Quel serait l avenir de l humanité si...
101 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Quel serait l'avenir de l'humanité si... , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
101 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Où s’en va le monde ? Ne sentez-vous pas que
la seule stabilité se trouve… dans le changement ?
Pourquoi sommes-nous ici et où allons-nous ?
Dans cet ouvrage, nous explorons des sujets d’actualité tels la politique, l’économie, l’éducation, l’art, la nature, le rôle des femmes et de la mère, etc. et les examinons à la lumière de la compréhension initiatique des Sages, des Initiés et des grands Maîtres dont Omraam Mikhaël Aïvanhov.
L’humanité arrive à l’apogée d’une ère de matérialisation et se trouve maintenant au seuil d’une nouvelle ère qui, elle, sera toute empreinte de spiritualité. Nous voici donc à la croisée des chemins. L’éveil de notre conscience et notre esprit de collaboration en tant que famille globale et universelle représentent les moyens les plus sûrs de relever les défis de ce vingt-et-unième siècle.
Cet ouvrage permet de contempler l’avenir d’un point de vue différent, avec une conscience nouvelle.
L’avenir peut être harmonieux et glorieux. Puissions-nous plonger au cœur de notre être et explorer les richesses déposées par le Créateur dans les profondeurs de notre âme!
Nous vous proposons, à la fin de chaque chapitre, des exercices de visualisation et d’affirmation qui aideront à élever votre conscience vers ces dimensions de l’Amour universel et de la Lumière cosmique. Bonne lecture !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 novembre 2014
Nombre de lectures 3
EAN13 9782896261604
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0032€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Quel serait l’avenir de l'humanité si…


L’Équipe du Verseau
Ariane Éditions
Quel serait l’avenir de l’humanité si…
Par L’Équipe du Verseau © Carmen Froment
© 2013, Ariane Publication Inc.

© 2014 Ariane Éditions inc. 1217, av. Bernard O., bureau 101, Outremont, Qc, Canada H2V 1 V7 Téléphone : 514-276-2949, télécopieur : 514-276-4121 Courrier électronique : info@editions-ariane.com

Site Internet : www.editions-ariane.com
Boutique en ligne : www.editions-ariane.com/boutique
Facebook : www.facebook.com/EditionsAriane


Tous droits réservés.
Aucune partie de ce livre ne peut être utilisée ni reproduite d’aucune manière sans la permission écrite préalable de la maison d’édition, sauf de courtes citations dans des magazines ou des recensions

Photo de la couverture : Carolida Vois
Graphisme de la page couverture : Carl Lemyre
Mise en page : Carl Lemyre
Conversion au format ePub : Carl Lemyre

Première impression : juillet 2013 ISBN papier : 978-2-89626-128-4 ISBN ePub : 978-2-920987-160-4 ISBN Pdf : 978-2-920987-238-0

Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013 Bibliothèque et Archives nationales du Canada, 2013 Bibliothèque nationale de Paris

Diffusion
Québec : Flammarion Québec – 514 277-8807 www.flammarion.qc.ca
France et Belgique : D.G. Diffusion – 05.61.000.999 www.dgdiffusion.com
Suisse : Servidis/Transat – 22.960.95.25 www.servidis.ch

Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt
Pour l’édition de livres – Gestion SODEC
Imprimé au Canada
Dédicace
En hommage à notre guide et instructeur
Liste des illustrations
Page couverture : Lever du soleil sur me r © Carole Ida Vois
Chapitre 1 Chaîne de lumière © Carmen Froment
Chapitre 2 Balance
Chapitre 3 Terre de Cristal © Louiselle
Chapitre 4 Flamme intérieure © Julia
Chapitre 5 Plenitud de la Vida © Dora
Chapitre 6 Arbre de Vie © Ivano Marchesani Ange dans le ciel © Carmen Froment
Chapitre 7 Colombe et cristal © Prosveta S.A.
Chapitre 8 Cascade © Claude Brun
Chapitre 9 Le Verseur d’eau © Ivano Marchesani
Chapitre 10 Melkhitsédek , cathédrale de Venise
Chapitre 11 Rayons de soleil © Claude Brun
Chapitre 12 Votre aura dans l’avenir © Claude Brun
Introduction
Nul ne peut nier que nous vivons actuellement une époque des plus intéressantes. Tout file à vive allure et malgré les progrès industriels et technologiques il nous semble manquer de temps pour arriver à tout faire. Se peut-il que nous vivions neuf vies en une seule, tel le cycle de la vie du chat ?
Certaines personnes sont surmenées, d’autres courent tout le temps et d’autres encore ne font que vivoter, dépassées par les événements. Chose certaine, on ne peut rester indifférent à la direction que prend l’humanité que ce soit au plan politique, économique, social, écologique ou religieux. Où allons-nous à cette vitesse ? Vers le progrès ou vers la destruction ? La terre n’a jamais été aussi peuplée. C’est une expérience inouïe que de s’incarner actuellement en raison de la vitesse et de l’intensité croissante de la vie. Pour certains c’est une époque intéressante ; pour d’autres elle est plutôt bouleversante.
Une nouvelle vie s’annonce ; elle apporte avec elle de grands changements, qu’on le veuille ou non. Le Verseau est là qui déverse ses énergies, à l’image du soleil répandant sa lumière et sa chaleur. Le Maître Mikhaël Aïvanhov disait : « La nouvelle vie qui se prépare dépassera toute imagination par sa beauté, sa splendeur et son harmonie. » [ 1 ] Cette nouvelle époque viendra, soyons-en certains, mais ce sera sans aucun doute après un quart d’heure difficile car comme nous le sentons tous, il n’y a plus rien autour de nous qui soit vraiment stable. Quelque chose de plus nous interpelle. Ouvrons-nous à cet appel vers un avenir qui fera de l’humanité un jardin de paradis !
À vous de lire ce qui suit et de sentir si quelque chose s’éveille en vous ! Si oui, nous aurons touché la corde sensible qui vous fait vibrer à ces nouveaux courants qui permettront à l’humanité de retrouver sa vraie humanité et sa divinité !
Cet ouvrage est le fruit d’une équipe de travail qui, selon l’énergie du Verseau, a travaillé ensemble pour le faire mûrir et le partager. Ils sont également disciples de la nouvelle vie.
Chapitre 1
La politique : aristocratie, démocratie, anarchie et synarchie
Les situations et enjeux politiques évoluent et changent continuellement et pourtant le monde demeure aux prises avec les mêmes problèmes à résoudre.
Si les idéaux politiques sont toujours remplacés c’est parce qu’ils relèvent de la compréhension seule de l’intellect. Que ce soit l’oligarchie, l’aristocratie, la monarchie, la démocratie, les systèmes politiques ont souvent mené les pays à l’anarchie à un moment ou l’autre.
Que manque-t-il donc à la politique pour qu’elle assure la sécurité, la paix, le développement et l’épanouissement des humains ?
On dit que plus ça change, plus c’est pareil. Il semble bien que les politiciens actuels récoltent les énergies du fauteuil de leurs prédécesseurs. Hé oui, les fauteuils ont une mémoire et le nouvel arrivant reçoit les énergies et les influences laissées sur son fauteuil par son prédécesseur ; et voilà que les promesses faites durant sa campagne électorale tombent à l’eau. Son pouvoir demeure limité par les facteurs circonstanciels de l’économie et toujours sujet aux influences de ceux qui l’entourent. Tant que les politiciens seront motivés par leurs ambitions personnelles, leur vanité, leurs intérêts personnels, ou par le pouvoir, ils ne pourront offrir aucune garantie de paix, de prospérité et de progrès aux gens de leurs pays.
Hitler, Staline, et bien d’autres, au fil de l’ère moderne, exercèrent une grande influence et des pays entiers, par manque de discernement, les suivirent à leur perte. Que cherchaient les humains à travers ces hommes ? Une tête dirigeante, voilà ce dont ils avaient besoin car ils sentaient le besoin pressant d’un changement. Et comme ils n’étaient pas éclairés, ils se laissèrent mener vers les guerres et la misère. Même aujourd’hui on trouve encore des despotes qui se gonflent les poches tandis que leur peuple vit dans la peine et la pauvreté.
Les Initiés voient les choses d’un point de vue différent de celui des humains. Ils se sont élevés au-dessus des opinions terrestres pour regarder les choses à partir du sommet ou du centre. Les opinions que se forgent bien des humains viennent du point de vue géocentrique ; on a longtemps cru, par exemple, que c’est le soleil qui tournait autour de la terre. Les Initiés, au contraire, voient tout du point de vue héliocentrique, donc que c’est la terre qui tourne autour du soleil. Aujourd’hui tous acceptent cette réalité du point de vue astronomique mais pas encore tout à fait du point de vue psychologique et psychique. Les Initiés, eux, se placent du point de vue où la vérité est véritablement véridique.
Ainsi, quand on regarde la politique du point de vue des Initiés, il n’est pas étonnant de constater que les peuples élisent un dirigeant, qu’il soit président ou gouverneur, non en fonction de leurs aspirations mais en fonction de leurs propres limites et des idées souvent terre à terre qu’ils entretiennent en eux. Le Maître Aïvanhov disait à ce sujet :
Quand un peuple se laisse aller aux désordres, le Ciel lui envoie un tyran. Voilà les lois. Car il faut savoir qu’il y a des lois. Quand un peuple entier décide de vivre dans la lumière, le Ciel lui envoie des gouvernants nobles et honnêtes qui lui apportent des bénédictions. [ 2 ]

Nous avons tous été bâtis dans les ateliers du Seigneur, c’est-à-dire que nous avons tous la même structure physique et psychique. Nous avons tous un cœur, un intellect et une volonté et nous avons les mêmes besoins de bonheur, d’amour, de liberté. Il nous faut aussi accepter que nous sommes habités par deux natures : l’une personnelle et l’autre impersonnelle, le « petit moi » et le « le grand Moi », l’une nommée « personnalité » et l’autre « individualité ». La personnalité veut tout tirer vers elle-même, pour son profit personnel, tandis que l’individualité veut rayonner et donner. Aussi longtemps que les politiciens seront menés par leur personnalité, ils ne pourront ni éviter les injustices ni garantir la paix dans leur pays ou sur la planète.
Plusieurs humanités ont déjà disparu et ce fut presque toujours à cause de la personnalité qui pousse les êtres à vouloir tout dominer et asservir par la violence. Lorsque les politiciens seront inspirés par l’individualité, c’est-à-dire la générosité, le désintéressement, la lumière, alors oui, ils seront des têtes dirigeantes efficaces, inspirantes, rassurantes et bénéfiques pour tout le peuple.
Pour être un véritable homme politique, il faut tout d’abord posséder une connaissance approfondie de l’homme, de la nature, respecter les lois divines et n’avoir aucune ambition, aucune passion personnelle. [ 3 ]
L’aristocratie et la démocratie
On dit que la démocratie correspond, symboliquement, à l’estomac, au ventre et au sexe et que l’aristocratie est en lien avec la tête. C’est au cerveau qu’appartiennent les habiletés intellectuelles mais laissées à elles-mêmes et sous l’emprise de la personnalité, elles se lancent parfois dans des projets les plus pernicieux. Pour apprendre à utiliser les tendances de la personnalité dans le sens de l’individualité, le désir de se transformer et d’établir l’aristocratie intérieure est primordial. De plus, il importe d’acquérir la connaissance de soi, et ce non seulement dans les plans physique et psychologique mais aussi dans le plan psychique. L’apprentissage de méthodes de travail appropriées constitue un autre élément incontournable. Enfin, il est essentiel d’approfondir sans cesse notre connaissance des lois qui régissent l’univers et les humains. C’est pour nous indiquer cette marche à suivre que, dans le corps humain, la tête et le cerveau ont été placés au-dessus de tous les autres organes.
Tant que les politiciens, les économistes croient que pour améliorer la situation il suffit de mettre en place une bonne organisation, de créer de nouvelles institutions, de nouvelles structures ou de nouveaux postes, tout va mourir et se désagréger, parce qu’ils ne se sont pas occupés de l’eau [faire couler l’amour]. C’est pourquoi il est nécessaire qu’il y ait au sommet, un être qui possède la lumière, le savoir, l’amour, car à ce moment-là toutes les branches de toutes les activités sauront comment se débrouiller pour contribuer au succès de l’entreprise. [ 4 ]

L’univers entier est construit d’après le modèle d’une hiérarchie et suit un ordre cosmique bien déterminé sinon ce serait le chaos. La majorité des humains ne sont pas conscients de cet ordre cosmique et ne connaissent pas les lois qui le régisse ; ils ne peuvent donc pas le respecter. Lorsque les humains reconnaitront leur hiérarchie intérieure, en accordant priorité à la vie de l’âme et de l’esprit, et lorsqu’ils commenceront à maîtriser leur peuple intérieur, ils deviendront les rois de leur royaume intérieur et feront du bien partout où ils iront. Inspirée par cette noble hiérarchie, la politique suivra sous forme d’une véritable synarchie, ce modèle de gouvernement que les grands Maîtres et les Initiés soutiennent.
La seule politique valable est celle des Initiés qui ont étudié la nature humaine, ses forces, ses faiblesses, ses besoins et les conditions spirituelles, affectives, morales et économiques dans lesquelles elle peut s’épanouir. Tant qu’on ne connaît pas cela, la politique ne mène qu’à des bagarres. [ 5 ]

Alors, qui sont donc ces Initiés et ces grands Maîtres ? Édouard Schuré dans son livre Les Grands Initiés [ 6 ] les décrit comme étant un ensemble d’êtres très évolués qui sont arrivés à découvrir les mêmes réalités du monde invisible. Il fait référence, entre autres, à Rama, Krishna, Hermès, Moïse, Orphée, Pythagore, Platon, Jésus. Chacun de ces êtres a apporté les connaissances et les méthodes correspondant à l’époque où il vécut. La matérialisation et l’interprétation de leur message, cependant, ont donné lieu à des religions séparées et divisées les unes des autres. Malgré cela, dans le monde invisible et le monde des idées, ces religions restent unies autour de la même cause et œuvrent ensemble pour l’avancement et l’épanouissement de l’humanité.
L’unité intérieure et l’idée de la pan-terre.
Liberté et unité intérieures vont de pair. Moins on contrôle ses pensées, ses désirs, ses caprices, plus on en devient esclave. La vraie liberté, selon les Sages, est le résultat de la maîtrise de soi.
L’être humain est à l’image du cosmos, il en est le microcosme. L’unité entre les pays doit commencer par l’unité en soi, entre ses propres organes. Le cœur ne bat pas que pour lui-même et l’estomac ne digère pas que pour lui-même ; ils travaillent pour le bien-être de l’être entier. Lorsqu’un organe cesse de travailler pour le bien collectif de l’être, l’anarchie s’en suit et une tumeur ou un cancer apparaît. [ 7 ] Donc, « même la santé repose sur cette obéissance à un ordre universel. Que cet ordre s’appelle synarchie, hiérarchie ou monarchie spirituelle, peu importe . » [ 8 ] Lorsque tous les organes travaillent ensemble pour l’harmonie de l’être, la santé règne. Les pays sont aussi les organes du corps planétaire et quand un pays ne travaille que pour lui-même, au détriment des autres pays, l’anarchie suit. Si tous les pays travaillaient ensemble pour le bien de l’humanité, l’harmonie règnerait et donnerait naissance à la Pan-terre, une idée que nous élaborerons davantage dans cet ouvrage.
En plus de cette interdépendance, les scientifiques reconnaissent aussi l’existence d’une hiérarchie entre les différents systèmes du corps humain, les systèmes osseux, musculaire, circulatoire et nerveux ; certains incluent même dans cette structure le système aurique, celui contenant les courants de lumière et les couleurs qui sont le reflet des pensées et sentiments de la personne.
Mais revenons vers cette idée de hiérarchie qui est extraordinairement utile pour la vie intérieure. En concevant seulement que tout est hiérarchisé, depuis les pierres jusqu’à Dieu, en gardant constamment cette idée d’une structure, on est obligé d’agir correctement car tout devient ordonné, organisé, systématisé. La hiérarchie est un état d’harmonie parfaite où tout retrouve sa place. Cela est vrai pour tous les domaines. Si la plupart des humains sont tellement malheureux, c’est qu’ils ne respectent pas la hiérarchie. Le ventre est à la place de la tête ou du cœur, et inversement. Aucun ordre n’est respecté. [ 9 ]

L’âme et l’esprit représentent le point le plus élevé de l’être humain. Ils correspondent, dans un cercle, à ce point au centre où règne la paix. Reconnaître cette réalité et se lier au monde divin nourrit nos corps subtils, oriente nos énergies et stabilise les courants contraires.
Georg Feuerstein, dans son ouvrage Le Mystère de la Lumière , écrit :
La seule manière de nous guérir et de guérir notre planète souffrante est d’aller à la source du problème qui est notre dislocation spirituelle, notre façon frivole et maintenant courante, d’ignorer la Source de toute vie. Nous devons rétablir notre lien avec le Divin, qui seul peut nous redonner notre confiance première ainsi que la force et la sagesse de vivre notre vie en harmonie. [ 10 ]

Établir l’unité en soi est le premier travail à accomplir pour que l’harmonie s’installe. C’est d’abord à la tête (en d’autres mots le cerveau) de décider puis au cœur de ressentir et ensuite à la volonté de tout mettre à l’œuvre pour la manifestation. Tout cela à l’image même du soleil qui éclaire, réchauffe et vivifie tout et tous pour que la vie se manifeste.
Oui, très peu d’hommes sont liés intérieurement, et il faut donc travailler pour cette fraternité universelle intérieure, pour ce rapprochement des êtres, des peuples, des nations, afin qu’ils atteignent cette conscience sublime de l’unité et vivent dans la plénitude, dans l’abondance, dans la richesse intérieure. [ 11 ]
Le gouvernement des Initiés : la synarchie.
Pour les Maîtres et les Initiés, le modèle de gouvernement de l’avenir sera basé sur l’ordre cosmique, à l’image de la structure de l’univers. Il apportera l’ordre, le bonheur, la joie, la plénitude. La force, qu’elle soit militaire ou économique, ne sera plus nécessaire.
Et encore Feuerstein de dire :
Jusqu’ici, l’histoire humaine a été une tragi-comédie d’allégeance tribale et plus tard de souveraineté nationale, d’édification d’empires, d’impérialisme capitaliste ou communiste, qui sont toutes des manifestations des instincts primitifs pour accéder à la sécurité matérielle et exercer son pourvoir sur autrui. Aïvanhov voyait le gouvernement mondial comme une innovation politique impliquant inévitablement le développement spirituel de l’humanité. [ 12 ]

A l’époque actuelle, avec l’échec du communisme et du capitalisme et avec la faillite qui menace de nombreux pays, cette forme de gouvernement qu’est la synarchie peut paraître utopique. Mais plusieurs croient fermement que c’est la forme de gouvernement qui s’établira inévitablement puisque tous les autres systèmes auront failli. Les humains accepteront alors d’être gouvernés par un autre système que ceux fondés sur la personnalité des êtres.
La synarchie viendra car elle est basée sur des lois et des principes éternels, inchangeables, immuables. Le moment viendra où les humains accepteront les vérités enseignées au fil du temps par les grands Maîtres et les Initiés ; ils reconnaitront alors que toute l’organisation terrestre doit suivre le modèle de l’organisation cosmique pour assurer la survie de la planète.
La venue du Verseau engendre de grands changements qui mèneront vers une nouvelle culture, une nouvelle civilisation et une nouvelle politique, toutes basées sur la science des Initiés et sur la synarchie.
Dans le passé, Ram, qui avait été initié à la Science Initiatique par Vashista, a réussi à apporter l’Âge d’Or en établissant la synarchie. Grâce à ses connaissances et son abnégation, l’humanité a ainsi vécu dans la paix et l’abondance durant plusieurs siècles. [ 13 ]
La synarchie est un mode de gouvernement où la sagesse, l’amour et la vérité sont à la première place. Le pouvoir et les intérêts économiques ne doivent venir qu’ensuite. [ 14 ]

Ce type de gouvernement existe déjà, tel que l’indique le marquis Saint-Yves d’Alveydre dans son livre Mission de l’Inde en Europe [ 15 ] . Il explique en détail sa formation et son application en Agartha, royaume légendaire quasi impénétrable situé au centre de la terre. Saint-Yves d’Alveydre y aurait accédé grâce à ses facultés de dédoublement. Dans son ouvrage Bêtes, hommes et Dieux , un autre philosophe et auteur, Ossendowski, présente la même description de la Synarchie. [ 16 ]
Lorsque les humains accepteront cette forme de gouvernement, tous les problèmes politiques, économiques, sociaux seront résolus.
Grâce à la synarchie, l’avenir verra la planète éclore en un jardin de paradis où tous vivront en frères et sœurs, en fils et filles du même père, le Père Céleste, en fils et filles d’une même mère, la Mère Nature.
Exercice
Formons une chaîne de lumière pour aider et soutenir la venue d’un monde meilleur :
Visualisez-vous comme le premier maillon de cette chaîne ; puis, comme second maillon, votre père qui représente le chef de famille ; vient ensuite le chef de votre ville, le maire puis le chef du gouvernement de votre pays (que vous les souteniez ou non car le but ici est d’être tous liés à quelque chose de sublime). Ensuite rajouter le Régent de la planète, Sandalfon (selon la Cabbale) et encore plus haut, le chef du système solaire, le soleil ou le Christ si vous préférez, puis enfin le Seigneur ou la Source de toute vie. Ainsi, nous formons tous une chaîne vivifiante et vivante grâce à laquelle la lumière et la vie circulent. [ 17 ]
Chaîne de lumière © Carmen Froment
Chapitre 2
L’économie : prendre et donner, les vraies richesses
L’importance primordiale que nous accordons aujourd’hui à l’économie n’est pas sans causer un stress considérable et sur les humains et sur la planète. La plupart des gens sont mécontents des conditions économiques et de la direction que prend le monde.
L’économie en soi n’est ni bonne ni mauvaise. Ce sont plutôt les idées et les sentiments à la base de l’économie et de ses mouvements qui peuvent être bons ou mauvais. Le monde actuel est tellement matérialiste que personne ne prête attention à cette dimension impondérable, subtile, voire spirituelle qui s’appelle intelligence, volonté ; c’est pourtant cette même dimension qui génère les idées qui dirigent le mouvement des capitaux, des ressources économiques, des importations, des exportations, etc.
L’endettement, le chômage, le mécontentement et le matérialisme augmentent. Nous sommes tous influencés par une soif insatiable pour l’argent et les possessions. De nos jours, tous les conforts sont accessibles et les découvertes techniques rendent supposément la vie plus facile. Mais, en dépit de toutes ces inventions, les gens continuent de courir pour en obtenir encore davantage et ils ne sont pas plus heureux ; ils cherchent dans l’aisance et la facilité des éléments qui en réalité ne s’y trouvent pas puisque le vrai bonheur ne relève pas des possessions matérielles.
Si l’économie ne fonctionne pas, c’est d’abord parce qu’elle est basée sur le principe du matérialisme et du crédit. Nous empruntons contre de l’argent emprunté, c’est-à-dire sans aucune garantie d’un avoir réel sous-jacent.
Nos banques et institutions profitent de la classe ouvrière en leur prêtant des sommes bien au-delà de leurs capacités de rembourser. Ainsi, ils profitent des intérêts et peuvent augmenter le levier d’emprunt.
Dans plusieurs pays, la classe ouvrière disparaît en raison de l’exportation des emplois rémunérateurs vers des pays où les salaires et le standard de vie sont moins élevés, tout cela au bénéfice de sociétés commerciales et d’actionnaires. Notre nouvelle économie mondiale a permis aux pays riches de continuer à puiser à même les richesses et les ressources des pays moins fortunés tandis que, dans ces pays, la distribution des avoirs se fait souvent au profit de dictateurs ou de grandes sociétés commerciales et au détriment d’un peuple qui vit dans la pauvreté. Les conséquences sur l’économie des pays en voie de développement sont majeures : classe moyenne en déclin ou inexistante, économie nationale privée de secteurs d’activités viables, et secteur d’emplois largement déficient. Ne soyons pas surpris d’être témoins de révolutions dans ces pays longtemps sous le contrôle de dictateurs qui se sont enrichis alors que leur peuple mourait de faim.
Le monde a été sous l’influence de deux modèles d’économie différents : le communisme selon lequel chacun doit partager tout ce qu’il a ou gagne, et le capitalisme selon lequel chacun peut garder tout ce qu’il a sans égard pour autrui. Ces deux modèles, comme tels, ne fonctionnent pas.
Actuellement, nous sommes dominés par une économie qui ne pense qu’à exploiter le peuple. Les individus sont privés de véritable pouvoir et sont plutôt exploités pour servir les intérêts des riches.
Quel est l’impact d’une économie si aveugle sur l’être humain ? Les gens aujourd’hui sont complètement obnubilés par les pressions économiques ; ils perdent tout sens de pouvoir individuel et vivent dans la crainte d’être privés de quelque chose dans l’avenir. Ils achètent et dépensent sans arrêt, pensant trouver ainsi un semblant de sécurité et de bonheur. Ils sont constamment occupés et préoccupés, ne s’accordant aucun moment de réflexion paisible consacrée au développement spirituel.
Mais très peu de personnes ont une idée claire de ce qu’est véritablement l’économie.
Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que, en général, l’économie est basée sur la nature inférieure de l’homme, c’est-à-dire que l’appât du profit et la peur de le perdre ont pris une importance telle que l’escroquerie, l’usure et la malhonnêteté sont presque devenus acceptables moralement et socialement. Tant que les motivations de l’humain seront issues de sa nature inférieure, qui cherche toujours à prendre, aucun progrès stable et durable ne sera garanti car l’éthique et la morale seront compromises par l’obsession de l’économie.
Quelle est la solution alors ? Considérer l’économie d’un point de vue supérieur, divin, est sans doute la seule voie à suivre, car une économie saine ne peut être gérée par des individus dont les énergies psychiques sont axées sur des pensées et des désirs destructeurs.
Un aperçu spirituel sur l’économie
Il existe un autre aspect de la nature humaine, le Moi supérieur, la nature divine, et c’est à ce niveau que nous pouvons placer l’économie pour une viabilité plus durable. Nous avons mentionné précédemment que les gens cherchent le bonheur dans les possessions et la facilité et ne le trouvent pas nécessairement. C’est parce que le bonheur, la joie, l’amour, la sagesse n’appartiennent pas à la nature inférieure mais bien à la nature subtile de l’être, sa nature spirituelle, son âme et son esprit. Bien sûr, tout apprendre et redresser d’un seul coup n’est guère possible mais nous pouvons au moins tenter de faire les premiers pas dans la direction de ce que nous désirons profondément, au cœur de notre être, au-delà du masque des désirs superficiels et des possessions extérieures.
Quand les humains mettront tous les moyens économiques au service de leur nature supérieure la prospérité s’ensuivra. Si tous les efforts déployés pour s’enrichir extérieurement étaient utilisés pour s’enrichir intérieurement, l’être s’épanouirait davantage et nagerait dans le bonheur. Tous les éléments de la vie suivraient alors un ordre juste, du haut vers le bas, plutôt que d’être uniquement fondés sur le bas (le côté matériel) et coupés de la tête (le côté spirituel) ; tant d’inconvénients et de déséquilibres seraient ainsi évités !
C’est ainsi que les dirigeants, qui mettent principalement l’accent sur l’économie, sont en train de provoquer la décadence de l’humanité tout entière. Pour être toujours plus fort et plus riche que le voisin, on est obligé de commettre des actions qui ne sont pas toujours les plus honnêtes. Oui, c’est fatal. Donc, pendant que d’un côté l’opulence augmente, de l’autre côté le respect des lois divines diminue, et c’est cela qui va entraîner les pires catastrophes. [ 18 ]

Ce sont les lois divines qui gouvernent la nature supérieure, divine elle aussi, des êtres humains et toute la nature en général. Une économie basée sur le monde supérieur met l’accent sur l’édification des êtres et les aide à devenir plus attentifs, raisonnables et altruistes.
Alors, l’essentiel pour mettre en place une économie saine est de reconnaître tout d’abord la structure de l’être humain, avec ses natures inférieure et supérieure, puis comprendre comment il est lié à tout un univers hiérarchisé et accepter, enfin, que tout ce qu’il entreprend doit correspondre à un modèle et à une idée célestes. Dès lors, toutes ses démarches, ses entreprises, seront parfaites.
Trouver l’équilibre
Jésus a dit : « Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu. » Si nous étudions cette parabole de plus près, nous découvrons que Jésus tentait de nous donner l’exemple de l’équilibre, de l’économie vraie. César représente l’état, l’économie, et Dieu représente l’aspect divin en nous. Ils sont deux aspects différents de la vie auxquels nous devons toujours accorder du temps afin de trouver un équilibre.
Nous sommes actuellement si absorbés par le côté économique de la vie qu’il ne reste que peu de temps pour le côté divin. Nous avons besoin de moments de réflexion, d’observation de soi et d’attention à nos énergies.
La nature nous démontre sans cesse qu’elle est le premier modèle de la vraie économie : chez elle, rien ne se perd, pas un seul atome, tout est récupéré, réutilisé. Chez les humains, au contraire, une moitié travaille à réparer les dégâts causés par l’autre moitié. Le gaspillage et les déchets s’accumulent au point de ne plus savoir qu’en faire. Donc, l’économie pourrait au moins commencer par développer l’attention. Par exemple, prêter attention à ses gestes lorsque l’on déplace des objets, afin de ne pas les heurter, les briser, ceci économiserait déjà beaucoup de forces et d’énergies.
De plus, si développer l’attention dans le plan physique est un premier pas vers une meilleure compréhension de l’économie, un deuxième serait de considérer l’attention à un niveau encore plus haut, soit une observation de soi, une conscience avertie de ce qui se passe à l’intérieur de soi, afin de reconnaître quels sont les courants, les influences qui nous traversent, pour pouvoir ainsi mieux gérer nos propres énergies.
La nouvelle économie
Prendre et donner sont comme les deux plateaux d’une balance. Quand vous prenez, vous devez donner pour rétablir l’équilibre. Et même si vous ne prenez pas, vous devez aussi donner. Pourquoi ? Parce que de cette façon vous déclenchez un mouvement, et vous recevez quelque chose en retour. Mais commencez au moins par apprendre à donner lorsque vous avez pris, ce sera déjà un progrès. [ 19 ]

Nous voyons naître dans le monde aujourd’hui des exemples de programmes qui correspondent davantage à l’idée d’une économie plus équilibrée, une économie redonnant le pouvoir aux gens eux-mêmes. Le système de microcrédit [ 20 ] existe maintenant dans de nombreux pays en voie de développement, l’idée étant de prêter de petites sommes à des individus qui les investissent pour créer du travail et subvenir à leurs besoins. Ceci n’est qu’un exemple de système viable aidant les individus à se sortir de la pauvreté sans dépendre des gouvernements ou de grandes sociétés commerciales.
Que pouvons-nous faire au sujet de l’économie ? Nous pouvons devenir des ambassadeurs d’une économie saine par notre propre façon de vivre en créant un équilibre entre nos besoins de possessions matérielles et le développement de notre bien-être spirituel et physique.
Pour être vraiment heureux et en bonne santé, il faut regarder plus haut, là où règnent la sagesse, l’amour et la vérité, c’est-à-dire dans le domaine de l’âme et de l’esprit. Nous pourrons ainsi trouver l’équilibre entre le désir de la facilité et des richesses extérieures et notre recherche des richesses intérieures.
De plus, soyons attentifs et présents aux décisions quotidiennes que nous prenons afin de voir si elles mènent à un éclaircissement, au contrôle de soi et à l’altruisme.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents