Histoire de la Ville de Saint-Nazaire & de la région environnante (Tome Ier)
251 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Histoire de la Ville de Saint-Nazaire & de la région environnante (Tome Ier) , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
251 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Parue en 1925, cette monumentale histoire de la ville de Saint-Nazaire (plus de 1000 pages) est un véritable monument de l’histoire régionale et l’œuvre de toute une vie. Elle est due à Henri Moret, qui fut directeur des bureaux de l’administration municipale de Saint-Nazaire, entre 1881 à 1896 et auteur, également, d’une histoire du Croisic.


Rééditée plusieurs fois en fac-similé, cette Histoire de Saint-Nazaire méritait enfin une nouvelle édition, entièrement recomposée et proposée en trois tomes : Tome Ier : des origines à la Révolution ; Tome 2 : la Révolution ; Tome 3 : du début du XIXe siècle au début du XXe siècle.


Des mégalithes de la Préhistoire en passant par la bourgade moyenâgeuse partie prenante de la vicomté de Donges, puis de la vicomté de Saint-Nazaire, bien modeste face à ses voisines, les cités prestigieuses que sont Guérande et Le Croisic, simple « havre » idéalement situé, mais pas encore port, le village ne compte que 600 habitant au milieu du XVIIIe siècle et à peine 3.000 à la veille de la Révolution.


Au travers des diverses archives compulsées, voici reconstruit minutieusement, ce qu’a été le passé ancien de Saint-Nazaire.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2
EAN13 9782824050690
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0075€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Même auteur, même éditeur
Histoire de la Ville de Saint-Nazaire, tome 2 : la Révolution.
Histoire de la Ville de Saint-Nazaire, tome 3 : du XIX e au XX e siècle.





isbn

Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain
Pour la présente édition : © edr/ EDITION S des régionalismes ™ — 2013
Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte–Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.8240.0167.8 (papier)
ISBN 978.2.8240.5069.0 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.


AUTEUR

henri MORET




TITRE

Histoire de la ville de Saint-Nazaire ET DE LA Région environnante tome i er : des origines à la Révolution

Illustrations d’Alexandre Auffray




PRÉFACE
I l ne nous a pas semblé possible de nous dispenser d’écrire les lignes liminaires qui vont suivre. Notre premier devoir n’est-il pas de nous faire tout d’abord connaître aux lecteurs de ce livre ? Si nous n’avons pas constamment habité la ville de Saint-Nazaire, nous l’avons du moins toujours connue ; c’est-à-dire que jamais nous ne l’avons longtemps perdue de vue : l’ayant au reste choisie comme résidence définitive, nous y avons dès lors « droit de cité ». Appelé, voilà plus de quarante ans, de l’un des services publics du chef-lieu du département de la Loire-Inférieure à la direction des bureaux de l’administration municipale nazairienne, nous avons participé, de 1881 à 1896, à toutes les affaires communales qui ont été traitées par l’édilité.
Dès l’origine, nous avons senti l’inconvénient qu’il y a pour une cité importante de n’avoir point son histoire écrite. Ce sont à chaque instant des recherches ardues à effectuer ; recherches parfois heureuses, souvent stériles, qui exigent, en tout cas, un temps incroyable. Car l’histoire n’est pas seulement une résurrection curieuse du passé, elle est aussi la tradition immuable : elle constitue la pérennité des choses, et fournit les enseignements et les exemples si précieux pour ceux qui assument la charge difficile de veiller aux intérêts de toute sorte d’une communauté. Nous avons donc tout naturellement souhaité que fût rédigée l’histoire particulière qui faisait défaut.
Il y a eu, avant notre travail, des ébauches de l’histoire de Saint-Nazaire. Dès 1876, M. René Kerviler paraissait devoir être l’historien désiré de la ville. Il est mort sans avoir laissé l’œuvre attendue. En 1904, M. A. Galibourg, ancien bâtonnier du conseil de l’ordre des avocats, déclarait dans une notice assez développée, qui parut en tête d’un annuaire local, qu’il se proposait de faire l’historique que M. Kerviler n’avait pu achever ; mais jusqu’ici, il n’a pas, que nous sachions, donné suite à ce projet. Voyant que le temps s’écoulait et que personne n’entreprenait l’ouvrage, nous nous y sommes consacré : Saint-Nazaire a maintenant son histoire.
Ce qu’est cette histoire, il ne nous appartient pas de le dire. Ce que nous pouvons toutefois affirmer, c’est que, pour la partie ancienne, elle repose sur des documents rares, clairsemés, et, par conséquent, malaisés à découvrir ; nous ajouterons que, dans son ensemble, elle est l’expression vraie, impartiale des faits que nous ont révélés les textes dont nous avons pu prendre communication. Rien de fictif n’est venu de nous ; si quelquefois nous nous sommes trouvé dans l’obligation de recourir à des conjectures, nous n’avons jamais manqué de le déclarer. Au-dessus de tout, nous avons placé le respect de la vérité.
Quant à indiquer par le menu les sources où nous avons puisé, nous n’y parviendrions pas. Pour la partie préhistorique, nous nous sommes surtout inspiré de l’ouvrage de haute érudition qu’est l’ Histoire de la Gaule de l’éminent membre de l’Institut Camille JULLIAN, à qui, après l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’Académie Française vient d’ouvrir ses portes. À la bibliothèque municipale de la ville de Nantes, avec, pour guide, l’obligeant et érudit M. Giraud-Mangin, nous croyons avoir lu tout ce qui jusqu’à ce jour a été écrit sur Saint-Nazaire. Aux archives départementales, nous nous sommes documenté de notre mieux. À Saint-Nazaire, nous avons parcouru, à la mairie, la totalité des anciens registres paroissiaux et tous les procès-verbaux du conseil municipal ; nous y avons, d’ailleurs, très librement compulsé l’ensemble des pièces qui constituent les archives de la ville. Ce qui reste des archives de la paroisse Saint-Nazaire nous a été communiqué, avec la plus grande complaisance, par M. le chanoine Joalland, curé. À l’imprimerie du Courrier de Saint-Nazaire et à la bibliothèque de la rue Thiers, nous avons consulté, en toute latitude, les collections de journaux périodiques existantes. À la chambre de commerce, la série des procès-verbaux des séances de la compagnie a aimablement été mise à notre disposition. À partir du moment où nous avons reconnu combien il était désirable d’avoir une histoire complète de Saint-Nazaire, sans nous inquiéter de savoir qui rédigerait jamais cette histoire, nous nous sommes attaché à prendre toutes les notes susceptibles d’intéresser un auteur. Cette précaution nous a été d’un grand secours ; nos notes personnelles tiennent dans notre texte une place importante. Il nous est arrivé çà et là de relever dans notre récent ouvrage, Le Croisic, certains détails sur la région ; nous n’avons pas abusé de cette faculté d’emprunter à notre propre fonds. Enfin, on se demandera peut-être si la tradition ne nous a pas quelquefois servi. Nous pouvons dire qu’à Saint-Nazaire — ville jeune, ville très cosmopolite — il n’y a pas de « tradition » : quelques menus récits de coutumes que nous n’avons eu garde de négliger, très peu, et c’est tout. MM. le chanoine André, le marquis de Beauchesne, W. Chaffot, Chevrel, J. Esnault, A. Galibourg, L. Guyot, J. Hémery, A. Lecomte, le comte de Parscau du Plessix, Et. Peschard, Lud. Vielle, etc., nous ont donné des renseignements précieux, dont nous ne voulons pas manquer de les remercier dans cette introduction.
Ainsi nanti, nous nous sommes mis à la composition de notre livre ; nous y avons apporté tout le soin dont nous sommes capable. Pour la partie antérieure à la Révolution, nous avons fait usage d’à peu près tous les matériaux que nous avions réussi à rassembler. Pour la période ultérieure, étant bien plus amplement pourvu, nous avons pu négliger les faits insignifiants, les régimes temporaires, disparus, la plupart des projets mort-nés. Puis nous avons relaté, aussi brièvement qu’il se pouvait, les événements d’ordre secondaire. Les faits majeurs, dont la physionomie exacte et complète nous a fort préoccupé, ont été traités de manière à ce qu’une trop grande concision ne nuisît pas à la clarté.
Henri Moret
Saint-Nazaire, le 1 er janvier 1925

Saint-Nazaire — L’ancienne ville.



PREMIÈRE PARTIE : De l’Origine de la Cité à la Révolution
CHAPITRE I er : La Gaule préhistorique. Les mégalithes de Saint-Nazaire
Q ue le monde soit infiniment ancien, qu’il ne le soit que relativement, c’est un thème à controverses que nous n’avons point à reprendre : aussi bien chaque secte philosophique, chaque communion religieuse pour ainsi dire a entendu pénétrer le secret de la création, et il faut équitablement accorder aux docteurs chrétiens qu’ils se sont fait de ce sujet cosmogonique l’idée la plus nette. Si néanmoins, au début de cet ouvrage, nous croyons devoir remonter autant que possible à l’origine des sociétés humaines, c’est pour répondre à une préoccupation de filiation ancestrale, qui pique inévitablement et particulièrement la curiosité de quiconque se consacre à l’é

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents