La Face cachée des pathologies du cancer
296 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Face cachée des pathologies du cancer , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
296 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comment se fait-il qu'un cancer apparaisse et qu'il disparaisse définitivement ? Comment se fait-il qu'un même cancer ne disparaîtra jamais pour une personne alors qu'il n'aura pas résisté aux traitements pour une autre personne ? Si les facteurs endogènes et exogènes sont bien étudiés, les causes psychogènes des pathologies de cancers restent les parents pauvres de la recherche. La face cachée des cancers est en effet la moins visible, non seulement au médecin mais aussi la plupart du temps au malade lui-même. Tout cancer est l'expression radicalisée d'une frustration fondamentale. La psychanalyse permet de lire cette langue cryptée, analogique, métaphorique, qui est parlée à travers la mise en scène du corps. L'étude psychogénique du cancer demeure méconnue, pour ne pas dire ignorée. Pour comprendre enfin ce fléau, le docteur Jean-Yves Jézéquel souligne ici l'indispensable réunion des trois éléments : exogène, endogène, psychogène. Son ouvrage explore ainsi avec pertinence les liens entre la psyché et le soma et livre enfin une approche globale de la maladie et de son fonctionnement.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 juillet 2014
Nombre de lectures 54
EAN13 9782342026214
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait












La Face cachée
des pathologies du cancer


Du même auteur



La Libération de l’Homme, Tome I,
éditions Publibook, 2012

La Libération de l’Homme, Tome II,
éditions Publibook, 2013 Jean-Yves Jézéquel










La Face cachée
des pathologies du cancer



















Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook :




http://www.publibook.com




Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les
lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son
impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et
limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou
copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une
contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les
textes susvisés et notamment le Code français de la propriété
intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la
protection des droits d’auteur.





Éditions Publibook
14, rue des Volontaires
75015 PARIS – France
Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55






IDDN.FR.010.0119624.000.R.P.2014.030.31500




Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2014


Retrouvez l’auteur sur son site Internet :
http://jean-yves-jezequel.publibook.com


À tous les membres de ma famille qui ont été décimés
par le cancer, et aussi à toutes les femmes et tous les
hommes que j’ai accompagnés depuis 1994 sur cette route
difficile de la maladie et parfois de la mort.
Paris, le 4 janvier 2014.


Introduction



Le professeur David Khayat, oncologue, avait eu
l’occasion de répondre au journaliste qui l’interrogeait sur
les changements concernant les cancers, il y a quatorze
ans : « L’une des principales évolutions tient à nos yeux à
ce que, derrière la maladie, on comprend à nouveau qu’il y
a un malade. Autrement dit, à la pratique guerrière de la
lutte contre le cancer, où l’on pouvait prétendre à la
guérison à n’importe quel prix, on substitue de plus en plus la
notion de qualité de vie, de traitements moins toxiques et
d’écoute du malade. » (« Le Figaro Magazine » p. 43,
samedi 26 février 2000.)
Dans l’article VII de la Charte de Paris, sur la lutte
contre le cancer, paragraphe 3, nous trouvons la
déclaration suivante : « L’engagement pour le bien-être total du
patient ne suppose pas seulement des soins cliniques, mais
aussi une information et un soutien psychologique […]. »
L’article VIII indique l’orientation de la Charte :
« L’amélioration de la qualité de vie des patients est l’un
des objectifs essentiels de cette Charte. Les souffrances
physiques et la charge émotionnelle liées au cancer
peuvent être importantes, et sont souvent provoquées par les
effets secondaires des traitements. Dans la mesure où les
probabilités de survie peuvent être affectées par l’état
mental et physique du patient, la préservation de la qualité
de vie – y compris le bien-être physique, psychologique et
social – doit être une priorité médicale aussi bien
qu’humanitaire. Il faut également noter que si de grands
progrès ont été accomplis en matière d’amélioration des
taux de guérison au cours des vingt dernières années, la
11 majorité des patients atteints de cancer dans le monde
aujourd’hui ne sont pas guéris. Lorsque le cancer n’est pas
curable, il est néanmoins possible d’améliorer
considérablement la qualité de vie du patient grâce à des traitements
anticancéreux optimaux (chimiothérapie, radiothérapie) et
à des soins d’accompagnement, y compris la lutte contre la
douleur et la fatigue, et les soins d’accompagnement en fin
de vie. »
La normalisation ou rééducation de la cellule
cancéreuse, l’immunothérapie par la mise au point d’un vaccin,
l’utilisation des anticorps monoclonaux (l’herceptine)
contre les antigènes des tumeurs cancéreuses, l’inhibition
de l’angiogenèse par des substances (angiostatine,
endostatine) et par la thérapie génique, l’inactivation de la
télomérase (la non-reconstruction du télomère) pour éviter
la division cellulaire indéfinie, la modification des signaux
cellulaires qui agissent notamment sur le déclenchement
de la multiplication cellulaire, grâce aux médicaments mis
au point par la biologie moléculaire, la réactivation du
« gardien du génome », le p53 par thérapie génique, la
rééducation du gène p53 par l’injection de la protéine du
même nom (p53), l’utilisation des piégeurs de radicaux
libres, la lutte contre les métastases par l’utilisation de
« colles cellulaires », l’hormonothérapie, la radiothérapie,
la chirurgie et la chimiothérapie dans sa généralité,
constituent actuellement le champ global d’action des
traitements médicaux. Il existe d’autres moyens d’action
médicale contre les cancers, mais c’est encore l’avenir qui
pourra valablement nous en parler !
Toutes ces approches représentent des moyens d’action
contre la maladie. L’efficacité de ces traitements est à la
fois réelle et totalement aléatoire : réelle dans la mesure où
les conditions complexes d’application se trouvent
réunies. Lorsque ces conditions ont été réunies et que les
traitements ont obtenu une efficacité maximale aboutissant
à l’éradication totale de la maladie, cela ne veut toujours
12 pas dire que la guérison est acquise une fois pour toutes.
Le malade, guéri de son cancer, entre en « rémission ». Il
peut très bien ne jamais revoir ce cancer comme il peut
très bien le revoir sous la même forme ou sous une forme
nouvelle, dans un autre organe ou encore sous une forme
généralisée…
Comment se fait-il qu’un cancer apparaisse et qu’il
disparaisse définitivement ? Comment se fait-il qu’il puisse
disparaître et qu’il réapparaisse plus tard ? Comment se
fait-il qu’un même cancer ne disparaîtra jamais pour une
personne alors qu’il n’aura pas résisté aux traitements pour
une autre personne ?
Les éléments endogènes sont très bien étudiés par la
biologie cellulaire et moléculaire. Les facteurs exogènes
sont très bien connus comme les rayonnements radioactifs,
les toxines du tabac, de l’alcool, de la consommation de
graisses animales saturées, une alimentation habituelle
contenant beaucoup trop de toxines, la pollution de l’eau
et de l’air… Le domaine biologique est très bien étudié et
nous avançons à grands pas vers une connaissance très
pointue de ce champ de la complexité du vivant. Les
interactions du champ environnemental sont, elles aussi, très
bien étudiées, en relation avec le biologique.
En revanche, le parent pauvre de cet effort
extraordinaire de la recherche est le champ intrapsychique !
(L’intrapsychique signifie pour nous, les relations
existantes entre les activités inconscientes et les activités
conscientes. À l’intérieur de l’intrapsychique se
rencontrent les interactions des multiples aspects du
psychisme humain.) L’importance des éléments
psychogènes est quasi ignorée par l’effort de la recherche.
Certains secteurs s’en approchent considérablement
comme celui des neurosciences, mais pas directement dans
l’optique des traitements de pathologies de cancers.
Les liens entre la psyché et le soma sont mal connus ou
ce qui est connu est mal diffusé. La connaissance, surtout
13 clinique, dans ce domaine, souffre de ce qu’est toujours la
conception attardée du statut de la scientificité.
Dans la Charte de Paris, on souli

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents