Proclamer la parole de Dieu
425 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Proclamer la parole de Dieu

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
425 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Proclamer la parole de Dieu. 365 méditations quotidiennes, tirées de l’enseignement de Derek Prince. DÉCOUVREZ LA PUISSANCE DE LA PROCLAMATION DE LA PAROLE DE DIEU ! Dieu s’attend à ce que nous parlions les paroles de Jésus et que nous obtenions les mêmes résultats puissants que lui ! Pour la première fois, l’enseignement biblique de renommée mondiale de Derek Prince est condensé dans une méditation quotidienne. Alors que vous cherchez Dieu et proclamez ces principes bibliques, vous : · Recevrez la guérison physique et émotionnelle · Serez libéré de la peur, de la culpabilité et de la honte · Reconnaîtrez la voix de Dieu · Apprendrez le chemin de Dieu pour les bénédictions financières · Trouverez le dessein et le plan de Dieu pour votre vie · Obtiendrez la victoire sur les tentations · Développerez la foi pour les miracles Commencez votre journée dans la présence du Créateur, reposez-vous sur la vérité de la parole de Dieu et vous aurez la joie de le voir accomplir des miracles, des signes et des prodiges dans votre vie ! «Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage» (Apocalypse 12 :11)

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2019
Nombre de lectures 4
EAN13 9782360050031
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0356€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Proclamer la parole de Dieu:
 
 
365 méditations quotidiennes
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
DEREK PRINCE
 
 
Originally published in English under the title "Declaring God’s Word, A 365-Day Devotional".
 
Traduit avec permission de Derek Prince Ministries International USA, P.O. Box 19501, Charlotte, North Carolina 28219-9501, USA.
 
Droits d'auteur traduction mars 2012 DPM International. Tous droits réservés.
 
Traduit par Anne-Joëlle Fuchs.
 
Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ou transmis sous une forme quelconque, que ce soit par des moyens électroniques ou mécaniques, y compris la photocopie, l'enregistrement ou tout stockage ou report de données sans la permission écrite de l'éditeur.
 
Sauf autre indication, les citations bibliques de cette publication sont tirées de la traduction Louis Segond "Nouvelle Edition".
 
Publié par Derek Prince Ministries France, 2012.
 
Dépôt légal: 1e trimestre 2012.

Pour tout renseignement:
DEREK PRINCE MINISTRIES FRANCE
9, Route d'Oupia, B.P.31, 34210 Olonzac FRANCE
tél. (33) 04 68 91 38 72 fax (33) 04 68 91 38 63
E-mail info@derekprince.fr * www.derekprince.fr
 
 
Les croyants ont vaincu satan par le sang de Jésus-Christ, et ils ont témoigné de ce que le sang de Jésus fait pour nous, selon ce que dit la Parole.
—Derek Prince paraphrase d’Apocalypse 12:11
 
 
Introduction à
Proclamer la parole de Dieu : 365 méditations quotidiennes
 
 
En tant que président de Derek Prince Ministries–USA, je me réjouis de pouvoir vous présenter ce livre unique en son genre Proclamer la parole de Dieu: 365 méditations quotidiennes, rédigé par l’illustre docteur de la Bible qu’est Derek Prince. J’estime que ce livre renferme un grand potentiel, capable non seulement de transformer votre vie mais également le monde.
Je me rends compte à quel point cette assertion est péremptoire et combien elle peut paraître surestimer le livre. Cependant je m’y tiendrai et en voici l’explication. Ce livre représente bien plus qu’un calendrier de méditations ordinaire.
Tout comme vous, je prends plaisir à lire beaucoup de méditations rédigées par des hommes ou des femmes de Dieu de valeur. A l’instar de ce livre, ces œuvres consistent en lectures bibliques quotidiennes brièvement commentées et suivies par une prière destinée à inspirer le lecteur pour le jour en question. C’est ici que s’arrête la similarité.
Ce livre comporte un élément supplémentaire qui le rend unique. Cet élément est la proclamation, Proclamer la parole de Dieu , comme nous en informe le titre. La proclamation transforme ce livre en un outil puissant entre vos mains, et en réalité, en une arme de guerre spirituelle. Votre proclamation représentera une déclaration de guerre quotidienne contre le royaume de satan et une annonce quotidienne de votre intention de vous tenir aux côtés du Roi des rois. Mais, tout ceci ne représente qu’une partie de cet élément.
Ce qu’il y a de plus réjouissant, c’est que la lecture de ce livre vous unira à des milliers de chrétiens de par le monde, dans les mêmes proclamations et dans les mêmes prières, le même jour et peut-être même simultanément. Considérez un instant la puissance que cela représente! L’impact de cette action communautaire aura des implications spirituelles bien plus profondes que celles que nous pouvons imaginer.
Dans l’un de ses enseignements, traitant de l’autorité qui se dégage lorsque les croyants proclament la parole de Dieu, Derek cite Jérémie 1:9 «Tu vois: je mets mes paroles dans ta bouche «, puis il affirme audacieusement que lorsque nous proclamons la parole que Dieu met dans nos bouches, notre proclamation recèle autant d’autorité que si elle était prononcée par Dieu lui-même. C’est en cela que se distingue Proclamer la parole de Dieu pour ce qui concerne l’actionnement de la puissance et de l’autorité.
Derek Prince était un homme de prière et de proclamation, et il avait un grand sens pratique. Il a toujours accordé à ses auditeurs le droit de réponse. Ce livre n’est en rien différent.
Vous aurez quotidiennement l’occasion de réagir à l’enseignement du jour débutant par une proclamation que Derek a choisie. (Au début de la plupart des enseignements de Derek sur CD, vous les entendez, son épouse et lui, commencer à l’unisson par une proclamation tirée d’un verset ou d’une pensée biblique déterminés. Ici, chacune de ces méditations commence de la même façon.)
Ces études quotidiennes sont le reflet original de Derek, dans les termes exacts qu’il utilise. Même s’il n’est plus avec nous sur cette terre, ses puissants enseignements demeurent et, comme le dit Hébreux 11:4-3:» Par la foi, … il parle encore, bien que mort .» Oh, combien nous remercions le Seigneur pour l’héritage doctrinal que Derek nous a laissé.
Le passage qui suit l’enseignement résume ce que Derek a enseigné avec une prière et une proclamation relatives au sujet du jour. Vous remarquerez que chaque prière commence par une expression de reconnaissance à Dieu. L’un des traits que j’ai le plus admiré chez Derek, outre son extraordinaire don d’enseignement, était son attitude de constante gratitude. Je me souviens que lors de ses nombreuses séances d’enseignement, il terminait son message en demandant à l’auditoire de s’attendre au Seigneur dans le silence. Durant ces moments, il était très fréquent d’entendre Derek murmurer sans discontinuer, «Merci Seigneur, merci Jésus, oh, nous te remercions Seigneur.»
Plutôt que de présumer que vous prierez et proclamerez naturellement de vous-même, nous vous présentons des formules particulières pour vous y aider. C’est par ce biais que vous allez expérimenter la puissance unique, individuelle et communautaire à la fois, générée par le fait de prononcer les mêmes prières et proclamations que d’autres personnes, le même jour.
Chaque message se termine par la répétition de la même proclamation qui apparaît en haut de la page sous le titre. Ce n’est pas une erreur. La répétition est un principe biblique basique mais très puissant, en même temps qu’un moyen d’affirmer la vérité de la parole de Dieu. Nous trouvons un excellent exemple scripturaire de l’utilité de la répétition dans le Psaume 124:1-2: « Si l'Eternel n'avait pas été avec nous ---Israël peut le dire --- [sous-entendu, tout le monde répète ensemble] si l'Eternel n'avait pas été avec nous…» Si vous voulez d’autres textes du Nouveau Testament en termes de «rappel par la répétition», allez voir en Philippiens 3:1; Hébreux 22:1; et 2 Pierre 1:12-15.
Puisse Proclamer la parole de Dieu être pour vous une source de puissance et de croissance spirituelle au quotidien. Puissent ses enseignements établir dans vos vies des fondations de vérité, vous rendant ainsi de plus en plus inébranlables en ces temps modernes de plus en plus ébranlés. Puisse votre foi croître pendant que vous absorberez les enseignements de Derek et que vous proclamerez les principes de la parole de Dieu, que vous prierez votre Père dans les cieux , assurés de votre union avec des chrétiens disséminés sur toute la terre, proclamant puissamment la parole de Dieu et participant à l’extension de sa Bonne Nouvelle .
 
Et pour terminer, que ce livre puisse accomplir la prière que Jésus lui-même nous a appris «Que ton royaume vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel» (Matt. 6:10)
 
Dick Llegatt, président de Derek Prince Ministries Etats-Unis
 
 
 
1ère semaine:
 
Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi.
 
Mais eux, ils l'ont vaincu grâce au sang de l'Agneau et grâce au témoignage qu'ils ont rendu pour lui, car ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à redouter de mourir.
—Apocalypse 12:11
 
1er Janvier
 
Connaître la Parole
 
Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi.
 
Au cours d’une incursion dans la Parole, je pense que le Seigneur m’a montré comment nous pouvons triompher de satan. La plupart des chrétiens savent que nous devons le vaincre par le sang de l’Agneau et par la parole de notre témoignage. Mais nombreux sont ceux qui ont tendance à en faire une expression répétitive: «J’invoque le sang … j’invoque le sang.» Je ne veux pas dénigrer la valeur de cette pratique mais j’ai observé que parfois, cela n’impressionne pas le diable. A mon avis, nous devons procéder de manière plus résolue .
Comment pouvons-nous triompher de satan par le sang de l’Agneau et par la parole de notre témoignage? Cela implique trois éléments: le sang, la parole de Dieu et notre témoignage. Et voici comment j’interprète l’application d’Apocalypse 12:11: Nous triomphons de satan lorsque notre témoignage personnel authentifie les affirmations de la Parole au sujet de l’efficacité du sang de Jésus sur nous .
Il est très clair que si nous voulons témoigner de cette efficacité telle que la Parole la proclame concernant le sang de l’Agneau, nous devons au moins savoir ce que la Parole dit que le sang accomplit. Au cours des prochaines semaines, nous allons voir ce que la Parole affirme que le sang de Jésus accomplit pour nous.
 
Merci Seigneur, pour le sang de Jésus. A cause de ce dit la Parole, je proclame que j’ai vaincu satan en témoignant de ce que le sang de Jésus a fait pour moi. Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole à propos de l’efficacité du sang de Jésus sur moi. Amen.
2 Janvier
 
Appliquer le sang
 
Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi.
 
A la lumière de cette confession, force nous est de constater que nous devons comprendre ce que le sang de Jésus fait pour nous. Ensuite, nous devons le retirer à "la banque du sang" et le déposer dans nos vies. Nous trouvons un parallèle de cette application dans la cérémonie de la Pâque, qui représentait la façon dont Dieu a pourvu au salut d’Israël (voir Exode 12:21–27.) Dans chaque famille, le père devait tuer un agneau (le sacrifice) et recueillir son sang dans un récipient. Cet acte démontre l’immense responsabilité des pères en tant que prêtres de leur famille.
Le sang ne protégeait cependant aucune famille israélite tant qu’il se trouvait dans le récipient, il devait être transféré de celui-ci à l’endroit où vivait la famille. Il n’y avait qu’une seule façon de le faire et c’était en se servant d’une branche d’hysope. L’hysope est une plante commune au Moyen-Orient, elle y pousse partout. Ils ont donc dû prendre un bouquet d’hysope, le tremper dans le sang et en asperger le linteau et les deux montants de la porte de leur demeure mais jamais le seuil. Il ne faut jamais marcher sur le sang.
Une fois ceci accompli, l’ange de la destruction ne pouvait plus pénétrer dans cette demeure. Cependant, seuls étaient protégés les Israélites qui étaient dans la maison, en sécurité derrière le sang. Ce fut le seul endroit sûr en Egypte en cette fameuse nuit.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que je suis protégé de l’adversaire en appliquant le sang sur moi et ma famille. Je rends personnellement témoignage à satan ce que dit la Parole de l’efficacité du sang de Jésus sur moi. Amen.
3 Janvier
 
Marcher dans l’obéissance
 
Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi.
 
Dans la cérémonie de la Pâque, le sang des agneaux était recueilli dans des récipients. Une fois transféré des récipients sur les maisons des Israélites, ceux-ci étaient en sécurité à une condition: Ils devaient rester dans leurs maisons .
Ce principe est très important: le sang ne protège que ceux qui obéissent. Vous êtes en sécurité si vous obéissez. Jetons un coup d’œil à 1 Pierre 1:2. Pierre saluait les ‘pèlerins de la dispersion’ [en grec diaspora ] (verset 1). Il s’adressait spécifiquement aux Juifs hors d’Israël, qui étaient « élus [ou choisis] selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du sang de Jésus-Christ.»
Notez que l’ obéissance vient avant l’ aspersion . Le sang n’est pas aspergé sur les désobéissants. Le sang ne protège pas ceux qui sont hors de la maison. Il protège seulement ceux qui sont à l’abri derrière lui ou qui en sont couverts. Alors, n’oubliez pas, même si la protection du sang est parfaite, elle ne concerne que les gens qui obéissent.
 
Merci Seigneur, pour le sang de Jésus. Je proclame aujourd’hui que je marche dans l’obéissance à toi. Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi. Amen.
4 janvier
 
Eliminer le péché
 
Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi.
 
En observant une fois encore la cérémonie de la Pâque pour Israël, nous y trouvons une question brûlante qui nous concerne aujourd’hui : Comment recueillons-nous le sang versé (après l’accomplissement du sacrifice) sur l’endroit où nous vivons? Tant que le sang reste dans le récipient, il n’est d’aucune utilité. Il est disponible mais il n’agit pas. Les Israélites devaient prendre cette simple plante appelée hysope, la tremper dans le sang et la passer sur l’extérieur de leur maison, sur les montants et le haut de la porte. Ce n’était qu’à ce moment-là qu’ils étaient protégés. Cependant, lors de la cérémonie de la Pâque, il y avait autre chose qui précédait l’application du sang.
Lisons en 1 Corinthiens, le passage où Paul applique l’enseignement de la Pâque et de la Fête des Pains Sans Levain aux chrétiens. Chaque famille juive devait débarrasser sa maison de tout ce qui contenait du levain pendant sept jours consécutifs. Les Juifs orthodoxes observent toujours cette pratique aujourd’hui.
«Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité.»        (1 Corinthiens 5:7–8)
Nous aussi, nous devons purger nos vies du vieux levain (le péché) afin de vivre dans l’obéissance à Dieu. C’est ce qui permet au sang d’en protéger chaque domaine.
 
Merci Seigneur, pour le sang de Jésus. Je proclame que lorsque je l’applique à ma vie, je la purge de tout péché qui pourrait se trouver en moi. Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi. Amen.
5 janvier
 
S’appuyer sur l’agneau
 
Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi.
 
En 1 Corinthiens 5:7, Paul relie la Pâque de l’Ancien Testament avec la crucifixion de Jésus:
«Car Christ [le Messie], notre Pâque, a été immolé pour nous.»
La Pâque s’assimile clairement au sacrifice de Jésus sur la croix. Nous pouvons dire que l’agneau pascal a été tué il y a presque vingt siècles et que son sang est dans le récipient. Son sang a été versé, mais il ne peut nous protéger s’il y reste. Nous devons transférer le sang du récipient sur les endroits où nous vivons.
Sous l’ancienne alliance, on utilisait l’hysope, mais que pouvons-nous utiliser sous la nouvelle alliance? La réponse est notre témoignage. Notre témoignage personnel prend le sang qui est dans le récipient et l’applique sur nos «maisons» (sur nos vies, nos situations et nos familles). Nous triomphons de satan lorsque nous rendons personnellement témoignage de l’efficacité du sang de Jésus sur nous, selon ce que dit la Parole.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que Jésus a été sacrifié pour moi et je m’appuie sur son sang pour me purifier et me libérer du péché. Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi. Amen.
 
6 janvier
 
Un sacrifice complet
 
Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi.
 
Le jour le plus important dans l’année religieuse juive était le Jour du Grand Pardon, connu aujourd’hui sous le nom de Yom Kippour. C’est en ce jour seulement que le Grand Sacrificateur allait dans le Saint des Saints avec le sang du sacrifice qui couvrait les péchés d’Israël pendant une année supplémentaire.
«Il [le Grand Sacrificateur] prendra du sang du taureau, et il fera l'aspersion avec son doigt sur le devant du propitiatoire vers l'orient; il fera avec son doigt sept fois l'aspersion du sang devant le propitiatoire.»        (Lévitique 16:14)
Seul le sang pouvait offrir la propitiation pour les péchés du peuple de Dieu et il devait être amené dans la présence du Dieu Tout Puissant, dans le Saint des Saints. Je voudrais que vous saisissiez en particulier que le sang était aspergé sept fois. Cette répétition n’était pas une coïncidence car, dans la Bible, sept est le chiffre qui indique l’œuvre du Saint-Esprit. Sept est aussi le chiffre de la plénitude ou de la perfection. Cette règle a été observée avec exactitude dans la manière dont Jésus a répandu son sang. Son sang a été versé précisément sept fois avant que le sacrifice soit complet.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que son œuvre complète sur la croix a ôté mes péchés. Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi. Amen.
7 janvier
 
La mesure de son amour
 
Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi.
 
Le Jour du Grand Pardon, le sang des sacrifices devaient être aspergé sept fois devant Dieu le Père (voir Lévitiques 16:14). Nous voyons cette règle parfaitement appliquée lors du sacrifice de Jésus sur la croix dans le Nouveau Testament .
Premièrement, sa sueur est devenue du sang. Deuxièmement, les soldats romains l’ont frappé au visage de leurs poings et avec des verges. Troisièmement, ils l’ont flagellé avec un fléau romain. Quatrièmement, sa barbe a été arrachée. Cinquièmement, des épines ont été enfoncées dans son crâne. Sixièmement, ses mains et ses pieds ont été transpercées par des clous. Septièmement, son côté a été percé avec une lance.
Voilà la mesure de l’amour de Christ. Cela lui a littéralement coûté tout ce qu’il avait. Il n’a pas simplement renoncé à sa gloire, à son trône et à sa majesté en tant que Dieu. Il n’a pas simplement abandonné les quelques biens qu’il possédait en tant qu’homme sur terre. Il s’est donné lui-même. C’est sa propre vie qu’il a répandue à travers son sang comme prix du rachat. Réfléchissez à cette réalité bouleversante et sachez qu’elle est à la mesure de l’amour de Dieu. Elle est extravagante, pour ne pas dire plus.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame qu’il a donné tout ce qu’il avait, qu’il a répandu sa vie intégralement, afin que je sois libéré du péché. Je rends personnellement témoignage à satan de ce que dit la Parole concernant l’efficacité du sang de Jésus sur moi. Amen.
 
 
 
2ème semaine:
 
Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable.
 
Qu'ainsi disent les rachetés de l'Éternel, ceux qu'il a délivrés de la main de l'ennemi.
—Psaume 107:2 [Semeur]
8 janvier
 
Des croyants authentiques
 
Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable.
 
«Qu'ainsi disent les rachetés de l'Éternel, Ceux qu'il a délivrés de la main de l'ennemi».        (Psaume 107:2)
Cette proclamation de la Bible fait partie de celles qui se rapportent à ce que le sang de Jésus fait pour nous en tant que croyants. Lisons ce verset en Ephésiens:
«En lui [Christ] nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce.»        (Ephésiens 1:7)
Vous remarquerez tout d’abord que pour bénéficier de ces avantages, nous devons être en Christ. Nous devons être d’authentiques croyants en Christ. Lorsque nous sommes en lui, la première chose dont nous bénéficions est la rédemption par son sang.
Rédemption signifie ‘rachat,’ ou bien ‘paiement d’une rançon.’ Nous étions auparavant entre les mains du diable et nous lui appartenions. Mais Jésus a payé le prix de la rançon par son sang sur la croix pour nous racheter.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que par son sang, ma rançon a été payée, j’ai été racheté et je suis un authentique croyant en Christ. Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable. Amen.
9 janvier
 
L’agneau sans péché
 
Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable.
 
Nous avons été délivrés, ou rachetés, de notre ancienne manière de vivre, mauvaise et sans Dieu; des griffes de satan, de la condamnation du péché et de notre vulnérabilité aux attaques du dévoreur et du destructeur. Mais, de quelle manière avons-nous été rachetés ?
«Sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache.»        (1 Pierre 1:18–19)
Nous sommes rachetés par le précieux sang de Jésus-Christ, sans défaut, sans péché originel, sans tache, sans péché personnel, l’agneau de Dieu sans péché qui a ôté le péché du monde. C’est uniquement par son sang que nous sommes rachetés. Aucune somme d’argent, d’aucune sorte, ne pouvait payer le prix de notre rédemption.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que Jésus, l’Agneau de Dieu sans péché, a ôté mes péchés. Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable. Amen.
10 janvier
 
Un transfert efficace
 
Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable.
 
«Qu'ainsi disent les rachetés de l'Éternel, Ceux qu'il a délivrés de la main de l'ennemi.»        (Psaume 107:2)
Certaines personnes peuvent être certaines qu’elles ont été délivrées de la main de l’ennemi et d’autres non. Pour ma part, je sais parfaitement où j’étais avant que Jésus vienne dans ma vie, je n’ai aucun doute quant à cela. Je sais ce que c’est que d’être dans la main du diable et je ne veux plus y retourner. Je sais aussi que, selon ce que dit l’Ecriture, c’est le sang de Jésus qui m’en a délivré et qui m’a placé dans la main du bon berger. Jésus a dit de ses brebis, « « Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main» (Jean 10:28). Voilà comment s’est effectué le transfert entre la main du diable et celle du Seigneur.
Mais vous noterez que ce transfert n’est effectif et ne nous sera bénéfique que si nous faisons une chose: que nous « disions ainsi ». « Qu'ainsi disent les rachetés de l'Éternel» Si vous êtes rachetés, dites-le! Si vous ne le dites pas, votre rédemption n’est pas effective. C’est la parole de votre témoignage qui rend le sang efficace.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que par son sang, j’ai été transféré de la main de l’ennemi à celle du Seigneur. Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable. Amen .
11 janvier
 
La protection du Tout Puissant
 
Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable.
 
Le P saume 91 a été nommé le «psaume de l’ère atomique.» Il exprime une protection parfaite contre toute espèce de mal, de danger et de préjudice (même quand ils se produisent), à tout instant et par tous les moyens. Beaucoup de chrétiens connaissent bien ce passage. Mais, contentons-nous de lire les deux premiers versets:
«Celui qui demeure sous l'abri du Très Haut Repose à l'ombre du Tout Puissant.»        (Psaume 91:1)
Le mot demeure signifie normalement en hébreu ‘passer la nuit.’ C’est un mot qui est fréquemment utilisé pour décrire le fait de passer la nuit. Ainsi, cela nous dit que pendant les heures d’obscurité, le croyant authentique sera sous l’ombre, ou la protection du Tout Puissant. Regardez le second verset:
«Je dis à l'Éternel: mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie!»        (verset 2)
Voilà l’antichambre, le hall d’entrée de la protection plénière établie dans les versets suivants de ce Psaume. Voilà notre témoignage: «Je dis.» Si vous ne le dites pas, vous ne l’aurez pas. Et cela demande un certain courage de dire ce qui suit dans le Psaume 91. Mais, seuls ceux qui le disent ont bibliquement le droit de le vivre. C’est la parole de notre témoignage qui le rend efficace.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que par son sang, je vis maintenant sous la protection du Dieu Tout Puissant. Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable. Amen.
12 janvier
 
Racheté à un grand prix
 
Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable.
 
Le mot rédemption signifie ‘racheter.’ Nous étions des esclaves, exposés à la vente sur le marché aux esclaves de satan. L’Apôtre Paul dit: «je suis charnel, vendu au péché» (Romains 7:14). Dans la culture romaine de son temps, le fait de vendre une personne en tant qu’esclave signifiait la vendre sous une lance. Elle se tenait sur un support, une lance étendue au-dessus de sa tête. Lorsque vous voyiez une personne se tenir comme cela, vous saviez qu’elle était vendue comme esclave.
Ce que Paul voulait dire était:»mes péchés sont la lance au-dessus de ma tête, c’est à cause d’eux que je suis vendu comme esclave au marché.» Et nous tous aussi, nous étions vendus avec Paul comme esclaves à cause de nos péchés.
Mais un jour, Jésus est passé dans ce marché et a dit: «je les achète.» Quel en a été le prix? Son sang. Nous avons été rachetés du royaume de satan et ramenés dans celui de Dieu.
Un esclave ne choisit le type de travail qu’il devra exécuter pour son maître ou sa maîtresse. L’un d’eux peut servir de cuisinier, l’autre de prostitué, c’est le propriétaire de l’esclave qui décide. Telle était notre condition auparavant. Certains d’entre nous peuvent avoir été des esclaves respectables, mais ils ne valaient pas mieux que ceux qui ne l’étaient pas autant. Ne méprisez pas les prostitués ou les alcooliques, car ils l’étaient suivant la décision du propriétaire. Satan avait décidé de leur condition, mais le sang de Jésus a brisé cette entrave et les a libérés des desseins du diable.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que j’ai été racheté du royaume de satan pour être ramené dans celui de Dieu. Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable. Amen.
13 janvier
 
Fait et racheté par lui
 
Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable.
 
Voici la parabole que j’ai racontée à un groupe de Maoris polynésiens, qui sont d’excellents sculpteurs sur bois, pour illustrer le prix payé par Jésus pour nous racheter de nos péchés.
Il était une fois un garçon qui était en train de sculpter un magnifique petit voilier en bois. Un jour; il l’emmena vers l’océan pour le faire naviguer, mais le vent changea et l’emporta vers le large. Puisqu’il ne pouvait pas récupérer son bateau, il rentra à la maison les mains vides.
La grande vague suivante ramena le bateau et celui-ci fut trouvé par un homme qui marchait de long de la plage. Celui-ci inspecta le bateau et constata qu’il était joliment sculpté, il le vendit donc à un magasin ou il fut nettoyé et mis en vitrine avec un prix de vente.
Quelques temps après, le garçon passa devant le magasin et vit son bateau. Il sut immédiatement que c’était le sien, mais il n’avait aucun moyen de le prouver. Il savait donc que s’il voulait le récupérer, il devrait l’acheter.
Il se mit à travailler pour gagner de l’argent, à laver des voitures, tondre des pelouses ainsi que quantité d’autres petits travaux. Lorsqu’il eu accumulé la somme nécessaire, il se rendit au magasin et racheta son bateau. Il le prit entre ses mains et, le tenant serré contre lui, il dit: «Maintenant, tu es à moi! Je t’ai fait et je t’ai racheté.»
Imaginez que vous êtes ce bateau. Vous avez peut-être la sensation d’être inapte et inutile, et vous vous demandez si Dieu s’en préoccupe vraiment. Mais le Seigneur vous dit: «Maintenant, tu es doublement à moi, je t’ai fait et je t’ai racheté, tu es entièrement à moi.»
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que le Seigneur m’a fait et qu’il m’a racheté; et je suis entièrement à lui. Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable. Amen.
14 janvier
 
Sorti d’un royaume pour entrer dans un autre
 
Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable.
 
Le Seigneur nous a rachetés, nous ne sommes donc plus dans la main de l’ennemi mais dans la sienne .
«Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour.»        (Colossiens 1:12–13)
Dieu nous a délivrés du pouvoir des ténèbres, c’est-à-dire du royaume de satan, et nous a transférés dans le royaume de Christ, c’est un fait. Nous avons donc la rédemption, nos péchés sont pardonnés. Nous ne sommes plus dans le territoire de satan ni sous son autorité. Les non-croyants, ceux qui rejettent Christ, les rebelles et les désobéissants sont sous l’autorité légitime de satan, mais nous, les chrétiens, nous ne le sommes pas.
Le fait est que, lorsque nous nous sommes repentis et que nous nous sommes soumis à Jésus et l’avons fait Seigneur de nos vies, nous avons été acheminés (transportés, transférés), corps, âme et esprit, hors du royaume de satan, dans le royaume de Christ. C’est une réalité. Nous croyons en des choses du royaume invisible de la parole de Dieu parce que nous ne sommes plus dirigés par nos sentiments. Le bouclier de la foi couvre chaque domaine de nos vies. Aucun trait enflammé ne pourra jamais le traverser. (Voir Ephésiens 6:16.)
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que par son sang, j’ai été libéré des ténèbres et transféré dans le royaume du Fils de l’Amour de Dieu. Par le sang de Jésus, je suis délivré de la main du diable. Amen.
 
 
 
3ème Semaine:
 
Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés.
 
En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce.
—Ephésiens 1:7
15 janvier
 
La rédemption de plein droit
 
Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés.
 
En Ephésiens 1:7, nous lisons ce que nous offre le sang de Jésus:
«En lui [Christ] nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce.»
Le pardon des péchés nous est acquis par le sang de Jésus. Comparez ce verset avec ce que Jésus a dit lors de son dernier repas en Matthieu 26:28; lorsqu’il a passé à ses disciples la coupe, qui était l’emblème de son sang:
«Car ceci est mon sang, le sang de l'alliance [testament], qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission [pardon] des péchés.» (Matthieu 26:28)
Hébreux 9:22 dit que sans sang versé, il n’y a pas de rémission des péchés. Donc, le sang de Jésus a été répandu afin que nos péchés puissent être pardonnés.
Vous remarquerez qu’en Ephésiens 1:7, Paul fait coïncider les deux choses: la rédemption par le sang de Jésus et la rémission des péchés. Il est très important de le comprendre, parce que nous n’aurons le plein droit à la rédemption que dans la mesure où nos péchés seront pardonnés.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que, parce que tous mes péchés sont pardonnés par son sang, j’ai maintenant accès à la rédemption de plein droit. Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés. Amen.
16 janvier
 
Satisfaire aux revendications
 
Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés.
 
Si tous nos péchés sont pardonnés, nous avons la rédemption de plein droit. Mais s’il reste dans notre vie un quelconque péché non confessé, et donc non pardonné, le plein droit ne nous sera pas accordé légalement dans ce domaine. Satan peut toujours revendiquer ce terrain particulier. J’ai pu en observer la preuve de nombreuses fois lors de mon ministère de délivrance. Si satan a une quelconque revendication, il ne la lâchera pas. Vous pourrez lui hurler à la face ou bien jeûner pendant une semaine, vous ne changerez pas la situation, parce qu’il sait qu’il a légalement droit à sa revendication et que celle-ci n’a pas encore été satisfaite.
Une autre façon de conférer à satan un droit légal de revendication sur nos vies est le non pardon. Jésus enseigne que Dieu nous pardonne dans l’exacte mesure où nous pardonnons aux autres. Nous devons prier: «Pardonne-nous nos offenses [nos péchés] , Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé [ceux qui ont péché contre nous» « (Matthieu 6:12). Nous n’avons pas le droit de réclamer à Dieu le pardon au-delà de la mesure dans laquelle nous pardonnons aux autres (voir versets 14-15). C’est pourquoi, dans la mesure où il existe des personnes auxquelles nous n’avons pas pardonné, Dieu ne nous pardonne pas non plus. En d’autres termes, toute zone de non pardon dans notre vie est une zone que satan peut toujours légalement revendiquer. Vous pourrez faire ce que vous voudrez, vous ne pourrez le déloger avant d’avoir pardonné ceux à qui vous devez pardonner.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que je suis pleinement pardonné parce que je confesse tous mes péchés et que je pardonne maintenant à ceux qui m’ont blessé (faites une liste de noms particuliers). Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés. Amen.
 
17 janvier
 
Les deux directions du pardon
 
Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés.
 
Le mot pardon est l’un des plus beaux qui existe, dans toutes les langues. Pourquoi est-il si beau? Considérez certains des résultats qui en découlent: la réconciliation, la paix, l’harmonie, la compréhension, la fraternité. Notre monde a si terriblement besoin de cela aujourd’hui!
Par contraste, considérez certaines des conséquences qui découlent de notre refus de pardonner ou de recevoir le pardon: l’amertume, les conflits, le manque d’harmonie, la haine et la guerre. Parfois, il semble que toute la race humaine est en danger de se laisser submerger par ces forces mauvaises et négatives. Si nous voulons pouvoir nous élever au-dessus de cette condition, ce ne sera qu’en apprenant et en appliquant les principes du pardon.
Voici les deux directions du pardon présentées dans la Bible. Ces deux directions sont représentées par ce grand symbole de la foi chrétienne qu’est la croix. Cette croix est faite de deux poutres, l’une verticale et l’autre horizontale, qui représentent les deux directions du pardon. La poutre verticale représente le pardon dont nous avons besoin de la part de Dieu et qui ne peut être reçu que par notre identification avec le sacrifice et la résurrection de Jésus-Christ. La poutre horizontale représente notre relation avec nos frères humains et elle représente le pardon, qui dans ce cas indique aussi deux directions: le pardon que nous avons besoin de recevoir des autres et celui que nous devons leur accorder. Encore une fois, le seul endroit où nous pouvons recevoir ce genre de pardon, c’est la croix.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que non seulement je reçois le pardon de la part de Dieu mais que je m’ouvre à recevoir celui des autres et que je leur offre le mien également. Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés. Amen.
18 janvier
 
Une ardoise vide
 
Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés.
 
L’un des aspects les plus fantastiques de la nature de Dieu c’est que, lorsqu’il pardonne, il le fait de manière incroyablement complète et libératoire. Le livre de Michée exprime merveilleusement bien ce principe:
«Quel est le Dieu semblable à toi, qui efface les fautes et qui pardonne les péchés du reste de ton peuple qui t'appartient? Toi, tu ne gardes pas ta colère à jamais, mais tu prends ton plaisir à faire grâce. Oui, de nouveau tu auras compassion de nous, tu piétineras nos péchés, et au fond de la mer, tu jetteras nos fautes.»        (Michée 7:18–19 Semeur)
Splendide, n’est-ce pas? Toute chose mauvaise à laquelle nous nous sommes livrés, tout ce qui a pu nous faire sentir coupable un jour, toute accusation que l’ennemi a jamais pu soulever contre nous, Dieu la piétine, puis la jette au fond de la mer.
Quelqu’un a remarqué que lorsque Dieu fait couler nos péchés au fond de la mer, il érige au-dessus une pancarte de «pêche interdite!» N’essayez jamais de revenir dessus et de ressusciter une chose que Dieu a enterrée. Si Dieu vous a pardonné, vous êtes pardonné. Il n’y a plus rien à y redire. Le pardon de Dieu est total. En Esaïe, Dieu parle à son peuple:
«C'est moi, moi qui efface tes transgressions pour l'amour de moi, et je ne me souviendrai plus de tes péchés.»        (Esaïe 43:25)
Lorsque Dieu nous pardonne, il efface le souvenir même de nos péchés, notre ardoise est vide. Dieu n’a pas de problème de mémoire, mais il a la capacité de choisir d’oublier. Et lorsqu’il pardonne, il oublie!
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que tu m’as pleinement pardonné, effaçant le souvenir même de mes péchés. Tu les as oubliés et je ferai de même. Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés. Amen.
19 janvier
 
Les innombrables bénédictions issues du pardon
 
Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés.
 
Le genre de pardon dont nous avons besoin et que seul Dieu lui-même nous accorde est celui à caractère vertical. Le fait d’être pardonné par Dieu engendre une bénédiction inouïe. C’est David qui, peut-être, donne la description la plus magnifique de ce principe, dans le Psaume 32:
«Heureux celui à qui la transgression est remise, A qui le péché est pardonné! Heureux l'homme à qui l'Éternel n'impute pas d'iniquité, Et dans l'esprit duquel il n'y a point de fraude!»        (versets 1–2 Segond)
En langue hébraïque, ce psaume débute par un pluriel: bénédictions . «Oh, combien de bénédictions pour celui à qui la transgression est remise, à qui le péché est pardonné.» Cela implique qu’il y a d’innombrables bénédictions liées au fait que Dieu pardonne nos péchés.
Il est important de constater que la Bible ne mentionne aucun homme qui n’ait pas besoin de pardon. Elle indique clairement que nous tous avons besoin du pardon de Dieu; il n’y a aucune exception. Dans d’autres psaumes, David dit qu’il n’existe aucun homme sans péché. Nous avons tous péché. C’est pourquoi, nous avons tous besoin du pardon. La question n’est pas de savoir si nous avons besoin du pardon mais si nous le recevons.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que j’ai besoin de ton pardon et que lorsque tu me pardonnes, tu m’accordes également de grandes bénédictions. Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés. Amen.
20 janvier
 
Reconnaître notre péché
 
Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés.
 
Dans le Psaume 32, Le Roi David parle de son expérience personnelle:
«Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée; Car nuit et jour ta main s'appesantissait sur moi, Ma vigueur n'était plus que sécheresse, comme celle de l'été. Je t'ai fait connaître mon péché, je n'ai pas caché mon iniquité; J'ai dit: J'avouerai mes transgressions à l'Éternel! Et tu as effacé la peine de mon péché.» (Versets 3–5 Segond)
Je pense que lorsque David a écrit cela, il se référait à l’affaire de Bethsabée, l’épouse d’Uri le Hittite. Il s’agissait d’une terrible situation dans laquelle David avait commis l’adultère, puis le meurtre pour couvrir celui-ci. David ressemblait, à l’évidence, à la plupart d’entre nous. Pendant un long moment, il avait refusé d’affronter la réalité de son péché. Il avait essayé de l’ignorer.
Dans les versets suivants, David évoque son implication personnelle:
«Qu'ainsi tout homme pieux te prie au temps convenable! Si de grandes eaux débordent, elles ne l'atteindront nullement. Tu es un asile pour moi, tu me garantis de la détresse, tu m'entoures de chants de délivrance.»        (Versets 6–7 Segond)
Il n’est jamais trop tard pour confesser ses péchés à Dieu et pour chercher refuge en son salut. Il nous délivrera de nos péchés si seulement nous les reconnaissons et nous nous en repentons.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que, parce que je confesse sans hésiter tout péché que je pourrais avoir tenté d’occulter, tu as pardonné ma culpabilité. Tu me protèges de la difficulté et m’entoures de délivrance. Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés. Amen.
21 janvier
 
Témoigner personnellement
 
Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés.
 
«En lui [Christ] nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce.»        (Ephésiens 1:7)
En considérant ce que déclare la parole de Dieu sur le sang de Jésus, je vais vous montrer comment l’appliquer à votre propre situation et à vos besoins au moyen de l’hysope de votre témoignage personnel.
Ce verset nous parle de deux choses que nous possédons par le sang de Jésus lorsque nous sommes en Christ. Souvenez-vous, si nous sommes en dehors de Christ, ceci n’est pas valable. Lors de la première Pâque en Egypte, le sang ne protégeait pas ceux qui étaient hors de leur maison. Ce n’était que chez eux que les Israélites étaient protégés et ce n’est qu’en Christ que nous avons la rédemption et le pardon de nos péchés.
Je connais le verset ci-dessus par cœur. Si je me trouvais la tête en bas dans le coin d’une pièce obscure, au cœur d’une nuit sans étoiles, je pourrais citer ce passage sans aucun problème. Ce verset est celui par lequel je vis. Je garde mon hysope à la main. Croyez-moi, il ne se passe pas quelques jours sans que je l’utilise sur ma propre vie. J’ai découvert qu’il était très utile.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je l’applique avec l’hysope de mon témoignage personnel, en proclamant que par son sang, j’ai la rédemption et le pardon des péchés. Par le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés. Amen.
 
 
 
4ème Semaine:
 
Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché.
 
Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.
—1 Jean 1:7
 
22 janvier
 
Un processus continu
 
Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché.
 
La purification est l’une des choses auxquelles pourvoit le sang de Jésus .
«Mais si nous marchons dans la lumière, comme il [Jésus] est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.»        (1 Jean 1:7)
Dans ce verset, nous voyons trois verbes conjugués au présent: marcher, être (en communion), purifier . Il faut en prendre note. Si nous continuons de marcher dans la lumière, nous continuons à être en communion les uns avec les autres et le sang de Jésus continue de nous purifier .
Il est très important de savoir que tout ceci est conditionnel. Si nous continuons de marcher dans la lumière de la parole de Dieu, en obéissant à ce qu’il dit, le premier résultat c’est que nous serons en communion les uns avec les autres. Si nous ne marchons pas dans la lumière, nous n’avons pas de communion. Et si nous n’avons pas de communion, nous ne marchons pas dans la lumière. Mais, si nous marchons dans la lumière et que nous sommes en communion mutuelle, alors le sang de Jésus nous garde continuellement purs.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que je continue de marcher dans la lumière, d’être en communion avec d’autres croyants et de recevoir la purification de mes péchés. Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché. Amen.
23 janvier
 
La purification, ici et maintenant
 
Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché.
 
Sur la base de la proclamation ci-dessus, mon témoignage personnel serait: «Si je marche dans la lumière, le sang de Jésus me purifie maintenant et continuellement, de tout péché.» Je dis qu’il «me purifie maintenant» parce que cela donne à cette proclamation une tournure ‘séance-tenante’ et non pas imprécise et globale. Ceci est pour moi, ici et maintenant, mais aussi de manière continuelle, à l’infini dans l’avenir .
En Afrique de l’Est, la langue swahili possède un temps spécifique décrivant les choses qui sont complètes et permanentes. Pour le chant bien connu «Le sang de Jésus nous purifie de tout péché,» ils chantent, «le sang de Jésus nous purifie complètement et dans l’absolu.» Ces paroles me sont restées parce qu’elles expriment les choses de façon si parfaite. A présent, reconsidérez cette confession sous l’éclairage de la continuité et de l’absolu.
Ce principe est merveilleusement commenté dans le Psaume 51, qui est le grand psaume de pénitence que David a écrit après avoir été convaincu de ses péchés d’adultère et de meurtre. C’est l’un des psaumes les plus beaux, l’un de ceux que tout un chacun ferait bien de lire de temps en temps pour en faire sa propre prière. Je crois au fait de faire des psaumes sa propre prière. Pour ma part, je ne les aborde pas comme une simple lecture mais comme une prière personnelle.
«Purifie-moi du péché avec un rameau d’hysope, et je serai pur! Lave-moi et je serai plus blanc même que la neige.» (Psaume 51:9). Vous remarquerez que David introduit l’hysope. Cela implique que, substantiellement, c’est l’hysope qui amène le sang à l’endroit où je suis. C’est une vision prophétique magnifique de la purification par le sang de Jésus.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que son sang me purifie, maintenant et continuellement, de tout péché. Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché. Amen.
24 janvier
 
Remplir les conditions
 
Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu me purifie continuellement de tout péché.
 
Regardons de plus près cette proclamation à propos du sang qui se trouve en 1 Jean 1:7: « Mais si nous marchons dans la lumière, comme il [Jésus] est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.»
Nous avons déjà vu comment ces trois éléments interagissent et sont reliés entre eux dans la parole de Dieu: la marche dans la lumière, la communion les uns avec les autres et la purification du sang. Un grand nombre de gens réclament la purification et la protection du sang mais ne remplissent pas les conditions qui les habiliteraient à les recevoir. La purification par le sang de Jésus-Christ est la conséquence de quelque chose précédé par un ‘si’, c’est une énonciation conditionnelle, dépendante d’un pré requis: si nous marchons dans la lumière, car il est dans la lumière. Alors, deux résultats en découlent, pas seulement un, mais deux. La purification du sang est le second résultat, le premier étant que nous sommes en communion les uns avec les autres.
Logiquement, si nous ne sommes pas en communion les uns avec les autres, c’est la preuve que nous ne marchons pas dans la lumière. Si nous ne marchons pas dans la lumière, il s’ensuit logiquement que nous ne pouvons pas réclamer la purification du sang de Jésus. Nous en arrivons donc à cette conclusion: si nous sommes en dehors de la communion fraternelle, nous sommes en dehors de la lumière. Si nous sommes en dehors de la lumière, le sang ne nous purifie plus. Le sang de Jésus ne purifie que dans la lumière. Ceci est l’un des principes les plus importants qu’il nous soit donné de comprendre.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que j’ai la ferme intention de marcher dans la lumière, comme Jésus est dans la lumière, et d’entrer pleinement dans la communion fraternelle et dans la purification du péché. Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché. Amen.
25 janvier
 
Amener le péché à la lumière
 
Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché.
 
C’est dans la communion fraternelle que se trouve la lumière. C’est pourquoi elle représente l’endroit où nous sommes testés. Plus intime est la communion, plus éclatante est la lumière, jusqu’à ce qu’il ne reste aucun recoin caché. Plus d’ombre, rien de balayé sous le tapis, rien de recouvert. Cela peut être un endroit effrayant pour l’homme naturel. Mais, c’est le seul endroit où le sang de Jésus remplit sa fonction de purification. Si vous désirez la purification, elle vient dans la lumière. Si, d’une quelconque manière, vous êtes en défaut devant Dieu, ou en discorde avec votre voisin, vous n’êtes pas pleinement dans la lumière. Et le sang ne sera jamais appliqué que dans la lumière .
Que faut-il donc faire? Il faut venir dans la lumière. Et, que signifie «venir dans la lumière?» Cela signifie confesser ses péchés, les reconnaître ouvertement devant Dieu. Or, pour l’homme naturel, il s’agit-là de la chose la plus difficile à faire. La lumière semble si éblouissante. Vous pouvez penser: « Oh, je ne pourrais pas y amener cette terrible chose, ce souvenir si horrible, ce secret si coupable, je ne pourrais pas l’exposer à la lumière .» L’homme naturel s’y dérobe. Mais en vérité, lorsque les choses viennent à la lumière elles disparaissent, parce que c’est là que le sang les purifie. Cependant, si vous ne les amenez pas à la lumière, vous les conserverez. C’est un principe prodigieux. Le sang n’agit que dans la lumière.
Admettons que nous avons rempli la condition de marcher dans la lumière. Si tel est le cas, alors nous sommes en communion avec nos frères et soeurs croyants et sommes en droit d’en témoigner.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame maintenant que j’amène à la lumière tout souvenir affreux ou péché caché (citez-les ici) et je les expose à la lumière de Jésus et à la purification de son sang. Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché. Amen.
26 janvier
 
Obéissance et vérité
 
Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché.
 
La communion fraternelle représente le premier test pour voir si nous marchons dans la lumière. Si nous n’aimons pas être en communion avec nos frères et sœurs chrétiens et avec le Seigneur, alors nous ne sommes pas dans la lumière, et si nous ne sommes pas dans la lumière, le sang de Jésus ne nous purifie pas .
La question suivante concerne donc la manière dont nous marchons dans la lumière. La première condition c’est que nous devons marcher dans l’obéissance à la parole de Dieu. Le Psaume 119:105 dit: « Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier .» La deuxième condition est résumée par Paul en Ephésiens 4:15 où il écrit: «Au contraire, en exprimant la vérité dans l'amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête: le Christ.»
Dans ce passage, ‘marcher dans la lumière’ se définit par les liens que nous avons avec nos frères chrétiens, dans la vérité et dans l’amour. Nous devons vouloir agir selon la vérité dans nos relations les uns avec les autres, mais nous devons le faire dans l’amour.
Ainsi, marcher dans la lumière consiste en deux choses mises côte à côte: marcher dans l’obéissance à la parole de Dieu et marcher dans la vérité et dans l’amour avec nos frères chrétiens. C’est lorsque nous remplissons ces conditions que nous pouvons dire avec pleine assurance que le sang de Jésus nous purifie de tout péché.
De nos jours, nous sommes très conscients de la pollution organique présente dans l’atmosphère autour de nous, mais l’atmosphère spirituelle est également polluée par le péché, la corruption et l’impiété. Pour nous garder purs, nous avons besoin de la purification continuelle du sang de Jésus.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que je suis purifié par son sang, parce que je me suis engagé à marcher dans l’obéissance à sa Parole et à cultiver de bonnes relations avec les autres. Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché. Amen.

27 janvier
 
Le sang ‘parle’
 
Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché
 
Il y a une autre chose précieuse que le sang de Jésus fait pour nous, une chose dont la plupart des chrétiens ne sont pas au courant. Hébreux 12:22,24 nous lisons : «Vous [tout vrai croyant] vous êtes approchés de la montagne de Sion …du sang de l'aspersion qui parle mieux que celui d'Abel.»
Sur la montagne céleste de Sion, le sang de Jésus a été aspergé pour nous dans le Saint des Saints, devant Dieu en personne. Christ est entré en ce lieu comme notre précurseur, ayant obtenu notre rédemption éternelle par son sacrifice et il a aspergé la preuve de cette rédemption dans la présence même de Dieu le Père Tout Puissant.
Nous devrions remarquer un contraste important ici. Jadis dans l’histoire, Caïn, le fils aîné d’Adam et Eve, a tué son frère, Abel. Il a ensuite tenté de nier sa responsabilité, mais le Seigneur l’y a confronté et lui a dit:»tu n’as aucun moyen de dissimuler ta culpabilité, car le sang de ton frère, que tu as répandu sur terre, crie vengeance jusqu’à moi.» (Voir Genèse 4:1–15.) Par contraste, le sang que Jésus a aspergé dans les cieux crie non pas vengeance mais miséricorde. Le sang représente une plaidoirie continuelle dans la présence même de Dieu pour obtenir sa miséricorde.
Une fois que nous avons personnellement témoigné de la puissance du sang de Jésus, nous n’avons plus à répéter ces paroles toutes les cinq minutes, parce que le sang de Jésus parle sans arrêt en notre faveur dans la présence même de Dieu. Chaque fois que nous sommes troublés, tentés, craintifs ou anxieux, nous devrions nous souvenir de ceci: le sang de Jésus parle pour moi dans la présence de Dieu en ce moment même .
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que son sang implore miséricorde pour moi dans la présence de Dieu, en ce moment même. Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché. Amen.
28 janvier
 
Des pierres polies
 
Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché.
 
Le fait qu’une personne se soit repentie de ses péchés et ait revendiqué son salut en Christ ne signifie pas que toute sa personnalité ait été transformée instantanément. Il est clair qu’un processus vital de transformation a été amorcé, mais cela peut prendre des années avant que tous les domaines de la personnalité aient subi ce changement.
Lorsque David a eu besoin de galets bien lisses pour les insérer dans sa fronde et tuer Goliath, il est descendu dans la vallée, le modeste endroit de l’humilité. Là, dans le ruisseau, il a trouvé les galets dont il avait besoin. Par quoi avaient-ils polis? Par deux sortes d’actions, tout d’abord, l’eau qui leur passait dessus, ensuite, les heurts constants les uns contre les autres.
C’est ici une image de la formation du caractère d’un chrétien. Tout d’abord, il y a un bain continuel dans l’eau de la Parole, (voir Ephésiens 5:26). Ensuite, lorsque nous nous «heurtons» les uns aux autres au cours des relations personnelles, nos angles acérés s’érodent graduellement jusqu’à se lisser. Nous sommes des «pierres vivantes» qui nécessitent un polissage continuel. (Voir 1 Pierre 2:5.)
Laissez-moi vous dire en aparté que, lorsque Jésus a besoin de ‘pierres vivantes’ pour sa fronde, lui aussi descend dans la vallée, l’endroit de l’humilité. Là, il choisit des pierres qui ont été polies par l’action de la parole de Dieu et par la pression d’une communion fraternelle régulière. C’est un signe de maturité spirituelle que d’aimer sincèrement nos frères et sœurs en Christ, non seulement à cause de leur personnalité, mais pour ce qu’ils représentent pour Jésus, qui a donné sa vie et son sang pour chacun d’entre eux.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que je me soumets humblement au bain de la parole et que je m’engage à aimer mes frères et sœurs chrétiens avec sincérité. Le sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, me purifie continuellement de tout péché. Amen.
 
 
 
5ème semaine:
 
Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché.
 
A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère.
—Romains 5:9
 
29 janvier
 
Faim et soif de justice
 
Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché.
 
Le terme de justification est un terme théologique plutôt ennuyeux dont le sens est souvent obscur. Nous allons tout d’abord étudier le mot puis, ensuite, tenter d’en expliquer le sens. Le thème central de l’épître aux Romains est la justice. Plusieurs siècles auparavant, Job avait posé la question suivante: « Comment l'homme serait-il juste devant Dieu?» (Job 25:4). L’épître aux Romains présente la réponse de Dieu. Si nous sommes intéressés par la justice, l’épître aux Romains nous intéressera. Jésus a dit: «Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés» (Matthieu 5:6). Nous pouvons avoir faim et soif de guérison ou de prospérité sans être comblés. Mais lorsque nous aurons faim et soif de justice, nous serons rassasiés.
«A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère.»        (Romains 5:9)
Remarquez que nous avons été justifiés par son sang. A la fois en hébreu et en grec, un seul mot est traduit par ‘juste’ ou ‘vertueux’ . En hébreu, le mot est tsadaq , et en grec, dikaioō . Mais peu importe sa traduction, il s’agit du même mot. En français, nous tendons à nous référer à juste en termes de légalité ou de loi et à vertueux plutôt en termes de caractère ou de conduite. Une telle distinction n’existe pas dans les langues bibliques. «Etre justifié par son sang» signifie la même chose qu’être «rendu vertueux par son sang.»
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame mon désir d’avoir faim et soif de justice et de justification par son sang. Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché. Amen.
30 janvier
 
Ce que signifie la justification
 
Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché.
 
A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. (Romains 5:9)
Le mot traduit par ‘justifié’ possède un grand nombre de significations.
Premièrement, il a une signification légale. Légalement parlant, il signifie que nous sommes acquittés, absous de toute mauvaise action. Nous étions poursuivis en justice mais nous avons été acquittés. C’est une excellente nouvelle. Réfléchissez à ce qu’une personne jugée pour meurtre pourrait ressentir en apprenant qu’elle a été acquittée. Essayez seulement de l’imaginer. Nous aussi, nous devrions ressentir cette joie.
Deuxièmement, nous ne sommes pas coupables.
Troisièmement, nous sommes reconnus justes.
Beaucoup s’arrêtent là, mais je vous assure que la pleine signification de ce mot outrepasse ces limites. Nous sommes aussi rendus justes. Le sang de Jésus n’a pas uniquement pour effet de nous faire reconnaître justes, mais au sens propre, de nous rendre justes.
Puis, nous sommes justifiés. Cela signifie que c’est ‘comme-si-je’ n’avais jamais péché. Nous avons été rendus justes de la justice de Christ, sur qui ne pèse aucun passé désastreux ni aucune once de culpabilité, et contre qui satan ne peut rien faire dans le but de nous accuser. Nous sommes rendus justes de la justice de Jésus. C’est par la justice de Christ que nous sommes justifiés. Il n’y a aucune culpabilité ni aucun problème vis-à-vis du passé. Tout a été effacé.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que par son sang, je suis justifié, rendu juste, comme si je n’avais jamais péché. Amen.
31 janvier
 
Juste et vertueux
 
Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché.
 
A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. (Romains 5:9)
Là où nous trouvons le mot «juste» dans la Bible, nous pouvons le remplacer par le mot «vertueux». C’est le cas à la fois dans l’Ancien Testament hébreu et dans le Nouveau Testament grec. Les traducteurs de la Bible King James (en anglais) l’ont traduit alternativement par «juste» ou «vertueux». Ils ont tendance à utiliser le mot «juste» dans le contexte légal et le mot «vertueux» dans le contexte de la vie pratique. Mais ce n’est qu’un seul et même mot.
Le problème arrive avec l’usage du mot ‘justifié’ qui est souvent confiné à une sorte de transaction légale dans les tribunaux célestes. Mais cette pratique revient à n’utiliser que la moitié de sa signification. Etre justifié, signifie être rendu juste ou vertueux. Le mot vertueux s’applique à l’endroit où nous vivons, nos maisons, notre travail ou nos relations personnelles. Juste nous ramène à une formalité légale exécutée dans une cour lointaine. L’Ecriture dit (et ceci est une traduction parfaitement légitime et correcte) que nous avons été rendus vertueux par le sang de Jésus. Nous ne pouvons pas nous considérer justifiés si nous n’avons pas été rendus vertueux. La justification est plus qu’une cérémonie légale ou qu’un changement d’étiquette. C’est un changement de caractère et de vie et c’est le sang de Jésus qui le produit. Nous avons été rendus vertueux d’une intégrité qui n’est pas la nôtre mais celle de Christ.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que par son sang, j’ai été rendu vertueux, d’une intégrité qui n’est pas la mienne. Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché. Amen.
1er février
 
Justifié gratuitement
 
Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché.
 
«Et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C'est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice.»        (Romains 3:24–25)
Je suis heureux de voir le terme ‘gratuitement’ dans ce passage. Le problème avec les gens religieux c’est qu’ils tentent toujours de gagner la rédemption et qu’ils n’y arrivent jamais. Ils ne sont jamais satisfaits ni tranquilles parce qu’ils pensent juste devoir en faire un peu plus pour arriver à être justes. Cela ne marchera jamais.
Nous ne sommes justifiés que par la foi dans le sang de Jésus. Lisons Romains 4:4: « Or, à celui qui fait une œuvre [l’homme religieux] , le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due .»
Beaucoup de gens pensent que s’ils ont toujours vécu correctement et fait leur devoir, Dieu leur doit la justice ou la justification, que c’est un dû qui leur revient. Mais en réalité, Dieu ne doit rien à personne. Notez le verset 5: « et à celui qui ne fait point d'œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l'impie, sa foi lui est imputée à justice .»
La première chose à faire c’est d’arrêter de tenter de se rendre juste soi-même. Arrêtez de vouloir devenir toujours un peu meilleur. Mettez fin à tout cela. Ce que nous devons faire c’est simplement croire. Autrement, nous n’y arriverons jamais.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que j’ai été justifié gratuitement par sa grâce. Je crois en celui qui me justifie et ma foi m’est imputée à justice. Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché. Amen.
2 février
 
L’assurance que produit la justice
 
Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché.
 
Dieu rend justes des gens injustes. Les Ecritures le disent, et j’y crois. Lisons un simple verset qui affirme ce principe: « Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu .» (2 Corinthiens 5:21).
Dans ce verset, j’aime bien insérer des noms à la place des pronoms: Car Dieu a fait devenir Jésus péché pour vous et moi, afin que nous devenions en Jésus justice de Dieu.» Un échange total a eu lieu: Jésus a été fait péché, en revêtant notre état de pécheur afin que nous puissions être rendus justes de la justice de Dieu. Cette justice nous est offerte par la foi en son sang.
La justice produit des résultats observables certains, immédiats et définitifs. Observons l’un de ces résultats comme le décrit la Parole. En réalité, notre façon de vivre, nos attitudes, nos relations et l’efficacité de notre vie chrétienne et de nos actes dans le service dépendront de notre capacité à réaliser à quel point nous avons été rendus justes. Nous lisons en Proverbes 28:1: «Le méchant prend la fuite sans qu'on le poursuive, Le juste a de l'assurance comme un jeune lion.»
De nos jours, beaucoup de chrétiens manquent d’assurance. Ils sont timides et penauds, ils ont tendance à céder lorsqu’ils sont confrontés au mal ou au diable. La cause réelle est cette incapacité à apprécier le fait qu’ils soient justes aux yeux de Dieu, autant que l’est Jésus lui-même. Si nous saisissons bien toute la mesure de ce principe, il nous donne de l’assurance.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que j’ai été rendu juste de sa justice et, par la foi, je m’empare de l’assurance qui découle de cette prise de conscience. Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché. Amen.
3 février
 
La paix et la sécurité
 
Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux comme si je n’avais jamais péché.
 
Dans le livre d’Esaïe, nous voyons un autre résultat de la justice dans la vie chrétienne: « L'œuvre de la justice sera la paix, Et le fruit de la justice le repos et la sécurité pour toujours .» (Esaïe 32:17).
Ce verset nous cite trois conséquences de la justice: la paix, le repos et la sécurité. Ils sont tous trois le produit de notre prise de conscience du fait que nous avons été rendus justes de la justice de Jésus-Christ.
Une autre de ces conséquences est décrite en Romains 14:17: «Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit.»
La méditation d’hier nous démontrait que la justice entraînait l’assurance, aujourd’hui nous y ajoutons la paix, le repos, la sécurité, la joie. Toutes ces choses sont le fruit de la justice. Tant que nous ne recevons pas la justice de Christ par la foi, nous nous débattrons en tentant d’atteindre tous ces autres attributs sans jamais y réussir. Il est pathétique de voir des chrétiens se forcer à paraître joyeux, sereins ou sûrs d’eux. Quelqu’un leur a dit que c’est ce qu’ils devraient être. Mais, selon ma propre expérience c’est lorsqu’ils ont réellement l’assurance du pardon des péchés et de la justice par la foi qu’ils se rendent compte que, tout simplement, ces choses coulent de source. La joie afflue naturellement. La paix vient sans effort. La sécurité est omniprésente. L’assurance s’exprime. La problématique de base c’est d’amener les gens à comprendre qu’ils ont été rendus justes de la justice de Jésus-Christ.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que j’ai été rendu juste de sa justice et je saisis par la foi la paix, la sécurité et la joie que procure cette prise de conscience. Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché. Amen.
4 février
 
Une bonne confession
 
Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché.
 
Les gens religieux pensent démontrer un bel esprit de sainteté en signalant à quel point ils sont pécheurs. La pensée générale est que nous paraissons prétentieux si nous nous vantons d’être justes et religieux si nous parlons sans cesse de nos manquements, de nos incohérences et du mal que nous avons commis .
Tous les dimanches, dans l’église où j’ai grandi, nous devions dire: «pardonne-nous, misérables pécheurs.» Mon sentiment était que je ne voulais pas être un misérable pécheur, mais lorsque je regardais les autres pécheurs, je ne pouvais qu’admettre que nous étions tous misérables. Finalement je me suis dit, si tout ce qu’une religion peut faire c’est de me rendre misérable, je peux être un pécheur sans religion et me sentir moitié moins misérable . Et c’est ce que je suis devenu, jusqu’à ce que je rencontre le Seigneur.
Le langage religieux proclame continuellement, «Nous sommes de misérables pécheurs, nous avons erré en nous écartant des voies de Dieu comme des brebis perdues, nous avons fait des choses que nous n’aurions pas dû faire et nous avons laissé en plan les choses que nous aurions dû faire.»
Je ne pourrais plus répéter ces paroles maintenant, je serais un hypocrite. En effet, comment pourrais-je prier pour la victoire sur le péché un lundi matin en sachant que le dimanche suivant je devrais dire que j’ai erré et me suis écarté du bon chemin, que j’ai fait ces choses que je n’aurais pas dû faire et délaissé les choses que j’aurais dû faire? Je minerais totalement les bases de ma foi. Même si ces paroles semblent si bonnes et si pieuses.
Faisons une confession en droite ligne de la parole de Dieu et croyons-y: Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux «comme-si» je n’avais jamais péché.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. J’aligne ma confession sur la parole de Dieu et je proclame: Par le sang de Jésus, je suis justifié, rendu vertueux, comme si je n’avais jamais péché. Amen.
 
 
 
6ème semaine:
 
Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu.
 
C'est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte.
—Hébreux 13:12
 
5 février
 
Ce que signifie la sanctification
 
Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu.
 
La sanctification est un autre de ces termes théologiques à rallonge. Nous allons le décortiquer. Dans les langues bibliques sanctifier est directement lié au mot «saint.» Par conséquent, «sanctifier» signifie»rendre saint.» Le mot français sanctifier est issu du mot saint. La sanctification représente le processus pour faire une chose saintement ou la rendre sainte.
«C'est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte.»        (Hébreux 13:12)
Jésus est allé hors de la ville en tant qu’offrande pour le péché. (Voir par exemple, Jean 19:16–20.) Nous apprenons dans l’Ancien Testament que les offrandes pour le péché ne pouvaient pas être faites dans l’enceinte où vivait le peuple de Dieu. (Voir par exemple, Exode 29:14.) La sanctification implique toujours la séparation.
Afin de nous rendre saints, nous devons rendre le bon témoignage: «Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu, séparé de tout ce qui est mauvais. Entre le mal et moi se trouve le sang de Jésus.»
Celui qui est sanctifié se trouve dans un endroit où Dieu peut accéder à lui, mais pas le diable. Etre sanctifié signifie être retiré de la zone d’action et de la portée de satan et être placé dans une zone où nous sommes disponibles pour Dieu mais aux abonnés absents pour les appels de satan. Voilà ce que signifie être sanctifié, rendus saints et mis à part pour Dieu.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu. Amen.
6 février
 
Du respect pour le sang
 
Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu.
 
Dans l’étude du pouvoir de sanctification du sang de Jésus, nous allons examiner un passage dans Hébreux qui parle des apostats (ceux qui se détournent de la foi chrétienne après l’avoir connue, dans un acte délibéré de reniement et de rejet du Seigneur Jésus-Christ. Ce passage parle de toutes les choses sacrées auxquelles ils renoncent et qu’en quelque sorte, ils profanent:
«De quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l'Esprit de la grâce?»        (Hébreux 10:29)
Il est clair à partir de ce verset que nous sommes sanctifiés par le sang de l’alliance. Mais il s’agit-là d’une personne qui a été sanctifiée par le sang de la Nouvelle Alliance et s’en est détournée ensuite. Regardons d’un peu plus près ce que signifie fouler aux pieds le sang de Jésus. Cela fait référence à la cérémonie de la Pâque, lorsque le sang a été appliqué sur le linteau et les montants de la porte, mais jamais sur le seuil. Nous ne devons jamais être irrespectueux envers le sang de Jésus.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame mon profond respect pour le sang de l’alliance, par lequel je suis sanctifié, rendu saint et mis à part pour Dieu. Amen.
7 février
 
Un transfert total
 
Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu.
 
Tout comme la justice, la sanctification ne vient pas par l’effort ou par la religion, mais seulement par la foi en le sang de Jésus. Etre sanctifié signifie être mis à part pour Dieu. A présent, nous appartenons à Dieu, nous sommes sous son contrôle et à sa disposition. Tout ce qui n’est pas de Dieu n’a pas le droit de s’approcher et est tenu à l’écart de nous par le sang.
«Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour.»        (Colossiens 1:12–13)
Par la foi en le sang de Jésus, nous avons été retirés de la sphère d’autorité de satan et transportés dans le royaume de Dieu. Le mot « transportés » (« fait passer » Semeur) signifie «transférés d’un endroit à un autre.» Dans la Bible, le mot est utilisé pour un transfert total. Dans l’Ancien Testament, il y a deux hommes, Enoch et Elie, qui ont été transportés de la terre dans les cieux. Et tous les deux y sont allés en intégralité. Tout ce qu’Elie a laissé était son manteau, mais son corps était parti.
Si ma compréhension de la Bible est bonne, c’est le cas pour nous aussi. Nous avons été totalement transférés. Nous n’allons pas être transférés, mais nous l’avons été , corps, âme et esprit. Nous ne sommes plus en territoire ennemi, ni assujettis à ses lois. Nous sommes sur le territoire du Fils de Dieu et sous sa loi.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que j’ai été rendu saint par le sang de Jésus, totalement transféré du territoire du malin dans le territoire du Fils de Dieu. Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu. Amen.
 
8 février
 
Racheté en intégralité
 
Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu.
 
En Romains, il est question de deux royaumes dont les lois s’opposent. Celle du diable est celle du péché et de la mort, celle du royaume de Dieu est la loi de l’Esprit de vie en Christ Jésus . «En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort.» (Romains 8:2).
Nous ne sommes plus sur le territoire du diable, ni sous sa loi. Son royaume n’a rien à voir avec nous parce que nous sommes dans un autre royaume. Nous avons été transférés, transportés, corps, âme et esprit. Et ce transfert s’est fait par le sang de Jésus, nous sommes sanctifiés, mis à part pour Dieu, par le sang de Jésus.
Considérons maintenant ce que cela implique pour le corps du croyant. Je peux dire par expérience que c’est là que tout commence, lorsque nous appliquons tout cela à notre corps physique. Examinez cela: «Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.»
(1 Corinthiens 6:19–20).
Les mots «rachetés à un grand prix» nous ramènent au thème de la rédemption. Nous sommes rachetés des mains du diable avec le sang de Jésus. Qu’est-ce qui a été racheté en nous? Juste notre esprit? Non, notre esprit et notre corps à la fois appartiennent à Dieu parce que Jésus a payé de son sang le prix total de la rédemption.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que j’ai été racheté totalement du royaume du diable et que j’ai été ramené dans le royaume de Dieu. Mon esprit et mon corps appartiennent à Dieu parce que Jésus a payé de son sang précieux le prix intégral de la rédemption. Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu. Amen.
 
9 février
 
Son projet de nous rendre saint
 
Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu.
 
Nous savons que le mot sanctifier se réfère au mot saint et, dans les langues bibliques, il est directement lié au mot employé pour «sacré». Ainsi la sanctification signifie être rendu saint. Dieu a projeté de nous rendre saints.
La sainteté est un attribut divin unique parmi les autres. Dieu a beaucoup de merveilleux attributs, l’amour, la puissance, la sagesse et ainsi de suite, mais ils ont tous des vertus dont on pourrait distinguer des reflets en l’être humain. Nous voyons de l’amour chez les humains. Nous en connaissons certains qui sont puissants. Nous en avons rencontré certains ayant de la sagesse. Bien entendu, toutes ces qualités se perçoivent en l’homme à un degré incommensurablement moindre qu’en Dieu, mais au moins cela nous donne une idée de ce qu’elles sont. Cependant, lorsque nous parlons de sainteté, nous n’avons aucun élément de comparaison. Seul Dieu est saint.
La sainteté ne peut se trouver en dehors de Dieu. D’une certaine manière, vous pouvez réellement mesurer à quel point vous connaissez Dieu par rapport à ce que vous connaissez de la sainteté. Je le comprends de cette manière: nous remercions Dieu pour sa bonté, nous le louons pour sa grandeur, mais nous l’adorons pour sa sainteté. L ’adoration est la réponse à la sainteté de Dieu.
Dans l’Ancien Testament, Dieu dit: «vous serez saints, car je suis saint. « (Lévitique 11:44), et, dans le Nouveau Testament, Pierre cite de nouveau les paroles du Seigneur en disant: «Soyez saints, car je suis saint» (1 Pierre 1:16). Cependant, il est fait référence à deux façons de parvenir à cette sainteté. Durant les jours suivants, je vais comparer ces façons, l’une se trouve dans l’Ancienne Alliance et l’autre dans la Nouvelle.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que Dieu est saint, qu’il mérite l’adoration, et que, par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu. Amen.
10 février
 
Ce n‘est pas une série de règles
 
Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu.
 
Examinons la manière de parvenir à la sainteté selon l’Ancienne Alliance. Dieu dit :» Vous serez saints car je suis saint» (Lévitique 11:44). Tout le chapitre de Lévitique 11 énumère des règles compliquées sur ce qui peut être mangé, porté et ce qui rend une personne pure ou impure.
L’exigence de Dieu était « la consécration » (Lévitique 11:44). Mais vous verrez dans ce chapitre qu’il était très compliqué d’entretenir la sainteté. Il y avait toute une série de règles extrêmement complexes.
«Voici, parmi les animaux qui rampent sur la terre, ceux que vous regarderez comme impurs: la taupe, la souris et le lézard, selon leurs espèces; le hérisson, la grenouille, la tortue, le limaçon et le caméléon… quiconque les touchera morts sera impur jusqu'au soir.»        (Lévitique 11:29–31)
Selon ces règles, par exemple, si une souris mourait et que quelqu’un la prenait par la queue, il était impur jusqu’au soir. Mais la Parole donne des instructions supplémentaires quant au récipient où la souris pourrait tomber et les vêtements qu’elle pourrait toucher, puis donne des instructions sur la façon de traiter l’impureté. Observer toutes ces règles représenterait un travail à plein temps.
Dieu disait que si vous arriviez à suivre toutes ces règles, vous seriez saint. Mais si vous deviez parvenir à la sainteté par l‘observance de certaines règles, il faudrait les observer toutes à la fois. Il ne faudrait jamais en omettre une seule. Toutefois, remercions Dieu de nous avoir procuré une meilleure façon, parce qu’observer toutes ces règles est impossible pour un être humain pécheur.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que Dieu projette de me rendre saint, non par l’observance d’une succession de règles, mais par le sang de Jésus, par lequel je suis sanctifié, rendu saint et mis à part pour Dieu. Amen.
 
11 février
 
La sainteté par la foi
 
Par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour Dieu.
 
Nous pouvons parler d’un renouveau authentique lorsque les gens démontrent plus d’intérêt à se rendre saints qu’à être guéris. Notre ordre de priorités est aberrant. Si nous voulions organiser une réunion de guérison, les gens afflueraient en masse mais si nous souhaitions enseigner la sainteté, le niveau d’assistance baisserait sensiblement. En réalité, la sainteté est bien plus importante que la guérison. La guérison est temporaire et ne vous sera utile que dans la vie ici-bas. Merci Seigneur pour cela. Mais la sainteté est éternelle, elle vous accompagnera pour toujours dans les cieux. La puissance du Saint-Esprit doit œuvrer pour transformer notre sens des valeurs .
«Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l'héritage avec tous les sanctifiés.»        (Actes 20:32)
L’héritage est pour ceux qui ont été sanctifiés. Ce passage dit que la parole de Dieu peut vous amener dans cet héritage. Cependant, sous la Nouvelle Alliance, comment peut-on parvenir à la sainteté de la meilleure façon, selon Dieu? Jésus a mandaté Saul de Tarse (qui plus tard est devenu Paul), lorsqu’il s’est révélé à lui, il lui a dit:
«Je t'ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui je t'envoie, afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu'ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de satan à Dieu, pour qu'ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l'héritage avec les sanctifiés.»        (Actes 26:17–18)
Nous pouvons être sanctifiés en observant toutes les règles de l’Ancien Testament, si nous les observons toutes à la fois. Encore une fois, cela est impossible à des êtres humains pécheurs. L’autre façon est totalement différente, il ne s’agit pas d’observer une multitude de règles mais d’avoir foi en Jésus.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame ma foi en Jésus-Christ, en affirmant que par le sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint et mis à part pour Dieu. Amen.
 
 
 
7ème semaine:
 
Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus.
 
Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes —1 Corinthiens 6:19
 
12 février
 
Le Saint-Esprit en nous
 
Mon corps est le temple du Saint-Esprit racheté, purifié par le sang de Jésus.
 
La capacité de parler est une marque tout à fait distinctive de la personne humaine. A la Pentecôte, lorsque le Saint-Esprit est descendu des cieux, il a parlé en «d’autres langues» (Actes 2:4) par le biais des disciples. Ce faisant, il a signifié qu’il était venu en tant que personne, pour élire domicile sur la terre. Il est depuis lors un représentant permanent de la divinité sur terre.
Depuis de la Pentecôte, chaque fois que le Saint-Esprit vient élire domicile en personne dans le corps d’un chrétien, il est pertinent qu’il manifeste sa présence en s’exprimant à travers lui par une nouvelle langue, impartie surnaturellement. En réalité, ce qu’il exprime c’est: «Maintenant, tu sais que je réside dans ton corps en personne.»
Pour cette raison, en 1 Corinthiens 6:19, Paul dit: «Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit?» Il souligne que le fait de parler en langues n’est pas une simple et brève expérience surnaturelle. C’est un signe divin que le Saint-Esprit, en tant que personne, a élu domicile dans le corps du chrétien, faisant de lui un temple sacré. Ce principe place sur chaque croyant une obligation solennelle de conserver son corps dans une condition de sainteté convenable pour le temple de Dieu.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus et l’œuvre de ton Saint-Esprit. Je proclame que mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus.
 
13 février
 
Mon corps: Le temple du Seigneur
 
Mon corps est le temple du Saint-Esprit racheté, purifié par le sang de Jésus.
 
«Mais le Très Haut n'habite pas dans ce qui est fait de main d'homme, comme dit le prophète: Le ciel est mon trône, Et la terre mon marchepied. Quelle maison me bâtirez-vous, dit le Seigneur, Ou quel sera le lieu de mon repos? N'est-ce pas ma main qui a fait toutes ces choses?...»        (Actes 7:48–50)
Dieu demeure dans un temple qui n’est pas fait de main d’homme mais façonné par lui et selon ses objectifs divins. Ce temple est le corps du croyant, racheté par le sang de Jésus-Christ. Comme Paul l’a expliqué en 1 Corinthiens 6:13: «Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments; et Dieu détruira l'un comme les autres. Mais le corps n'est pas pour l'impudicité. Il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps.» Ce verset parle des aliments pour le ventre et inversement. En Proverbes, il est dit: «Le juste mange et satisfait l’appétit de son âme» (Proverbes 13:25 NdT, traduction de l’anglais). Nous qui sommes justes, nous ne mangeons pas avec excès. Quelle en est la raison? C’est que notre corps est le temple du Saint-Esprit et que nous ne devons pas le souiller par la gloutonnerie, l’abus d’alcool, l’immoralité ou toute autre forme d’usage impropre. Le corps est pour le Seigneur et le Seigneur est pour le corps. Si je présente mon corps au Seigneur, j’ai donc les droits du Seigneur sur lui.
Utilisons l’analogie suivante: si j’achète un bien immobilier, je deviens responsable de son entretien, mais si j’habite un bien que je loue, c’est le propriétaire qui en est responsable. Si nous ne donnons à Jésus que des droits temporaires sur notre corps, Il n’assume pas la responsabilité de son entretien. Mais s’il lui appartient, il sera responsable de l’entretenir. C’est cette relation qu’il désire avoir avec nous.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus et l’œuvre de ton Saint-Esprit. Je proclame que mon corps est le temple du Saint-Esprit et que le Seigneur a tous les droits sur lui. Je ne le souillerai donc pas par la gloutonnerie, l’abus d’alcool, l’immoralité ni aucun autre usage inapproprié. Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus. Amen.
14 février
 
La propriété de Dieu
 
Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus.
 
La Bible dit que nous devons glorifier Dieu à la foi dans notre corps et dans notre esprit (voir 1 Corinthiens 6:20), car les deux appartiennent à Dieu, les deux ont été rachetés de la main du diable par le sang de Jésus. Il n’est aucune partie de moi, corps, âme ou esprit, qui soit sous la domination de satan.
Laissez-moi vous dire clairement cependant que je n’ai pas un corps de résurrection mais un corps mortel. Pourtant, de toutes ses fibres, cellules et tissus, il est la propriété de Dieu et non celle du diable. Si le diable empiète sur ce territoire, c’est en tant qu’intrus. Si nous faisons usage de nos droits en Jésus, nous pouvons y planter une pancarte: ‘ entrée interdite ’. Légalement, notre corps n’appartient pas au diable mais à Jésus, qui a un plan particulier pour lui. Il est supposé être la résidence personnelle de la troisième personne de la divinité, le Saint-Esprit. Notre corps est sacré parce qu’il est le lieu sacré désigné pour être la demeure du Saint-Esprit.
La Bible dit clairement plusieurs fois que Dieu n’habite pas dans des temples faits de main d’homme (par exemple en Actes 7:48.) Il n’habite pas non plus dans les bâtiments d’une église, d’une chapelle, d’une synagogue ou d’un lieu de louanges. Il habite dans son peuple.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus et l’œuvre de ton Saint-Esprit. Je proclame que mon corps est la propriété de Dieu et non celle du diable. Légalement, mon corps n’appartient pas au diable mais à Jésus, et celui-ci a un projet particulier pour lui. Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus. Amen.
15 février
 
Ecouter la voix de Dieu
 
Mon corps est le temple du Saint-Esprit racheté purifié par le sang de Jésus.
 
Notre sort, qu’il soit bon ou mauvais, est fixé par la voix que nous choisissons d’écouter. Le fait d’écouter la voix du Seigneur et d’obéir à ce qu’il dit aura pour fruit des bénédictions. Le fait d’ignorer sa voix ouvrira la voie à de nombreuses malédictions. Il est impossible d’obéir à Dieu avant d’avoir préalablement entendu sa voix, parce que c’est elle qui nous informe de sa volonté.
Beaucoup de gens qui se professent chrétiens sont insensibles à la voix de Dieu. Nous pouvons mener nos activités et nos obligations religieuses, mais elles sont rituelles et théoriques, ne représentant qu’une structure que nous avons cultivée et qui est dénuée de constante sensibilité à la voix de Dieu. A travers toutes les dispensations , Dieu demande à son peuple d’écouter sa voix.
En Jérémie 7, Dieu explique ce qu’il a réellement exigé d’Israël lorsqu’il les a sortis d’Egypte. La première chose qu’il avait en tête n’était pas l’observation de la loi au travers d’offrandes et de sacrifices mais l’écoute de sa voix. C’était sa voix qui les aiderait à observer la loi et à rendre les sacrifices nécessaires. Le simple fait d’observer les aspects extrinsèques de sa loi n’avait aucune valeur s’il n’était pas le résultat d’avoir entendu la voix de Dieu. Son désir fondamental est que nous écoutions sa voix.
«Car je n'ai point parlé avec vos pères et je ne leur ai donné aucun ordre, Le jour où je les ai fait sortir du pays d'Égypte, Au sujet des holocaustes et des sacrifices. Mais voici l'ordre que je leur ai donné: Écoutez ma voix, Et je serai votre Dieu, Et vous serez mon peuple; Marchez dans toutes les voies que je vous prescris, Afin que vous soyez heureux.» (Jérémie 7:22–23)
La condition est simple: «Écoutez ma voix, Et je serai votre Dieu.»
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus et l’œuvre de ton Saint-Esprit. Je proclame que j’écoute la voix du Seigneur et que j’obéis à ce qu’il dit. Je proclame ce principe pour mon propre usage: «Ecoute ma voix et je serai ton Dieu.» Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus. Amen.
16 février
 
Son Saint-Esprit en nous
 
Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté purifié par le sang de Jésus.
 
«Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez.»        (Romains 8:13)
Paul dit aux «chrétiens spirituels» que s’ils vivent selon la chair, ils mourront, car ils alimentent ce qui est corruptible. Si l’on vit selon la chair, tout ce que l’on obtient c’est la corruption.
Il y a une opposition totale entre la chair et l’esprit et il n’y a pas de conciliation possible entre les deux. Le plan de rédemption de Dieu est de mettre à mort la vieille nature charnelle et d’amener à la vie une nature totalement nouvelle par son Saint-Esprit en nous. Même si Dieu a pourvu complètement à cette transformation nous devons la rendre effective dans nos vies. Nous devons mettre à mort les actions de notre corps. Dieu ne le fait pas pour nous, il nous en a légalement donné le droit, l’autorité et le pouvoir, mais nous devons les exercer.
La Bible dit «Mais à tous ceux qui l'ont reçue [Jésus] , à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir [l’autorité] de devenir enfants de Dieu» (Jean 1:12). Nous recevons l’autorité lorsque nous sommes nés de nouveau. Mais l’autorité est inutile si elle n’est pas exercée. La nouvelle naissance est juste un potentiel, l’opportunité d‘évoluer en quelque chose de merveilleux si nous exerçons notre autorité. Si nous ne faisons pas la démarche d’exercer l’autorité, à la manière biblique, sur les problèmes et les péchés auxquels nous sommes confrontés et qui nous assaillent, nous ne ferons aucun progrès.
Nous devons passer d’une manière de penser, celle de la chair, à une autre, totalement différente. Nous avons besoin de l’aide du Saint-Esprit. «Car tous [et seulement] ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu» (Romains 8:14).
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus et l’œuvre de ton Saint-Esprit. Je proclame que par la foi, je mets à mort les actions de mon corps et que je m’ouvre à la nature totalement nouvelle que ton Saint-Esprit crée en moi. Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus. Amen.
17 février
 
Purification et régénération
 
Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus.
 
Le processus du salut implique la purification et la régénération. «Il [Dieu] nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit» (Tite 3:5 ).
Examinons brièvement ce concept, en commençant par le baptême ou la purification. Le péché souille. Nous sommes souillés à l’intérieur et nous avons besoin de purification. Seul le sang du Seigneur Jésus-Christ peut purifier le pécheur du péché. Comment recevoir cette purification? «Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité» (1 Jean 1:9). Non seulement Dieu pardonne notre passé mais il nous purifie également de toute souillure de l’iniquité. Dans le même chapitre, Jean dit que c’est le sang de Jésus, le Fils de Dieu, qui nous purifie. (Voir verset 7.)
La seconde phase de ce processus est la régénération ou la nouvelle naissance. Jésus dit à Nicodème: «En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.» (Jean 3:3). C’est une naissance qui vient d’en haut, du royaume de Dieu. Un peu plus loin, Jésus dit: «Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit.» (Jean 3:6).
Lorsque nous sommes nés de notre mère, il s’agissait de la naissance de notre corps physique et de notre nature charnelle. Ce n’est pas le genre de naissance qui amène le salut. Nous devons recevoir une vie totalement nouvelle que l’Esprit de Dieu fait naître en nous d’en haut. C’est une régénération, ou une renaissance.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus et l’œuvre de ton Saint-Esprit. Je proclame que le Seigneur Jésus-Christ me purifie de tout péché par son sang et je reçois la régénération et la nouvelle naissance, une vie totalement nouvelle, éclose en moi par l’œuvre du Saint-Esprit de Dieu. Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus. Amen.
18 février
 
Le renouvellement par l’Esprit
 
Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus.
 
Le processus du salut implique le renouveau. En Tite 3:5, nous lisons : «Il [Dieu] nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions accomplies, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit» .
Le dernier aspect que Paul mentionne dans ce verset est le renouvellement. Nous devons devenir de nouvelles créatures. Paul dit: «Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles!» (2 Corinthiens 5:17).
Le terme de «créature» est important ici, car un seul crée: Dieu. L’homme peut fabriquer, réparer ou produire mais il ne peut pas créer. Notre cœur et tout notre être intérieur ont été tellement profanés et tordus par l’effet du péché que la réparation ou le rapiéçage ne sont pas suffisants. Seule une nouvelle créature ferait l’affaire.
Dans l’Ancien Testament, après que David soit tombé dans l’adultère, ait commis le meurtre et ait finalement été confronté à l’horrible condition de son propre cœur, il a crié à Dieu dans l’agonie: «O Dieu! crée en moi un cœur pur.» (Psaume 51:10). Il savait que cette création devait venir de Dieu, elle ne pouvait pas être le résultat d’un processus humain.
En Tite 3:5, nous avons vu trois aspects du processus du salut: la purification, la régénération ou la nouvelle naissance et le renouvellement ou la nouvelle créature. Dieu fait quelque chose qu’un homme ne peut absolument pas faire. Tout cela est le fruit de sa miséricorde, et non pas de sa justice. Ce n’est pas en rapport avec la justice de nos actes, celle-ci ne mène à rien. Le salut naît de la miséricorde souveraine de Dieu.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus et l’œuvre de ton Saint-Esprit. Je proclame que je suis renouvelé par le Saint-Esprit. Je suis une nouvelle création, non grâce à la justice de mes actes mais par la souveraine miséricorde de Dieu envers moi. Mon corps est le temple du Saint-Esprit, racheté, purifié par le sang de Jésus. Amen.
 
 
 
8ème semaine:
 
Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus!
 
Qui accusera les élus de Dieu? C'est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous!
—Romains 8:33–34
 
19 février
 
Pardonner aux autres
 
Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus!
 
L’une des façons les plus communes dont les croyants accordent à satan un droit légal sur leur vie c’est en manquant de pardon les uns envers les autres. Jésus nous a enseigné que nous sommes pardonnés par Dieu dans la mesure selon laquelle nous avons pardonné aux autres. Il dit: «Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.» (Matthieu 6:14–15). Nous n’avons pas le droit de réclamer à Dieu un pardon plus grand que celui que nous accordons aux autres. S’il existe une personne à qui nous ne pardonnons pas, dans la même mesure, Dieu ne nous pardonne pas non plus. Ce qui signifie que le domaine du non pardon dans notre propre vie est celui que satan peut encore légalement revendiquer. Nous ne pourrons pas l’en déloger avant d’avoir pardonné à quiconque aurait besoin de notre pardon.
L’étendue de la rédemption s’assimile à celle du pardon des péchés. Si tous nos péchés sont pardonnés, nous possédons tous les droits à la rédemption. Satan ne conserve aucun droit légal à notre encontre. Mais, s’il subsiste un domaine de notre vie d’où le péché n’a pas été totalement éradiqué, satan y jouit encore de ses droits. Nous pouvons demander à tous les prédicateurs du monde de prêcher ou de prier pour nous, nous n’en expulserons pas satan parce qu’il sait qu’il est légalement dans son droit. Nous ne devons pas oublier que le diable est un expert en droit. Il le sait aussi. Toutefois, la parole de Dieu nous offre le pardon total des péchés. Il est crucial que nous le conservions en totalité et qu’il ne subsiste aucune offense que nous ayons négligé de pardonner.
 
Merci Seigneur, pour le sang de Jésus. Je demande à Dieu de pardonner tous mes péchés et je pardonne à toute personne à qui je dois pardonner (citez les noms). Ayant procédé de la sorte, je proclame que satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus! Amen.
20 février
 
Dites-le encore!
 
Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus!
 
Je me souviens très bien de la première fois où j’ai prononcé ce genre de témoignage. Après cela, je me suis demandé où le diable porterait son prochain coup. Je connais beaucoup de gens qui ne profèrent pas de telles paroles parce qu’ils ont peur de ce qui pourrait se passer s’ils le faisaient, mais en agissant ainsi, ils ne font qu’entrer dans le jeu du diable. Gardez à l’esprit qu’agir ainsi vous empêche de faire ce qui pourrait vous placer hors de son atteinte. Ce n’est que par la parole de votre témoignage que vous tirerez les bénéfices du sang .
La première fois que vous le direz, il se peut que tout l’enfer se déchaîne! Bien, que le Seigneur soit loué! Dites-le encore. La Bible dit: «demeurons fermes dans la foi que nous professons» (Hébreux 4:14). Alors, lorsque vraiment tout se déchaînera, la Bible dit: «Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle.» (Hébreux 10:23). Ne cessez pas de le dire. Cela ne dépend pas de nos sentiments, ni de notre situation, de nos symptômes ou de nos circonstances. C’est une vérité éternelle, tout comme la parole de Dieu est éternelle.
Pour toujours, la parole de Dieu subsiste dans les cieux. (Lire Psaume 119:89.) Satan n’a aucune place en nous, aucun pouvoir sur nous ni aucune plainte ouverte contre nous.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. je proclame que satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus! Et j’ai l’intention de le proclamer encore et toujours. Amen.
21 février
 
Jésus, le libérateur
 
Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus!
 
Le même Christ qui est le seul Sauveur est aussi le seul libérateur. Seul Jésus peut briser la puissance des liens démoniaques sur la vie des gens et les en libérer. Je voudrais vous présenter le libérateur de la même manière .
Pour ceux d’entre nous qui désirent la délivrance, il faut entrer en contact direct et personnel avec Christ. Voici les quatre conditions que nous devons remplir:
-Soyons sûrs de nous être repentis. Ce qui signifie, soyons conscients de nous être détournés de toute forme de péché.
-Regardons à Jésus seul, lui seul est le libérateur.
-Basons nos requêtes uniquement sur ce que Jésus a fait pour nous par sa mort sur la croix, au lieu de prendre pour base nos propres «bonnes œuvres».
-Soyons sûrs que, par un acte de notre volonté, nous avons pardonné toute personne nous ayant jamais blessés ou causé du tort.
Lorsque j’ai personnellement reçu la délivrance d’un démon de dépression, j’ai reçu cette promesse: «Quiconque invoquera le nom de l'Éternel sera sauvé» (Joël 2:32). Je me suis aussi souvenu de ces paroles de Jésus: «En mon nom , ils [les disciples] chasseront les démons» (Marc 16:17). Dans le nom de Jésus, nous aussi avons l’autorité de chasser les démons.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que lui seul est mon libérateur et que «quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.» Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus! Amen.
22 février
 
Comprendre où est le champ de bataille
 
Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus!
 
«Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ.» (2 Corinthiens 10:3–5)
Notre guerre contre satan se déroule dans le royaume spirituel, c’est pourquoi, les armes sont spirituelles et adaptées au contexte du combat.
Il est extrêmement important que nous comprenions où se déroule la bataille. Paul a employé plusieurs termes en 2 Corinthiens pour parler du champ de bataille et de nos objectifs. Dans différentes traductions nous trouvons différents termes comme: «imaginations,» «raisonnements,» «spéculations,» «discussions,» «connaissance,» et «pensée.» Remarquez que tous ces mots se réfèrent à la sphère de la pensée. Il nous faut absolument comprendre que le champ de bataille se situe dans nos pensées. Satan livre une guerre sans merci ayant pour but de captiver les pensées de la race humaine. Il y bâtit des forteresses et, en tant que représentants de Dieu, il en va de notre responsabilité d’utiliser nos armes spirituelles pour démolir ces forteresses afin de libérer nos pensées et de les amener dans la captivité de l’obéissance à Christ. Quelle tâche sidérante cela représente!
Satan bâtit des forteresses dans la pensée des gens de manière délibérée et systématique. Celles-ci résistent à la vérité de l’évangile, à la parole de Dieu et réduit notre capacité à recevoir le message de l’évangile.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que par son sang, je brise les forteresses que satan a érigées dans mes pensées. Je déclare que satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus! Amen.
23 février
 
La puissance du jeûne
 
Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus!
 
«Voici, le jour de votre jeûne, vous vous livrez à vos penchants, Et vous traitez durement tous vos mercenaires. Voici, vous jeûnez pour disputer et vous quereller, Pour frapper méchamment du poing; …Est-ce là le jeûne auquel je prends plaisir, un jour où l'homme humilie son âme? Courber la tête comme un jonc?» (Esaïe 58:3–5)
Pour les gens décrits dans ce contexte, le jeûne faisait partie intégrante d’un rituel religieux; le genre de jeûne pratiqué par les pharisiens du temps de Jésus. Au lieu d’une réelle repentance ou humiliation personnelle, ils poursuivaient leurs affaires quotidiennes en conservant des attitudes d’avarice, d’égoïsme, d’orgueil et d’oppression .
A l’opposé, le type de jeûne qui plaît à Dieu est le produit de motivations et d’attitudes totalement différentes: «Détache les chaînes de la méchanceté, dénoue les liens de la servitude, renvoie libres les opprimés, et que l'on rompe toute espèce de joug» (verset 6). La Bible et l’expérience à la fois confirment qu’il existe beaucoup de liens qui ne peuvent être dénoués, des jougs qui ne peuvent être brisés et beaucoup d’opprimés qui ne seront jamais libérés si le peuple de Dieu, et particulièrement ses dirigeants, ne se plie pas à l’exigence de Dieu d’un jeûne et d’une prière authentiques.
Esaïe continue en décrivant les bonnes attitudes à tenir envers les pauvres et les opprimés: «Partage ton pain avec celui qui a faim, Et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile; si tu vois un homme nu, couvre-le, et ne te détourne pas de ton semblable.» (Verset 7). Le jeûne doit se conjuguer à une charité pratique et sincère envers notre entourage, particulièrement envers ceux qui ont besoin d’aide matérielle et financière.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. J’obéirai à l’appel de Dieu de jeûner lorsqu’il aura choisi cette façon pour dénouer les liens, ôter les fardeaux, libérer les opprimés et briser les jougs. Je proclame que satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus! Amen.
24 février
 
La croix impitoyable
 
Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus!
 
Certains d’entre nous se débattent avec la crainte, la dépression, la solitude, la luxure ou la colère . Nous pouvons obtenir l’aide d’un conseiller mais, en dernier recours, la solution est entre nos mains, c’est la croix. Nous devons identifier cette nature en nous au moment et à l’endroit où elle se manifeste. Dans le ministère de délivrance, deux démons font office de portiers, ils entrebâillent la porte et laissent entrer le démon suivant. Ces portiers sont la pitié de soi et le ressentiment. La pitié de soi est un outil de satan très puissant et, personne ne peut se permettre se laisser aller au ressentiment.
A un moment donné, nous devons être impitoyables. La croix est absolument impitoyable, elle n’a rien de confortable, d’attirant ou d’agréable. Mais nous remercions Dieu pour elle, parce qu’elle représente la porte de sortie, la bienfaisance de Dieu.
La plupart d’entre nous abritent un «péché qui campe», un péché auquel nous sommes tellement habitués que nous pensons qu’il fait partie de nous. Nous le trouvons difficile à détester parce qu’il nous semblerait nous détester nous-mêmes. Il est intéressant de constater que mon «péché campeur» était le problème de mon père avant moi. Les enfants héritent beaucoup de choses de leurs parents et certaines trames de comportement sont déjà prédéfinies en nous. Je perçois en moi des comportements qui sont des reproductions directes de ceux de mon père.
Nous devons demander au Saint-Esprit d’identifier la nature de nos problèmes. Appelons-les par leurs vrais noms (qui ne seront probablement pas très brillants), peut-être sera-ce la luxure, le mensonge ou l’orgueil. Puis, disons: «En Jésus, ils ont été crucifiés. Je les porte à la croix. Je ne les laisserai pas me dominer. J’en suis libéré par la croix.»
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame qu’en Jésus, le péché qui campe dans ma vie (citez-le ici) a été crucifié. Je le dépose à la croix. Je ne le laisserai plus me dominer. Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus! Amen.
25 février
 
Redites-le sans cesse!
 
Satan n’a aucune place en moi, aucun pouvoir sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi. Tout a été réglé par le sang de Jésus!
 
La première fois que nous proclamerons cela, satan nous rira au nez. Nous devons le redire sans cesse. Satan est le tentateur, mais il est très méthodique et ne perd pas son temps. Il vous tentera tant qu’il trouvera un écho en vous. Lorsqu’il n’aura plus de prise, il ne se souciera plus de vous tenter.
Ainsi donc, par exemple, nous pouvons nous laisser tenter dans le domaine du ressentiment. Nous devons redire sans cesse: «Il a été crucifié, il n’a plus de prise sur moi, il n’a aucune place en moi.» Le diable dira: «Ce n’est pas tout à fait vrai, c’est le frère Prince qui affirme cela.» Mais nous le redirons sans cesse. Et après un moment, tout deviendra si réel que le diable ne s’épuisera plus à continuer de nous tenter.
Parmi les choses à faire, nous devons bâtir les murailles de notre personnalité. La Bible dit que la personne qui ne sait pas se dominer ressemble à une ville démantelée qui n’a plus de remparts. (Proverbes 25:28. version Semeur) Dans notre culture d’aujourd’hui, nombreux sont ceux dont les remparts sont détruits à cause de foyers déficients, de la drogue ou de mauvaises influences. Toute personne ayant profondément sombré dans la drogue ressemble sans aucun doute à une ville sans remparts pour la protéger. Nous érigeons des remparts en affermissant notre volonté et en affirmant nos droits acquis à la croix. Nous pouvons trouver ce processus douloureux. Cependant, nous n’avons pas conscience du bien qu’il nous fait, à la fin nous aurons construit une forte personnalité. Les dons sont temporaires, pour cette vie seulement, la personnalité est permanente, elle nous suit dans l’éternité. Dieu s’intéresse infiniment plus à votre personnalité qu’à vos dons.
 
Merci Seigneur pour le sang de Jésus. Je proclame que mon intention est d’affermir ma volonté et d’affirmer mes droits acquis à la croix en déclarant sans cesse: satan n’a aucune place en moi, aucune prise sur moi ni aucune réclamation en suspens contre moi.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents