40, la vie, la mort et le mythe
163 pages
Français

40, la vie, la mort et le mythe , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
163 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

40, le nombre magique de la vie

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 octobre 2021
Nombre de lectures 1
EAN13 9782375040720
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,09€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

40 L V L M  L M
© éditions De Varly, 2019 ISBN : 978-2-37504-072-0 Graphisme et mise en page : AurÉlie Camarasa
Dr. Ghazi ABOUCHAKRA
40 L V L M  L M
éditions De Varly
HoMMage
ai une fois ÉcoutÉ Ghazi Abouchakra – il travaillait alors à J’ l’UNESCO – parler de son travail à un groupe d’amis avec lesquels j’Étais. Ses propos n’Étaient pas rassurants quant à tout ce qui se passait institutionnellement à l’Époque, propos sur la relation entre la thÉorie et la pratique, entre le savoir et les choses, entre la chose et la chose, entre la crÉation et l’institution. Il s’exprimait de tout son être : l’Éveil, le dÉsir, l’enthousiasme, l’envie de s’inscrire et de pratiquer – tout cela s’ancrait dans ses mots et jusque dans son accent. Il s’est inscrit, dans mon esprit, à son propos, une image qui accom-pagne aujourd’hui encore mon imagination, même si les conditions de ma vie ne me permettaient de le rencontrer que de loin en loin et de façon sporadique. Il me plaît ici de remercier mon ami et frère dans la pensÉe et la libertÉ Nabil Abou Chacra, qui me donne aujourd’hui la possibilitÉ de me remÉmorer cette image. Cette image montre que Ghazi Abouchakra s’ouvrait, dans l’espace du savoir, dÉvoilement, relations et pratiques, pareil à une rose, non dans un vase, mais dans son jardin, parmi sa famille vÉgÉtale, diverse et variÉe. Il s’agit d’une ouverture qui semble être un Éventail excep-tionnel de savoirs où les parties et les directions se joignent, et où s’harmonisent les paradoxes et les analogies, si bien que le monde apparaît comme un ensemble enchevêtrÉ de nœuds entremêlÉs, ou bien comme une unitÉ où il est impossible d’isoler la chose de ce qui l’avoisine, de ce qui la prÉcède ou de ce qui la succède, que dans le sens chronologique. C’est qu’il y a, entre l’espace tissÉ par le soleil avec les rayons de son unique métier à ler et le tapis tissé par une paysanne amoureuse avec ses mains habiles pour dÉcorer la mai-son de son bien-aimÉ, la parentÉ des sentiments et les liens de l’art.
 5 
C’est que nous ne pouvons vraiment comprendre la eur à l’abri de l’eau qui l’arrose, de l’air qui se penche sur elle et la serre dans ses bras, et de la lumière qui l’Étreint. C’est une image qui rappelle comment Ghazi Abouchakra puisait dans ses pensÉes et Écrits, l’ensemble des choses-symboles et des symboles-choses,commesilsinspiraitdela«miniatureuniverselle»,à laquelle renvoie un questionnement profond qu’Ibn ‘Arabi adresse en ces termes à l’homme :
Tu prétends être une petite entité Alors que le grand cosmos se trouve en toi
C’est l’image symbole-savoir qui se renouvelle toujours, comme pour attester que le sens de l’homme et du monde ne se renouvelle que dans une image qui se renouvelle toujours.
Adonis, Paris, juin 2018
À qui s’adresse ce LiVre ?
e livre interdisciplinaire et de conception philosophique C s’adresse au public le plus large. étant un ouvrage de vulgari-sation scientique, il s’adresse aux lecteurs de tout bord, spécialement ceux dotés d’un rudiment de bagage scientique (biologie, écologie, gÉnÉtique, digitale etc.).
D’autre part, l’ouvrage est adressÉ aux parents, aux Étudiants, aux professeurs, aux historiens des sciences, aux philosophes, etc.
 7 
introduction
l est incontestable que plusieurs rÉalitÉs de la vie et beaucoup I de vérités scientiques échappent même aux personnes les plus averties. L’essai que nous prÉsentons, se propose de mettre en Évi-dence ces rÉalitÉs et vÉritÉs Établies, en sondant les abîmes d’un passÉ historique et mythologique parfois, puis dÉvoilant les rapports existant entre des phÉnomènes à première vue indÉpendants les uns des autres.
Adoptant tantôt les mÉthodes des sciences exactes, tantôt celles des diffÉrentes sciences humaines, nous verrons ainsi apparaître ces liens si tenus soient-ils, sur le plan physique et biologique d’une part, et sur les plans psychologique et Éthique d’autre part, en tant quexpressionsculturelles,socialesetstructurelles.
Les vÉritÉs que nous recherchons concernent surtout 1’homme, dont la boîte crânienne est presque sphÉrique. L’homme est une crÉa-ture toute petite – il est vrai – mais qui recèle au fond de ses circon-volutions cÉrÉbrales, les Étonnants pouvoirs de la raison, tant cognitifs que crÉatifs. Ces vÉritÉs sont aussi rattachÉes au macrocosme, ce grand Tout qui inclut le monde de l’homme, sur le devenir duquel il agit.
L’homme a de tout temps et en tout lieu, eu des interrelations et des interactions avec cet Univers, par rapport à quoi l’Évolution bio-logique des potentialitÉs de la matière grise cÉrÉbrale apparaît insigni-ante et très lente. Seule peut-être l’apparence, disons la « forme » ou la phÉnotypie – pour emprunter une expression gÉnÉtique – change !
En effet, depuis Platon, Aristote et les stoïciens, les progrès de la pensÉe sont minimes. Aussi n’est-il point Étrange qu’on considère ces Anciens comme les piliers philosophiques de la culture moderne.
 9 
Peu nombreuses Également sont les Étapes franchies de Sumer la rayonnante en Orient, de la Chine, de l’Inde, de l’égypte, à l’Occident rationaliste de Descartes, de Hegel, de Nietzsche, indiffÉremment…
En cherchant en permanence son Équilibre dans la rationa-litÉ, l’Occident s’est ÉcartÉ de l’illuminisme passionnÉ pour qui les contraires peuvent s’harmoniser dans une objectivitÉ rachidienne incomparable.
Certes, l’ÉmotivitÉ, si elle n’est pas modÉrÉe par le bon sens, pourra induire la dÉcadence d’une nation, quand bien même celle-ci aurait ÉtÉ à l’origine d’une civilisation orissante, comme c’est malheureuse-ment le cas dans l’Orient arabe contemporain.
C’est ainsi que les Arabes passent aujourd’hui sur le plan de la pensÉe, par une pÉriode « d’hibernation », après avoir ÉtÉ autrefois les artisans d’une civilisation qui a largement contribuÉ au patrimoine des connaissances humaines et rayonnÉ durant des siècles.
La sentimentalitÉ non modÉrÉe par la raison, a un effet rÉgressif sur le plan de la civilisation tout comme le rationalisme pur, non conciliÉ avec la « chaleur humaine » des sentiments. Le rationalisme rigoureux de la civilisation occidentale contemporaine a eu pour rÉsultat de vider la pensÉe de son contenu humain et vital.
C’est le sens de l’automation, de l’emprise de la machine qui broie l’homme dans son engrenage, dont les activitÉs ne peuvent plus pour cette raison, être dites « civilisÉes ».
D’autant plus que c’est la « pollution technologique », pour ainsi dire, qui lui tient lieu de culture et que les liens multipliÉs et enche-vêtrÉs qui formaient jadis le tissu social, se sont rompus.
C’est ainsi que les « sociÉtÉs de consommation » se consument, se dÉshumanisent et retombent vers le bas au lieu d’avoir une direc-tion ascendante. Car en effet il faudrait une reprise ou une remontÉe
 10 
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents