Dieu cherche aujourd hui... un homme
54 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Dieu cherche aujourd'hui... un homme , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
54 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'objectif de ce livre est de présenter la Bible, l'Eglise primitive qui doivent constituer notre modèle de vie et de service ; d'interpeller les frères et soeurs, vu les abus et le désordre dans lesquels vit le monde aujourd'hui, à revenir à la Parole de Dieu. Nous sommes aujourd'hui devant la confusion la plus totale qui puisse exister dans la mesure ou on assiste à la célébration de mariages homosexuels dans certains pays, l'exhibitionnisme féminin, les avortements légalisés dans certains pays, le foisonnement de sectes, les abus sexuels dans les sectes, l'apostasie, l'inceste, les agressions et les abus sexuels, la pédophilie, la pornographie, les mutilations sexuelles féminines, le voyeurisme, les meurtres, les rivalités entre les églises, les guerres entre les nations, les divorces des foyers chrétiens. Dieu voyant tous ces maux, cherche un homme comme Noé, Elie, Abraham, Paul, Esther, un homme qui élèvera un mur, qui se tiendra à la brèche devant Dieu en faveur du pays (peuple), afin que Dieu ne le détruise pas. Il cherche un homme qui remettra le sort de ces femmes et enfants à l'Eternel ; quelqu'un transformé et rempli du Saint-Esprit, capable de combattre avec rigueur ces maux du monde dans un esprit d'humilité et d'amour.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de lectures 112
EAN13 9782918629290
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0412€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Jean-Pierre Kitambala

DIEU CHERCHE, AUJOURD’HUI,
UN HOMME

ISBN 978-2-918629-29-0
© 2011, Jean-Pierre Kitambala
Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ni transmis sous une forme quelconque, que ce soit par des moyens électroniques ou mécaniques, y compris la photocopie, l'enregistrement ou tout stockage ou report de données sans la permission écrite de l'éditeur.
Sauf indications contraires, les textes cités sont tirés de la Nouvelle Bible Segond.
Publié par Editions l'Oasis, année 2011.
Ce livre a été publié sous la division 'auto publication' des Editions l'Oasis. Les Editions l'Oasis déclinent toute responsabilité concernant d'éventuelles erreurs, aussi bien typographiques que grammaticales, et ne sont pas forcément en
accord avec certains détails du contenu des livres publiés sous cette forme.
Couverture fait par Damien Baslé: www.damienbasle.com
Imprimé en France par IMEAF • 26160 La Bégude-de-Mazenc
Dépôt légal 2e trimestre 2011 • N° d’impression : 92446
9, Rte d'Oupia, 34210 Olonzac, France
tél (33) (0) 468 32 93 55
fax (33) (0) 468 91 38 63
email: editionsoasis@wanadoo.fr * www.editionsoasis.com
Pour un catalogue gratuit de toutes les Editions Oasis, merci de nous contacter à l'adresse ci-dessus.
Boutique en ligne sécurisée sur www.editionsoasis.com.
REMERCIEMENTS
Ma gratitude s’adresse ici, d’abord au pasteur FLORIBERT MUSUNGU,
directeur de l’école biblique Living Word Missions Bénin, qui m’avait accepté dans cette école et donné les formations au ministère, pastorale et missionnaire et ensuite au prophète L. HERVE DAGBO, pasteur de l’Église Évangélique
Galilée, au pied de qui j’ai passé mon discipolat, comme l’avait été Elisée auprès du prophète Elie.
Ma reconnaissance va droit à mon conseiller biblique, RAYMOND EXUM, de
l’École Mondiale de la Bible (USA).
Je remercie Micheline N.N. KITAMBALA, mon épouse bien-aimée, pour ses
encouragements et son assistance, ainsi que toute la famille KITAMBALA,
tous les collaborateurs du Ministère International de la Parole de Vie et tous mes « TIMOTHÉE » où qu’ils se trouvent!
INTRODUCTION
Dieu, à travers la bouche de son serviteur Josué, a dit: « Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche ; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras » (Jos 1.8).
Dieu cherche, aujourd’hui, un homme qui s’engagera dans l’entreprise divine, un soldat qui servira sous son drapeau. Tant que l’accusateur des enfants de Dieu sera sur le terrain (cette terre) en train de pervertir le monde, se présentant comme un ange de lumière, l’Éternel Dieu des armées aura toujours besoin
d’un homme. Il cherchera toujours un homme, avec la foi d’Abraham pour
partir sans rouspétance dans le pays désigné par Dieu, un homme capable
d’intercéder pour les brebis perdues ; un homme comme Elie pouvant, seul,
prier demandant le feu et la pluie, pour voir ces choses s’accomplir ; un homme obéissant comme Daniel, pouvant se lever et dire non aux ordres du roi...
Mon frère, ma sœur, es-tu prêt à accepter le plan de Dieu quant à ton
ministère? Pour ce qui est du salut, en effet, Dieu te donne le choix:
« Choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir » (Jos 24.15).
Mais, pour le ministère, c’est Dieu qui choisit : « Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations. » (Jé 1.5).
Mais Dieu, dans sa grâce, t’a choisi avant même que tu naisses et t’a appelé à le servir pour que tu annonces aux non Juifs la Bonne Nouvelle. » (Ga 1.16).
On peut bien sûr, à l’exemple de Jonas, résister à Dieu, mais cela ne changera pas la réalité de l’appel. On ne décide pas de devenir évangéliste, apôtre, prophète, pasteur ou docteur, c’est une vocation choisie et donnée par Dieu seul. C’est à l’homme de décider s’il veut ou non devenir membre du corps de Christ, mais c’est Dieu qui décide quel membre il sera : une bouche, un pied, 5
une oreille, etc. Que fera-t-il de toi ? Peut-être un second Elie, un second Paul ou Pierre, mais c’est à lui de choisir.
Tout au long de notre ouvrage, nous nous adresserons tant aux chrétiens nés de nouveau qu’aux chrétiens rétrogrades, tant aux serviteurs de Dieu qu’aux
membres de l’Église de Jésus. Loin de nous l’intention d’accuser qui que ce soit. L’objectif de ce livre est tout simplement de présenter la Bible et l’Église primitive qui doivent constituer notre modèle de vie et de service aujourd’hui.
Nous désirons interpeller les frères et sœurs, vu le désordre et les abus dans lesquels le monde vit aujourd’hui, à revenir à de meilleurs sentiments, c’est-à-
dire à ce qui était au commencement, ce qui a été utilisé par Dieu pour créer les cieux et la terre, donc la Parole inégalable et inégalée de Dieu. C’est un avertissement, pour l’amour de Christ, avant qu’il ne soit trop tard, car Jésus revient bientôt. Nous voulons ici tirer la sonnette d’alarme avant que le Lion de la tribu de Juda ne revienne.
Le docteur Lola Wa Lelu Lévi Jackson, dans son livre : « Dieu n’est pas en cause » nous propose un parallélisme qui interpelle la conscience de tout
chrétien sérieux en disant : « Assurément, les plus grands coups du diable sont de susciter des hommes face aux hommes envoyés par Dieu. Par exemple,
quand l’Éternel Dieu suscite Isaac, le diable envoie Ismaël. Quand Dieu oint Israël, le diable utilise Amalek. Quand Dieu envoie Moïse, le diable lui oppose Pharaon (Ramsès) et quand, pour la touche finale, l’Éternel Dieu établit le Roi de gloire Jésus-Christ, le diable réplique avec Hérode et à cause de cela, comme du temps de Moise, beaucoup d’enfants moururent parce que le diable, ne pouvant pas détruire Jésus à travers la grande colère du roi Hérode, fit périr tous les enfants de deux ans et au dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire. »
Le diable n’a pas baissé les bras, malgré le fait qu’il a été vaincu déjà à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de témoignage. Il multiplie ses stratégies macabres sachant qu’il ne lui reste plus que très peu de temps. C’est ainsi que, pendant que l’Église de Christ est maintenant implantée sur tous les continents, le diable a, de son coté, suscité ses agents qui dirigent des sectes, lesquelles amènent la confusion au sein des enfants de Dieu. Pendant qu’on 6
célèbre des mariages (homme + femme) dans l’Église de Christ, le diable procède à la célébration de mariages homosexuels. Pendant qu’on évangélise par la page imprimée qu’on affiche, le diable et ses alliés incitent d’autres personnes à afficher des pages exprimant l’exhibitionnisme (féminin pour la plupart) le long des routes et aux différents carrefours afin de séduire un plus grand nombre de personnes. Pendant que Dieu souhaite qu’on organise des
campagnes et des croisades au cours desquelles des âmes seront gagnées à
Christ, le diable organise, à travers les autorités de certains pays, des élections ou des votes pour les avortements ou pour la chasse à l’homme créé à l’image de Dieu. Pendant que Dieu nous a créés à son image, le diable a suscité une certaine médecine consistant à apporter des corrections à l’organisme humain, telles les filles et les femmes qui se font opérer les seins parce qu’ils sont devenus trop gros et ternissent leur beauté, ou encore qui se font injecter certains produits afin de grossir ou de diminuer le volume de certains organes afin de mieux séduire les hommes, etc.
Dieu, voyant tout ce qui se passe aujourd’hui dans le monde, cherche un
homme comme toi et moi afin de nous tenir, comme Elie, Noé, David, Daniel, Meschac, Schadrac, Abed Nego, Paul, Pierre et les autres, devant les rois de cette terre, devant tous les prophètes de Baal, devant toutes les Jézabel, devant tous les Goliath, devant cette armée de Philistins. Bref, un homme qui, devant Satan et tous ses agents, brandisse la même arme que le Maître avait utilisée, c’est-à-dire LA PAROLE DE DIEU. « Ma Parole n’est-elle pas comme un feu,
dit l’Éternel, et comme un marteau qui brise le roc ? » (Jé 23.29).
Dieu cherche quelqu’un qui présentera Jean 3.16 au monde perdu, afin que
celui-ci prenne une décision pour Jésus-Christ. « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »
« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. » (Ro 3.23) - Besoin humain.
« Car le salaire du péché, c’est la mort... » (Ro 6.23a) - Le châtiment du péché.
7
« Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Ro 5.8) - Le remède pourvu par Christ.
« Mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Ro 6.23b) - Le don de Dieu aux humains.
« Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Écriture : « … Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. » (Ro 10.9-10,13) - Comment recevoir Jésus-Christ.
8
Chapitre premier
LA CONSTITUTION CHRÉTIENNE : LA BIBLE
La constitution est à la nation ce qu’est la Bible au peuple de Dieu, c’est-à-dire que c’est un ensemble de règles juridiques qui régissent les rapports entre les gouvernants et les gouvernés ; c’est alors la loi fondamentale de la nation.
Donc, la Bible est la constitution du peuple de Dieu.
A.
DÉFINITION
La Bible est la Parole et la volonté de Dieu révélées. « … Dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre » (2 Ti 3.15-17).
La Bible ne révèle pas seulement les principes universels des rapports entre les êtres humains et leur conduite, mais aussi le plan magistral du Créateur. La Bible est la seule source qui révèle le magnifique dessein pour lequel nous sommes nés.
Elle est le livre d’instructions du Créateur et ses instructions sont toujours pertinentes. Elle nous indique la route à suivre dans le monde d’aujourd’hui.
Et, elle est vérifiable en tant que la Parole inspirée de Dieu. Les preuves de la réalisation des prophètes, la cohérence interne de son message et son filigrane confirment que la Bible est le livre de Dieu. Donc, la Bible, de Genèse à
Apocalypse, est vraie et ne renferme aucune erreur inhérente (2 Ti 3.16 ; 2 Pi 1.20-21 ; Es 27.3, 40.8 ; Mat 24.35 ; Jos 1.8 ; 2 Rois 22.8, 11,13 ; Jn 10.35).
Billy Graham, dans son livre « La paix avec Dieu », dit que la Bible est le seul livre qui offre à l’homme une rédemption, et qui lui montre comment sortir de ses dilemmes. Il a fallu une dizaine de siècles (1500 à 1600 ans) pour écrire la Bible. Elle contient tout ce dont l’homme a besoin pour remplir le vide de son 9
âme et résoudre ses problèmes. C’est le plan du Grand Architecte, et ce n’est qu’en suivant ses directives que nous pourrons construire la vie que nous
cherchons. Elle est la suprême constitution de toute l’humanité. Ses lois
s’appliquent à tous également, sans exception et sans interprétation particulière.
Comme la constitution est la loi suprême d’un pays, la Bible est la loi suprême de Dieu pour le monde, car c’est dans la Bible que Dieu promulgue ses lois spirituelles. C’est par elle que Dieu donne ses promesses éternelles, et c’est par elle qu’il révèle le plan de rédemption de la race humaine. Car, sans la Bible, le monde serait vraiment un lieu sinistre, sans poteau indicateur et sans phare.
Elle est le seul livre contenant la révélation de Dieu. Les autres religions ont aussi leurs livres
: le Coran de Mahomet, le canon des écrits sacrés
bouddhiques, le Zend-Avesta de Zoroastre et les védas brahmaniques.
Ce que l’on désigne par le terme général de « Bible » est le livre inspiré pour les juifs et les chrétiens. Le mot « Bible » vient du grec BIBLIA (les livres sacrés), lui-même issu de BUBLOS (le papyrus), par référence à la ville de Byblos qui en contrôlait le commerce.
B.
ORIGINE DE LA BIBLE
Il a fallu une dizaine de siècles pour composer la Bible. Quarante hommes
environ ont rédigé les 66 livres qu’elle contient. Pourtant, plus de 3800 textes de l’Ancien Testament déclarent que ce qui est écrit ne vient pas de l’homme, mais de Dieu (Lé 19.1 ; Es 1.10 ; Ez 1.3). Le Nouveau Testament aussi affirme que l’Ancien Testament est d’origine divine et déclare être lui-même une
révélation de Dieu aux hommes (2 Ti 3.16 ; 2 Pi 1.20-21 ; 1 Th 2.13).
Dieu n’a pas lui-même écrit, ni dicté les mots, mais il a guidé les différents rédacteurs de manière à garantir la véracité de leurs enseignements (Jn 14.26, 16.13).
1) La révélation de la Bible concernant l’origine du monde :
La science moderne reconnaît que notre univers a eu un commencement, car il s’achemine vers sa fin. Les ressources de la terre s’épuisent, le soleil se refroidit et des étoiles disparaissent.
10
Quelle est donc cette puissance prodigieuse qui donne à notre univers son commencement, son origine
? Le premier verset de la Bible énonce
l’explication la plus plausible : « Au commencement Dieu créa les cieux et la terre » (Ge 1.1). Ce à quoi les athées répliquent : « Mais d’où vient Dieu ? » La réponse à cette question est la même que celle qu’ils doivent donner à cette autre question : « D’où vient la matière ? », et à celle-ci : « D’où vient le monde physique ? »
Il est évident que ce qui est n’a pu provenir de ce qui n’est pas. Le néant est incapable de produire quoi que ce soit ; par conséquent, si quelque chose
existe, c’est que ce quelque chose est sorti de ce qui était avant lui, de ce qui le précède dans le temps.
Le chrétien croit que la Bible dit vrai lorsqu’elle affirme que Dieu, l’Esprit éternel, a toujours existé et que c’est de lui que provient ce qui existe, tout ce que nos sens peuvent percevoir (Hé 11.3).
Les athées peuvent ridiculiser cette foi, mais ne marchent-ils pas eux aussi par la foi ? Pour être logiques avec eux-mêmes, ils doivent croire que la matière a toujours existé, que notre univers et sa merveilleuse complexité sont le produit du pur hasard. La question est de savoir : laquelle de ces deux convictions est la plus raisonnable ? Celle du chrétien ou celle de l’athée ? En fait, l’on constate que pour soutenir sa position, l’athée doit posséder une foi aveugle dans les ressources du dieu « hasard » qu’il fait intervenir sans cesse dans ses théories.
D’où ce mot du philosophe F. Bacon : « Je ne suis pas assez crédule pour être un incroyant… »
Voici quelques faits qui soutiennent et confirment le récit biblique de la création :
La Terre et les autres planètes qui tournent autour du soleil obéissent à un mécanisme plus complexe, plus utile, plus précis et plus durable que tout ce que l’homme a pu ou peut fabriquer. Notre système solaire fonctionne avec tant de précision que le cycle des jours et des saisons est rigoureusement le même depuis le commencement. La précision et la régularité des astres sont telles que les éclipses de la lune, par exemple, peuvent être prévues et calculées à la 11
minute près. La Bible révèle que la vie est apparue dans l’ordre suivant : les plantes, la vie aquatique, les oiseaux, les animaux terrestres, l’homme, et que ce foisonnement de vie a Dieu pour Créateur. Il est significatif de constater que la science moderne confesse son impuissance à expliquer « d’une manière
naturelle » l’apparition de la vie sur la terre.
On ne peut qu’entendre l’humble aveu du grand savant Jean Rostand lorsqu’il dit : « Sur l’origine de la vie, convenons sans ambages que nous ne savons rien. Nous disposons bien de quelques romans ingénieux..., mais nous ne
possédons pas l’ombre d’un fait positif… Que sommes-nous ? Qu’est-ce que
l’homme ? Que représente-t-il dans l’ensemble des choses ? Qu’est-ce qu’une vie humaine ? Qu’est-ce qui s’efface de l’univers quand périt un individu ?
Quant à ces problèmes, nous pouvons traverser l’existence dans un état
d’incompréhension effarée. Les indications maigres et clairsemées que la
science nous fournit à cet égard composent un étrange tableau où quelques
plaques de lumière ne font que mieux accuser la superficie des noirceurs. »
Devant tout cela, la Bible déclare simplement que Dieu « a fait le ciel, la terre et tout ce qui s’y trouve » (Ac 4.24), et « qu’en lui nous avons la vie, le mouvement et l’être » (Ac 17.28). Genèse 1.1-31 suggère que la vie est apparue par un acte de création d’une manière soudaine et spontanée.
La théorie de l’évolution n’est toujours que théorie. La science des fossiles ne la vérifie pas tandis qu’elle confirme le récit biblique de la création en plusieurs étapes successives.
La Bible dit que Dieu créa la vie et voulut qu’elle se reproduise « selon son espèce » (Ge 11.21, 25). C’est la loi naturelle de la vie. On peut constater certaines variations dans certaines espèces d’animaux, mais ces changements n’affectent pas l’espèce au point d’en produire une autre qui lui soit supérieure, elle-même capable de s’améliorer au moyen d’autres variations.
L’instinct extraordinaire de certains animaux, la merveille du corps humain et les récentes découvertes de la molécule ADN, tout témoigne de l’infinie
complexité de la vie.
12
La science moderne est incapable de prouver que les variations dans l’espèce constituent une évolution vers une forme de vie améliorée. En fait, il semble que selon les expériences qui ont été tentées, les mutations (changements) ont tendance à endommager l’espèce plutôt qu’à la perfectionner.
Julian Huxley, le célèbre évolutionniste, a admis que la probabilité d’obtenir plusieurs changements évolutifs par pur hasard est de un sur un suivi de trois millions de zéros (assez de zéros pour remplir trois volumes de 500 pages
chacun) et il faudrait des milliards de changements, toujours de plus en plus complexes, si la théorie de l’évolution est exacte.
Ces chiffres qui perdent toute signification humaine démontrent le caractère invraisemblable de la théorie évolutionniste et la parfaite probabilité de la création.
Il faut, à cet égard, que les scientifiques sérieux s’entendent pour insister sur le fait que la théorie évolutionniste n’est qu’une théorie, c’est-à-dire une
hypothèse. Ce n’est pas un dogme, ni une vérité scientifique.
En outre, la complexité de l’intellect et de la personnalité de l’homme, son sens de l’esthétique, sa faculté de distinguer le bien du mal, tout cela ne souligne-t-il pas la création de l’homme "à l’image de Dieu" ? (Ge 1.26).
Peut-on, avec raison, affirmer que l’intelligence et la conscience de l’homme soient issues de l’évolution de la matière ? N’est-il pas plus sensé d’accepter ce que la Bible dit à cet égard, à savoir que l’esprit humain émane d’un Esprit supérieur ?
La structure intelligente de l’univers, l’apparition de la vie sur la terre et la complexité même de la vie témoignent en faveur de la véracité du récit biblique de la création. Sachant par ailleurs que ce récit a été rédigé il y a environ 3000
ans dans un milieu humain relativement ignorant et superstitieux, on peut
aisément concevoir que ce n’est pas ce milieu qui a pu inventer une telle
explication de l’univers et de la vie. Elle n’a pu venir à l’esprit de l’homme que par une révélation du Créateur.
13
La Bible s’est révélée exacte et conforme aux meilleurs principes élaborés par les études modernes. Elle est toujours le plus grand code moral de tous les temps.
2) Pourquoi étudier la Bible ?
La réponse à cette question est le mobile qui a milité pour la rédaction de cet ouvrage. N’est-il pas dit : « Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce ; puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, j’oublierai aussi tes enfants. » (Os 4.6).
L’étude de la Bible nous permet de croître spirituellement, car les Écritures sont la nourriture spirituelle pour notre croissance spirituelle. Notre âme a besoin de la Parole de Dieu (Jé 15.16 ; 1 Co 3.1-2 ; Hé 5.12-14).
On étudie la Bible pour être protégé contre les péchés. La Parole de Dieu vous empêchera de pécher, et parallèlement, le péché vous empêchera de lire la
Parole de Dieu (Ps 119.9-11,133).
3) L’autorité religieuse :
Nous utilisons ici le mot « autorité » dans le sens de règle, critère ou guide, apte à déterminer ce qui est bon ou mauvais, vrai ou faux, en matière de
religion. Dans tout domaine, il faut une autorité suprême et définitive. Tout le monde est d’accord là-dessus. Dans le domaine de la religion, le principe est le même. L’homme a besoin d’une autorité, d’une règle qui puisse l’aider à
différencier le bien du mal, la vérité de l’erreur. Le croyant peut constater autour de lui, non sans une certaine perplexité, la présence de diverses églises dont les doctrines respectives se contredisent en affirmant chacune être dans le vrai. Lorsqu’on prend conscience de cette division et de cette confusion, le croyant conçoit plus que jamais la nécessité d’une autorité suprême à laquelle tous devraient se rallier et se soumettre. Mais choisira-t-on n’importe quelle autorité ?
Individuellement, le croyant se pose cette question logique :
14
« Qui est autorisé à être mon guide suprême en matière de religion ? » Jésus est la seule personne ayant les qualités requises pour être l’autorité suprême de l’homme. N’a-t-Il pas dit : « Toute autorité m’a été donnée dans le ciel et sur la terre » (Mt 28.18). Dieu lui-même lui a rendu témoignage dans ce sens,
lorsqu’il dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection (ou qui a toute ma faveur), écoutez-le ! » (Mt 17.5). Dès lors, quand Jésus parle, ses paroles doivent être entendues comme les paroles de Dieu-même (Jn 3.34, 7.17, 14.10).
En matière de religion, l’homme ne doit s’appuyer sur d’autre autorité que celle de Christ ; car lui et lui seul détient toute autorité dans les cieux et sur la terre.
C’est par l’autorité dont il est investi que le Christ a envoyé ses apôtres en mission de par le monde, pour enseigner toutes nations « leur apprenant à
observer tout ce que je vous ai prescrit » (Mt 28.20).
C’est donc par la bouche des apôtres que ces nations devaient apprendre à
connaître les commandements de Christ. Pour les garantir contre toute erreur, Jésus leur promit l’assistance spéciale du Saint-Esprit qui les guiderait dans toute la vérité, leur enseignant toutes choses et leur rappelant tout ce qu’il leur avait enseigné (Jn 14.26, 16.13).
Les apôtres étaient conscients de l’autorité dont ils étaient investis. Ils déclarent que rejeter leur parole équivaut à rejeter Dieu (1 Th 4.8), et que même un ange serait maudit s’il s’avisait de les contredire (Ga 1.6-9).
C’est dans la Bible que se trouve consigné l’enseignement des apôtres : s’il est vrai que l’Évangile fut d’abord parlé, les apôtres et les autres hommes inspirés ont heureusement couché par écrit la substance de leur enseignement pour les générations futures. Par exemple, l’apôtre Pierre déclare qu’il agit de telle sorte qu’après sa mort, l’Église puisse toujours se souvenir de ses enseignements (2
Pi 1.12-15). Luc écrit son Évangile afin que ses lecteurs puissent « reconnaître la certitude » des enseignements qu’ils ont reçus de vive voix.
Jean déclare que ce qu’il vient d’écrire a été composé afin que les hommes puissent croire au Christ et trouver en lui la vie (Jn 20.30-31).
15
La Bible contient toute la volonté de Christ : avant même que le Nouveau Testament ne soit complet, Paul écrivait : « Toute Écriture est inspirée… » (2
Ti 3.16-17). Si les Écritures sont capables de réaliser l’accomplissement d’un homme et de l’équiper spirituellement pour toute bonne œuvre, elles sont donc à la fois nécessaires et suffisantes au salut de cet homme. Aucun autre
enseignement, aucune autre source de connaissance ne peut donc prétendre
compléter les Écritures en se superposant à elles.
En outre, les Écritures ne constituaient pas qu’un « germe » appelé à se
développer au cours des siècles vers une prétendue maturité, car elles
contenaient déjà, et contiennent encore, tout ce qui est nécessaire et suffisant au salut de l’homme. C’est pourquoi, selon la recommandation même des apôtres, l’Église ne devait pas aller au-delà de ce qui est écrit (1 Co 4.6), elle devait se retirer de celui qui refusait d’obéir « à ce que nous disons par cette lettre » (2
Th 3.14).
L’Apocalypse avertit en outre « quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre… » C’est-à-dire, si quelqu’un ajoute ou retranche quelque chose, le châtiment tombera sur lui (Ap 22.18-19). Ce principe est évidemment valable, non seulement pour l’Apocalypse, mais aussi pour toutes les parties de
l’Écriture.
DIEU
CHRIST
LE SAINT-ESPRIT
LES APÔTRES
LA BIBLE
Les Écritures sont là pour être lues et obéies par tous : Jn 20.30-31 ; 1 Th 5.27 ; Col 4.16.
La lecture des Écritures avait donc pour but d’inciter à l’obéissance (De 31.12 ; 2 Th 3.14). Ainsi, nous voyons que les Écritures sont là pour tous, afin que tous puissent lire et obéir.
Lit-on la Bible ? La comprend-on ? Chacun de nous dispose-t-il d’une Bible ?
16
L’appétit vient en mangeant, mais s’il n’y a pas de nourriture, pas d’appétit. Ce qui est vrai aussi pour la connaissance de la Parole de Dieu et l’envie de la connaître qui ne seront disponibles qu’au moment où on a une Bible chez soi.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents