dispose sur mon thème, à répartir dans la présentation
Information détaillée, données précises et chiffrées, descriptions
Information globale, faits saillants, images, symboles, tableaux synthétiques
Attention portée aux critères logiques et factuels. Que faut-il savoir pour comprendre/être convaincu ?
Attention portée aux personnes et aux critères subjectifs. Qui est concerné ? Qu’en pensent-elles ?
En bref

Avant toute autre préparation, prenez en compte votre auditoire. Que savez-vous des personnes présentes ? Que pouvez-vous dire à votre auditoire , spécifiquement , qui n’appartienne qu’à cette présentation-ci, à ce moment précis, que vous ne pourriez pas dire lors d’une autre présentation : à propos de son identité ? du lieu ? de son état d’attention ? de ses propres produits ? de ses questions ? Quel levier d’intérêt (parmi les plus connus dans un acte de vente) pouvez-vous repérer chez vos interlocuteurs ou interlocutrices, sur lequel vous appuyer pour présenter votre sujet ? Sécurité, orgueil, nouveauté, confort, argent, sympathie ? Comment vous adressez-vous à lui ? par des questions directes ? en nommant des personnes présentes ? en citant une anecdote survenue par exemple dans vos premiers échanges au café ? par un silence apaisant ? Quel vocabulaire utilisez-vous ? Quel style (familier, soutenu, poétique, humoristique) est adapté à vos interlocuteurs ou interlocutrices ? Comment agencez-vous votre parole pour répondre rapidement aux possibles préférences de votre public ? à ceux qui souhaitent une vue globale du sujet et ceux qui apprécient les éléments détaillés et concrets ? à ceux que la logique et les faits convainquent et à ceux qui pensent prioritairement aux effets sur les personnes ?
Cette orientation sur les auditeurs vous guidera aussi dans le choix de votre message, sur le fond et sur la forme.
Analyser sa pratique pour progresser

Prérequis et perception de l’auditoire
La dernière fois que j’ai pris la parole devant un auditoire…

Ce que je sais et perçois de mon auditoire

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents