La tentation du matérialisme: Réponses de l´islam
57 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La tentation du matérialisme: Réponses de l´islam , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
57 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans cet ouvrage, le philosophe et érudit religieux iranien Mortada Motahari (1920-1979)s’interroge sur les causes expliquant l’attrait exercé par le matérialisme. Partant du fait quel’homme est, par nature, porté à reconnaître l’existence du Dieu unique, il considère lematérialisme comme une déviation contraire à la nature. La responsabilité de l’institutioncléricale, l’immaturité des conceptions philosophiques, sociales et politiques, ou encore lasécularisation sont les principales causes de matérialisme. Elles sont ici expliquées et réfutéespar l’auteur, qui présente la perspective de l’islam sur ces questions.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 juin 2015
Nombre de lectures 26
EAN13 9782841617197
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0325€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Poésie arabe en couverture:
Jusqu’à quand resteras-tu prisonnier des choses dont l’odeur et la couleur te plaisent ?
Jusqu’à quand courras-tu derrière la beauté et son contraire ?
Toute chose, belle ou laide, accapare ton esprit !
Si tu n’es aussi pur que la source de l’eau de vie ou celle de zamzam,
Tu finiras dans le sol, retournant pour toujours dans les profondeurs de la terre avec laquelle tu as été créé, au fin fond de ses entrailles.
Les Éditions Albouraq
– Études –
Dar Albouraq ©
Face à l’Université d’al-Azhar-Beyrouth
B.P. : 13/5384
Beyrouth-Liban
Tél / fax : 00 96 11 788 059
Site Web : www.albouraq.com
E-mail : albouraq@albouraq.com
Distribué par :
Comptoir de vente :
Librairie de l’Orient
18, rue des Fossés Saint Bernard
75005 Paris
Tél. : 01 40 51 85 33
Fax : 01 40 46 06 46
Face à l’Institut du Monde Arabe
Site Web : www.orient-lib.com
E-mail : orient-lib@orient-lib.com
Albouraq Diffusion Distribution
Zone Industrielle
25, rue François de Tessan
77330 Ozoir-la-Ferrière
Tél. : 01 60 34 37 50
Fax : 01 60 34 35 63
E-mail : distribution@albouraq.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays à l’Éditeur.
1431-2011
ISBN 978-2-84161-413-4 // EAN 9782841614134
La tentation du matérialisme
Solutions de l’islam
Mortada Motahari
Traduit par
Mohamad Abdeljalil
Introduction de l’auteur
La matière de ce livre est constituée, à l’origine, de deux cours que j’ai donnés, en 1968 et 1969, à l’Institut Supérieur, sur invitation de l’Association Islamique des Etudiants de cet Institut, et qui avaient pour titre « les motivations pour le matérialisme ».
Les étudiants, ayant manifesté leur désir de publier ces deux cours, les ont recopiés à partir d’un enregistrement, puis me les ont fait parvenir pour que je réajuste certaines formulations. Je m’étais, tout d’abord, contenté d’un tel réajustement formel mais, par la suite, alors que le livre était sous presse, je me suis ravisé et ai décidé d’y ajouter quelques précisions et explications, et un certain nombre d’autres sujets. Le volume des explications et détails ainsi ajoutés équivalait à trois fois le volume de la matière originelle des cours, si bien que, au lieu d’une brochure, c’est un livre qui a été ainsi réalisé !
Le sujet de notre recherche concerne un aspect de l’histoire des croyances humaines. Il est évident que l’analyse des faits historiques présente certaines difficultés car ceux-ci, en particulier lorsqu’il s’agit du développement des croyances humaines, sont liés à des facteurs complexes. Loin de moi la prétention que cette recherche soit intégrale et irréprochable, mais j’espère toutefois qu’elle ouvre la voie vers le but escompté. J’ai détaillé certaines parties et été bref dans d’autres, mais toutes sont extensibles. Quant à savoir si cette recherche est un échec ou un succès et si, en cas de succès, elle a atteint ses buts ou non, tout cela dépend des services qu’elle pourra rendre, de la position qu’elle pourra occuper et du soutien qu’elle obtiendra pour le but qu’elle s’est fixée.
Mortada Motahari
Machad 1391 H. (1971)
À propos du matérialisme
A - Le matérialisme
Etant donné que le sujet de notre recherche concerne les motivations poussant au matérialisme, nous devons tout d’abord, et avant d’entrer dans le vif du sujet, définir le terme « matérialisme » dans son acception courante. Le terme « matérialisme » a différents emplois qui ne peuvent pas tous concerner la présente étude.
On peut appeler « matérialisme », par exemple, la doctrine de « l’originalité de la matière », c’est-à-dire le fait de croire à la réalité extérieure et objective de la matière, par opposition à l’idéalisme, selon lequel la matière est une simple vue de l’esprit, quelque chose de conjoncturel, conceptuel et accidentel, dépourvu de toute réalité extérieure. Or, si l’on prend le terme dans ce sens, les théistes, qu’ils soient musulmans ou non, seraient des matérialistes, car ils croient tous que la matière a une réalité objective déterminée spatio-temporellement, qu’elle est une réalité développée, perfectionnée, sensible, concrète, non-intellectuelle, et ayant des effets précis. Le matérialisme donc, pris dans ce sens, ne s’oppose pas à la croyance en Dieu et en Son unicité ; au contraire, le monde de la nature, en tant qu’« œuvre » unique et « produit » unique, pourrait être le meilleur moyen de connaître Dieu, car c’est à travers l’observation des développements matériels méticuleux que nous pouvons découvrir la Sagesse et la Volonté divines. Par ailleurs, le Coran lui-même considère ces faits matériels comme des signes évidents qui amènent à reconnaître Dieu.
Le terme « matérialisme » pourrait être employé pour désigner le reniement de l’existence immatérielle, la limitation de l’existence au monde matériel, ainsi que la doctrine qui affirme que dans l’univers, toute existence est régie par les lois de la matière et est comprise dans le cadre de l’espace, du temps et de la sensibilité humaine. Selon cette doctrine matérialiste, en dehors de cette réalité tout est pure illusion.
Ce que nous étudierons dans ce livre, ce sont les motivations de cette tendance précise, les facteurs qui ont poussé certains hommes à la soutenir et à renier la métaphysique ainsi que tout être immatériel – et par conséquent Dieu – en considérant comme un pur néant tout ce qui se trouve au-delà de la matière.
B - La nature innée de l’homme est-elle monothéiste ou matérialiste ?
Dans ce livre, si nous nous interrogeons sur les motivations du matérialisme, c’est parce que nous croyons que la nature humaine, à l’origine, est unicitaire : la connaissance de l’unicité est originelle et primordiale, et le matérialisme n’en représente qu’une déviation. C’est donc parce que le matérialisme est contraire à la nature de l’homme, et constitue une exception à la règle, que nous nous interrogeons sur ses causes.
En d’autres termes, alors que la croyance en Dieu représente la position correcte et saine de l’homme, le matérialisme traduit un état maladif, déviant par rapport à son état naturel. Il est normal que l’on s’interroge sur les causes de la déviation et de la maladie, et non sur celles de l’état normal et sain qui correspond à la marche naturelle de l’ordre de la création. Cette vérité contredit tout à fait les théories que l’on nous présente aujourd’hui. En effet, contrairement aux chercheurs de ce que l’on nomme « l’histoire des religions » qui déploient leurs efforts en vue de traiter des causes des tendances religieuses, nous pensons qu’il n’y a pas lieu de s’interroger sur cette question, sachant que c’est la nature humaine innée qui pousse à cette tendance religieuse, mais qu’il faut plutôt nous interroger sur les causes du penchant irréligieux existant chez certaines personnes.
Il ne s’agit pas ici de traiter des détails de ce sujet, ni de prouver que le penchant religieux est inhérent à la vie humaine tandis que le penchant irréligieux y est intrus et accidentel ; car cela sort du cadre de notre présente étude et ne saurait être traité ici 1 . Néanmoins, il convient de noter que lorsque nous affirmons le caractère inné du penchant religieux, nous ne prétendons pas que la question de la religion ne soulève aucune interrogation, lorsqu’elle est posée sur le plan philosophique ou scientifique. Telle n’est point notre intention : pour nous cette question (de la religion) est tout autre et, bien qu’elle s’explique par la nature innée de l’homme, il est vrai que, lorsqu’elle se pose sur le plan intellectuel, elle peut soulever chez le néophyte des doutes, des interrogations et des suspicions que l’on peut dissiper par des réponses pertinentes.
Ainsi, nous ne voulons pas écarter les doutes soulevés – effectivement – chez certains, ni les considérer comme découlant de leur mauvaise foi. Au contraire, nous considérons certains doutes comme naturels, et nous pensons également qu’il est naturel que l’homme qui les éprouve essaie d’obtenir plus de détails pour pouvoir les dissiper. Dans un pareil cas, les doutes sont constructifs, car ils poussent à la précision et à la vérification, et ne visent qu’à la recherche de la vérité ; lorsqu’ils constituent un prélude à la certitude et à la prise de conscience, nous les considérons avec respect. Le doute ne devient un vice que lorsqu’il se transforme en une obsession destructrice qui préoccupe l’homme sur

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents