Nos racines rachetées
79 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Nos racines rachetées , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
79 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il y a, dans nos vies, dans l’histoire, des héritages désolés. Ce sont des héritages que Dieu avait prévus pour des individus, des familles, des groupes, des peuples et des nations, mais qui ont été perdus à cause du péché. Mais tout ce que Dieu a investi sur la terre a une grande importance à ses yeux ! C’est pourquoi il désire restaurer, dans nos vies, tout ce qui vient de lui et qui lui appartient. Ainsi, Dieu a-t-il envoyé Jésus avec une onction particulière pour chercher et sauver ce qui était perdu (Luc 19:10 ; Esaïe 49:8). Et c’est la même onction qu’il a déversée sur nous, son corps ; il fait de nous des collaborateurs afin qu’avec lui, nous puissions réclamer et restaurer l’héritage qu’il a donné aux individus, aux groupes, à l’Eglise et aux nations. Dans ce but, nous avons besoin d’avoir une révélation claire concernant les principes générationnels de Dieu. Nous devons également comprendre ce que sont les iniquités générationnelles, et comment appliquer l’œuvre de la croix dans ces domaines particuliers. Ce livre, 'Nos racines rachetées', de Gianpaolo Bigoni et Paola Bottino est un outil destiné à nous amener vers cette compréhension. Gianpaolo Bigoni et Paola Bottino - «L’étude des bénédictions et des iniquités est un domaine peu éclairé, ou mal compris, dans le corps de Christ. Cet ouvrage ouvre les yeux sur la manière dont Dieu a agi avec son peuple au travers des siècles. La cécité et la surdité, dans le corps de Christ, sont mises à rude épreuve par cet ouvrage bien documenté qui relate comment le lion dévorant vit et continue à rugir d’une manière efficace dans les « lieux de débauche de l’iniquité.» - Bruce Thompson «Cette nouvelle génération Josué qui est née depuis Tchernobyl, reste encore imprégnée de l’esprit orphelin et rebelle de notre temps, ce qui affecte encore bien des églises aujourd’hui. Or, cet ouvrage est un véritable appel pour cette nouvelle génération à entrer dans la plénitude de la bénédiction du Père, d’un père générationnel qui veut multiplier la bénédiction jusqu’à mille générations, mais qui ne peut laisser impunie l’iniquité des pères sur plusieurs générations.» - Pierre-Daniel Martin

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de lectures 3
EAN13 9782918629436
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,05€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

NOS RACINES RACHETEES
 
 
Chemin de Dieu vers la liberté
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gianpaolo et Paola Bigoni
 
© 2011 by Gianpaolo & Paola Bigoni. All rights reserved.
Previously published as Dealing with your roots
Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ni transmis sous une forme quelconque, que ce soit par des moyens électroniques ou mécaniques, y compris la photocopie, l'enregistrement ou tout stockage ou report de données sans la permission écrite de l'éditeur.
Sauf indications contraires, les textes cités sont tirés de la Nouvelle Bible Segond 1910.
Traduit de l’anglais par Patricia Suardi et Sabrina Maheiu.
 
Publié par Editions l'Oasis, année 2011.
Ce livre a été publié sous la division 'auto publication' des Editions l'Oasis. Les Editions l'Oasis déclinent toute responsabilité concernant d'éventuelles erreurs, aussi bien typographiques que grammaticales, et ne sont pas forcément en accord avec certains détails du contenu des livres publiés sous cette forme.
Dépôt légal: 4e trimestre 2011.
Deuxième impression 1 e trimestre 2012.
Couverture faite par Damien Baslé: www.damienbasle.com
Imprimé en France

Rte d'Oupia, 34210 Olonzac, France
tél (33) (0) 468 32 93 55
fax (33) (0) 468 91 38 63
email: editionsoasis@wanadoo.fr * www.editionsoasis.com
 
Pour un catalogue gratuit de toutes les Editions Oasis, merci de nous contacter à l'adresse ci-dessus.
Boutique en ligne sécurisée sur www.editionsoasis.com.
 
Table des matières
AVANT - PROPOS
PREFACE A L’EDITION FRANÇAISE
PREFACE A L’EDITION ANGLAISE
INTRODUCTION
Chapitre 1 : PRINCIPES DE RESTAURATION
Chapitre 2 LE PRINCIPE GENERATIONNEL
UNE SEMENCE APPELEE « BENEDICTION »
LE BUT PRINCIPAL DE DIEU
DIEU EST UN DIEU GENERATIONNEL
Chapitre 3 : COMMENT LE PRINCIPE GENERATIONNEL FONCTIONNE-T-IL DANS NOS VIES
Chapitre 4 : LA CHUTE
Chapitre 5 : TRANSGRESSION, PÉCHÉ, INIQUITÉ : QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ?
Chapitre 6 : TRAITER LES INIQUITÉS
Chapitre 7 : COMMENT LES INIQUITÉS SONT MANIFESTÉES DANS NOS VIES
Chapitre 8 : D’AUTRES INIQUITÉS QUI NOUS AFFECTENT
Chapitre 9 : EXEMPLES BIBLIQUES D’INIQUITÉS GÉNÉRATIONNELLES
Chapitre 10 : LE NOUVEL ARBRE GENERATIONNEL
Chapitre 11 : COMMENT DIEU NOUS LIBERE DES INIQUITES
Chapitre 12 : NOTRE IDENTITÉ COLLECTIVE ET INDIVIDUELLE
Chapitre 13 : NOS INIQUITÉS COLLECTIVES
Chapitre 14 : L’OLIVIER
Chapitre 15 : DÉFINIR LES HÉRITAGES NATURELS
Chapitre 16 : RACHETER NOS HÉRITAGES GÉNÉRATIONNELS
Chapitre 17 : SEMER DE NOUVELLES SEMENCES POUR LES GÉNÉRATIONS FUTURES
CONCLUSION
NOTES FINALES

 
AVANT - PROPOS
 
Ce livre est la reprise d’études données dans le cadre d’une formation biblique, ce qui explique le langage oral utilisé dans cet ouvrage.
Nous avons donné cet enseignement à plusieurs reprises en français et nous avons reçu beaucoup de demandes de la part de frères et sœurs en Christ pour avoir ce livre dans leur langue. Donc, après avoir prié, le Seigneur nous a donné la conviction de faire les démarches nécessaires pour le traduire en français.
Nous sommes reconnaissants au Seigneur d’avoir ouvert les portes pour trouver des amis disponibles pour faire la traduction de la version originale anglaise, et pour la relecture du manuscrit.
Notre désir est de voir l’enseignement de ce livre être une bénédiction pour les chrétiens dans le monde francophone.
 
 
 
REMERCIEMENTS POUR L’EDITION FRANCAISE
 
Avant tout, nous remercions Dieu d’avoir ouvert les portes pour la publication du livre en français.
Un grand merci à Patricia Suardi, qui a accepté le défi de faire la traduction de l’anglais avec passion, en reconnaissant le but de ce travail.
Merci à Sabrina Mahieu, qui a pris la charge de la première révision de la traduction française. Merci d’avoir donné de ton temps au milieu d’autres défis dans ta vie familiale.
Merci aussi à Josiane Chevalley et Miriam Guillaume-Gentil pour les deux dernières révisions et les conseils pertinents qui ont permis d’apporter des changements importants afin de donner une bonne compréhension en français, des concepts difficiles.
Nous remercions aussi tous les frères et sœurs qui nous ont encouragés à nous engager dans ce travail et qui ont prié pour la réalisation de ce projet !

PREFACE A L’EDITION FRANÇAISE
 
Gianpaolo et Paola Bigoni ont exercé leur ministère durant de longues années, passées au sein de JEM. Aujourd’hui, ils exercent leur ministère de relation d’aide, dans plusieurs nations du monde, (particulièrement dans le monde francophone et en Asie) et ils font partie du mouvement de l’Esprit qui s’est levé, ces dernières décennies, pour être à l’écoute de la voix prophétique et préparer une nouvelle génération levée par le Seigneur. Leur amour pour notre pays, leur connaissance parfaite de la langue de Molière nous font vite oublier qu’ils sont Italiens. Pourtant, la France a puisé la grande partie de ses racines spirituelles en Italie et le Seigneur, non sans humour, nous envoie cet ouvrage si riche sur les iniquités générationnelles, pour nous rappeler qu’il nous faut un couple de ministère italien pour nous libérer de nos iniquités générationnelles, si communes à nos deux nations, à nos deux cultures.
Pour ceux qui les connaissent, en France, et dans le monde, Gianpaolo et Paola sont parmi les ministères italiens les plus représentatifs de leur génération, car, par leur consécration, leur connaissance des divers courants et réseaux de ministères internationaux, par leur expérience de l’Eglise dans les nations, ils ont ainsi acquis une véritable autorité spirituelle internationale pour enseigner sur les bénédictions du cœur du Père et les moyens de se libérer des iniquités générationnelles. Ils font ainsi partie de ces quelques ministères de leur génération, qui sont nés en même temps que l’état d’Israël et qui ont véritablement ouvert une porte spirituelle pour la nouvelle génération. Ils ont compris que D.ieu levait, à travers leur propre génération, des pères et des mères spirituels pour former la génération de Josué, afin qu’elle entre pleinement dans l’héritage du Royaume de D.ieu, en se libérant de l’iniquité des pères. C’est ainsi que cet ouvrage, si indispensable pour quiconque veut se libérer de ses iniquités générationnelles, a été écrit pour que cette génération passe par une véritable circoncision de cœur et puisse ainsi entrer dans la Terre Promise.
Cette nouvelle génération Josué qui est née depuis Tchernobyl, reste encore imprégnée de l’esprit orphelin et rebelle de notre temps, ce qui affecte encore bien des églises aujourd’hui. Or, cet ouvrage est un véritable appel pour cette nouvelle génération à entrer dans la plénitude de la bénédiction du Père, d’un père générationnel qui veut multiplier la bénédiction jusqu’à mille générations, mais qui ne peut laisser impunie l’iniquité des pères sur plusieurs générations. C’est pourquoi, à travers la lecture de ce livre, vous ressentirez la maturité spirituelle de leurs auteurs, leur cœur de père et de mère, et vous entendrez le témoignage de leurs expériences. Vous n’échapperez pas au sentiment qu’il vous faut encore accepter d’être dans un processus de guérison , car le livre est tellement riche que vous vous demanderez si vous avez bien brisé toutes vos iniquités générationnelles. Grâce à cet ouvrage, concret, complet et pratique, vous aurez alors un outil indispensable pour vous libérer efficacement de toute iniquité, qu’elle soit personnelle ou individuelle. C’est alors que vous entendrez l’appel tout au long du livre, à vous mettre vous-même en route pour bénir et libérer à votre tour les prisonniers que vous rencontrerez sur votre chemin.
Vous comprendrez que le Seigneur cherche avant tout, un peuple libre pour le servir, pour l’aimer et pour racheter la nation, là où vous êtes. Cet ouvrage se termine sur un appel prophétique à entrer dans votre destinée, et dans une nouvelle dimension de l’Esprit, pour davantage ressembler à Jésus.
 
Pierre-Daniel MARTIN
Ministère prophétique
Co-fondateur du Filet du Maître

PREFACE A L’EDITION ANGLAISE
 
J’AI RENCONTRE le couple Bigoni en 1985, à Lausanne, en Suisse, quand ils sont venus participer à l’IBC (Ecole d’Introduction à la Relation d’aide Biblique). C’est une de nos écoles d’admission à l’Institut de Relation d’aide et de soins de l’Université des nations, la branche de formation de Jeunesse en Mission.
Je n’oublierai jamais comment Dieu a travaillé dans la vie de Paolo au travers d’un de nos équipiers : un grand fermier australien, appelé Ray. Chaque fois que Ray voyait Paolo, il l’étreignait et lui disait : « Dieu t’aime et moi aussi. » Au début, c’était difficile pour Paolo, mais, petit à petit, Dieu, par son amour, a littéralement rasé les murs que Paolo avait érigés en réaction à la peur et à sa méfiance vis-à-vis de la paternité. Un jour, alors que Ray l’étreignait, Paolo s’est effondré et s’est mis à pleurer. Il venait de prendre conscience que c’était Dieu le Père qui l’étreignait et l’aimait au travers des paroles et du comportement de Ray. Ce jour-là, Paolo est passé du statut d’orphelin à celui de fils.
Durant les années qui ont suivi, Paolo a grandi, et il est passé de la filiation à la paternité. Aujourd'hui, au travers de leur ministère particulièrement oint, de guérison, de délivrance et de réconciliation, Paolo et sa femme, Paola, sont devenus père et mère de beaucoup d’enfants d’une multitude de nations. Ce livre est la continuation de ce que Dieu a fait dans et à travers leurs vies, parmi les nations.
Parmi les chrétiens appartenant au corps de Christ, l’étude des bénédictions et des iniquités est un domaine peu éclairé ou mal compris. Cet ouvrage ouvre les yeux sur la manière dont Dieu a agi avec son peuple au travers des siècles. Beaucoup de ceux qui sont pris au piège de l’iniquité dépensent des sommes exorbitantes, du temps et de l’argent en thérapie, pour ne trouver qu’un peu de soulagement, sans aucune libération réelle et durable des liens générationnels. L’affirmation qui dit que « l’Histoire enseigne que l’homme n’apprend rien de l’Histoire » met en évidence que l’ennemi campe autour de l’iniquité générationnelle à un niveau national. La cécité et la surdité, dans le corps de Christ, sont mises au défi par cet ouvrage bien documenté qui dénonce comment le lion dévorant vit et continue à rugir d’une manière efficace dans les « lieux de débauche de l’iniquité ».
Le couple Bigoni est à féliciter pour ce travail opportun et très révélateur. Je recommande expressément à ceux qui exercent dans le domaine de la relation d’aide, non seulement de lire cet ouvrage, mais aussi de l’appliquer à leur propre vie et aux vies des personnes qu’ils accompagnent. Merci, Paolo et Paola, et que Dieu vous bénisse richement en continuant à vous faire voir les chaînes de l’iniquité brisées, et la bénédiction de Dieu revenir aux individus, aux familles, aux églises et aux nations.
Bruce Thompson
Doyen fondateur CCHC Université des nations

 
 

INTRODUCTION
 
C’est en 1985 que Dieu a vraiment commencé à transformer nos vies au travers de notre première Ecole de Relation d’Aide Biblique. Cela a été un nouveau commencement qui nous a conduits à une nouvelle compréhension de Dieu en tant que Père, à une découverte de notre vraie identité en lui, et à la révélation de sa destinée pour nous. En 1987, Dieu nous a dirigés à enseigner notre premier séminaire de relation d’aide en Italie. Un très petit nombre de personnes y a participé. Nous sommes tous partis dans une maison à la campagne pour suivre le séminaire sur deux week-ends. Paola et moi (tout au long du livre, « je » ou « moi » se réfère à Gianpaolo) avons relevé ce défi avec la bénédiction et la couverture spirituelle de notre superviseur du ministère de relation d’aide.
Alors que nous préparions l’enseignement et le ministère, dans l’attente de l’arrivée des participants, Dieu m’a poussé à lire Esaïe 49, comme parole d’encouragement. J’ai dit à Paola que c’était une parole personnelle que Dieu nous adressait dans un temps spécifique de nos vies. Alors que je lisais le texte à haute voix, nous nous sommes tous les deux mis à pleurer. Ce passage nous touchait profondément, et, plus particulièrement les paroles d’espoir, de rédemption, de restauration et de restitution. Paola et moi étions conscients que nous avions perdu beaucoup de choses au cours des années précédentes, et nous avions l’impression que Dieu nous entraînait dans un parcours de restauration et de restitution. Une des choses qui nous touchait le plus était le fait que Dieu promettait de nous rendre certaines des personnes que nous avions perdues au long du chemin. Nous étions très remués par les promesses de Dieu et elles sont restées dans nos cœurs depuis. Chaque fois que nous lisons ce passage , nous nous souvenons de beaucoup de choses douloureuses et précieuses. Nous ne croyons pas être parvenus actuellement à l’accomplissement complet de cette parole, mais au long du chemin, Dieu nous a permis par sa grâce, d’aider beaucoup de personnes à expérimenter sa restauration dans leur vie. C’est pourquoi ce passage est si précieux pour nous.
Depuis ce premier séminaire, nous avons enseigné et prodigué le ministère à bien des personnes de différentes nations et nous avons vu Dieu transformer la vie de la plupart d’entre elles. Nous avons eu des retours très encourageants sur les manières dont Dieu a travaillé et a ramené plusieurs personnes à retrouver en lui, leur héritage autrefois perdu (Esaïe 49 : 8). Au travers de ce livre, nous verrons que Dieu peut nous restaurer dans ses buts : nous bénir afin que nous puissions être une bénédiction pour toutes les familles de la terre (Genèse 12 : 2- 3).
Nous regarderons : Le processus de restauration instauré par Dieu pour nous, en Jésus - Christ, et comment ce processus nous ramène à sa bénédiction. Le principe générationnel par lequel Dieu a prévu que cette bénédiction soit reçue et transmise d’une génération à l’autre . Comment le péché a introduit un élément mauvais dans ce processus, appelé iniquité générationnelle. La manière dont nous pouvons être libérés des iniquités générationnelles et de leurs conséquences. La manière dont nous pouvons être connectés aux bénédictions générationnelles à travers l’œuvre de la croix et le ministère du Saint-Esprit.
 
Tout cela est vrai non seulement pour les individus, mais aussi pour les familles, groupes, églises, villes et nations.
Dans notre parcours avec Dieu, nous avons vu la restauration et la restitution se manifester de différentes manières. Par exemple, il y a quelques années, nous avons eu le privilège d’accompagner une femme qui se formait dans une école de relation d’aide. Le premier jour où nous l’avons rencontrée, elle paraissait très triste et apathique. Pendant la semaine, nous avons prié pour une percée dans sa vie ; percée qui n’eut lieu que le dernier jour de la formation. Alors qu’elle prenait certains engagements devant Dieu, le Saint-Esprit a touché sa vie si puissamment qu’elle a commencé à faire le tour de la pièce en sautant comme un veau (Malachie 4 : 2). Dieu libérait sa vie dans une nouvelle dimension, et elle est revenue à la vie dans son être intérieur. La joie était l’expression de cette vie qui revenait en elle.
Ce n’était que le commencement de sa guérison et de sa restauration. Dieu l’a ensuite entraînée dans un processus de restauration qui a duré des années, la libérant des conséquences d’iniquités générationnelles dans sa vie venant de sa famille, de sa culture, et de la nation à laquelle elle appartenait. Il y avait une histoire générationnelle d’injustice et de souffrance qui avait affecté ses relations avec Dieu, avec elle-même et avec les autres. L’intervention de Dieu l’a libérée des conséquences générationnelles de cette histoire et au travers de cette restauration, elle s’est réconciliée avec sa famille, sa culture et sa nation. A travers ce processus, la bénédiction de Dieu a commencé à couler dans sa vie et cela a eu, comme résultat, que sa famille et sa nation ont été bénies. Elle est devenue une merveilleuse responsable et, avec l’aide de Dieu, elle travaille actuellement à la restauration de personnes de différentes nations, en plus de la sienne. Loué soit Dieu !
La même guérison et la même restauration sont possibles pour chacun de nous, par la grâce de Dieu !

Chapitre 1 : PRINCIPES DE RESTAURATION
 
Ainsi parle l’Eternel ; Je t’ai exaucé au temps de la bienveillance, et je t’ai aidé au jour du salut ; je te garderai, et je te donnerai pour être l’alliance du peuple, pour rétablir la terre, et afin que tu possèdes les héritages désolés (Esaïe 49 : 8 - Version Bible Martin (1744).
 
Esaïe 49 : 8 est un verset-clé de ce chapitre. Il parle de Jésus, parce que lui seul peut rétablir l’alliance de Dieu avec son peuple pour restaurer le peuple et le pays. C’est l’appel et l’onction que Dieu a donnés à Jésus, son Fils : ramener le peuple à la condition originelle voulue par Dieu, restaurer et libérer pour lui ses héritages qui sont maintenant désolés à cause du péché. Et, comme l’onction qui était sur Jésus repose aussi sur nous (Romains 8 : 9 ), son corps, ce texte s’applique aussi à nous. C’est un commandement de libérer la restauration de Dieu à la terre entière.
Dieu nous a donné son Saint-Esprit pour que nous puissions collaborer avec lui sur la terre et accomplir les mêmes œuvres que celles accomplies par Jésus (Jean 4 : 12). Jésus est venu pour apporter un temps de grâce et pour libérer le Jubilé (l’année de la faveur de Dieu), dans lequel nous vivons encore. Il est venu pour rétablir l’alliance entre lui-même et le peuple (à travers la nouvelle alliance), pour amener la restauration du peuple, du pays et des héritages désolés. Ce rétablissement de l’alliance et cette restauration sont accessibles à tous ceux qui acceptent Jésus et deviennent enfants du Père.
Le terme « d’héritages désolés » désigne des héritages que Dieu avait prévus pour chaque individu, famille, groupe, peuple et nation, mais qui furent perdus et ravagés à cause du péché. Comme tout ce que Dieu a libéré sur la terre a une grande valeur à ses yeux, il veut restaurer dans nos vies tout ce qui vient de lui et tout ce qui lui appartient. Dieu a envoyé Jésus avec l’onction pour restaurer ce qui a été perdu et dévasté. Et il nous a donné la même onction pour que nous, son corps, puissions collaborer avec lui pour restaurer et réclamer les héritages qu’il a pour les individus, les groupes, l’Eglise et les nations.
Parce que Dieu veut que nous le rejoignions dans ce processus de restauration, nous devons discerner son cœur pour comprendre ce que la restauration signifie pour lui. Le mot « restauration » signifie : « Ramener quelque chose à l’état dans lequel il était au commencement, à la condition originelle prévue par Dieu. » Dieu a un plan à accomplir au travers de nous sur la terre, comme nous le lisons dans Genèse 1 : 27-28. Nous avons dénaturé son plan par notre péché et notre rébellion. Dans nos propres vies, dans nos relations, comme peuple et comme nation, nous avons même détruit les divers éléments qui faisaient partie de son plan. A travers Jésus, Dieu veut donc restaurer les choses telles qu’il avait prévu qu’elles soient dès le commencement.
Un principe important que nous découvrons dans la Bible concernant la restauration est que, lorsque Dieu restaure, il ne se contente pas de ramener les choses à ce qu’elles étaient exactement au commencement ; mais il les améliore (Job 12 : 10-15 ; Esaïe 61 : 7). Il y a une « valeur ajoutée », un accroissement, dans le processus de restauration. Par exemple : si Dieu nous a donné un héritage d’un million de dollars et que nous l’avons jeté aux ordures à cause du péché, le désir de Dieu est de restaurer cet héritage, mais pas seulement dans la même mesure ! Il veut nous le rendre augmenté, et le « plus » de Dieu est au minimum le double. Job 42 : 10 et Esaïe 61 : 7 en sont deux exemples bibliques.
Quand nous considérons le plan originel de Dieu pour l’Eglise tel qu’il apparaît dans le livre des Actes, nous savons qu’il veut le restaurer. Cela nous aide à comprendre que nous pouvons vivre la même expérience que celle vécue par l’église primitive. Mais pas seulement cela, nous pouvons en vivre une plus grande encore : une, avec un accroissement, un « plus ». Nous avons vraiment besoin de l’onction de Dieu et de beaucoup d’espoir et de foi pour parvenir à cette restauration.
De la même façon que Dieu veut restaurer son plan pour l’Eglise, il veut aussi restaurer son plan pour les individus. Avant que Dieu ne commence ce processus de restauration dans ma propre vie, quand je me regardais dans son miroir pur, je ne voyais aucun espoir de changement. Mais Dieu a changé ma vie et lorsque j’ai commencé à me voir avec ses yeux, je n’ai pas seulement ressenti de l’espoir pour moi-même, mais aussi un espoir plus grand pour les autres. Auparavant, dans notre ministère de relation d’aide, il y avait quelques personnes pour lesquelles nous avions peu d’espoir. Cependant, alors que nous continuions à les accompagner au travers de l’onction de Dieu, nous avons vu des changements impressionnants. C’est cela la restauration.
Nous avons tous besoin d’espérance et nous recevons cette espérance en pénétrant le cœur de Dieu et en regardant avec ses yeux ; ensuite, nous pouvons accueillir la restauration. Quoi que Dieu veuille faire dans nos vies pour apporter cette restauration, nous devons avoir l’espoir de voir le résultat final de son travail.
Lorsque Dieu commence à nous restaurer, il commence souvent par « nous mettre à part ». Il le fait pour démanteler ce qui a été construit de manière tordue ; car, à cause de la manière dont nous avons mis les choses ensemble, nous avons, d’une certaine manière, créé « un monstre ». Plusieurs parties ne sont pas dans le bon ordre ; elles n’ont pas été édifiées de la manière que Dieu aurait voulu pour nous (Jérémie 1 : 10). Dieu doit détruire les choses et ensuite il peut tout recommencer de nouveau. Et, par sa grâce, il peut utiliser les pierres brûlées (purifiées par le feu) de notre passé pour reconstruire (Néhémie 4 : 3), en dépit des œuvres de l’ennemi.
C’est difficile d’espérer, lorsque nos vies s’écroulent complètement, que nous voyons tous les morceaux par terre et que nous ne savons plus où nous en sommes. Nous nous écrions : « O Dieu ! Qu’est-ce que tu vas faire avec tout cela ? » Néhémie ressentait la même chose quand il regardait Jérusalem dont les murs étaient délabrés, les portes brûlées, et le Temple détruit. Dieu lui parla alors de restauration. Nous aussi, nous avons besoin non seulement d’espoir de la part de Dieu, mais aussi de son onction sur nous pour être capables de voir avec sa perspective - au-delà de ce que nous voyons avec nos yeux naturels. Face à des individus, des groupes ou des églises, l’espoir augmente quand nous considérons la puissance de restauration de Dieu : les choses qui sont impossibles aux hommes sont possibles à Dieu (Luc 18 : 27).
De juillet 2005 à la fin de 2007, je suis passé par un nouveau processus de restauration. Dieu a de nouveau travaillé ma vie en profondeur, me montrant que j’expérimentais un temps d’élagage. Ce n’était pas quelque chose de facile à traverser. Dieu a commencé par me montrer que dans ma vie, bien que je ne l’aie jamais réalisé, certaines choses n’étaient pas correctes et devaient changer, et que d’autres étaient brisées, mais je faisais confiance au Seigneur pour les restaurer.
Pour clarifier les principes exposés jusqu’à maintenant et pour montrer comment les appliquer à nos vies, regardons le diagramme suivant. Il montre que la restauration est réellement un processus avec plusieurs stades.
 

La restauration est un travail de Dieu qui comporte plusieurs stades ou étapes. Différents ministères sont impliqués à chaque stade/étape, mais, comme dans une équipe, chacun des ministères doit travailler dans la complémentarité avec les autres pour accomplir l’œuvre de restauration. La réconciliation est, par exemple, l’un des ministères requis par ce processus. Le ministère de restauration , basé sur Esaïe 61, en est un autre. Comme nous l’avons dit, la restauration est un processus qui nous ramène dans le plan originel de Dieu. Le processus complet de la perte à la restitution est un cycle : la première partie de ce cycle a trait à la destruction, la deuxième partie à la reconstruction.
Au sommet du diagramme, il y a le plan originel de Dieu, qui a commencé avec Adam et Eve : un état de bénédiction et de gloire . C’était une place merveilleuse, mais quelque chose a détruit ce plan : le péché et la rébellion. La première chose que l’on récolte au travers du péché - sur un plan personnel, ou comme groupe, église ou nation - est une perte. Nous perdons ce que Dieu nous a donné dans notre état premier : la bénédiction, la gloire et le but. Nous perdons de vue non seulement ce qui est vrai mais aussi le plan originel de Dieu pour nous et pour la terre ; pourtant, quoi qu’il en soit, nous continuons à fonctionner comme si de rien n’était. Nous pouvons avoir l’impression d’être toujours dans le plan de Dieu, mais, en fait, nous sommes en train de construire des choses qui n’ont rien à faire avec l’intention de Dieu dans son plan originel. Ce que nous produisons dans nos vies est, en réalité, une distorsion de ce plan. Cela ne ressemble plus vraiment à l’original : c’est complètement tordu, c’est une difformité .
Si nous continuons à construire quelque chose de tordu, un jour, ça s’effondrera et nous nous effondrerons également. Le résultat sera le brisement de nos vies en ce qui concerne le plan originel de Dieu pour nous. Le bon héritage que le Père avait établi pour nous sera dévasté et brisé. La plupart du temps, à ce stade, nous expérimenterons ce qui peut être décrit comme un désert : un état de sécheresse. Plus nous nous éloignons du plan de Dieu et de sa présence, moins sa vie se manifeste et plus nous expérimentons la sécheresse dans le désert. Quand nous passons par le désert à cause de notre orgueil humain, nous pouvons développer une dureté de cœur . Au lieu de retourner vers Dieu et de mettre les choses en ordre avec lui, nous essayons de continuer à tenir avec nos propres forces. Nous nous fermons à Dieu et aux autres et nous fermons les yeux sur ce que nous avons fait, comme si nous étions aveugles. Cela devient difficile pour nous d’atteindre Dieu et pour Dieu, d’atteindre nos cœurs. C’est comme cela que le plan de Dieu, qui était très bon à l’origine, se retrouve en ruines. Les bonnes choses de Dieu se retrouvent désolées. A cause de cette perte majeure, nous perdons aussi nos propres vies, notre identité et notre appel : tout s’effondre à cause de notre dureté de cœur et notre rébellion.
Lorsque nous considérons le peuple d’Israël dans l’Ancien Testament, nous voyons que c’est exactement ce qui leur est arrivé. A cause de la rébellion, ils ont détruit l’héritage, et au lieu de retourner à Dieu, leurs cœurs se sont endurcis et le magnifique héritage que Dieu leur avait donné (le pays) est tombé en ruines. Cependant, Dieu ne veut pas que nous demeurions dans cette condition, parce que c’est une grande perte, un gaspillage de sa bonne provision. Alors dès le commencement, il avait préparé une œuvre de rédemption, et il a envoyé Jésus avec un ministère de restauration qui commence toujours par la repentance. Actes 3 : 19-21 dit : «  Repentez -vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ, que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes. »
A partir du moment où Jésus est venu sur la terre, nous avons eu la possibilité de commencer ce processus de restauration en accueillant Jésus dans nos cœurs. Ce processus sera pleinement achevé par lui dans les derniers jours, quand il reviendra restaurer toutes choses. Nous sommes ici maintenant, pour participer à ce processus de restauration du plan de Dieu et ce processus commence par la repentance. Dieu nous fait regarder en arrière, à ce que nous avons fait et il tourne nos cœurs vers lui, afin que nous soyons réconciliés avec lui (Apocalypse 2 : 5).
Réconciliation et repentance vont de pair, parce que la repentance nous amène à être réconciliés avec Dieu, ainsi qu’avec une multitude d’autres choses que nous verrons plus tard. Quand nous revenons vers Dieu dans la repentance, il vient nous aider (la repentance n’est pas seulement la confession des péchés, mais une décision réelle de faire demi-tour, de changer notre façon de vivre et de revenir dans les voies de Dieu). Alors que nous nous repentons sincèrement, Dieu commence à restaurer des choses dans nos vies et il recherche notre participation à ce processus. Mais nous avons besoin de force pour cela, parce qu’au moment de notre repentance, nous sommes encore dans une condition d’aridité et de stérilité, comme dans le désert.
A cause de notre état « d’être encore dans le désert », une des premières choses que Dieu fait, quand nous nous repentons, est de nous rafraîchir en renouvelant nos vies dans le Saint-Esprit, - la vie de Jésus en nous. Très souvent, nous avons tendance à stopper le processus après ce rafraîchissement . Nous disons : « Merci Seigneur, tu m’as rafraîchi ! C’est ce que je voulais » et le processus est arrêté. A cause de cette attitude, nous avons perdu la bénédiction de beaucoup de temps de rafraîchissement que Dieu nous avait envoyés par le passé. Lorsque nous nous arrêtons au rafraîchissement et sommes à nouveau satisfaits avec le Seigneur, nous n’allons pas plus loin. En faisant cela, nous courrons le risque de retomber à nouveau de l’autre côté du cycle (voir diagramme précédent). Le rafraîchissement n’est pas l’étape finale. Au contraire, après avoir été rafraîchis, Dieu veut que nous poursuivions le processus dans la restauration de son plan pour nous. Ce n’est pas seulement un processus de renouvellement de notre esprit et de notre âme, mais c’est aussi un retour aux intentions originelles de Dieu pour nous. Il veut restaurer notre véritable identité et notre appel selon sa volonté et ses buts parfaits. Lorsque nous retournons à notre véritable identité, aux voies que Dieu avait prévues pour nous en premier lieu, nous sommes comme un vase qui a été reformé (ou restauré) à sa forme originale et qui est prêt à être utilisé (Jérémie 18 : 3-6 ; Luc 5 : 37-38). Le rafraîchissement doit donc nous amener à un niveau de restauration , là où ce qui a été brisé peut être réparé. C’est la responsabilité que Dieu nous donne : nous approprier ce que Jésus a accompli à la croix et l’appliquer à tous les domaines pour lesquels il nous montre qu’une restauration est nécessaire.
Le temps de restauration devrait ensuite nous amener dans un temps de réforme . Nous devons donner aux choses de Dieu une forme acceptable pour qu’il puisse se mouvoir en nous et au travers de nous. J’admets être le premier à avoir besoin de passer au travers de cette restauration et de cette réforme. Même comme chrétien né de nouveau, nous sommes brisés à cause de notre péché et de notre rébellion et nous devons passer par des temps de repentance et de rafraîchissement venant de Dieu. Ensuite, alors que Dieu restaure notre esprit, notre âme et notre corps, nous pouvons fonctionner à nouveau normalement.
Quelque chose que Dieu veut faire en plus est d’amener la restitution . Il veut nous rendre ce que nous avons perdu quand nous sommes tombés en ruine. Dieu nous redonne les choses selon son plan et sa volonté originels. Il ne peut le faire que si nous retournons à la forme qu’il voulait pour nous. Nous avons besoin de réformation et ensuite vient la restitution. Dieu nous redonne tout ce que nous avions reçu de lui au commencement - tout ce qu’il avait l’intention de nous donner - pour que nous puissions commencer à vivre et fonctionner selon la manière qu’il avait prévue.
Lorsque nous passons par ce processus et que nous sommes restaurés dans nos vies, nous sommes appelés à devenir des réparateurs pour Dieu. Remarquez la progression entre Esaïe 61 : 1-3 (restauration des individus) et Esaïe 61 : 4 (restauration des lieux désolés). Nous ne recevons pas seulement le ministère de restauration pour nous-mêmes, mais nous sommes appelés aussi à un ministère de restauration envers les autres. Aucun de nous n’a ce ministère de restauration entièrement en lui/elle-même, seul Jésus l’a. Dieu a donné ce ministère à l’Eglise, à son corps ; c’est pourquoi chacun de nous doit trouver sa place dans ce ministère.
Par exemple, certaines personnes sont appelées à amener les autres dans des lieux de repentance. Il y a les évangélistes et les prophètes qui viennent et nous rendent attentifs à la volonté parfaite de Dieu. Ils nous montrent comment et où nous avons failli, ce qui nous amène à la repentance. Chaque œuvre de restauration, dans la Bible, commence avec le prophétique, qui ouvre un chemin de repentance et de réconciliation.
D’autres ministères sont liés au rafraîchissement. Dans ce type de ministère, nous collaborons avec Dieu dans son plan parfait, et il déverse l’onction du Saint-Esprit sur le peuple. Cette onction du Saint-Esprit vient pour renouveler et restaurer une joie et une paix réelles en Christ. Le ministère de rafraîchissement est un de ceux que je préfère.
Il y a aussi un ministère de restauration et de réforme. Nous pourrions dire que c’est le ministère apostolique. Nous avons besoin de nous joindre à cette équipe de ministères, dans le ministère de restauration. Les églises du monde entier en ont besoin. Quand nous considérons l’Eglise en Europe, sa condition est tellement désespérée que si nous ne rentrons pas dans cette onction de restauration, elle pourrait ne pas survivre. La situation semble empirer plutôt que de s’améliorer. Mais beaucoup de gens semblent continuer leur train-train habituel sans prendre cela au sérieux. C’est comme s’ils disaient: « Et bien, nous faisons partie de l’Eglise, et nous parlons des choses de Dieu, etc. » en pensant que cela suffit. A certains endroits, quand nous enseignons sur ce sujet, les gens paraissent surpris lorsque nous les invitons à prendre une décision pour Dieu. Ils scrutent la pièce en se demandant de quoi nous parlons.
Nous avons tellement besoin d’une révélation à propos de la restauration dans l’Eglise! C’est comme si on prenait des sparadraps pour effectuer des réparations et qu’on les collait çà et là. Il semble ensuite qu’il y ait des progrès, mais après un certain temps, les sparadraps se décollent et nous recommençons à nouveau. Beaucoup recherchent des solutions de facilité, mais ce n’est pas une restauration - cela ressemble davantage à du bricolage. Nous avons besoin d’entrer dans l’onction divine de restauration. L’ensemble du corps de Christ doit avoir la vision de la restauration.
Dans le livre d’Aggée, on voit qu’il n’y avait pas que le prophète qui disait au peuple ce qu’il devait faire ; ni seulement le grand prêtre, Josué, pour rétablir la prêtrise ; ni seulement Zorobabel à avoir un rôle apostolique. Mais Dieu voulait réveiller tout le peuple d’Israël pour que tous ensemble, ils puissent entreprendre une œuvre de restauration, autrement ils n’auraient pas réussi. C’est la même chose aujourd’hui. Nous devons tous être impliqués dans le travail, chacun à la place établie par Dieu pour chacun d’entre nous. Cela n’est pas réservé à des gens formés comme « experts » dans le ministère de restauration : ce message s’adresse à chacun d’entre nous dans le corps de Christ.
Quand j’avais trente-cinq ans, j’étais au milieu de « mes ruines ». C’est là que Dieu m’a trouvé. J’étais au bout du rouleau et j’ai crié à Dieu. Il m’a entendu et a commencé à me faire passer par ce processus de restauration et de restitution. Ensuite, il m’a demandé de participer au ministère pour les autres.
Esaïe 61 : 4 dit : « Ils rebâtiront sur d’anciennes ruines, ils relèveront d’antiques décombres, ils renouvelleront des villes ravagées, dévastées depuis longtemps. » Lorsque nous avons été restaurés (au moins jusqu’à un certain degré de fonctionnement), Dieu ouvre nos yeux pour que nous voyions son travail autour de nous et il nous invite à devenir des instruments de restauration pour la part qu’il nous réserve dans nos familles, notre église, notre ville et notre nation. Nous avons tous quelques « ruines » dans certains domaines de nos vies. Le processus de restauration commence avec nous. Mais ensuite, nous devons aussi nous impliquer dans l’aide que nous pouvons apporter aux autres, dans ce processus.
Face à nous-mêmes et aux situations qui nous entourent, nous réalisons que la restauration n’est pas juste une affaire de présent, mais un processus qui implique aussi toutes les générations passées. Comme nous avons hérité d’une partie des pertes, des difformités et des brisements de nos familles et ancêtres, ainsi que celles de nos églises et de nos nations, Dieu nous demande de prendre la responsabilité de l’ensemble si nous voulons être restaurés et œuvrer à la restauration pour lui.
Un exemple de cet aspect générationnel est illustré dans l’histoire fictive suivante, appelée « mon château » : mon grand-père avait un château, un château magnifique, mais ce château ne l’intéressait pas, alors il n’en prenait pas soin et il commença à se détériorer. Vint le temps où il appela mon père et lui dit : « C’est mon héritage pour toi. »
Mon père reçut ce château en héritage. En ce temps-là, il était en mauvais état et n’intéressait pas non plus mon père, qui ne voulait certainement pas le restaurer. La condition du château empira et il tomba en ruine.
Puis mon père vint vers moi et me dit : « Regarde, c’est ton héritage ! » Je reçus donc le château qui tombait en ruines comme héritage. N’ayant ni argent, ni désir de le réparer, je le laissai en l’état.
Après un certain temps, quelqu’un vint frapper à ma porte pour me demander :
- Bonjour, êtes-vous tel et tel ? Est-ce que ce château vous appartient ?
Je répondis :
- Et bien oui ! C’est l’héritage que mon père m’a laissé.
Il poursuivit :
- Il y a deux jours, quelqu’un marchait à proximité de votre château et une brique est tombée sur sa tête. Il a été conduit à l’hôpital. Maintenant, quelqu’un doit payer les frais. Vous devez les payer, parce que c’est votre château, et que vous êtes responsable de son mauvais état.
- Ecoutez, dis-je, ce n’est pas de ma faute. C’est l’état dans lequel je l’ai reçu. C’est mon grand-père qui a permis que ce processus de déclin commence : ce n’est pas ma responsabilité. C’est lui qui l’a laissé tomber en ruine, et mon père a fait la même chose. C’est leur faute.
- Où est votre père ?
- Il est mort.
- Où est votre grand-père ?
- Il est aussi mort.
- Donc, qui est le propriétaire maintenant ?
- Et bien, c’est moi.
- Donc vous êtes responsable de cela, et maintenant il vous faut payer.
Je dois donc maintenant payer les frais pour soigner l’homme qui a été blessé et en plus, je ne peux pas laisser le château en l’état, sinon j’aurai encore plus de problèmes. A ce point, je dois restaurer le château. Je dois prendre la responsabilité des mauvaises habitudes de mes ancêtres et je dois réparer et restaurer tout ce qu’ils ont laissé se dégrader. C’est l’héritage de ma famille et je dois en prendre la responsabilité. Je ne peux pas y échapper. Je ne peux pas laisser les choses comme elles sont.
La leçon apprise au travers de cette histoire est aussi vraie pour nos vies, nos familles, nos églises, nos villes et nos nations. Nous ne pouvons pas juste dire : « C’est la faute de mes ancêtres, » et laisser les choses comme elles sont. Nous devons chercher la même onction que celle que Jésus avait, la présence du Saint-Esprit, qu’il a libérée sur nous dans le corps de Christ. Le Saint-Esprit veut nous conduire dans le ministère de la restauration. Si nous voulons obéir au Seigneur, nous devons accepter cet appel, rechercher l’onction de la restauration et trouver l’endroit où nous sommes personnellement appelés à reconstruire, comme Néhémie était concerné par les murs de Jérusalem. Dieu ne nous appelle pas à tout faire, mais il dit : « Fais ta part ! » Si chacun veut faire sa part dans la reconstruction de la muraille, nous verrons la restauration s’accomplir (Néhémie 3). Si nous ne faisons pas notre part et que le suivant ne fait pas non plus la sienne, en espérant que les responsables feront tout, nous ne verrons jamais aucune restauration.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents