On n apprendra plus la guerre
229 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

On n'apprendra plus la guerre , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
229 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le chrétien peut-il prendre les armes ? Être évangélique, est-ce être pacifiste ? Pour les chrétiens évangéliques que nous sommes, le pacifisme semble pécher par naïveté. La nature profonde de l’homme n’est pas pacifique. Offensez-le, volez-lui ses biens, et la guerre éclate. L’homme est un loup pour l’homme : tôt ou tard, le fauve se réveille. Du fait que le chrétien est devenu citoyen d’un autre royaume, sa citoyenneté ici-bas sera toujours compliquée. Il est devenu un étranger chez lui. Il s’est soumis à un autre Chef et à une autre Loi. Dans un monde toujours plus militariste, quelles en sont les implications ? Que dit la Bible ? Est-il temps de réévaluer ce qu’enseigne le Nouveau Testament en constatant où ont mené les compromis sur cette question ? Est-il temps de recouvrer notre héritage spirituel d’artisans de paix ? Et la peine de mort en tout cela? Le pasteur Egbert Egberts, d’origine néerlandaise, a fait ses études à Amsterdam, à Bruxelles et à Vaux-sur-Seine. Il a servi plusieurs églises en Belgique et en France et a passé quelques années en Afrique comme directeur de l’Institut Biblique de Man en Côte d’Ivoire. Actuellement, il est pasteur de l’Eglise Protestante Evangélique de Liège. Il a écrit plusieurs ouvrages dont“Apocalypse, la mémoire du futur, Une tulipe peu ordinaire et La Genèse, sola scriptura ou sola scientia chez le même éditeur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782369572145
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0662€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

On n’apprendra plus la guerre
 
 
 
Vers un pacifisme chrétien
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Egbert Egberts
 
 
© 2019, Egbert Egberts
Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ni transmis sous une forme quelconque, que ce soit par des moyens électroniques ou mécaniques, y compris la photocopie, l'enregistrement ou tout stockage ou report de données sans la permission écrite de l'éditeur.
Sauf indication contraire, les citations de la Bible proviennent de la traduction dite de la Colombe, révision de la Bible Segond, par l’Alliance Biblique française en 1978.
Publié par Editions l'Oasis, année 2019.
Ce livre a été publié sous la division auto-publication ‘Publiez votre livre !’ des Editions l'Oasis. Les Editions l'Oasis déclinent toute responsabilité concernant d'éventuelles erreurs, aussi bien typographiques que grammaticales, et ne sont pas nécessairement en accord avec certains détails du contenu des livres publiés sous cette forme.
Dépôt légal : 3e trimestre 2019.
Imprimé en France.

9, Rte d'Oupia, 34210 Olonzac, France
Tél (33) (0) 468 32 93 55
fax (33) (0) 468 91 38 63
Email: contact@editionsoasis.com
9, Rte d'Oupia, 34210 Olonzac, France
Tél (33) (0) 468 32 93 55
fax (33) (0) 468 91 38 63
Email: contact@editionsoasis.com
Boutique en ligne sécurisée sur www.editionsoasis.com
Vous avez écrit un livre, et vous cherchez un éditeur ? Vous pouvez publier votre livre via Editions l’Oasis ! R.D.V. sur notre site, rubrique ‘Publiez votre livre !’ pour plus d’informations.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aux membres de l’Église Protestante Évangélique de Liège
 
Table des matières
 
Introduction
1. Chrétiens évangéliques pour Hitler
2. Le chrétien et la guerre
Une guerre “juste” ?
La guerre dans toute sa laideur
Je marche parmi les morts
3. Citoyens de deux royaumes ?
L’enseignement de Jésus
Le chrétien et les autorités
Le règne messianique à venir
4. La guerre dans l’histoire de l’Église
L’attitude de l’Église Ancienne
Le grand revirement : l’empire devient chrétien
Augustin
La Réforme
Le chrétien, serviteur de l’État ?
5. Objections
Le pacifisme constitue un idéalisme naïf
Dieu n’est pas pacifiste
La guerre juste est un concept biblique
N’y a-t-il donc pas de guerre justifiée ou nécessaire ?
Il faut défendre les siens !
Devant un ennemi vicieux, tout pacifisme est impossible
Jésus ne s’adresse qu’aux situations personnelles
Être pacifiste, c’est être un lâche
Ne faut-il pas secourir les chrétiens persécutés ?
Israël, n’a-t-il pas le droit de se défendre ?
Que penser des guerres de l’Ancien Testament ?
6. Vers un pacifisme chrétien
Des brebis parmi les loups
La dette de l’Église
Il est temps
Un dernier exemple
Documents
1. Le combat qui vient
2. Romains 13 dans les années hitlériennes
3. Petitjean chez les fourmis
4. La prière pour la guerre
5. Le Soldat Inconnu
6. Marchez dans la lumière tant qu’il y a de la lumière
7. La ville imprenable
8. François et le sultan
9. La conscience et l’uniforme
Appendice : La peine de mort
La Bible sur la peine de mort
L’abolition en France
Que conclure ?

 
Introduction
 
 

L
e chrétien peut-il prendre les armes ? Dans l’histoire depuis Constantin le Grand, il n’y a guère eu que le mouvement anabaptiste ou mennonite, qui a résolument choisi une position pacifiste. A-t-il eu raison ? L’enseignement biblique penche-t-il d’un côté ou d’un autre ? Être évangélique, est-ce être pacifiste ?
 
Pour les chrétiens évangéliques que nous sommes, le pacifisme semble pécher par naïveté. Il ne tient pas compte de la réalité du péché dans le cœur humain. L’homme est en guerre en lui-même. Sa nature profonde n’est pas pacifique. Insultez-le, offensez-le, contestez sa propriété, volez-lui ses biens, et la guerre éclate. Trop souvent, la guerre est déclarée dans le but même de conquérir et de voler ce qui appartient aux autres. Homo homini lupus est , l’homme est un loup pour l’homme. Tôt ou tard, le fauve se réveille.
Nous sommes tous confrontés à la question de la guerre et, liée à cela, à celle du patriotisme. Comment faut-il réagir face aux demandes, voire aux exigences de l’État ? Un chrétien n’est-il pas appelé à être un bon citoyen selon Romains 13 ? N’est-il pas citoyen de deux royaumes ? Ne faut-il pas défendre la Patrie quand la Patrie le demande ou l’exige ?
Cependant, du fait qu’il est devenu citoyen d’un autre royaume, sa citoyenneté ici-bas sera toujours compliquée. Il est devenu un étranger chez lui. Il s’est soumis à un autre Chef et à une autre Loi. Dans un monde toujours plus militariste, quelles en sont les implications ?
Pour de nombreux chrétiens, le pacifisme est suspect. N’est-ce pas une philosophie défaitiste qui laisse la place libre aux ennemis du genre humain ?
Cette question devient facilement émotionnelle. Il est inévitable que le passé récent des guerres mondiales influence notre jugement. Où en serions-nous si on avait laissé faire les Allemands ou, encore plus près de nous, les Communistes ou les Islamistes ? La guerre a aussi été revue et corrigée par Hollywood à travers des histoires qui parlent à notre cœur même si nous savons qu’elles ne représentent que très rarement une réalité objective.
Voilà 1700 ans que l’Église a enterré le pacifisme. Elle ne semble pas particulièrement pressée de le déterrer !
 
Que dit la Bible ?
Voilà qu’en ce XVI e siècle si riche en mouvements de réforme et de réveil spirituel, de petits groupes de gens “réveillés” se mettent à relire la Bible et découvrent des enseignements demeurés ignorés à Rome, à Wittenberg et à Genève. Il en fut ainsi, par exemple, pour le baptême que le Nouveau Testament destine aux seules personnes devenues chrétiennes, et donc pas aux bébés. C’était une révolution ! 1 Mais ils redécouvrent aussi l’importance de l’indépendance du spirituel par rapport au temporel. L’État n’a pas à s’ingérer dans les affaires de l’Église et, à l’époque encore plus révolutionnaire peut-être, l’Église n’a pas à s’ingérer dans les affaires de l’État. En ce siècle déjà lointain, c’était inimaginable. N’était-ce pas au prince de déterminer la foi de ses sujets ? Cujus regio, ejus religio , “Tel prince, telle religion”. Tout au long du Moyen-Âge, n’avait-il pas été l’habitude de l’Église d’exiger la primauté sur l’État, jusqu’à ce que l’État prenne lentement le dessus ?
Ils découvrent aussi l’impossibilité pour des chrétiens de prendre les armes. Une découverte suffisamment claire pour qu’ils demeurent pacifistes jusqu’à aujourd’hui. Dans une époque violente où des deux côtés de la Réforme protestante on prend part à cette violence, voici des groupes, persécutés par tout le monde, qui demeurent fidèles à l’enseignement biblique qui, pour eux, reste incontournable.
La question n’est peut-être pas : Comment ont-ils pu tirer ces conclusions du texte biblique ? La vraie question est peut-être : Comment les réformateurs et les églises protestantes ont-ils pu passer à côté de cet enseignement du Nouveau Testament ? Est-ce en partie parce que les églises principales ont cru qu’elles avaient remplacé Israël et que la conception de l’Ancien Testament sur la guerre était donc applicable aux chrétiens ? Est-ce parce que la doctrine et la tradition ont pris le dessus sur la Parole de Dieu ?
Il est temps de réévaluer ce qu’enseigne le Nouveau Testament.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents