L Islam et les musulmans, grandeur et décadence : Dans le quotidien de nos vies
36 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

L'Islam et les musulmans, grandeur et décadence : Dans le quotidien de nos vies , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
36 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage a été réalisé sur la base d’une conférence donnée à Paris.Il traite des chapitres suivants : la foi, la responsabilité, l’intention, la spiritualité, la fraternité, la croyance, l’épreuve et la patience.Avec un style simple et éloquent, l’auteur analyse l’état actuel des musulmans en fonction des valeurs de l’Islam.Il nous invite à concrétiser le lien qui existe entre l’homme et son Créateur en nous rappelant à quel point il est important de respecter notre pacte avec Dieu. Certes, la vie de chacun de nous éloigner de notre engagement originel.Enfin, ce livre est l’écho de notre vie quotidienne.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 octobre 2015
Nombre de lectures 46
EAN13 9782841619283
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

© Dar Albouraq
Distribué par :
Albouraq Diffusion Distribution
Zone Industrielle
7, rue Henri François
77330 Ozoir-la-Ferrière
Tél. : 01 60 34 37 50
Fax : 01 60 34 35 63
E-mail : distribution@albouraq.com
Comptoirs de ventes :
Librairie de l’Orient
18, rue des Fossés Saint Bernard
75005 Paris
Tél. : 01 40 51 85 33
Fax : 01 40 46 06 46
Face à l’Institut du Monde Arabe
Site Web : www.orient-lib.com
E-mail : orient-lib@orient-lib.com
Librairie Albouraq
91, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
Tel : 01 48 05 04 27
Fax : 09 70 62 89 94
E-mail : librairie11@albouraq.com
Site Web : www.albouraq.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays à l’Éditeur.
1432-2011
ISBN 978-2-84161-524-7 // EAN 9782841615247
Tariq RAMADAN
L’Islam et les musulmans, grandeur et décadence
Dans le quotidien de nos vies
A Iman,
Un coeur, des absences…
I NTRODUCTION
Ce petit ouvrage a été réalisé sur la base d’une conférence donnée en décembre 1994 dans le cadre des cours de sciences islamiques organisés par l’Association des Étudiants Islamiques de France (AEIF). Très vite, on m’a proposé d’en faire un petit livre reprenant les thématiques de la conférence en accentuant les domaines sensibles et en précisant, comme le permet l’écrit, quelques éléments du propos. Il va sans dire que le texte reste influencé par la démarche orale : j’ai repris la langue, clarifié certains points, ordonné le discours sans toucher au fil conducteur de la conférence.
A l’heure où je relis ces lignes, j’ai sous les yeux un document qui stipule qu’il m’est désormais interdit d’entrer sur le territoire français. Sans motif, sans raisons. La décision est abrupte, agressive et, pour le moins, incompréhensible. En apparence, somme toute.
Le Gouvernement français connaît mes positions, et il m’est arrivé à plusieurs reprises de discuter avec certains de ses représentants. Il sait qu’en tout ce que j’ai pu dire, écrire ou faire, rien, absolument rien, ne s’apparente à la violence ou à l’agressivité. Rien, définitivement. J’ai appelé au respect de la religion musulmane, à sa meilleure connaissance, dans un dialogue serein et responsable.
Il va sans dire que cette mesure du pouvoir est maladroite, et qu’elle confortera tous ceux qui, de déception en déception, ne croient plus à la sincérité du dialogue avec le pouvoir. Cette petite frange qui s’est radicalisée a décidé de rompre toute collaboration avec des autorités qu’elle sent hostiles et machiavéliques : certains ont désormais choisi la voie de l’affrontement, et une telle décision les confirme dans leur position : « Ils ne veulent pas le dialogue ». A vrai dire, le Gouvernement français voudrait-il durcir le positionnement des musulmans qu’il ne pourrait trouver meilleure stratégie…
Dans ce piège-là, nous ne tomberons pas. L’islam ne nous a pas appris à nous penser en réaction aux événements. Certes, non : à la source du message qui est le nôtre, tout nous invite à vivre notre foi dans la sérénité, la présence positive, et l’action ouverte sans agressivité. Aujourd’hui interdit de séjour en France, on n’en fera pas une question de personne, et on ne cherchera pas à alimenter les rancœurs et les mobilisations bruyantes. Au demeurant, une seule question résonne en moi, et vis-à-vis de laquelle j’aimerais voir formuler une réponse par les autorités politiques : si vous refusez le dialogue dans la transparence et le respect des convictions, que voulez-vous ? Que voulez-vous vraiment ?
Quant à nous, les musulmans, il nous faudra suivre le chemin que notre religion dessine, que notre foi illumine, et que notre raison ne se lassera pas d’expliquer et de présenter sous son vrai jour. Toutes les portes du dialogue nous seraient-elles fermées que nous communiquerons encore ; les calomnies se multiplieraient-elles que nous prônerons la transparence ; l’agressivité chercherait-elle à nous humilier que nous resterons dignes en notre foi, au nom de notre spiritualité. Nous ne dévierons pas de la voie qui nous fait relever les adversités dans la patience, le calme et l’assurance.
Un jour viendra, s’il plaît à Dieu, où nous serons entendus en ce que nous disons, et non pas en ce que l’on suppose que nous cachions. Il sera possible alors d’entamer un dialogue en adulte respectueux de la foi, du sens et de l’horizon que chacun veut donner à sa vie en harmonie avec la vie d’autrui. Ce jour, nous le préparons en demandant à Dieu qu’il nous libère des injustices, des soupçons et des mensonges. Je sais que nous sommes entendus.
Notre bouche ne proférera aucune insulte, aucune menace : la route est longue et il faut continuer. Sur notre chemin combien d’hommes de bonne volonté avons-nous rencontrés qui refusent la folie et l’arbitraire des hommes et de cet ordre du monde... Dieu est notre amour, ils sont nos compagnons.
Une mobilisation importante s’est faite autour de l’interdiction qui m’a été signifiée… parce que je vis ici, parce que l’on a pris le temps d’écouter mes propos, parce que je parle français, parce que l’on respecte mon engagement dès lors qu’on le comprend… La décision française est une fausse note parmi d’autres, et j’ai l’espoir que ce soutien permettra de mettre sur le devant de la scène le problème plus large de la liberté d’expression et, surtout, de la situation ô combien plus difficile de femmes et d’hommes, intellectuels ouverts, responsables et pondérés qui, dans les geôles des dictatures, subissent l’horreur : ils sont loin d’ici, oubliés, anonymes. C’est à eux que je pense. Leur situation est bien plus grave que celle que j’ai à vivre : ils sont torturés, humiliés, exécutés. Indigne est l’ordre du monde qui permet cela, indignes sont les hypocrisies qui disent l’ignorer en silence. Nous persévérerons dans la voie qui appellera à la libération de tous les êtres qui défendent leur foi, la justice et la liberté. Avec détermination.
Tariq Ramadan Genève Décembre 1995
***
Après un long périple en Belgique, je me trouve aujourd’hui devant vous, à Paris. S’il reste de la fatigue, il vit surtout, en mon cœur, un espoir, une espérance. Partout les musulmanes et les musulmans veulent, devant Dieu, faire quelque chose, agir… pour le bien, pour la justice. Malgré l’adversité des hommes et des choses, mon cœur est en paix. A ceux qui veulent agir, cependant, il faut rappeler qu’on ne peut pas faire l’économie de l’essentiel, et cet essentiel, quel est-il au fond ?
Le sujet qui nous est proposé va nous permettre de revenir sur quelques-uns des éléments dont nous devrions, chers frères et chères sœurs, nous souvenir en permanence et ce, en priorité, dans ce qui a trait à notre religion. Le premier élément, vous le connaissez… cela devient une habitude, pour vous qui suivez ces cours scientifiques de l’AEIF, ou l’un ou l’autre de nos cours d’apprentissage de l’islam : vous êtes toujours aussi nombreux, voire toujours plus nombreux, on vous le dit et on vous le répète, vous le savez, vous l’entendez et vous le répétez vous-mêmes, et vous vivez avec : le message de l’Islam, c’est un dogme sur lequel personne ne revient, un dogme essentiel, et c’est celui dont nous disons, à la suite du Coran, qu’il fut porté par l’ensemble des prophètes, et c’est celui qui rappelle aux hommes qu’« il n’est de dieu que Dieu » (lâ ilâha illâ Allâh) :

« Nous n’avons envoyé aucun prophète avant toi sans lui révéler : “Il n’y a de Dieu que moi ; adorez-moi” »
Coran 21/25
L’ ESSENTIEL : FOI ET RESPONSABILITÉ
Cela vous le savez, et pourtant, le fait de le savoir ne veut pas dire encore que nous vivions comme il convient avec cette connaissance et avec ce message fondamental qui est l’essence même de ce qui doit déterminer l’ensemble de notre vie et l’ensemble de notre quotidien. Vous savez également – parce que vous l’avez entendu, parce que vous le répétez également, et parce que vous expliquez l’islam à votre entourage – que la première source de l’Islam est le Coran et que la deuxième est la Sunnah du Prophète (bénédiction et salut sur lui 1 ). Tout cela, vous le savez très bien. Aujourd’hui, je ne vais vous parler que de choses que vous connaissez, en tâchant par moment, et de façon volontaire et consciente, de vous bousculer un peu dans ce que vous savez. Pressentez-vous pourquoi ? Parce que savoir ne suffit pas aujourd’hui, il faut sentir et vivre avec le cœur, vivre avec le cœur ce que l’on sait, et vivre avec le cœur pour réaliser ce que nous devons réaliser en tant que musulman, en tant que musulmane, dans cette société française comme dans n’importe quelle société.
J’aimerais donc commencer par le commencement. Et le commencement, quel est-il ? Il est l’essence de la Révélation que nous trouvons dans la troisième sourate qui fut révélée à notre Prophète  à La Mecque. La troisième sourate selon une chronologie admise par la majorité des savants du tafsîr (l’exégèse), et en particulier As-Suyûtî dans son Itqân :

« O toi, qui est enveloppé d’un manteau ! Tienstoi debout, en prière, une partie de la nuit, la moitié, ou un peu moins, ou davantage, et récite avec soin le Coran. Nous allons faire descendre sur toi une parole lourde : la prière du début de la nuit laisse une empreinte plus forte et permet une attention plus soutenue. Tu as dans la journée de nombreuses occupations. Invoque le nom de ton Seigneur ; consacre-toi à Lui de tout ton être. »
Coran 73/1-8
Mon frère, ma sœur, en cette vie, sois attentif, rends-toi disponible… ces paroles sont lourdes :

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents