Catéchèses sur les psaumes
302 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Catéchèses sur les psaumes , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
302 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A partir de mars 2001, et jusqu'à sa mort, le Pape Jean-Paul II commence une série de catéchèses (prononcées devant les pélerins de Rome le mercredi matin, place Saint-Pierre) sur la Liturgie des Heures, les psaumes, les hymnes de cette liturgie, pour encourager les fidèles à prier avec la Liturgie de l'Eglise.Benoît XVI, une fois élu Pape, se proposera de continuer pendant quelques temps ces catéchèses, et terminer ainsi l'enseignement de son prédécesseur.Nous proposons depuis plusieurs années ce livre en format numérique. Le livre papier est légèrement différent : nous n'avons pas ajouté le texte du psaume commenté, pour ne pas alourdir l'édition et le prix.En tout, 86 psaumes commentés, pour 119 commentaires, tous passionnants, pour expliciter et éclairer le lecteur sur le contenu du psaume.Les psaumes sont présentés par numéro, et non par date de catéchèse. Il nous a semblé qu'il était ainsi plus facile de s'y retrouver, et d'accéder facilement au commentaire pour un psaume donné.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2022
Nombre de lectures 6
EAN13 9782368782095
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Catéchèses sur les psaumes

Jean-Paul II, Benoît XVI
Présentation
De mars 2001 jusqu’à sa mort, en 2005, Jean-Paul II aentrepris une grande catéchèse sur la liturgie des Heures, par un commentairedes psaumes et des cantiques. Il voulait ainsi promouvoir « la Liturgiedes Heures comme prière de tout le Peuple de Dieu ». Benoît XVI a complétéces catéchèses une fois élu pape.
Nous proposons dans ce livre uniquement les commentaires despsaumes. Nous les avons ordonnés non pas chronologiquement, mais par ordre despsaumes, en précisant à chaque fois la date et qui, de Jean-Paul II ou deBenoît XVI, a réalisé la catéchèse.
Nous faisons à chaque fois précéder le psaume par le textede la Bible Crampon, libre de droits. De fait, il se pourra que, parfois, les citations despsaumes lors de la catéchèse ne correspondent pas exactement à la traductionCrampon.
D'autres livres sur les psaumes sont disponibles sur notre site : La Bible Crampon Prier avec les psaumes
©Les Éditions Blanche de Peuterey pour la version numérique.Visitez notre site web et abonnez-vous à notre newsletter pour êtreinformé des nouveautés.
©Librairie Éditrice Vaticane (2001-2006)
Selonle contrat passé avec les Éditions Blanche de Peuterey
ISBN : 978-2-36878-145-6
Les Psaumes dans la Tradition de l’Église
Lecture : Ps 150
Jean-Paul II. Mercredi 28 mars 2001
1. Dans la Lettre apostolique Novo millennio ineunte , j’ai souhaitéque l’Église se distingue davantage dans l’« art de la prière », enl’apprenant toujours à nouveau des lèvres du divin Maître (cf. n. 32). Cetengagement doit être vécu en particulier dans la Liturgie, source et sommet dela vie ecclésiale. Dans cette optique, il est important de réserver une plusgrande attention pastorale à la promotion de la Liturgie des Heures commeprière de tout le Peuple de Dieu (cf. Ibid ., n. 34). En effet, si lesprêtres et les religieux ont le mandat précis de la célébrer, elle estcependant vivement recommandée également aux laïcs. C’est à cela que visait, ily a un peu plus de trente ans, mon vénéré prédécesseur Paul VI, à travers laConstitution Laudis canticum dans laquelle il déterminait le modèle envigueur de cette prière, souhaitant que les Psaumes et les Cantiques, structureportante de la Liturgie des Heures, soient compris « avec un amourrenouvelé par le Peuple de Dieu ». (↓   1  )
Il est encourageant de savoir que de nombreux laïcs, tant dans les paroissesque dans les groupes ecclésiaux, ont appris à la valoriser. Elle restetoutefois une prière qui suppose une formation catéchétique et bibliqueadaptée, afin de pouvoir l’apprécier totalement.
Dans ce but, nous commençons aujourd’hui une série de catéchèses sur lesPsaumes et sur les Cantiques proposés dans la prière matinale des Laudes. Jedésire, de cette façon, encourager et aider toutes les personnes présentes àprier avec les mêmes paroles utilisées par Jésus et présentes depuis desmillénaires dans la prière d’Israël et dans celle de l’Église.
2. Nous pourrions entreprendre l’étude des Psaumes de diverses façons. Lapremière consisterait à présenter leur structure littéraire, leurs auteurs,leur formation, les contextes dans lesquels ils sont nés. Ensuite, une lecturequi en soulignerait le caractère poétique, qui atteint parfois de très hautsniveaux d’intuition lyrique et d’expression symbolique, serait suggestive. Ilserait tout aussi intéressant de reparcourir les Psaumes en considérant lesdivers sentiments de l’âme humaine qu’ils manifestent : joie,reconnaissance, action de grâce, amour, tendresse, enthousiasme, mais égalementsouffrance intense, récrimination, demande d’aide et de justice, qui débouchentparfois sur de la rage et des imprécations. Dans les Psaumes, l’être humain seretrouve entièrement lui-même.
Notre lecture cherchera surtout à faire apparaître la significationreligieuse des Psaumes, en montrant comment ceux-ci, bien qu’ayant été écritsil y a de nombreux siècles par des croyants juifs, peuvent être utilisés dansla prière des disciples du Christ. Nous serons aidés en cela par lesconclusions de l’exégèse, mais, dans le même temps, nous nous mettrons àl’écoute de la Tradition, en particulier nous nous placerons à l’écoute desPères de l’Église.
3. Ces derniers, en effet, avec une profonde pénétration spirituelle, ont sudiscerner et indiquer la grande « clef » de lecture des Psaumes dansle Christ lui-même, dans la plénitude de son mystère. Les Pères en étaient toutà fait convaincus : dans les Psaumes, il est question du Christ. En effet,Jésus ressuscité applique à lui-même les Psaumes lorsqu’il dit à sesdisciples : « Il faut que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moidans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes » ( Lc 24, 44).Les Pères ajoutent que dans les Psaumes, on parle au Christ, ou que c’est leChrist lui-même qui parle. En affirmant cela, ils ne pensaient pas seulement àla personne individuelle de Jésus, mais au Christus totus , à tout leChrist, formé par le Christ tête et par ses membres.
C’est ainsi que naît, pour le chrétien, la possibilité de lire le Psautier àla lumière de tout le mystère du Christ. C’est précisément cette optique qui enfait également apparaître la dimension ecclésiale, qui est particulièrementmise en évidence par le chant choral des Psaumes. On comprend ainsi comment lesPsaumes ont pu être utilisés, dès les premiers siècles, comme prière du Peuplede Dieu. Si, au cours de certaines périodes de l’histoire, est apparue unetendance à préférer d’autres prières, les moines ont eu le grand mérite deconserver allumée dans l’Église la flamme du Psautier. L’un d’eux, saintRomuald fondateur des Camaldules, à l’aube du second millénaire chrétien,arrivait à soutenir que - comme l’affirme son biographe Bruno de Querfurt - lesPsaumes sont l’unique voie pour faire l’expérience d’une prière vraimentprofonde : «  Una via in psalmis  ». (↓   2  )
4. Avec cette affirmation, à première vue excessive, il restait en réalitéancré à la meilleure tradition des premiers siècles chrétiens, quand lePsautier était devenu le livre par excellence de la prière ecclésiale. Ce futun choix juste face aux tendances hérétiques qui menaçaient sans cesse l’unitéde foi et de communion. À ce propos, il est intéressant de mentionner unelettre merveilleuse que saint Athanase écrivit à Marcellin dans la premièremoitié du IVème siècle, alors que l’hérésie arienne sévissait, portant atteinteà la foi dans la divinité du Christ. Face aux hérétiques qui attiraient lesgens à eux, notamment à travers des chants et des prières qui en gratifiaientles sentiments religieux, le grand Père de l’Église se consacra de toutes sesforces à enseigner le Psautier transmis par l’Ecriture. (↓   3  )Ce fut ainsi qu’au « Notre Père », la prière du Seigneur parantonomase, s’ajouta la pratique, vite devenue universelle parmi les baptisés,de la prière psalmodique.
5. Egalement grâce à la prière communautaire des Psaumes, la consciencechrétienne a rappelé et compris qu’il est impossible de s’adresser au Père quihabite dans les cieux sans une authentique communion de vie avec les frères etles sœurs qui habitent sur terre. De plus, en s’insérant de façon vitale dansla tradition de prière des juifs, les chrétiens apprirent à prier en racontantles magnalia Dei , c’est-à-dire les grandes merveilles accomplies parDieu, que ce soit dans la création du monde et de l’humanité, ou dansl’histoire d’Israël et de l’Église. Cette forme de prière puisée à l’Ecrituren’exclut assurément pas des expressions plus libres, et celles-ci continuerontnon seulement à caractériser la prière personnelle, mais également à enrichirla prière liturgique elle-même, par exemple avec des hymnes et des tropaires.Le Livre du Psautier demeure toutefois la source idéale de la prièrechrétienne, et l’Église continuera à s’en inspirer au cours du nouveaumillénaire.
Les Psaumes dans la Tradition de l’Église (2)
Lecture : Ps 69 [70], 2.5-6
Jean-Paul II. Mercredi 4 avril 2001
Avant d’entreprendre le commentaire des Psaumes et desCantiques des Laudes, nous complétons aujourd’hui notre réflexion introductivecommencée au cours de la dernière catéchèse. Et nous le faisons en partant d’unaspect très cher à la tradition spirituelle : en chantant les Psaumes, lechrétien fait l’expérience d’une sorte d’harmonie entre l’Esprit présent dansles Ecritures et l’Esprit qui demeure en lui en vertu de la grâce baptismale.Plus que prier à travers des paroles propres, il se fait l’écho de ces« gémissements ineffables » dont parle saint Paul (cf. Rm 8,26), à travers lesquels l’Esprit du Seigneur pousse les croyants à s’unir àl’invocation caractéristique de Jésus : « Abba !Père ! » (Rm 8, 15 ; Ga 4, 6).
Les antiques moines étaient tellement certains de cette véritéqu’ils ne se préoccupaient pas de chanter les Psaumes dans leur languematernelle, car il leur suffisait d’avoir la conscience d’être, d’une certainefaçon, des « instruments » de l’Esprit Saint. Ils étaient convaincusque leur foi permettait aux versets des Psaumes de faire jaillir une« énergie » particulière de l’Esprit Saint. La même conviction semanifeste dans l’utilisation caractéristique des Psaumes, qui fut appelée« prière jaculatoire » - du mot latin « iaculum »,c’est-à-dire dard - pour indiquer de très brèves expressions psalmodiques quipouvaient être « lancées », presque comme des pointes enflammées, parexemple contre les tentations. Jean Cassien, un écrivain qui vécut entre le IVèmeet le Vème siècle, rappelle que certains moines avaient découvert l’efficacitéextraordinaire du très bref incipit du Psaume 69 : « O Dieu, vite àmon secours, Yahvé, à mon aide ! », qui est devenu depuis comme laporte d’entrée de la Liturgie des Heures. (↓   4  )
2. À côté de la présence de l’Esprit Saint, une autre dimension importanteest celle de l’action sacerdotale que le Christ accomplit dans cette prière enassociant à lui l’Église, son épouse. À ce propos, précisément en se référant àla Liturgie des Heures, le Concile Vatican II enseigne : « LeSouverain Prêtre

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents