Rachid ! Jésus-Christ est le fils de Dieu
117 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Rachid ! Jésus-Christ est le fils de Dieu , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
117 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le lendemain, comme à mon habitude, je me levais de bonne heure et sortais pour chercher du travail. J’achetais un journal et consultais les offres d’emplois en buvant un petit café ; puis, au bout d’un moment, je me dirigeais à l’ANPE. Je marchai le long du boulevard de Clichy entre Place Blanche et Anvers quand une voix se fit soudain entendre et me dit clairement: « Rachid, Rachid, Le Seigneur a entendu ta prière. » Je me retournai aussitôt afin de découvrir la personne qui me parlait mais je ne vis personne. Je me décidai à poursuivre ma marche quand la même voix me répéta à nouveau: « Rachid, Rachid, Le Seigneur a entendu ta prière. » A cet instant précis, je fus envahi d’une joie intense et qui m'était inconnue jusque-là. Cette plénitude était accompagnée d'une certitude inébranlable: j’étais sûr que, ce jour-là, j'obtiendrai un travail. Dieu dit: "Invoque-moi au jour de la détresse; Je te délivrerai et tu me glorifieras." Psaume 50 verset 15 Rachid Mahdadi est né en 1957 à Saint-Etienne. Avant-dernier enfant d’une famille d’immigrés algériens dont le père est arrivé en France dans les années 1940 pour travailler dans les mines de charbon, il passe toute son enfance à La Ricamarie, une petite ville proche de Saint-Etienne. A l'âge de 16 ans il quitte l'école pour travailler afin d'aider ses parents malades et se met à pratiquer toute sorte de métier dans le domaine de l'industrie mécanique. A 24 ans, il se dirige dans l'animation afin de devenir éducateur. Quatre ans plus tard, il quitte ses parents et s'installe à Paris, ville où il rencontre de grosses difficultés financières et de santé mais où il découvre, à 30 ans, celui qui a changé sa vie : Jésus-Christ. Aujourd'hui, il travaille en banlieue parisienne pour une association et prend une part active dans la vie de son Eglise.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782369570318
Langue Français
Poids de l'ouvrage 14 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,06€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Rachid !
Jésus-Christ
est le Fils de Dieu
Rachid Mahdadi
ISBN 978-2-36957-031-8
© 2013, Rachid Mahdadi
Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ni transmis sousune forme quelconque, que ce soit par des moyens électroniques oumécaniques, y compris la photocopie, l'enregistrement ou tout stockage oureport de données sans la permission écrite de l'éditeur.
Publié par Editions l'Oasis, année 2013.
Ce livre a été publié sous la division auto publication ‘ Publiez votre livre ! ’des Editions l'Oasis. Les Editions l'Oasis déclinent toute responsabilitéconcernant d'éventuelles erreurs, aussi bien typographiques quegrammaticales, et ne sont pas forcément en accord avec certains détails ducontenu des livres publiés sous cette forme.
Dépôt légal: 4e trimestre 2013.
Couverture faite par Damien Baslé: www.damienbasle.com
Imprimé en France

9, Rte d'Oupia, 34210 Olonzac, France
Tél. (33) (0) 468 32 93 55 * fax (33) (0) 468 91 38 63
Email: editionsoasis@wanadoo.fr
Boutique en ligne sécurisée sur www.editionsoasis.com .
Vous avez écrit un livre, et vous cherchez un éditeur? Vous pouvez publiervotre livre via Editions l'Oasis! RDV sur notre site, rubrique ‘Publiez votrelivre !’ pour plus d’information
Cet autre écrira de sa main : à l'Eternel
Livre du prophète ESAÏE chapitre 44 verset 5
3

Remerciements
Je tiens tout particulièrement à remercier les Pasteurs W. Barma et C.Gentil pour leur soutien et leurs encouragements dans cette démarchelongue et laborieuse ainsi que le Pasteur M. Harou qui m’a permis derencontrer les éditeurs de la Maison Oasis.
Je remercie également ma femme et ma fille qui ont pris le temps dem’aider à rédiger, à corriger et à relire ce livre.
Enfin je remercie Dieu et son fils Jésus-Christ de m’avoir aidé à réaliser levœu que j’ai formulé il y a vingt-sept ans.
5

PREFACE
« Si Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre » Job, chapitre 33verset 14, Il agit aussi de même.
Le témoignage de Rachid, ancien musulman, converti à Jésus-Christ en estun exemple vivant.
L’Amour de Dieu et Sa Puissance glorieuse s’est manifesté en sa faveur demanière particulière et, tout au long de ce récit et l’expérience qu’il a faite,Dieu par Jésus-Christ fait entrevoir : « qu’il ne fait acception de personne »Deutéronome chapitre 10 verset 17 ou Actes chapitre 10 verset 34.
Que Dieu le Père de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, bénisse,éclaire, et surtout sauve tous ceux, qui, comme notre frère Rachidexpérimenteront, sa grâce, sa bonté, son amour, sa fidélité, sa miséricorde,et sa compassion, en les conduisant à la révélation salvatrice que : « Jésus-Christ est Le Fils de Dieu, mort pour nos péchés selon les Ecritures (1corinthiens chapitre 15 verset 3) ressuscité et glorifié à la droite de Dieu,intercédant auprès du Père en notre faveur, et revenant pour chercher ceuxqui l’attendent pour leur salut » Hébreux chapitre 9 verset 28.
Pasteur Claude Gentil.
7

CHAPITRE 1
L’enfance
Mon père est venu d’Algérie vers la fin des années quarante. Il s’est installéà La Ricamarie, une petite ville jouxtant Saint-Étienne, dans le départementde La Loire. Il travaillait comme mineur de fond. Quelques mois plus tard,il a fait venir ma mère et mes deux frères. Je suis né à la fin des annéescinquante. Mes parents ont eu cinq enfants, je suis le quatrième.
Nous vivions dans un petit quartier que nous appelions « les bâtiments ».En fait, il s’agissait de deux petits bâtiments HLM qui se faisaient face.L’un était habité uniquement par des familles françaises, l’autre par desAlgériens. En ce temps-là, les deux communautés ne se mélangeaient pas.Même nous, les enfants, nous ne jouions que très rarement ensemble.Exceptionnellement, on organisait des matchs de football qui voyaients’opposer les deux communautés sous le titre accrocheur « les Françaiscontre les Algériens ». Ces rares moments constituaient un spectacle pourles nombreuses familles des deux communautés qui se penchaient à leurfenêtre ou par-dessus leur balcon pour nous encourager. Nous, les enfants,frappions dans le ballon de toutes nos forces, surtout lorsque nos parentsnous regardaient. Cela se déroulait dans un esprit bon enfant.
Le seul endroit où l’on se mélangeait véritablement était l’école. Mesparents nous autorisaient parfois à déjeuner à la cantine. La seule chosequ’ils nous interdisaient était de manger du porc. Ils étaient très stricts surnotre religion. « L’Islam est notre religion et nous sommes desmusulmans » nous répétaient-ils. Lorsque nous leur demandions pourquoi
9
les « autres » pouvaient en manger, ils nous répondaient : « les Françaissont des catholiques et ils croient que Jésus est le Fils de Dieu, c’est pourcela qu’ils mangent de tout. Nous concernant, c’est différent. Le ProphèteMahomet nous a dit qu’il n’y a pas de Fils de Dieu et nous a interdit demanger du porc ». Cela posé, nous obéissions.
Je grandissais avec mes compatriotes algériens dans ce mode de pensée. Ala maison, nous parlions l’arabe avec nos parents et le français entre frèreset sœurs. A l’extérieur, lorsque nous discutions entre amis, le françaisl’emportait également.
C’est dans ce quartier, je m’en souviens parfaitement, que nous avons vécule jour merveilleux de l’indépendance de l’Algérie. Je n’avais pas encorecinq ans. Le bâtiment entier était en effervescence ; tout le mondes’embrassait, se serrait dans les bras. Des « youyou » tonitruants fusaientdes gorges des femmes en larmes tandis que nous, les enfants, nouscourions dans les rues de La Ricamarie en criant à tue-tête « TahyaDjaizaihère », ce qui veut dire « Vive l’Algérie ».
Ma mère avait une amie française qui, de temps à autres, venait à lamaison. Elle nous aimait beaucoup. Nous l’appelions Mme P. Quelquefois,elle nous apportait des vêtements. Elle appréciait énormément le couscousque ma mère faisait. Il faut dire que c’était le meilleur de tous. Bien que lefrançais que parlait ma mère fût extrêmement limité, elles arrivaient àcommuniquer, à se comprendre et à échanger.
Quand j’eus atteint l’âge de huit ou neuf ans, nous déménageâmes pournous installer dans une cité minière du Chambon Feugerolles. Nos voisinsétaient alors pour la plupart français. Ce fut pour moi un changementradical. Mes amis algériens n’étaient plus là. Je me retrouvai dans une autreécole où je ne connaissais personne et où les Algériens étaient minoritaires.Progressivement néanmoins, je me fis quelques copains français. Nous nesommes restés que peu de temps dans ce quartier, un peu plus d’un an toutau plus. Nous emménageâmes ensuite à nouveau à La Ricamarie, tout prèsdes « bâtiments », dans le quartier du Montcel.
10
Au Montcel, toutes les nationalités étaient représentées, mais alors vraimenttoutes ! Des Italiens, des Marocains, des Espagnols, des Français, desAlgériens etc. Je me sentis rapidement à l’aise dans ce nouvelenvironnement et me fis plein d’amis. Tous étaient mélangés, comme àl’école. Nous sommes restés près de cinq ans dans ce quartier puis, ànouveau, nous déménageâmes pour aller vivre dans une petite cité minièredu Chambon Feugerolles, à la limite de La Ricamarie qu’on appelaitPontcharra.
Cette petite cité était majoritairement peuplée d’immigrés polonais. J’étaistrès heureux d’habiter dans ce quartier, et ce pour une raison très simple :les enfants de cette cité jouaient avec moi au football dans le même club etdans la même équipe depuis plusieurs années. Ainsi, et très naturellement,nous étions souvent ensemble. J’étais le seul maghrébin du groupe. Jem’entendais assez bien avec la plupart d’entre eux. Nous étions tous des« mordus » de football et c’était notre principal loisir. L’été, nous partions àvélo passer les journées au bord de La Loire.
Nous n’évoquions jamais la religion dans nos discussions. Les mercredismatin, la plupart d’entre eux allaient au catéchisme. Quant à moi, je me misà faire le Ramadan vers l’âge de treize ans. Au collège, la grande m

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents